Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Un mouvement politique non reconnu demande la démission du gouvernement Jean Eyéghé Ndong

Auteur/Source: · Date: 28 Mai 2009
Catégorie(s): Politique

Un mouvement d’opposition gabonaise, ”Bongo doit partir” (BDP), a appelé jeudi à Libreville le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, et son gouvernement à démissionner pour avoir ”cautionné volontairement un flou” autour de la maladie du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé en Espagne.

”Nous disons que le Premier ministre et son gouvernement doivent démissionner pour avoir cautionné volontairement un mensonge, un flou (sur l’état de santé du président Bongo)”, a déclaré Edgard Moussavot, l’un des coordinateurs du BDP, lors d’une conférence de presse.

”Ce que le porte-parole de la présidence (Robert Orango Berre, Ndlr) a dit (dans deux communiqués différents) était également un mensonge”, a ajouté M. Moussavot, en réponse à une question d’un journaliste sur les communiqués de la présidence, l’un annonçant ”le repos pour le veuvage” et l’autre confirmant l’hospitalisation de M. Bongo Ondimba en Espagne.

Selon un communiqué diffusé le 21 mai dernier, le chef de l’Etat gabonais ”qui a subi un choc d’une très forte intensité émotionnelle à la suite du décès prématuré de sa jeune épouse au terme d’une longue maladie, a décidé de prendre quelques jours de repos en Espagne”.

Le texte affirme que ”le président n’a subi aucune intervention chirurgicale” et qu”’il (le président Bongo) est naturellement au fait des questions les plus impératives”.

Un précédent communiqué de la présidence gabonaise diffusé le 6 mai expliquait que le président Bongo avait décidé de ”suspendre momentanément ses activités” pour se ressourcer dans le repos” à Franceville, province dont il est originaire au sud-est, après avoir perdu son épouse, une ”épreuve particulièrement difficile”.

”Attention, les Gabonais sont inquiets, on nous a dit la même chose avec l’épouse du chef de l’Etat (décédée le 14 mars à Rabat, au Maroc)”, a dit M. Moussavot. ”On ne doit pas se confondre avec des expressions du genre le +président a fait un bilan et il se repose+”. Quel est le type d’examen qu’on ne peut faire à Libreville ? Où il (Bongo) est ?”, s’est interrogé M. Moussavot, un des coordinateurs de ce mouvement qui n’existe depuis cinq ans que sur internet et qui n’a ”pas d’existence légale, ni de personnalité juridique”, selon le ministre de l’Intérieur André Mba Obame.

Officiellement selon Libreville, le président Bongo Ondimba, qui n’était plus apparu en public depuis le début du mois de mai, est hospitalisé à Quiron, une structure hospitalière privée de Barcelone (Espagne), où il ”effectue un bilan de santé complet”.

Le journal espagnol catalan La Vanguardia, citant le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, alors en voyage à Sarajevo (ville espagnole), écrivait jeudi dernier que M. Bongo allait ”très mal” et qu’il souffrirait d’une ”grave tumeur”.

Réuni samedi en ”séance plénière extraordinaire”, le Conseil national de la Communication (CNC) du Gabon, a exprimé son indignation quant au traitement de l’information (sur le président Bongo Ondimba) par les médias français, notamment RFI, LCI, i-telé.

Deux journaux privés, Ezombolo et le Nganga, qui paraissent au Gabon, ont été également suspendus par le CNC, qui les accuse de ”jeter le trouble dans l’opinion en prêtant à des personnalités l’intention d’être candidats à la succession du président de la République”.


SUR LE MÊME SUJET
Politique / « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo », Jean Eyeghé Ndong
Répondant aux affirmations d’une certaine presse qui l’accuse d’avoir sacrifié son siège contre la modique somme de 15.000.000 F CFA, au bénéfice d’un candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), l’ancien Premier-Ministre, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce samedi à sa permanence politique de Nkembo dans le 2ème arrondissement de la commune de Libreville que : « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo ». Le dernier Premier-Ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba, a réitéré sa volonté de ne boycotter les législatives à venir.« Eyeghé ne va pas aux élections pour des raisons biens ...
Lire l'article
L'ex-Premier ministre et candidat indépendant à l’élection présidentielle du 30 août, Jean Eyéghé Ndong s’est déclaré le 15 août, à l’occasion de sa première sortie officielle, comme le candidat « du courage » à ce futur scrutin. « Il faut du courage en politique et je crois que je l’ai ce courage. J’ai démissionné de mes fonctions de Premier ministre pour dire non quand cela ne va pas », a déclaré M. Eyéghé Ndong devant une foule en liesse venue au gymnase Président Bongo soutenir leur « champion » à cette élection présidentielle.

