- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Interdiction du meeting de Rio : Le Dr. Daniel Mengara répond à Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de « docteur » en science politique que vous portez ».

Dr. Daniel Mengara [1]

Dr. Daniel Mengara, Président, BDP-Gabon Nouveau

Suite à l’interdiction du meeting du BDP-Gabon Nouveau à Rio samedi dernier, le Dr. Daniel Mengara, dans une lettre adressée aujourd’hui même à Monsieur André Mba Obame, Ministre de l’intérieur, lrépond aux allégations du Ministre selon lesquelles le meeting du mouvement avait été interdit parce que le BDP-Gabon Nouveau serait, aux yeux du Ministre, un mouvemen illégal. Réponse du Dr. Mengara à André Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de « docteur » en sciences politiques que vous portez ».

Cette lettre aura également été présentée aux journalistes au cours de la conférence de presse que les membres de la Coordination nationale du BDP-Gabon Nouveau ont tenue aujourd’hui même à Libreville à neuf heures du matin.

Ci-dessous, l’intégralité de la lettre de réponse à Mba Obame, Ministre de l’intérieur.

Pour lire ou obtenir le PDF de la lettre, cliquez ici [2].


BDP-GABON NOUVEAU

Bureau du Président

Monsieur André Mba Obame
Ministre de l’intérieur
Libreville, Gabon

N/R : BDPGN/USA/DIR/PR/DM/090528/001

OBJET : Interdiction illégale du meeting pacifique du mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau)

Monsieur le Ministre,

Dans une dépêche de l’AFP publiée samedi 23 mai 2009, vous avez, semble-t-il, justifié l’interdiction du meeting que notre mouvement devait tenir au Carrefour Rio ce jour-là par les raisons suivantes :

Sur le troisième point, je note déjà, Monsieur le Ministre de l’intérieur, que vous reconnaissez avoir reçu la documentation par laquelle nous vous signalions, en toute transparence et en toute légalité, le meeting pacifique que notre mouvement projetait de tenir à 15h00 au Carrefour Rio, meeting qui ne constituait aucunement une manifestation protestataire, encore moins une marche de protestation, mais bel et bien un meeting citoyen auquel nous conviions les Gabonais qui voulaient se joindre à nous pour débattre ensemble et publiquement de l’avenir du Gabon dans le cadre de ce que nous considérons être une vacance de pouvoir conformément à l’Article 13 de la Constitution de notre pays. C’est donc un meeting de citoyens concernés que vous avez interdit, Monsieur le Ministre, et non une marche protestataire contre qui que ce soit.

Et parce que notre droit de discuter, dans le cadre d’un meeting public, de la démission ou de la destitution d’Omar Bongo dans le contexte de vacance de pouvoir actuel est un droit absolu qui nous est garanti par la Constitution, nous en sommes encore aujourd’hui à nous demander sur la base de quelle loi cette interdiction de meeting a été décidée ?

Il nous semble évident, Monsieur le Ministre de l’intérieur, que vous mentez quand vous dites que la lettre d’annonce de meeting que nous vous avions fait parvenir manquait de contacts.  Il serait difficile d’imaginer qu’une telle lettre puisse être envoyée au Ministre de l’intérieur qui ne comportât aucun contact, ne fût-ce que téléphonique, surtout quand on sait que vous avez déjà ces contacts puisque, dans le passé, vous n’avez jamais hésité, avec votre collègue Ali Bongo, à convoquer en vos bureaux les membres de la Coordination nationale du BDP-Gabon Nouveau aux fins de leur signifier, menaces à l’appui, votre désir de faire abandonner son activisme politique à notre mouvement. Nous ne pouvons donc que noter le ridicule de votre argument, Monsieur le Ministre de l’intérieur.

Quant aux points « un » et « deux » que vous soulevez dans votre interview à l’AFP susmentionné, permettez-moi de vous dire, de « docteur » à « docteur », Monsieur le Ministre, que vous déshonorez le titre de « docteur » en sciences politiques que vous portez. Au-delà même du manque de patriotisme de vos actes visant à taire les voix citoyennes qui osent encore s’élever pour la dignité de notre pays désormais irrévocablement livré aux ignominies du despotisme, il ne se dégage de vos paroles aucune conception cohérente, encore moins intellectuelle, des faits de droit tels qu’ils se trouvent édictés dans la Constitution gabonaise. A la place, je vois plutôt s’ériger un arbitraire qui, en fin de compte, confirme de la manière la plus flagrante le dictat dans lequel s’enfonce un peu plus chaque jour le régime que vous servez avec autant d’entrain.

Les faits de droit dont je parle ici sont pourtant simples.

