Socialisez

FacebookTwitterRSS

Promulgation hier à Bruxelles de la nouvelle Constitution de la République gabonaise

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2009
Catégorie(s): Activités,Communiqués Coalition,Initiatives,News Coalition
bruxelles1

Travaux du meeting de Bruxelles

C’est hier soir à 19h00 qu’après une longue journée de travail et de discussions fructueuses autour du projet de modification de la Constitution du Gabon,  les Gabonais réunis à Bruxelles par la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont adopté le principe de la modification de la loi fondamentale gabonaise et promulgué la Nouvelle Constitution de la République gabonaise. La version finale de la nouvelle Constitution sera postée sur le site de la Coalition dès le 8 juin 2009.

La réunion de Bruxelles, qui était une réunion de travail axée sur la nécessité pour le Gabon de se doter d’un outil constitutionnel capable de mener le pays à une situation de démocratie avérée et progressiste, avait pour thème “Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Une Constitution nouvelle pour un Gabon nouveau”.

Les travaux de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National continueront aujourd’hui dès 9h00 du matin par la discussion et la mise en place de stratégies politiques visant à la transformation démocratique immédiate du Gabon.

Ces états-généraux de la réforme au Gabon ont ainsi permis aux participants de plancher sur les réformes les plus nécesaires au Gabon et, donc, ont aboutit à l’adoption d’un document résumant les grands principes de réforme constitutionnelle dont la teneur est la suivante:



Pour obtenir le PDF de ce document, cliquez ici.

Etats Généraux de la Réforme au Gabon :
Une Nouvelle Constitution pour un Gabon Nouveau

CONSTITUTION GABONAISE : SYNOPSIS DES AMENDEMENTS PROPOSES ET PROMULGUES

A. LES CHANGEMENTS IMPORTANTS (DONT RESTORATION DE LA CONSTITUTION DE 1991)

– Retour du mandat présidentiel à 5 ans renouvelable une fois, pour un maximum de 10 ans
– Suppression du Sénat
– Suppression du poste de Vice-Président de la République

B. LES INNOVATIONS

Les innovations concernent surtout la réduction des pouvoirs du Président de la République avec divers garde-fous institutionnels, dont notamment:

1. La parlementarisation du système politique gabonais :

– Premier ministre désormais obligatoirement proposé par le parti ou la coalition majoritaire au parlement ;

– Renforcement des pouvoirs du Premier ministre désormais co-gestionnaire de l’Exécutif, et donc plus responsable devant le Parlement que du Président de la République : Seul le Parlement peut démettre le Premier ministre ; Premier ministre puissant, donc, dans la gestion quotidienne du pays, mais pourtant facilement “déracinable” par une motion de censure du Parlement;

– Le Parlement a désormais un droit de destitution plus avéré et plus clair du Président de la République : Les cas de vacance temporaire ou définitive du pouvoir sont désormais mieux clarifiés et mieux renforcés ;

2.  La création d’un Conseil des Sages / Conseil Présidentiel (9 Sages élus par les 9 provinces) : Le Conseil des Sages devient Conseil Présidentiel dans le cadre des sessions communes avec le Président de la République, avec pouvoir de véto sur le Président dans certains cas exceptionnels. Cette innovation donne une touche particulièrement symbolique au système politique gabonais qui associe désormais les neufs Sages élus au suffrage indirect par les Parlement Provinciaux des neuf provinces du Gabon à la gestion du pays au sein du Conseil Présidentiel, avec pour but ultime de rendre plus transparent et moins arbitraire l’exercice du pouvoir par le Président de la République ;

3. Le renforcement de la Séparation des Pouvoirs : notamment avec une plus forte parlementarisation du système politique (voir ci-dessus) et l’introduction de multiples contre-pouvoirs, y compris une plus forte affirmation de l’indépendance de la justice, avec notamment l’élection du Président et de la majorité des membres de plusieurs Cours, y compris la Cour Constitutionnelle et la difficulté de changer la Constitution n’importe comment sans passer par le Référendum ; un Conseil Suprême résout désormais les conflits de séparation et d’équilibre des pouvoirs entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire.