Le dernier Premier ministre de feu le Président ...
Lire l'article
Après avoir démissionné de ses fonctions de Premier Ministre et de 1er vice président du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), vendredi dernier pour se positionner candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce mardi à Libreville, lors d’une conférence de presse, entre autres, que « « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement ».
Lire l'article
Le Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, 2e vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG), vient de présenter ses démissions officielles au gouvernement, ainsi qu'au parti, ce 17 juillet pour se porter candidat en indépendant à l'élection présidentielle. Il est le 11e candidat en lice pour la place du chef, et la seconde candidature indépendante issue des rangs du PDG. Il n'aura pas fallu longtemps à la fissure du bloc électoral du PDG pour se transformer en brèche. Le 2e vice-président du parti, chef du gouvernement depuis décembre 2006, Jean Eyeghe Ndong, a présenté sa candidature en indépendant à l'élection présidentielle. Monsieur Eyghe ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais a rendu public mercredi dans la nuit, la composition du nouveau gouvernement de mission qui compte 48 ministres (sans le PM) contre 42 dans la précédente équipes. Selon M. Eyeghe Ndong, le gouvernement est caractérisé par la présence des hommes neuf, et aura pour principale mission, d’appliquer le programme de société du président de la République sous lequel il avait réélu en novembre 2005. Premier ministre : Jean Eyeghe Ndong, Vice-premier ministre, ministre de l’environnement de la protection de la nature et du développement durable, Georgette Koko (ancienne) Vice-premier ministre, ministre de la Culture, des arts, de l’éducation populaire, ...
Lire l'article
Le nouveau Gouvernement de Jean Eyeghé Ndong, mise en place mercredi soir, est marqué par une nouvelle présence féminine avec l’entrée de Pierrette Djouassa, Procureur général qui hérite du ministère de la Justice, Garde des Sceaux Madame Djouassa rejoint notamment dans cette équipe Honorine Dossou Naki reconduite au poste de Vice - Premier Ministre, Ministre du Contrôle d’Etat, des Inspections, de la Lutte contre la Corruption et l’Enrichissement illicite et Georgette Koko qui conserve le fauteuil de Vice premier Ministre, Ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature. Laure Olga Gondjout quant à elle, demeure dans ses fonctions ...
Lire l'article
Le premier ministre, président d’honneur de l’Association des étudiants et jeunes diplômés du 2ème arrondissement (Elitis), Jean Eyeghe Ndong, a récompensé ce samedi au cours d’une cérémonie tenue à l’Ancienne Sobraga, les nouveaux bacheliers de sa circonscription politique. En effet, c’est en présence des élus locaux de la circonscription, des parents et amis que s’est déroulée cette cérémonie. Des attestations, des cadeaux, des félicitations et des encouragements ont été adressés aux 96 bacheliers session 2008 du 2ème arrondissement par le premier ministre et les élus locaux. Selon le recensement effectué par les membres de l’Elitis, l’arrondissement compte 28 bacheliers dans l’Enseignement technique et ...
Lire l'article
Mauvais présage, ou pas du tout, en tout cas les mauvais signes se multiplient dangereusement dans le secteur de l’Education nationale et de l’Instruction civique à un moins de deux mois de la fin de l’année académique 2008 : Agression le mois dernier du proviseur du Lycée national Léon Mba, Ewore Békalé, par un élève symbolisant à lui seul l’essor de la violence à l’école qui préoccupe les parents d’élèves, grève des enseignants de cet établissement pour dénoncer un climat d’arrogance profitant aux récalcitrants, imposante marche pacifique des élèves de cet établissement sur le front de mer jusqu’au ministère de ...
Lire l'article
Le premier ministre et vice président du Parti démocratique gabonais (PDG), Jean Eyeghé Ndong, a donné le 24 avril une conférence de presse à l'hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville pour éclairer l'opinion sur certaines zones d’ombre du processus électoral et les enjeux des élections locales du 27 avril prochain. Le chef du gouvernement a attendu la dernière semaine de la campagne pour s'adresser à l'opinion nationale sur les enjeux de ce scrutin et au passage remobiliser les troupes de son parti pour la dernière ligne de la campagne qui s'avère âpre dans plusieurs localités du pays. «J'ai pensé qu'il convenait que ...
Lire l'article
Le premier ministre Eyeghe Ndong Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé-Ndong a fait acte de pédagogie répétitive, vendredi, à l'endroit de son nouveau cabinet rassemblé à l'Hôtel Okoumé Palace Intercontinental, en rappelant une ultime fois à ses membres l'obligation de résultats à laquelle ils sont astreints dorénavant à la tête de leurs départements ministériels d'une part, et en fixant à son tour le cap jugé à ses yeux atteignable, à condition de « rompre avec les intrigues, les cloisonnements, l'égocentrisme (et) l'immobilisme » d'autre part. On aurait pu croire d'avance, en écoutant la vice Premier ministre, en Charge de l'Environnement, du Développement ...
Lire l'article
Politique / « Je ne me reconnais pas dans les accords dits de Nkembo », Jean Eyeghé Ndong
Gabon : Jean Eyéghé Ndong à l’assaut du Palais
Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)
Gabon : Jean Eyeghe Ndong quitte la barge du PDG
Gabon: Politique : Le gouvernement “de mission” dirigé par Jean Eyeghe Ndong
Gabon: Une femme de plus dans le nouveau gouvernement de Jean Eyeghé Ndong
Gabon: Jean Eyeghé Ndong récompense 96 nouveaux bacheliers de sa circonscription politique
Gabon: Education nationale / Le gouvernement en crise avec les partenaires sociaux, le Premier ministre Eyéghé Ndong invité à prendre une initiative politique
Les “vérités” de Jean Eyeghé Ndong
Gabon: Gouvernement : Jean – Eyéghé Ndong enjoint son nouveau cabinet à « rompre avec les intrigues et l’immobilisme »