Quand vous dites, Monsieur le Ministre, que le « BDP n’a pas d’existence légale », soit disant parce que nous n’avons « jamais déposé de statuts », savez-vous au moins que la Constitution gabonaise actuelle, Constitution pourtant taillée à la mesure du bongoïsme, garantit à tous les Gabonais le droit d’association ? Ce droit d’association, Monsieur le Ministre, n’est pas une simple vue de l’esprit. C’est, en réalité, l’un des droits citoyens les plus sacrés et les plus absolus de toute société qui se veut démocratique. Ses fondements sont tels que toutes les constitutions démocratiques du monde en font le préalable à toutes les libertés citoyennes. Pourquoi ? Tout simplement parce que, aux yeux de la loi, le droit d’association étant absolu, on ne peut le conditionner à aucune autre loi. En d’autres termes, aucune des constitutions démocratiques du monde ne pose comme préalable à tout droit d’association l’obligation de « légalisation ». Bien au contraire, c’est le l’opposé qui est maintenu : l’association doit d’abord se constituer et, donc, exister légalement, avant que de solliciter sa « légalisation ». Mais cette « légalisation », que vous ne cessez d’opposer arbitrairement aux Gabonais comme préalable à toute possibilité d’expression politique, n’est pas, aux yeux de la loi, obligatoire. Ceci parce que la loi définit deux sortes de légalisations : la légalisation par voie d’association et la légalisation administrative :

1) De la légalité associative : Aux yeux de la loi, dès que deux personnes au moins se réunissent en vue de la défense d’un droit, d’une idée ou d’une idéologie, il y a association. La Constitution gabonaise actuelle reconnaît comme automatiquement légale une telle association. Autrement dit, dès lors que des citoyens prennent sur eux de se constituer en association ou groupe d’intérêt, et s’accordent sur un contrat associatif verbal et/ou écrit, ils acquièrent, automatiquement, existence légale. Dans ce cas, c’est le simple fait d’association lui-même qui cause la légalité. Pourquoi la Constitution veut-elle protéger, en amont, le droit d’association ? Tout simplement parce que, le droit d’association étant absolu, la Constitution veut que les citoyens ne soient pas obligés d’aller quémander la permission d’exister en tant qu’association à un état qui peut, dès lors qu’il aurait le pouvoir de décider qui peut s’associer ou ne pas s’associer, rapidement devenir arbitraire, donc dictatorial. C’est justement parce qu’elles voulaient priver l’état du pouvoir de décider qui peut s’associer et qui ne le peut pas que les Constitutions démocratiques ont renversé la procédure, préférant reconnaître automatiquement tout regroupement associatif sans obligation de formalités administratives préalables, de telles formalités étant, d’office, vues comme une enfreinte à la liberté d’association. Voilà pourquoi vous verrez que les grandes démocraties du monde n’obligent aucune association à se « légaliser » puisque cette légalisation leur est automatiquement acquise dès constitution libre d’association. Ils sont dès lors à même d’exister, d’opérer et de s’exprimer en tant qu’association.

2) De la légalité administrative : Par contre, il y a, aux yeux de la loi, une deuxième forme de « légalisation » qui, elle, n’a rien à voir avec le droit d’exister, de s’exprimer ou d’opérer. C’est ce que l’on appellera ici la « légalisation administrative », c’est-à-dire le fait pour une association dûment constituée et préalablement existante dans les faits de s’inscrire au registre des associations que gère le Ministère de l’intérieur. Or, cette procédure de « légalisation administrative » n’étant aucunement obligatoire, un groupe de citoyens réunis en association conformément à la garantie constitutionnelle n’a aucune obligation à aller rechercher la « légalisation administrative » auprès du Ministère de l’intérieur si elle n’en ressent ni l’utilité ni le besoin. Du moment qu’elle existe sur la base, par exemple, de ses statuts ou de toute autre forme de contrat associatif liant entre eux ses membres, l’association existe de plein droit et a pleinement le droit d’exister. Ce qui « force », cependant, les associations à rechercher souvent la « légalisation administrative » n’a rien à voir avec une supposée illégalité de leur existence. Cette démarche se fait souvent par nécessité pratique. Autrement dit, sans légalisation administrative, il serait, par exemple, difficile à l’association d’ouvrir un compte en banque car les banques demandent souvent les papiers de légalisation administrative pour pouvoir ouvrir un compte bancaire au nom de l’association.

Mais au Gabon, Monsieur le Ministre, le régime que vous servez et vous-même entretenez l’amalgame jusqu’à l’absurde, au point de vouloir conditionner l’expression politique des associations à une supposée obligation de « légalisation administrative » qui n’est nulle part posée comme préalable à l’expression associative. Pourtant, c’est paradoxalement dans le domaine politique que la distinction entre « légalité par fait d’association » et « légalité administrative » se fait la plus claire, particulièrement dans le contexte des associations à caractère politique que l’on appelle communément « partis politiques ». Tout comme les autres types d’associations, les partis politiques peuvent se constituer librement et exister sans entraves sur la simple base de leurs statuts et règlement intérieur. Ils peuvent ainsi se réunir, manifester, etc. parce que, à la base, ce droit leur est garanti par la Constitution. Cependant, parce que le but de ces associations à caractère politique est de solliciter les suffrages du peuple, il leur devient naturellement nécessaire de solliciter la « légalisation administrative ». Cette légalisation administrative leur donne deux droits fondamentaux sans lesquels ils ne pourraient atteindre leur but : le droit d’ouvrir un compte bancaire  (donc de solliciter publiquement des fonds au nom de l’association) et le droit de recevoir de l’état les avantages liés aux partis politiques. Par exemple, un parti légalisé administrativement peut inscrire ou présenter des candidats sur les listes électorales lors des élections et l’état a alors l’obligation d’imprimer des bulletins de vote sur lesquels figureront les informations de ce parti aux fins de rendre possible l’élection de ses candidats.

