Socialisez

FacebookTwitterRSS

DIRIGEANTS AFRICAINS Eva Joly accuse Rachida Dati d'”imposture”

Auteur/Source: · Date: 26 Mai 2009
Catégorie(s): Monde

L’ex-magistrate dénonce une “imposture” de la Garde des Sceaux, estimant qu’elle agit “pour faire plaisir au président” au lieu d’avoir recours aux services “compétents” de la Chancellerie concernant les “biens mal-acquis” de responsables africains. Rachida Dati dans le colimateur d’Eva Joly. L’ex-magistrate anti-corruption, co-listière de Daniel Cohn-Bendit pour les européennes pour Europe-Ecologie en Ile-de-France, a dénoncé lundi 25 mai comme une “imposture” l’action de la ministre de la Justice concernant les “biens mal-acquis” de responsables africains.
Au cours d’un point-presse devant un immeuble parisien de l’avenue Rapp où selon elle le président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, possède un appartement, Eva Joly a déclaré qu’elle n’avait “pas à juger de sa valeur comme candidate, par contre je peux avoir une opinion sur son action comme Garde des Sceaux. (…) C’est une imposture”.

Plainte contre X

Concernant les “biens mal-acquis” de la Françafrique, Rachida Dati “ne se sert pas des services de la Chancellerie techniquement compétents, elle décide pour faire plaisir au président de la République”, a poursuivi Eva Joly, au côté de Me William Bourdon, président de l’Association Sherpa.
Sherpa a déposé début décembre avec l’ONG Transparency international (TI) une plainte contre X sur “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France”, visant trois chefs d’Etat africains: Omar Bongo (Gabon), Sassou N’Guesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale).

Une convention anti-corruption

A deux reprises, le parquet de Paris a classé sans suite, en novembre 2007 et septembre 2008, des plaintes simples visant ces trois chefs d’Etat africains et a fait appel de la décision d’une juge d’instruction d’ouvrir une enquête suite à la plainte avec constitution de partie civile de Sherpa et TI.
“Nous aimerions bien savoir comment (ces biens) ont été financés, cela doit faire l’objet d’une enquête ici en France pour remplir nos obligations internationales”, car “la France a ratifié la convention anti-corruption qui nous oblige à coopérer pour restituer les biens détournés”, selon l’ancienne juge d’instruction de l’affaire Elf.


