Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville

Auteur/Source: · Date: 24 Mai 2009
Catégorie(s): Nation

LIBREVILLE (AGP) – Les forces de police et de la gendarmerie ont interdit samedi une manifestation d’un mouvement d’opposition ’’Bongo doit partir’’ (BDP), qui allait tenir un meeting à Rio, pour réclamer la démission du président Omar Bongo Ondimba, hospitalisé en Espagne, a constaté un journaliste de l’AGP sur place.

Les membres de ce mouvement, qui n’existe que sur internet, n’ont pas pu tenir leur meeting, les forces de l’ordre ayant quadrillé ce quartier chaud, lieu très réputé des manifestations de l’opposition.

La gendarmerie et de police ont investi samedi les lieux du meetings et installé des camions militaires sur les terres-plein, et les unités spéciales d’intervention procédaient à des fouilles de voitures sur ce grand carrefour.

Dimanche à 13H locales (12H GMT), gendarmes et policiers avaient à nouveau investi les lieux armés seulement de gourdins et de matraques, a encore constaté un journaliste de l’AGP sur place.

Des tracts circulaient depuis vendredi pour appeler à se rassembler à Rio. Des demandes de couvertures médiatiques dont l’AGP a obtenu copies avaient été envoyées à des médias locaux et internationaux.

Le mouvement réclame dans ces communiqués ’’la démission du président Omar Bongo’’, qualifiant la situation d’urgence en raison de l’’’incapacité physique’’ du chef de l’Etat.

Officiellement selon la présidence de la République gabonaise, le président Bongo est hospitalisé à Quiron, une structure hospitalière privée de Barcelone (Espagne), où il ’’effectue un bilan de santé complet’’.

Le texte affirme que ’’le président n’a subi aucune intervention chirurgicale’’ et qu’’’il est naturellement au fait des questions les plus impératives’’.

Samedi, le Conseil national de la Communication (CNC) du Gabon, réuni en ’’séance plénière extraordinaire’’, a exprimé son indignation quant au traitement de l’information (sur le président Bongo) par les médias français, notamment RFI, LCI, i-telé.

Le CNC a décidé de mettre en demeure Canal Overseas et RFI, leur demandant de ’’respecter scrupuleusement les clauses des conventions qui les lient à l’Etat gabonais’’. Dans ce communiqué lu sur les deux chaînes de télévision publiques (RTG 1 et 2), par Godel Inanga Yendiyika, conseiller membre du CNC, le président de cet organe régulateur de médias, rappelle que ces conventions ’’prévoient le respect de l’ordre public, la sécurité du pays, l’unité nationale, les bonnes moeurs et la dignité des citoyens’’.

Deux journaux privés Ezombolo et le Nganga ont été également suspendus par le CNC qui les accuse de ’’jeter le trouble dans l’opinion en prêtant à des personnalités l’intention d’être candidats à la succession du président de la République’’.

Sans être évoquée officiellement, la succession du président Omar Bongo est au centre des conversations aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays, mais aucun membre du pouvoir ne souhaite jusque-là aborder le sujet.

Interrogé jeudi dernier par la télévision publique (RTG 1), l’opposant gabonais Zacharie Myboto indiquait qu’au stade actuel, ’’on ne peut pas encore parler de la vacance du pouvoir’’, avant d’appeler toutefois au respect de la Constitution si la vacance du pouvoir était constatée, faisant allusion à ceux qui s’agitent.

La Constitution gabonaise stipule : ’’en cas de vacance de la présidence de la République, pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement définitif de son titulaire constatés par la Cour constitutionnelle”, le président du Sénat est chargé de suppléer le chef de l’Etat.

Alors le président par intérim doit organiser une élection présidentielle ’’30 jours au moins et 45 jours au plus’’ après sa prise de fonction.

La deuxième Chambre du Parlement gabonais est actuellement dirigée par Rose Francine Rogombé, 66 ans, juriste de formation et membre influente du Parti démocratique gabonais (PDG) du président Omar Bongo Ondimba.