Dans ce contexte, la seule différence entre un parti politique et les autres types d’associations se trouve dans le fait que les partis politiques visent la participation aux élections. Les buts sont cependant les mêmes, et les méthodes également, car toutes les formes d’association ont comme objectif la promotion de la justice et du bien-être pour tous. Comme le dit l’Article 2 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789, déclaration que reconnaît la Constitution gabonaise en son Préambule, « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » Ce but est le même pour tous les autres types d’associations qui, dans tous les domaines de la vie, visent au redressement des injustices sociales, culturelles, économiques et/ou politiques pouvant découler de la gestion dictatoriale ou irresponsable de l’état.

L’incohérence de vos arguments, Monsieur le Ministre, est donc plus que flagrante. Elle l’est surtout quand on considère la loi gabonaise sur les partis politiques. Au Gabon, la loi exige des associations voulant se constituer en partis politiques de se former d’abord, et ensuite de rédiger leurs statuts et désigner leurs dirigeants, AVANT même que de pouvoir soumettre un dossier de « légalisation » au Ministère de l’intérieur. Autrement dit, Monsieur, le Ministère de l’intérieur que vous dirigez est clair : on ne peut pas solliciter une « légalisation administrative » au Gabon si on ne s’est pas, au préalable, constitué en parti politique par la rédaction des statuts et la désignation des dirigeants du parti. Sur ce point, donc, vos propres lois sont en conformité avec la Constitution, qui garantit le droit d’association politique ou autre hors « légalisation administrative ». Pourquoi ne respectez-vous pas vos propres lois ?

Mais, mieux encore, vous savez vous-même, Monsieur le Ministre, que la loi dont je parle ici est celle-là même qui dit que la « légalisation » n’est possible que  pour les partis politiques qui peuvent montrer qu’ils ont quelques milliers d’adhérents. Là encore, la loi veut que la légalisation ne soit accordée qu’aux partis ayant fait la démonstration d’un minimum d’adhérents sur le terrain, c’est-à-dire qu’ils doivent se donner une certaine légitimité populaire avant que de solliciter la légalisation. Or, comment un parti politique souhaitant se « légaliser » administrativement va-t-il pouvoir, comme le demande la loi, obtenir l’adhésion de trois mille personnes si, dans le même temps, vous lui interdisez de tenir des meetings politiques capables, justement, de lui permettre de récolter les adhésions nécessaires à sa légalisation ? N’y a-t-il pas, dans ce cas, incohérence et arbitraire de votre part, Monsieur le Ministre, si, d’une part, vous nous reprochez de n’être pas légalisés et si, d’autre part, vous nous interdisez les meetings politiques qui nous permettraient d’exposer notre idéologie aux citoyens devant former l’ossature de notre légalisation conformément à vos propres lois ?

Mais, encore une fois, Monsieur le Ministre, rien dans la loi ne dit que pour tenir un meeting politique, un rassemblement politique ou même une manifestation, les citoyens doivent obligatoirement appartenir à des partis politiques « légalisés » ou des associations « reconnues » par le Ministère de l’intérieur. Il n’y a que dans les régimes de dictature  que de tels préalables existent car il s’agit pour ces régimes de contrôler toute forme d’expression citoyenne. Le droit de manifester, de marcher ou de tenir meeting politique n’est pas la seule prérogative des partis politiques, encore moins celle des seuls partis politiques légalisés. Tout groupe de citoyens, à titre collectif ou individuel, a le droit de manifester et de tenir meeting sur quelque sujet que ce soit qui ait une portée nationale ou sociétale. Par ailleurs, rien dans la loi n’interdit à une association de citoyens de se créer spontanément le matin et tenir meeting l’après-midi sur un sujet politique sans que cela ne constitue un acte illégal.

Autrement dit, si le but d’une association qui se dit mouvement politique n’est pas, par exemple, de concourir au suffrage populaire lors des élections, mais plutôt de conscientiser les populations en vue d’une prise de conscience citoyenne, elle n’a aucune obligation de présenter des candidats aux élections et l’Etat ne peut conditionner le droit de tenir meeting au simple fait d’avoir, au préalable, présenté des candidats aux élections. A moins que vous ne vouliez, Monsieur le Ministre, nous dire que les seuls mouvements ou groupes autorisés à tenir meeting au Gabon sont ceux qui ont présenté des candidats aux élections, il me semble, encore une fois, que vous vous égarez, par cet argument, dans votre arbitraire habituel. Ce serait là, en fait, une logique qui ne tiendrait que dans la tête des bongoïstes avérés, c’est-à-dire ceux pour qui la loi et le droit ne veulent rien dire et qui inventent des lois arbitraires qui n’ont aucune base juridique ni constitutionnelle, à l’instar de votre récente tentative de faire taire les ONG gabonaises, ONG auxquelles vous essayiez de retirer le statut associatif parce que, à vos yeux, les ONG n’avaient pas le droit de s’occuper de sujets politiques. Je suppose que le fait pour vous d’avoir renoncé à cette injonction a découlé du fait que quelqu’un a dû vous démontrer le caractère fantaisiste de cette mesure.

