Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: « Et les tamtams se sont tus » selon la Presse Présidentielle face à l’«acharnement médiatique » autour de la santé du président Bongo

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2009
Catégorie(s): Médias

l’ « acharnement médiatique » en occident, autour de la santé du chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, hospitalisé près de Barcelone en Espagne, a suscité au Gabon, non seulement, la désapprobation dans les milieux politiques et religieux, mais aussi des commentaires dont celui de Lazo Lazare Habourneur de la Presse Présidentielle qui a estimé , ce début de semaine, sur les antennes de la télévision privée TéléAfrica, que « « Et les Tam-tams se sont tus ! ». Selon notre confrère dont GABONEWS a obtenu le texte livré ici dans son intégralité : « Et les Tam –tamas se sont tus ! Très beau pour soutenir le titre d’un film à Cannes. Ici, c’est la phrase choisie pour sanctionner la fin du lynchage médiatique orchestré contre le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba.

Fin ou trêve, c’est l’occasion de s’interroger tant France 24, la chaîne spécialisée dans l’amplification des rumeurs, des informations aux allures de tracts, France24 désormais honteuse devant la diffusion des informations erronées a quand même par sortir du virtuel pour affronter l’implacable vérité.

La vérité vraie, oui ! Celle des professionnels de la communication, reste sans conteste le repos du président de la République à Barcelone. Un check up à sa demande pour un bilan de santé. Bilan à même pour le chef de l’Etat de déceler et subvenir à un certains nombre de pathologies. Normal quand ont sait et les spécialistes le confirment qu’un homme en bonne santé est un malade qui s’ignore.

Pour prévenir toutes surprises désagréables, tout homme normalement bien conçu ne se prive pas de check up. C’est bien ce que fait le président Omar Bongo Ondimba. Où est donc le drame ?

C’est un non événement au même titre que celui qui a entouré l’hospitalisation de feu le président François Mitterrand et celle récente du président Jacques Chirac. Alors qu’est-ce qui justifie ce battage médiatique contre le président Bongo Ondimba ? Quelques jours après l’intox de France 24 et ses alliés, regardons de plus près la situation.

Trêve de passion, analysons le phénomène la tête froide: des interrogations pour mieux comprendre, qui distille les informations erronées ou pas liées à l’activité au sens large du chef de l’Etat ? Les journalistes que nous sommes le savons.

Aucun journaliste n’est un savant ou un devin. C’est celui qui sait savoir. De ce point de vue, il est clair que ces rumeurs sont le fait d’informations venues de chez nous. Sinon comment comprendre qu’à peine le communiqué annonçant la suspension des audiences du président de la République était rédigé était lisible sur France 24 avant même l’AGP, l’Agence gabonaise de presse, la RTG et certains journaux gabonais en ligne.

LE VER EST DANS LE FRUIT

Fuite, vraisemblablement ! Il y a fort à parier que le ver est dans fruit. Les principaux acteurs de ces manœuvres sont dans nos rangs. N’empêche pour nos confrères de France 24 qu’une nouvelle ne devient une information que quand elle est vérifiée. A défaut, c’est une rumeur.

Ajouter à cela, la volonté de nuire et de déstabiliser. Le résultat est celui que nous avons vécu, des informations traitées avec légèreté, discréditant à l’occasion la chaine qui se veut concurrente de CNN. Aucune rectification n’a été entendue. Et pourtant, l’honnêteté intellectuelle oblige tout journaliste à établir la vérité au travers d’un erratum. Un rectificatif pour une meilleure information de son public.

A France24, c’est le silence. L’information est retirée en catimini. Dommage pour le métier, Pour nous, France 24 a raté là, l’occasion de se taire, car comme aime à le dire Omar Bongo Ondimba, une affirmation suffit pour mépriser cette cabale « mentez, mentez encore, mentez toujours, il en restera quelque chose ».