JRD/


SUR LE MÊME SUJET
Jeudi noir et un collectif anti-colonial manifestent contre Ali Bongo Ondimba, à Paris
Les forces de l'ordre ont repoussé lundi sans ménagement une trentaine de militants du collectif "Jeudi Noir" et du réseau "Sortir du colonialisme", qui tentaient d'occuper un bâtiment à Paris appartenant, selon les manifestants, à l'Etat du Gabon. Tous les manifestants été interpellés pour une "vérification d'identité", selon la préfecture de police. Cette action a été menée alors que le président Nicolas Sarkozy recevait lundi son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba. Les forces de l'ordre ont pénétré dans les lieux, un ancien hôtel particulier situé 51 avenue de l'Université, dans le VIIe arrondissement de Paris, lundi peu avant 13h, a-t-on constaté sur ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a entamé mardi dernier à Libreville, une large consultation des forces vives de la nation sur le différend frontalier de l’île Mbanié, opposant le Gabon à la Guinée Equatoriale, en prélude au prochain sommet tripartite Gabon-ONU-Guinée Equatoriale prévu à New York (Etats-Unis). Selon une source proche du dossier, le chef de l’Etat a débuté ses consultations par les responsables des institutions constitutionnelles (Cour constitutionnelle, Cour des comptes, Conseil national de la communication, Conseil économique et social). Mercredi, le tour est revenu aux gouverneurs des neuf provinces, aux anciens Premiers ministres et vice ...
Lire l'article
Des milliers de jeunes gabonais revendiquant la victoire d’André Mba Obame à travers une marche pacifique ont été violemment dispersé le mardi par les forces de l’ordre gabonais dans les quartiers d’Atongba Abé, Rio et gare routière a-t-on appris d’une source gabonaise. Sortis massivement dès 13 heures pour disent- ils revendiquer leurs droits en tant que Gabonais, les manifestants ont été dispersé par les gaz lacrymogène. ‘’Libreville est dans un état de siège qui ne dit son nom’’, souligne cette source. La société civile gabonaise, avait demandé vendredi 04 février, dans une déclaration, la mise en place d’une commission vérité-réconciliation, ...
Lire l'article
Des leaders issus de plusieurs formations et mouvances politiques opposées à l’actuel président gabonais, Ali Ben Bongo, se réuniront prochainement au sein d’un « grand parti novateur », a appris mercredi, AfriSCOOP de sources concordantes à Libreville. « Nous décidons solennellement de nous unir et d’unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur », ont déclaré des opposants gabonais, parmi lesquels, six candidats malheureux à l’élection présidentielle du 30 août, au cours d’un point de presse à Libreville. L’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé ...
Lire l'article
Suite au coup d’état électoral perpétré au Gabon par Mr Ali Bongo, tous les gabonais résidants en Grande Bretagne, partisans du changement et amis du Gabon sont conviés à une manifestation devant l’ambassade de France en Grande Bretagne situe au 58 Knightsbridge London SW1X 7JT metro South Kensington station. La manifestation aura lieu le Lundi 7 Septembre 2009 à partir de 12h30. Par ailleurs, le collectif responsable de ladite manifestation se rendra à l’ambassade du Gabon en Grande Bretagne ce même Lundi 7 Septembre 2009 à 12h00 pour remettre à monsieur l’ambassadeur du Gabon en Grande Bretagne une lettre ouverte dudit ...
Lire l'article
Les forces de police et de la gendarmerie ont interdit samedi une manifestation d’un mouvement d’opposition ’’Bongo doit partir’’ (BDP), qui allait tenir un meeting à Rio, pour réclamer la démission du président Omar Bongo Ondimba, hospitalisé en Espagne. La manifestation n'a pas eu lieu, les forces de l’ordre ayant quadrillé ce quartier chaud, lieu très réputé des manifestations de l’opposition. La gendarmerie et la police ont investi le 23 mai dernier les lieux du meeting et installé des camions militaires sur les terres-plein, et les unités spéciales d’intervention procédaient à des fouilles de voitures sur ce grand carrefour. Le lendemain, ...
Lire l'article
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Une manifestation du groupuscule d'opposition "Bongo doit partir" (BDP) réclamant la "démission" du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé, a été interdite samedi par un important dispositif policier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Une dizaine de membres du mouvement, très présent sur internet, se sont rendus sur place mais n'ont pas déployé de matériel, la police leur ayant indiqué que le rassemblement était interdit. "BDP n'a pas d'existence légale. Leur +structure+ existe depuis quatre ou cinq ans mais ils n'ont jamais déposé de statuts, ils n'ont pas de personnalité juridique. Ils n'ont jamais présenté un candidat aux élections. Leur ...
Lire l'article
Un communiqué de la Présidence de la République Gabonaise, parvenu ce mercredi après-midi à GABONEWS, indique que « les audiences présidentielles sont suspendues jusqu’à nouvel ordre » afin de permettre au chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, d’observer « le veuvage dans la tradition gabonaise » et de « se ressourcer dans le repos » après le décès de son épouse, la Première Dame, Edith Lucie Bongo Ondimba, le 14 mars dernier, à Rabat au Maroc. « Pendant plus de trois ans le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence El Hadji Omar Bongo Ondimba, a vécu une ...
Lire l'article
La mairie de Libreville a procédé ce jeudi au démarrage de l’opération « Anti-épaves », sur la voie expresse. De nombreuses épaves ont été débarrassées ce matin sur la voie expresse par les véhicules grues appartenant à la mairie de Libreville. L’opération devrait s’étendre sur l’ensemble de la capitales où sont abandonnées ces voitures qui perturbent considérable la circulation et créent également l’insalubrité. Au total, 2.700 épaves avaient été recensées par les agents de la mairie lors de la première phase qui consistait à recenser et à informer les différents propriétaires d’épaves qui avilissent les rues de la capitale, en les invitant ...
Lire l'article
Jeudi noir et un collectif anti-colonial manifestent contre Ali Bongo Ondimba, à Paris
Différend frontalier de l’île Mbanié : Ali Bongo Ondimba consulte les forces vives de la nation
Dispersion de la manifestation pacifique du 8 février 2011 par les Forces de l’Ordre d’Ali Bongo
Bongo Doit Partir
Gabon : le front anti-Ali Bongo se mute en un « grand parti politique »
Manifestation anti Ali Bongo en Grande Bretagne
Gabon : Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Gabon: Suspension des audiences présidentielles jusqu’à nouvel ordre (officiel)
Gabon: Démarrage effectif à Libreville de l’opération « Anti-épaves »