Je note au passage, Monsieur le Ministre, qu’il est monnaie courante au Gabon de voir des groupes spontanément constitués se déverser dans les rues et manifester lors de marches de soutien à Omar Bongo sans que vous ne leur opposiez l’obligation de déposer des statuts ou de présenter des candidats aux élections. Du moment que ces groupes de soutien spontanés à Omar Bongo, selon votre propre définition de la légalité, n’ont jamais déposé de statuts, sur la base de quel droit leur laissez-vous souvent manifester leur mécontentement contre les « cabales médiatiques » orchestrées contre Omar Bongo par les médias français, et sur la base de quelle loi avez-vous jugé utile d’interdire le meeting pacifique du BDP-Gabon Nouveau ?

Je ne perdrai même pas mon temps à essayer de vous expliquer pourquoi, sur la base de la Constitution gabonaise actuelle, notre mouvement,  le BDP-Gabon Nouveau, peut et doit être considéré comme un mouvement parfaitement légal dont les actions passées, présentes et futures sont en absolue conformité avec ladite Constitution.

Dois-je vous rappeler, Monsieur le Ministre, que la Constitution gabonaise actuelle, de par sa reconnaissance, en son Préambule, de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, est, en fait, une Constitution hautement révolutionnaire ? Dois-je vous rappeler que ladite Déclaration fut écrite par des Français radicaux qui, répondant aux injonctions de la citoyenneté libre, furent à l’origine de la Révolution française de 1789 ? Dois-je vous rappeler le caractère radicalement révolutionnaire de cette Déclaration qui avait comme objectif de rejeter la monarchie et ses dictats pour instaurer une république de citoyens libres ? Dois-je vraiment, Monsieur le Ministre, perdre mon temps à vous expliquer ce que cela veut dire ?

Etant, comme vous êtes, habitué à agir dans l’arbitraire et hors des textes de loi, je me doute que vous ne pouvez comprendre un groupe comme le BDP-Gabon Nouveau qui, depuis le départ, c’est-à-dire depuis sa création, a basé toute son action sur la loi. Parce que nous sommes un mouvement foncièrement constitutionnaliste, nous ne faisons jamais rien qui sorte du cadre de ce que la Constitution nous permet. Autrement dit, parce que le Constitution actuelle nous reconnaît le droit, en tant que citoyens libres, de résister au gouvernement quand le gouvernement se fait arbitraire et dictatorial, nous sommes dans la droite ligne de la légalité constitutionnelle. Et parce que la Constitution actuelle du Gabon, en son Préambule, reconnaît la déclaration révolutionnaire de 1789, elle nous autorise, en tant que citoyens libres, à résister à l’oppression.

Le BDP-Gabon Nouveau, en tant que mouvement constitutionnaliste, est donc dans la légalité.

Par contre,

Monsieur le Ministre,

En tant que chantre d’un régime qui a fait de l’oppression sa méthode de gouvernance depuis 42 ans, c’est vous qui vous trouvez dans l’illégalité la plus flagrante quand vous privez le BDP-Gabon Nouveau du droit de s’associer et de s’exprimer librement.

Oui, Monsieur le Ministre,

C’est vous qui êtes hors la loi quand vous bafouez la Constitution en interdisant un meeting du BDP-Gabon Nouveau ;

C’est vous qui êtes hors la loi quand vous bafouez la Constitution en inventant arbitrairement des lois qui privent les citoyens que nous sommes du droit à l’association et à l’expression libre.

C’est vous qui êtes hors la loi quand vous mettez 300 policiers et gendarmes dans les rues pour empêcher les citoyens libres que nous sommes de jouir pleinement des prérogatives que nous garantit la Constitution.

C’est vous et votre régime qui êtes hors la loi quand vous bafouez la Constitution en vous refusant à déclarer la vacance du pouvoir au Gabon, même à titre temporaire.

Le pire dans tout ceci est que vous vous entêtez non seulement dans l’illégalité, mais également dans des explications qui n’ont aucun sens alors même que la Constitution est claire. Du moment que cette Constitution permet les situations de vacance temporaire, rien n’empêche la vacance temporaire d’être prononcée conformément à l’Article 13 la Constitution et Omar Bongo de revenir au pouvoir si son état de santé finit par le lui permettre. Mais laisser le pays dans le flou, le mensonge, la manipulation et les machinations est certainement un crime contre la nation que nous ne pouvons tolérer, surtout quand ce crime implique le bafouage de la Constitution. A cause de l’incohérence et de l’arbitraire de vos actes, vous et vos complices préférez l’illégalité constitutionnelle au respect de la loi. Vous refusez ainsi de constater une vacance qui est pourtant aujourd’hui plus qu’avérée vu que la Constitution gabonaise dit clairement que la vacance temporaire ou définitive doit être constatée dès lors que, pour quelque raison que ce soit et pour quelque durée que ce soit, le Président de la République n’est pas en mesure d’exercer pleinement ses fonctions.

A la fin, Monsieur le Ministre, s’il y a bien un comportement illégal dans cette histoire, ce comportement est bel et bien le vôtre.  Si vous preniez le temps de lire la Constitution du Gabon de temps en temps, et peut-être d’en respecter les injonctions citoyennes, vous et le régime moribond que vous défendez rendriez un meilleur service à notre pays.