SUR LE MÊME SUJET
Inaugurée lundi par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, chef suprême des forces de défense et de sécurité, en compagnie de son épouse Sylvia Bongo Ondimba qui a coupé le ruban symbolique, l'Ecole d'application du Servive de santé militaire de Libreville (EASSML) est, selon le ministre de la Défense nationale, la réalisation d'un acte de foi d'un leader qui fut "un formidable meneur d'hommes", El hadj Omar Bongo Ondimba et d'"un homme de défis", Ali Bongo Ondimba. "C'est d'abord la foi d'un leader qui fut un formidable meneur d'hommes, El hadj Omar Bongo Ondimba, qui a posé le ...
Lire l'article
Le Vice-président du Rassemblement pour le Gabon(RPG), transfuge de la majorité présidentielle, Pierre- Claver Mvélé, dont le leader du parti Paul Mba Abessole est en lice pour briguer la magistrature suprême, était face à la presse nationale et internationale mardi. Aux hommes de presse, le responsable RNB a livré les préoccupations de sa formation politique face à ce qu’il considère comme des insuffisances dans l’organisation de l’élection présidentielle prévue pour se tenir le 30 août prochain. Le RPG s’insurge notamment contre le refus par les autorités compétentes d’inscrire les détenteurs des actes de naissance signés par les Secrétaires généraux des Mairies et ...
Lire l'article
L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières a accusé mercredi les autorités gabonaises "d'imposer un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo", après la suspension notamment de deux publications gabonaises. Le Conseil national de la Communication (CNC) gabonais a adressé samedi une mise en demeure à Canal Overseas et RFI, a suspendu pour six mois la publication satirique Ezombolo et pour un mois l'hebdomadaire satirique Nganga. Le CNC a invoqué "l'acharnement (...) des médias internationaux (...) contre la personne du président (...) en diffusant des informations non officielles et alarmistes sur son état de santé", ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu’à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l’hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l’état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n’existe aucune raison suffisante, à ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu'à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l'hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l'état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n'existe aucune raison suffisante, ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a fustigé, dans une déclaration de son Bureau politique ce samedi en fin de matinée à Libreville et que Gabonews publie dans son intégralité, l’acharnement des médias hexagonaux à amplifier la « campagne médiatique de déstabilisation et de dénigrement » orchestrée contre le Gabon et son président, Omar Bongo Ondimba. DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS « Le Bureau politique du PDG, réuni le vendredi 6 mars 2009 à Libreville, constate avec le peuple gabonais ainsi que la communauté internationale, que depuis quelques mois, est menée une vaste campagne de déstabilisation orchestrée ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des affaires étrangères, Paul Toungui, a transmis vendredi à Libreville à l’ensemble des diplomates accrédités au Gabon la Déclaration du gouvernement exprimant sa « réprobation et son indignation » devant la campagne de « dénigrement » des médias français portant atteinte au Chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, a constaté sur place un journaliste de GABONEWS. « J’ai souhaité vous rencontrez pour vous transmettre de manière officielle,la Déclaration du gouvernement exprimant sa réprobation et son indignation », a déclaré le ministre gabonais des affaires étrangères devant les ambassadeurs et représentants des organisations internationales accrédités dans le ...
Lire l'article
Après le gouvernement et la classe politique gabonaise, les élèves du lycée technique Omar Bongo, regroupés au sein du fan club « Omar Bongo Ondimba », sont, eux –aussi, montés au créneau ce vendredi en fin de matinée pour dénoncer la « campagne de dénigrement » orchestrée par les « médias tant publics que privés « contre la personne du président de la République, chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté sur place un journaliste de GABONEWS. « Nous condamnons avec vigueur les agissements visant à déstabiliser le président de la République et appelons leurs auteurs à ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres réuni ce jeudi à Libreville a invité les « auteurs et complices » de la campagne médiatique contre le président Bongo, de même que « les autorités françaises compétentes, à mettre un terme à leurs agissements dont la persistance pourrait conduire à une grave détérioration des liens historiques entre la France et le Gabon », a indiqué le Communiqué final des travaux présidés par le chef de l’Etat gabonais. Le texte rendu public par le porte-parole du gouvernement, René Ndémezo’o Obiang, a précisé que le « Conseil a tenu, solennellement, à marquer son accord total avec les ...
Lire l'article
Santé : Inauguration de l’Ecole d’application du Service de santé militaire de Libreville (EASSML) par le chef de l’Etat, le président Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon: Le RPG de Paul Mba Abessole, face à la presse, livre ses préoccupations face à l’organisation de la présidentielle
RSF dénonce un “black out médiatique” imposé sur la santé du président Bongo
Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon: Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon: Campagne médiatique contre le président Bongo : le PDG dénonce l’acharnement des médias français
Gabon: « Campagne médiatique » contre le président Bongo : la Déclaration du gouvernement remise aux diplomates accrédités au Gabon
Gabon: Campagne médiatique contre le président Bongo: les élèves du Lycée Technique réagissent
Gabon: « Les auteurs et complices » du « battage médiatique » contre le président Bongo invités à « cesser leurs agissements »

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2009
Catégorie(s): Médias
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

4 Réponses à Gabon: « Et les tamtams se sont tus » selon la Presse Présidentielle face à l’«acharnement médiatique » autour de la santé du président Bongo

  1. bibalou

    29 Mai 2009 a 02:42

    meme si les tamtams se sont tus , la question reste posee il est ou /il fait notre PR.
    Vite des photos/ reportages etc….. a TV+ ou RTG1/2
    c’est plus facile non pour fermer la gueule a tous ces oiseaux de mauvaise augure et charlatan de France 24

  2. ngoneba

    28 Mai 2009 a 19:37

    oh là là chers journalistes gabonais, de vous à France 24,c’est France 24 qui est plus crédible, même vous mêmes.
    Vous savez et nous savons tous que notre peuple vit dans le mythe de l’éternité de son président. On sait donc que votre job est de servir de relai pour entretenir ce mythe auprès de la population et sur ce point je vous dit bravo, car vous faites très bien votre travail. De là à traiter France24 de non information, laissez-moi rire!

  3. Arsene Assam

    28 Mai 2009 a 18:10

    Lazo Lazare habourneur.
    tu te fait appeler journaliste. laisse moi te dire que tu incarnes la honte de ce noble metier.en un mot tu es la honte journalistique.

  4. OBAMIKO

    28 Mai 2009 a 03:44

    Les vrais menteurs sont au Gabon. Il n’y pas de secret que le temps ne revele. L’argent ne remettra pas bongo sur pied. Si les medias s’interessent à bongo, c’est simple parce qu’il est un dictateur exceptionnel; Un chasseur de gibier qui ecume la faune pour partager la viande au village,est vraiment exceptionnel. Un ex lieutenant de l’armée de l’air Française à l’epoque coloniale, et qui devient president, c’est vraiment exceptionnel. Et mieux, quand ce futur ou ancien militaire a zero faute en dictée au bac, et qui devient president, est puissament exceptionnel. Cet homme est oint par le dieu tout puissant, la mission de liberation du peuple gabonais de la servitude, la conduite de ce peuple vers la modernité promise, lui est confiée. et, comme dans l’autre histoire, sur le lit de l’hopital Quiron à Barcelone, entouré qu’il est, de soins d’un autre monde, il comprend qu’il n’atteindra pas cette modernité au Gabon. Voilà pourquoi son hospitalisation interessent le monde, son monde; c’est grave, c’est un evenement inouï, comme celui de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*