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Mai 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Gabon : Un mouvement politique non reconnu demande la démission du gouvernement Jean Eyéghé Ndong

  1. unegaboma

    21 Juin 2009 a 18:39

    je vis depuis 6ans à Dakar,et à chaque fois que je discute avec des intellectuels senegalais,j’ai un sentiment de haine,honte.
    comment ai je pu naître dans un pays de merde,constitué de personnes écervélées.il est mort le président,mais la gangrène y demeure,seul le peuple peut élire démocratique le futur président.qu’adviendra til si ce même peuple accepte de faire perdurer ce même régime?je n’y crois plus le changement au Gabon,il ne me reste plus qu’à changer de nationalité.
    gouvernement de lèche cul,peuple idiot,pays pauvre quelle honte!

  2. ngoneba

    28 Mai 2009 a 19:27

    S’il arrive à Mba Aubame de lire la constitution dont il est l’un des garants,il saurait que la légalité d’une association n’est pas seulement due à son acceptation du bongoïsme.
    Qui est plus gabonais que qui? les associations qui s’étaient crées tous azimut après la plainte contre Omar Bongo pour soutenir leur “papa accusé à tord d’avoir détourné le deniers publics” ont-elles plus de légalité que le BDP qui existe depuis 1998?
    En tout cas on sent un bon vent de panique dans la sphère du pouvoir au Gabon, au point même de suspendre les pauvres journaux privés pour avoir parlé de qui on sait….pardon ohhhh, je ne dis pas le nom ohhhh, sinon on va aussi me suspendre le souffle de vie.

    Tout ce que j’espère c’est que vous aurez au moins l’amabilité d’éviter que le peuple qui a déjà tant souffert, souffre encore de vos conflits de succession.

  3. ezaboto

    28 Mai 2009 a 11:17

    messieurs les journalistes, faites votre boulot. le BDP a plus de 5ans d’excistance, 10ans plus exactement je crois…
    oufff ces journaleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*