Fait le 28 mai 2009 à Montclair, New Jersey  (USA)

Dr. Daniel Mengara
Président
BDP-Gabon Nouveau

Ampliations :

Pour lire ou obtenir le PDF de la lettre, cliquez ici [2].


SUR LE MÊME SUJET
Réponse fraternelle du Dr. Daniel Mengara au pédégiste anonyme « PDGiste-A-Mort »: Pourquoi refusez-vous de regarder la réalité en face?
Cher compatriote du PDG, quoiqu'anonyme. Quoique déplorant qu'un pédégiste se déclarant « pédégiste à mort » ne puisse pas ouvertement assumer son pédégisme par la révélation de sa vraie identité, à l'image de moi-même qui assume mon bédépisme, je ne me précipiterai point, à l'image de certains, dans le rejet en bloc de votre analyse du 16 septembre portant sur la diaspora gabonaise qui, selon vous, aboierait pendant que la caravane passe. Je veux bien que votre caravane puisse passer, mais pour aller où? Vous n'irez nulle part. Cependant, laissant de côté ces débats sur les caravanes brinquebalantes qui passent (ce sera pour une ...
Lire l'article [3]
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article [4]
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Texte modifié le 14/12/2010 A Monsieur Jean Eyegue Ndong, Député à l’Assemblée nationale gabonaise Ancien Premier ministre de la République gabonaise Monsieur le Premier ministre, Honorable député, Je me permets de réagir à votre lettre du 1er décembre 2010, par laquelle vous interpellez vos collègues de l’Assemblée nationale sur la question qui préoccupe actuellement les Gabonais, notamment le projet de révision constitutionnelle proposé au parlement par Ali Bongo. Sur le fond de vos analyses, je suis en parfaite harmonie avec vous, car les conséquences politiques de l’acte de révision constitutionnelle engagé par Ali Bongo, que l’on doit qualifier de prise en otage et de confiscation de ...
Lire l'article [5]
Le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, parti de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA)), André Mba Obame, n’a pas répondu présent au meeting et à la marché organisé par les partis de l’opposition, ce samedi à Libreville pour réclamer l’application de la biométrie dans le processus électoral au Gabon, a constaté GABONEWS. En dehors des cadres et des leaders des différents partis de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR, opposition) qui se sont désistés pour ces événements, l’on a noté l’absence remarqué de André Mba Obame, le secrétaire exécutif de l’UN, au point que des militants ...
Lire l'article [6]
Mesdames et messieurs les journalistes Chers compatriotes Dans tout ce que vous avez entendu ces dernières 48 heures, il y a du vrai et du faux. Et comme je n’ai jamais été un homme de mensonges, mais plutôt de vérité, je vais ici dire toute la vérité comme à mon habitude. Le faux, c’est que nous ayons été incapables de payer la caution requise pour la validation de notre candidature. Il faut comprendre que quand on vient des Etats-Unis et que les délais sont aussi courts, il y a un certain nombre de tracasseries administratives auxquelles nous avons été confrontés, notamment la nécessité ...
Lire l'article [7]
Le Dr. Daniel Mengara demande son passeport au Ministre de l’intérieur et aux ambassades du Gabon en France, et aux USA
Devant ce qui paraît de plus en plus comme une machination orchestrée par le régime bongoïste pour empêcher le Dr. Daniel Mengara, candidat déclaré à la présidence de la République gabonaise, d'obtenir son passeport gabonais en vue de se rendre prochainement au Gabon porter son message d'espoir et de renouveau au peuple gabonais, le leader du BDP-Gabon Nouveau est monté au créneau cette semaine en écrivant des lettres non seulement au Ministre de l'intérieur, mais également aux ambassades et Consulats du Gabon en France, à New York et à Washington, pour demander que son droit au passeport gabonais, bloqué sous OMar Bongo, lui ...
Lire l'article [8]
Lettre Ouverte du Dr. Daniel Mengara à Madame Rose Francine Rogombé, Présidente par intérim de la République gabonaise: « Affirmez vos prérogatives, Madame, ou démissionnez si vous n’êtes pas capable »
Dans une lettre ouverte à Mme Rose Francine Rogombé, Présidente par intérim de la République gabonaise, le Dr. Daniel Mengara interpelle la nouvelle présidente de la République par intérim du Gabon, lui enjoignant de ne pas rater le coche de l'histoire et de favoriser une transition démocratique immédiate au Gabon qui ne soit ni bâchée ni précipitée.  « Affirmez vos prérogatives, Madame, ou démissionnez si vous n'êtes pas capable », lance-t-il à la chef de l'Etat gabonaise par intérim. Ci-dessous le contenu de la lettre. Pour obtenir le PDF de la lettre, cliquez ici. Bureau du Président BONGO DOIT PARTIR Son Excellence Mme Rose Francine Rogombé Présidente ...
Lire l'article [9]
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article [10]
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article [11]
le Plan de paix la Constitution
Lire l'article [12]
Réponse fraternelle du Dr. Daniel Mengara au pédégiste anonyme « PDGiste-A-Mort »: Pourquoi refusez-vous de regarder la réalité en face?
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Politique / André Mba Obame, grand absent du meeting et de la marche de samedi à Libreville
Communiqué: Déclaration de Presse de Daniel Mengara depuis Libreville: “Monsieur Ali Bongo, il n’était pas nécessaire pour vous de me kidnapper pour me rencontrer”
Le Dr. Daniel Mengara demande son passeport au Ministre de l’intérieur et aux ambassades du Gabon en France, et aux USA
Lettre Ouverte du Dr. Daniel Mengara à Madame Rose Francine Rogombé, Présidente par intérim de la République gabonaise: « Affirmez vos prérogatives, Madame, ou démissionnez
Plan de Paix
Nouvelle Constitution du Gabon
Réalisations
11 Comments (Open | Close)