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 2,25 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Mai 2009
Catégorie(s): Nation
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville

  1. mouneka

    29 Août 2009 a 13:33

    dites moi les amis ali bongo nest pas fatigue du pouvoir et de la richesse quil a vecus pendant 50 ans pour briguer encore la presidence? mais se quoi cet avarisme et cette gourmandise sauvage bref ne lui donons pas encore cette ocation car ya aussi dautre gabonais qui merite leur chance au lieu du gros porc ali bongo

  2. Jean-félix N.

    27 Mai 2009 a 14:04

    oui AKA rejoins toi aussi le BDP nouveau pour changer les choses au Gabon. Ali Bongo et Pasaline Bongo sont des gens qui ont du mépris pour les Gabonais, tout comme leur père. J’oserai même dire pire que leur père car cela fait des années qu’il prennent des décisions dans notre pays,et parfois dans le dos de leur dictateur de père.Des décisions qui ont empiré la situation de notre pays. Ils sont plus dangereux que leur père et ils sont entrain de préparer un vrai bain de sang si une resitance leur est opposée pour la prise du pouvoir.
    L’argent dont ils servent aujourd’hui appartiens aux Gabonais. Ils ont refusé de soutenir les familles du drames de gabon-express jusqu’aujourd’hui; ils refusent de payer les retraites de nos parents, ils refusent de nous construire des hôptaux pour nous soigner, et des routes pour nous deplacer dignement. Ils ne méritent que mépris.

    Je crois que d’ici l’année prochaine nous serons déterminés sur l’avenir de notre pays. Il faut garder espoir.

  3. AKA

    26 Mai 2009 a 06:29

    Demander aux Gabonais d’observer “le respect de l’ordre public, la sécurité du pays, l’unité nationale, les bonnes moeurs et la dignité des citoyens”, PENDANT QUE LA FAMILLE BONGO SE LOGE à 3200€ PAR JOUR à BARCELONE, CAVIAR, CHAMPAGNE non compris… ET TOOUT CECI AU FRAIS DE L’ARGENT DE NOTRE PAYS. C’est se FOUTRE vraiment du monde.
    OUI C’EST VRAI. LE GABON SE DIRIGE VERS UNE RWANDISATION !
    ON NE PEUT PAS SUPPORTER CES SALOPERIES ENCORE TROP LONGTEMPS.
    Une famille SE CHOUTE avec l’ARGENT DE TOUT UN PAYS, pendant que d’autre n’ont même pas 500 FRANCS CFA pour se NOURRIR. NON, Là ça SUFFIT !
    IL EST TEMPS DE Règler leur compte à CE CLAN-là qui PILLE ET VOLE NOTRE ARGENT à TOUS.
    3200€ la CHAMBRE par jour. C’est 2.100.000 (deux millions cent mille francs) F.CFA la chambre par JOUR.
    COMMENT POUVONS-NOUS SUPPORTER ça encore longtemps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*