Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le FMI tire la sonnette d’alarme

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2009
Catégorie(s): Economie

Le Premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, vient de recevoir à Libreville une délégation du Fonds monétaire international (FMI) venue faire le point sur la situation économique et financière du pays, accablé par la crise et toujours enlisé dans ses vieilles failles de gestions. Ces travaux ont notamment permis de mettre en exergue le problème de la masse salariale qui grève le budget de l’Etat et la prépondérance du secteur pétrolier dans le revenu national, pour lesquels des programmes de planification et de restructuration devraient être élaborés avec le FMI. Face aux difficultés enregistrées cette année pour élaborer un budget viable avec les principaux secteurs pourvoyeurs en crise, le Fonds monétaire international (FMI) a décidé de mandater à Libreville une délégation spéciale afin de baliser avec le gouvernement un plan d’action pour 2010.

Dans la lignée de l’accord triennal 2007-2010 conclu avec le FMI pour améliorer la gouvernance financière de l’Etat gabonais, le Premier ministre a reçu les représentants du FMI, introduits par le ministre de l’Economie et des Finances, Blaise Louembé.

«L’objectif premier de notre visite est de discuter à titre préalable du budget de 2010, parce que comme vous le savez, l’exercice 2009 à d’ores et déjà été difficile en raison de l’effondrement des prix pétroliers, de la réduction du prix du manganèse ainsi que de la crise dans le secteur du bois», a précisé le chef de mission du FMI, John Wakeman Linn.

Il a estimé que «la situation financière dans laquelle le gouvernement se trouve est assez difficile et nous sommes venus pour analyser avec les autorités gabonaises les défis à relever pour 2010», a expliqué John Wakeman Linn.

Le chef de mission du FMI a commencé par expliquer que «l’aspect le plus important, qui nous est apparu criard, est celui de la masse salariale, dont le volume comme les effectifs sont en train d’augmenter de manière assez importante».

«C’est ce qui réduit totalement la marge de manœuvres qui reste à l’État pour engager les autres actions de développement qui s’imposent», a-t-il alerté.

«Il s’agit d’arriver par une communication permanente à faire comprendre l’intérêt du contrôle et de la maîtrise de la masse salariale. Parce que plus la masse salariale augmente moins l’Etat dispose de ressources pour la construction des routes par exemple, ou la mise en place des infrastructures, pour la création d’emplois surtout dans les secteurs privés, les secteurs productifs», a poursuivi le représentant du FMI.

Dressant un tableau assez noir de la situation, monsieur Wakeman Linn s’est également inquiété de «la diversification de l’économie nationale, parce que le Gabon est dans une situation où le pétrole est en train de perdre de plus en plus de prépondérance dans la situation économique».

«Il s’agit pour les syndicats, par la concertation, de comprendre qu’il est également dans leur intérêt que l’État dispose de ressources plus importantes pour ces différentes autres activités», a-t-il conclu.

Le poids de la masse salariale dans les différentes administrations gabonaises est au centre des préoccupations face à l’impossibilité de celles-ci à mettre en oeuvre les projets de développement.

Le développement socio-économique du pays stagne inexorablement dans cette situation, alors que le processus de diversification peine à porter ses fruits et que la chute des cours du pétrole ont sérieusement refroidi les autorités gabonaises sur la situation de l’«El Dorado» d’Afrique centrale.