11 Comments To "Interdiction du meeting de Rio : Le Dr. Daniel Mengara répond à Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de « docteur » en science politique que vous portez »."

#1 Comment By philmote On 28 Mai 2009 @ 10:04

tout simplement bravo, autre chose, j’ai lu que Mamboundou denoncais la cabale des médias internationaux contre Bongo (par rapport à sa maladie) car lui il disait que bongo se repose. ah mamboundou, un opposant dites vous!!!!

#2 Comment By Virgile Nguema On 28 Mai 2009 @ 16:55

Si tu aurais bien lu et ecouter à la télévision ce qu’a dit Pierre Mamboundou, tu ne raconterais pas n’importe quoi.

Mamboundou a été clair et explicite en démontrant à quel moment dans il y avait vacance du pouvoir selon la constitution du Gabon, le fameux article 13. C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’on est obligé de parler

#3 Comment By ngoneba On 28 Mai 2009 @ 16:58

Alors que la plupart des pays, même les plus pauvres, ont déjà pris le train de l’évolution et de la démocratie, l’élite politique du Gabon nous ramène les méthodes d’un autre temps;
Mon cher Mba Obame, il paraît que tu es un intellectuel,mais je croyais qu’un intellectuel ça réfléchit avant de réagir. Et pour quelqu’un qui est censé connaître la loi, car docteur en sciences politique, franchement tu nous déshonore!
Bon Dieu, qu’est-ce que Bongo vous fait boire avant de vous engager dans son sillage diabolique? Est-il possible de se prostituer l’esprit au point même de mettre en péril son sens pratique, son intelligence et ses valeurs humaines?
J’espère que vous vivrez assez longtemps après la chute du bongoïsme, car, autant que vous êtes, vous aurez besoin d’une purge morale. Puisse Dieu avoir pitié de vos âmes perdues, encore faudrait-il que vous soyez conscients que vous êtes en déperdition, ce qui à mon avis ne semble pas évident. Car tous vos comportements portent à croire que tout ce qui vous reste d’humain c’est votre apparence, vous êtes des démons ambulants.

#4 Comment By philmote On 28 Mai 2009 @ 18:24

virgile nguema, voici ce que dit Mamboundou: « J’encourage le Chef de l’Etat à se soigner parce que les Gabonais ont besoin qu’il revienne en excellente santé », (Pierre Mamboundou, leader de l’opposition)

“Monsieur Pierre Mamboundou qui déplorait, à son tour, « l’acharnement médiatique en occident » autour de l’hospitalisation, à Barcelone en Espagne, du président Omar Bongo Ondimba, a rappelé que « le président de la République a subit un deuil que tout le monde a constaté et les Gabonais lui ont prouvé qu’ils ont compris le message et qu’ils se sont souvenus que nous sommes tous des bantous”.

et voici le lien de l’article:
Gabon: [13]

#5 Comment By RENEGHA On 29 Mai 2009 @ 10:12

MR LE DOCTEUR MINGARA, voici bientôt 2 ans que je jette quand le temps me le permet, un coup d’œil sur ce site. J’admire, en tant que gabonais conscient de la situation dans la quelle notre pays ce trouve depuis que Bongo est au pouvoir, l’acharnement avec laquelle vous souhaiter son départ.
Ce pendant, comme beaucoup d’opposant au régime, ou pseudo opposant, je remarque qu’à part insister sur le départ de bongo, vous ne proposer rien pour sortir le pays de la situation actuelle. A l’heure ou la crise financière paralyse les économies mondiales, même celles réputées jadis infaillibles, vous ne formuler aucune proposition pour le Gabon. A l’heure ou nos enseignants sont contraints de reconduire leur mouvement de grève, faute de respect de l’engagement du gouvernement, vous n’avez formulé aucune proposition pour l’enseignement. Que proposez-vous pour le système de santé? La sécurité sociale? Quand on sait que la fonction publique ne peu plus embaucher, qu’est que vous proposer pour encourager l’entreprenariat de ces jeunes gabonais qui ne demande que des aides financière pour créer l’emploi? Que pourrez-vous faire face à ce colosse, total Gabon, qui en toute impunité surexploite notre or noire? La liste est longue, et j’espère que vous le savez au moins.
Monsieur le docteur Mengara, sur toutes ces questions vous êtes plutôt absent, je me trompe peu être, au quelle cas, veuillez s’il vous plait m’orienter vers vos archives, dans lesquelles vous traitez de ces sujets.
Si tel n’est pas le cas, alors de grâce, arrêtez de vous agiter devant votre écran, vous qui n’avez la réalité des gabonais que d’une manière virtuelle.
Sachez monsieur le docteur, qu’à force de vivre dans le virtuelle comme vous l’êtes, on fini par être déconnecté de la réalité.
dsl pour les fautes, J’espère que vous ferrez votre boulot d’enseignant en lisant ce commentaire.