SUR LE MÊME SUJET
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
La présidence gabonaise a déposé plainte en France contre le porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly. Yannick Jadot avait notamment qualifié Ali Bongo Ondimba de "dictateur" dans une interview à un quotidien français. Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, a mis sa menace à exécution. Ses services ont annoncé jeudi qu’une plainte a été déposée en France contre Yannick Jadot. Le porte-parole de la candidate d’Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle française, Eva Joly, avait qualifié le président gabonais de « dictateur ». « C’est extrêmement violent… Les propos de M. Jadot relèvent soit de l’ignorance totale de ...
Lire l'article
Le porte-parole de Joly maintient des accusations contre Ali Bongo
Yannick Jadot, porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, a indiqué vendredi "maintenir" des propos tenus à l'encontre du président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a annoncé son intention de porter plainte contre lui. Selon un communiqué parvenu à l'AFP à Libreville, le président gabonais "va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation" contre M. Jadot pour des propos "rapportés par le quotidien Libération dans son édition du 16 juillet 2011". "Je maintiens que je considère que les élections gabonaises ont été truquées et que Bongo est impliqué dans les affaires de ...
Lire l'article
L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP
Le président gabonais s'estime diffamé par l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, qui l'a qualifié de "dictateur". Yannick Jadot, porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, a indiqué vendredi "maintenir" des propos tenus à l'encontre du président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a annoncé son intention de porter plainte contre lui. Selon un communiqué parvenu à l'AFP à Libreville, le président gabonais "va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation" contre M. Jadot pour des propos "rapportés par le quotidien Libération dans son édition du 16 juillet 2011". L'eurodéputé critiquait la présence en 2009 ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
Le Congrès américain vient de publier un rapport sur les opérations financières douteuses de plusieurs chefs d’Etats africains et de leurs proches. Le défunt président gabonais Omar Bongo et son fils qui lui a succédé, Ali Bongo, sont mis en cause dans ce rapport, ainsi que le fils du président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, et l’épouse de l’ancien vice président du Nigéria, Atiku Abubakar Après la saga judiciaire des «Biens mal acquis» en France, c’est aux Etats-Unis de dénoncer des malversations financières qui auraient été opérées depuis plusieurs années par des dirigeants africains et leurs proches. Un rapport ...
Lire l'article
La cour d'appel de Paris a annulé une décision d'enquêter sur les biens détenus en France par trois présidents africains Suivant l'avis du parquet, l'instance a infirmé jeudi l'ordonnance de la juge Françoise Desset, jugeant irrecevable la plainte de l'ONG anti-corruption Transparency International (TI) pour "recel de détournement de fonds publics". Le dossier vise des biens des familles Bongo (Gabon), Sassou Nguesso (Congo-Brazzavile) et Obiang (Guinée équatoriale). La chambre de l'instruction de la cour d'appel a estimé jeudi que les plaignants ne pouvaient arguer d'un "préjudice" dans ce dossier. "Aujourd'hui, c'est champagne pour l'association de malfaiteurs franco-africains qui organise et tire profit du pillage ...
Lire l'article
Selon l'ancienne juge d'instruction Eva Joly, la madone des affaires,  la future ex-Garde des Sceaux Rachida Dati est donc une « imposture ». L'ex-magistrate fonde son opinion sur le combat que mène le Parquet de Paris pour empêcher l'ouverture d'une enquête dans l'affaire dite des Biens mal acquis. Le parquet, s'oppose en effet depuis 2007 à ce que la justice enquête sur les conditions suspectes de financement de l'important patrimoine parisien de trois chefs d'Etats africains, comme le réclament une association anti-corruption, Transparence Internationale France et un contribuable gabonais Gregory Ngbwa Mintsa. Or Rachida Dati s'est toujours revendiquée comme « la cheffe » ...
Lire l'article
La semaine dernière, Nicolas Sarkozy a fait de la régulation de la finance mondiale, et notamment la fin des paradis fiscaux, son combat principal. Une façon de se refaire une éthique à bon compte. Mercredi 1er avril, le jour même où le G20 se réunissait à Londres, on apprenait que la justice française refusait d’enquêter sur les biens immobiliers de trois dirigeants africains soupçonnés d’avoir été acquis grâce à des fonds publics détournés. Belle morale en Sarkofrance ! Les dirigeants africains soupçonnés Le parquet de Paris a estimé que les faits incriminés étaient trop anciens (sic !), que l’infraction éventuelle n’a ...
Lire l'article
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article
L'ONG Transparence International France (TI) a annoncé jeudi avoir déposé une plainte visant cinq chefs d'Etat africains, dont le Gabonais Omar Bongo, qu'elle accuse de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Une première plainte à ce sujet avait déjà été déposée en mars 2007 par trois associations françaises, entraînant l'ouverture d'une enquête préliminaire sur le patrimoine de ces chefs d'Etat. Mais elle avait été classée sans suite en novembre par le parquet de Paris. La plainte de Transparence International, déposée mercredi, pour "recel de détournements d'argent public" vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
Le porte-parole de Joly maintient des accusations contre Ali Bongo
Ali Bongo veut poursuivre le porte-parole d’Eva Joly
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
Les dirigeants africains dans le collimateur du Congrès américain
Biens de dirigeants africains: pas d’enquête
BMA: le verbatim de “l’imposture” Dati
La France, paradis fiscal pour dirigeants africains ?
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France
Corruption: une ONG porte plainte contre cinq chefs d’Etat africains

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Mai 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*