SUR LE MÊME SUJET
L’opposition gabonaise qui a battu campagne pour l’abstention lors du scrutin du 17 décembre dernier, a publié, le 20 décembre, un communiqué à travers lequel elle tire les conclusions de ladite élection. Presque tout y passe : le contexte, l’organisation, les résultats, l’Assemblée nationale qui débouchera de cette consultation, les enseignements du scrutin, l’attitude des observateurs et de l’opinion internationale, etc. La déclaration. Déclaration de l’opposition 20 décembre 2011 Le 17 décembre 2011, le peuple gabonais nous a édifiés en s’abstenant, à près de 90%, d’aller voter pour le renouvellement des députés à l’Assemblée Nationale. Rappelons que le 30 aout 2009, les ...
Lire l'article
Gabon : Pierre Mamboundou tire sa révérence
Pierre Mamboundou, président fondateur de l’Union du peuple gabonais (UPG), est décédé à Libreville le 15 octobre à 23 heures. La classe politique gabonaise perd là l’un de ses plus brillants membres et l’un des plus farouches opposants au régime d’Omar Bongo. Sa dernière apparition publique s’est effectuée le 1er octobre dernier au carrefour Rio de Libreville où il a pris part à un meeting regroupant des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile gabonaise réclamant l’introduction de la biométrie dans le processus électoral en cours. L’opposant historique gabonais, Pierre Mamboundou, est décédé le 15 octobre ...
Lire l'article
L’Otan tire un premier bilan de son action en Libye
Par RFI La Libye était au centre d'une réunion de l'Otan à Bruxelles jeudi 6 octobre. Les ministres de la Défense des pays membres ont fait le point sur leur intervention dans le pays six mois après le lancement de l'opération Protecteur unifié. Les opérations de l'Otan en Libye sont maintenant beaucoup moins intenses. Depuis dimanche, les avions alliés ont effectué en moyenne 20 à 30 sorties quotidiennes, contre 40 à 50 depuis le début de l'opération fin mars. Très peu de frappes ont eu lieu, on en recense une seule mardi et huit à Bani Walid mercredi. Pour autant, aucune date n'a ...
Lire l'article
Trois zones sont concernés par cette étude ; Mounana, où l'uranium a été exploité pendant plus de quarante ans, par la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), une filiale du groupe français Areva. Le site d’extraction du manganèse de Moanda, où la Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG), filiale du français Eramet, exerce depuis 1962 et la zone de Poubara, pressentie pour héberger le «plus grand projet hydroélectrique du Gabon», un grand barrage destiné à fournir de l’énergie à la COMILOG et qui va «submerger une surface de 46 km2 sans que les populations locales n'aient été visitées pour la ...
Lire l'article
L’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) a lancé ce 8 mars un préavis de grève générale illimitée pour dénoncer le silence des autorités sur les «violations flagrantes» de la loi gabonaise par les dirigeants des sociétés pétrolières. L’ONEP dénonce notamment la persistance de l’emploi abusif de la main d’œuvre étrangère, de la discrimination raciale et diverses violations du Code du Travail. Le ciel s’assombrit sur le secteur pétrolier au Gabon, où les employés ont menacé d’entrer en grève générale illimitée à compter du 13 mars prochain si les autorités de tutelle ne prenaient pas en compte les ...
Lire l'article
Augmentation de la masse salariale de l’Etat gabonais en 2010
La masse salariale de l'Etat gabonais a augmenté de 6,749 milliards de francs CFA en 2010 pour s'élever à 327,54 milliards, suite à l'intégration dans la Fonction publique de 1.772 enseignants, a révélé, jeudi, à la télévision nationale, le porte-parole du gouvernement, Séraphin Moundounga. En 2009, la masse salariale s'élevait à 320,8 milliards de francs CFA, contre 312,3 milliards de FCFA en 2008. Le Gabon compte 600.000 fonctionnaires pour une population de 1,5 million d'habitants.
Lire l'article
Le bilan 2009 de Reporters sans frontières (RSF) met un accent particulier sur les risques encourus par les journalistes en période de guerre ou d'élections contestées. Le rapport révèle notamment qu'en 2009, 167 journalistes ont été emprisonnés dans le monde et 157 professionnels des médias forcés de prendre les routes de l’exil. Pour Reporters sans frontières (RSF), l’année 2009 restera marquée par deux événements majeurs, à savoir le plus grand massacre de journalistes commis en une seule journée, celui de 30 professionnels des médias par la milice privée d’un gouverneur du sud des Philippines ; et la vague d’arrestations et de ...
Lire l'article
Le directeur général du Fonds monétaire International (FMI), Dominique Strauss-Khan, a alerté la communauté internationale sur les retombées aggravées de la crise financière mondiale sur les pays les plus démunis. Pour éviter que la crise économique ne se mue en crise humanitaire pour les pays les plus pauvres de la planète, le directeur général du FMI a estimé qu’il fallait débloquer dans les plus brefs délais au moins 25 milliards de dollars pour aider ces pays à surmonter la crise. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, vient à nouveau de tirer la sonnette d’alarme à l’occasion ...
Lire l'article
La Banque mondiale (BM) a décidé d'octroyer une aide de 10 millions de dollars à Haïti et d'y envoyer des experts pour aider les autorités haïtiennes à répondre à la crise alimentaire, qui a généré de violentes émeutes (5 morts et 200 blessés) et coûté son poste au premier ministre, Jacques Edouard Alexis. L'aide débloquée vise à permettre au gouvernement de "réagir à la hausse des prix de l'alimentation, qui deviennent inabordables pour les familles pauvres", explique la Banque mondiale dans un le communiqué. Samedi le président haïtien René Préval a annoncé une réduction du prix du riz pour éviter ...
Lire l'article
Les agents de la Société Gabonaise de Transport (SOGATRA), l’unique société de transport en commun, sont entrés en grève depuis le 3 janvier dernier. Ils protestent contre le non paiement d’arriérés de salaire, les allocations familiales, les primes exceptionnelles et les primes de congés. Selon le président de leur syndicat, Aloïse Mbou Mbine, la grève est motivée par le silence observé par la direction générale de la Sogatra depuis le dépôt du préavis de grève le 26 décembre 2007. Les agents de Sogatra, la seule société de transport urbain qui dessert les principaux quartiers de Libreville et la commune ...
Lire l'article
Gabon : L’opposition tire les conclusions des élections échues
Gabon : Pierre Mamboundou tire sa révérence
L’Otan tire un premier bilan de son action en Libye
Gabon : Brainforest tire sur Areva et Eramet
Gabon : Les employés du pétrole tirent la sonnette d’alarme
Augmentation de la masse salariale de l’Etat gabonais en 2010
Médias : RSF tire la sonnette d’alarme sur les cas de guerre ou d’élections contestées
APD : Le FMI tire la sonnette d’alarme pour les pays pauvres
Emeutes de la faim : la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme
Gabon : La Sogatra tire le frein à main

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*