#6 Comment By Mounanga On 29 Mai 2009 @ 22:04

Il eu été normal que ma réaction fît suite à la missive du Dr au ministre de l’intérieur. Il n’en est rien parce qu’il n’y a rien à redire, le texte est assez clair (merci…) même si le ton n’est pas celui d’un homme calme, qu’il devra devenir (qui suis-je pour le dire! LOL). Je comprends que la passion et l’amour de son pays sont fort exprimés dans le ton mais il faut savoir respecter ses interlocuteurs même quand ces derniers ne se respectent pas eux-mêmes.
Ce message est une réponse à celui de Renegha. À la lecture de cette réaction et d’ailleurs plusieurs autres que je vois ci et là, je comprends qu’il y a un gros travail d’éducation populaire à faire. Plusieurs personnes emmagasinent les connaissances théoriques et oublient que la vie est un tout. Ce qui est appris en science peut servir en littérature et vice versa. En physique, pour résoudre un problème de cinématique, il nous était enseigné que le repère était important. Il fallait donc définir le repère parce que dans un autre contexte, la solution ne serait plus bonne. Il ne serait pas judicieux de faire une expérience sur la lune et extrapoler les résultats sur la Terre. Je crois qu’on me voit venir. Je viens d’utiliser le mot qui me pousse à réagir… En mathématiques c’est la même chose. Ceux qui ont fait l’algèbre comprennent que 7 (sept) peut être zéro (0) pour que cela soit vrai il faut définir le domaine d’étude.
Je me base sur ce que j’ai appris en science pour dire que les solutions demander par Renegha ne sauraient servir puisque le domaine d’étude est le Gabon, où, lui même le reconnaît le gouvernement ne respecte aucun engagement (cf. Son texte : « A l’heure ou nos enseignants sont contraints de reconduire leur mouvement de grève, faute de respect de l’engagement du gouvernement,… »). A qui serviraient les solutions qui seraient énumérées? Qui les mettrait en exécution. Le Gabon n’a pas besoin de solution présentement mais plutôt un cadre propice à la mise en place d’une autre façon de voir ce qu’est l’État. La mise en place d’un tel cadre passe par l’action que font les gens comme le Dr Mengara et d’autres qui se sont essayés (je parle de ceux qui se sont fourvoyés). L’expérience me rappelle qu’en 1998 durant la campagne électorale, plusieurs candidats dont M. Edzodzomo Ella avaient des solutions pour le Gabon. Ont-elles été exécutées? Est-ce que le pouvoir s’en était inspiré? A quoi sert-il de donner des solutions puisqu’elles ne servent pas le Gabon ni l’auteur des celles-ci!
Est ce que celui qui constate qu’il est malade a forcément la solution à son problème? Ce que je veux dire est simple, tout le monde ne peux pas solutionner mais faire un constat est non moins important, d’ailleurs dans la réaction à la lettre, j’ai pu lire ceci : « J’admire, en tant que gabonais conscient de la situation dans la quelle notre pays ce trouve depuis que Bongo est au pouvoir… ». Quelle est la situation du Gabon que ta conscience t’a dévoilé? En faisant “le bruit” qu’il fait (en me basant sur la logique de ton texte), cela permet à plusieurs consciences de s’éveiller. Le jour où l’hymne national du Gabon sera compris de tous, les gens comme lui seront heureux (l’essor vers la félicité) et les solutions seront facilement énumérées. C’était un visionnaire ce Damas Aléka.
Ma réaction avait pour but de montrer qu’inventorier des solutions dans le contexte politique actuel au Gabon ne sert à rien ni à personne. Pour ne pas redire ce qui est, la clef du trésor est l’ensemble des lettres DPB dans l’ordre que le Dr et son groupe l’ont pensé. Je ne l’ai pas montré car n’étant pas l’intention du propos, n’importe qui d’un peu intelligent peut imaginer des solutions aux nombreux problèmes du Gabon. Qu’en serait-il de la réalisation?

#7 Comment By LE SALUT On 30 Mai 2009 @ 02:03

POUR RENEGHA.LA SOLUTION AU MAL GABONAIS EST SIMPLE.LE NOM DU MOUVEMENT PARLE ASSEZ.C’EST TELLEMENT CLAIRE QUE VOUS NE POUVEZ PLUS VOIR.BONGO DOIT PARTIT( BDP) C’EST PAS UNE PROVOCATION.C’EST LA SOLUTION SINEQUANON POUR LE GABON.FAIS UNE BONNE ETUDE DU MAL GABONAIS TU FERA LA MEME CONCLUSION.C’EST TOUT CE QU’ON PUISSE SOUHAITER AU GABON

#8 Comment By Jean-félix N. On 30 Mai 2009 @ 03:54

J’ai lu le message de mes compatiotes Mounanga et Renegha; et j’ai beaucoup apprécié l’analyse du premier et je partage aussi les même interrogations que le dernier.
Mounanga a parlé des repères; c’est vrai qu’il faut tenir compte du contexte dans lequel les choses doivent s’appliquer, mais dans le domaine politique il y a un repère qui n’est pas du tout mathématique c’est celui de l’espace démocratique. Il n’en existe malheureusement pas chez nous au Gabon. Et c’est là tout le problème.Les forces vives du pays sont étouffées.Et pourtant ce qui est fait en France et aux Etats-unis pourraitt se faire aussi facilement au Gabon, au vu de nombreuses richesses que regorge le sol de notre pays et de notre faible population. Mais ce pays est privé d’environnement démocratique. Les lois constitutionnelles sont bafouées par ceux-là même qui les ont mis en place,la corruption et tous les détournements de fonds publics ne sont pas punis par la loi,les médias n’ont aucune liberté d’expression, et le pouvoir judiciare est incompétent et corrompu. De nombreux dossiers gisent dans les tribunaux au Gabon depuis de nombreuses années et les magistrats attendent des propositions pécunières de la part des plaignants pour pouvoir traiter leurs dossiers.
Tout comme renegha,je me demande moi aussi de quelle manière le BDP compte s’y prendre pour mettre un terme à ce régime anarchique qui a mené notre pays au bord du précipice. Avec des discours seulement on ne peut pas changer la situation dans laquelle se trouve notre pays. Il faut des actes concrets. Je pense qu’il faudrait mettre en place un mouvement fort soutenu militairement, et qui doit donner un ultimatum au régime Bongo de deguerpir sous peu, sans condition, au risque d’être contraint d’utiliser les armes. C’est la seule façon à mon avis de changer la situation politique de notre pays. Au pire des cas, si la sitaution ne nous est pas favorable, le gouvernement sera contraint d’accepter des élections transparentes sous l’égide de L’ONU afin d’éviter un bain de sang. Pour éviter la guerre au Gabon l’ONU sera contraint d’intervenir. Et c’est à ce moment là que je pourrais m’integrer complètement aumouvement BDP pour lequel j’ai encore un peu de reserve à cause de son flou stratégique. Ce n’est pas compliquer faire partir un régime du pouvoir; il suffit d’être bien déterminé à en finir etse donner des moyens militaires de presssion. C’est comme ça que le très sanguinaire, l’indéracinable MOBUTU est parti du pouvoir. Avec Bongo il faut faire la même chose. Je ne peut assister à des conférences BDP ou coalitions pour le moment si ces mouvements d’opposition refusent de comprendre que les racines du Bongoïsme sont très profondes au Gabon et qu’il faut mettre en place une action militaire pour faire un peu parler du Gabon à travers le monde et changer politiquement la situation de notre pays. je suis prêt à me sacrifier pour les générations futur si le mouvement BDP va dans ce sens. J’espère en tout cas que c’est pour bientôt. Bongo a 74 ans a les moyens de defier la mort avec ses millards de CFA. Mais nos jeunes frères et soeurs morts très jeunes, à la fleur de l’âge à cause de sa politiques, on les a vite oublié.Beaucoup continuent à mourir aujourd’hui, sous l’indifférence totale des dirigeants de notre pays. Il est temps de réagir; il faut montrer au peuple gabonais que ce n’est pas pour des ambitions personnelles que le BDP se bat, mais pour la vie de ses concitoyens. Un mort de plus chaque jour à cause de la faim ou du manque de soin devrait nous pousser à rentrer en action.
Que le DR MENGARA passe maintenant aux actes; il peut compter sur moi pour mener le combat à ses cotés au moment venu. j’essaie de renter en contact avec lui telephoniquement sans succès pour le moment.Mais je vais insister jusqu’à l’avoir pour qu’il me dise pourquoi le Mamba hésite de rentrer en action maintenant, après tant d’années de l’existence du BDP.

Que Dieu bénisse le Gabon.

#9 Comment By nat On 2 Juin 2009 @ 08:24

Bien mon futur président.Ne te laisse pas influencer par les gens qi défendent le pain que leur offre le bongoisme.

#10 Comment By ANGAUMAULT On 3 Juin 2009 @ 08:35

Alors notre très cher illustre “Docteur es sciences politiques” et bien sûr ministre MBA OBAME,il faut donc étudier la leçon sur la conchtutuchhion de ton pays avant de vouloir être l’inamovible ministre de l’intérieur.

On voit que tu es un bon disciple de MBOUMBOU Professeur émérite en manipulations électorales pour la pérennisation de la ripaille sorcière et exterminatrice de la république Gabonaise!

Pitié pour vous cher M.MBA, pas pour le Gabon;il se relèvera avec ses fils dignes,malgré vos pétro dollars et “réseaux armés en gestation”!!!!!!!!!!!!!!!!!!

#11 Comment By kintoshipadramakata On 3 Juin 2009 @ 09:55

d’une part,nous avons des promesses de l’opposant si légères que que la plume emportées par le vent,et de l’autre, les oreilles du dictateur aussi dure que le roc…
Mais qu’est qu’il y a entre les deux?

Peuple,oh mon Peuple! oh ma Patrie!réveil toi

PS: la révolution cogne à ta porte