4. La consolidation du pouvoir du Référendum : il devient plus que jamais arbitre de nombreux aspects du fonctionnement de la République en tant qu’ultime outil contrôle, de correction et de redressements des actes politiciens ;

5. La réduction des pouvoirs du gouvernement central par le renforcement de celui des provinces, avec notamment :

– L’élection des Gouverneurs au suffrage universel direct au moment des élections présidentielles ; ils deviennent les chefs élus de l’Exécutif provincial dans le cadre de gouvernements provinciaux aux pouvoirs de gestion étendus ;

– L’institution de parlements et de gouvernements provinciaux avec autonomie budgétaire et prérogatives sur la gestion économique et politique de la province (les provinces n’auront plus à attendre 9 ans pour que les fêtes tournantes leur apportent 25 milliards immédiatement évaporés. La constitution force désormais le gouvernement central à verser chaque année 1,3% du budget à chaque province, ce qui aboutit à presque 25 milliards annuels minimum pour chaque province si le budget est, par exemple, de 1800 milliards ; elles pourront ainsi construire leurs propres écoles, leurs propres hôpitaux et leurs propres routes provinciales et ainsi mieux assurer leurs propres besoins de développement ;

6. Le renforcement des droits citoyens : les Gabonais voient leur Constitution désormais garantir les libertés les plus fondamentales, y compris le droit à une libre expression ne pouvant plus être facilement compromise par les pouvoirs publics ;

7. Le renforcement de la moralité publique : non seulement est désormais introduite l’obligation de la déclaration du patrimoine personnel de chaque élu au début et à la fin de son mandat, y compris le Président de la République et le Premier Ministre, il est également désormais procédé à la confirmation, par le Parlement, de tous les ministres et cadres supérieurs et militaires de l’état nommés par le Président et le Premier Ministre aux fins non seulement d’établir leur compétences au travers de questions-réponses lors des sessions spéciales des Commissions parlementaires. Ceci force le Président et le Premier ministre à ne nommer que des personnes compétentes et filtre les nominations fantaisistes basées sur le népotisme et le clientélisme.

C. BENEFICES DE CETTE REFORME DES INSTITUTIONS (ENTRE AUTRES)

– De la Parlementarisation : La parlementarisation du système politique réduit et, donc, rend moins arbitraire les pouvoirs du Président de la république tout en renforçant ceux du Premier ministre qui devient, ainsi, plus responsable devant le Parlement, donc plus directement responsable de la gestion quotidienne du pays sous le contrôle directe du parlement ;

– Des Parlements Provinciaux : L’ institution de Parlements et de Gouvernements provinciaux, qui compensent la suppression du Sénat, sera plus propice au développement politique, économique et culturel des provinces : cela permettra le retour aux provinces des jeunes et certains jeunes ou vieux choisiront de revenir en province y faire une politique de proximité plus utile au pays que celle pouvant être faite à Libreville ; d’autres jeunes pourront choisir de devenir membres du parlement provincial au lieu du parlement central. Ce désenclavement politique et économique des provinces rendra, à terme, la vitalité culturelle perdue des provinces tout en permettant un développement effectif des provinces basé à la fois sur le génie provincial et une exploitation plus optimale des potentialités de chaque province.

– Une décentralisation bénéfique : l’institution de budgets provinciaux considérables et obligatoires vont désormais permettre la naissance d’économies provinciales tout autant que la décentralisation de l’économie ; à terme, cette décentralisation au profit des provinces devrait permettre aux provinces d’assurer leur propre développement, de se construire des économies provinciales, de construire leurs propres écoles, hôpitaux, etc. sans attendre d’avoir à mendier quoique ce soit du gouvernement central. Ainsi, le gouvernement central aura, par exemple, la charge des routes nationales alors que les provinces auront la charge des routes provinciales. Les provinces auront en même temps la possibilité d’augmenter leur budget provincial par des activités de génération de fonds supplémentaires (impôts, etc.) ;

– Une démocratie gabonaise plus avérée : par le renforcement des pouvoirs du Parlement et du Premier ministre, la consolidation de la Séparation des Pouvoirs, l’affirmation de l’indépendance des Cours et des juges, le renforcement des droits citoyens, la démocratie gabonaise est ici consolidée et avérée. Elle est ainsi sortie de l’arbitraire d’institutions qui n’ont jamais pu vraiment servir les intérêts politiques et économiques de la Nation. Au lieu du multipartisme sans démocratie qui a caractérisé la marche politique du Gabon depuis près de 20 ans, plus précisément depuis la Conférence nationale de 1990, cette proposition de Réforme Constitutionnelle donne véritablement naissance à une démocratie gabonaise non seulement effective, mais également innovante. Nous ne nous contentons plus simplement d’imiter le système institutionnel français, nous innovons et rendons enfin nos provinces présentes dans la gestion directe de la chose publique au bénéfice de la Nation tout entière.

Par ces propositions de Réforme, la Coalition Gabonaise de Salut National se positionne, non seulement comme une structure du Refus (refus des arbitraires et des compromissions faciles sur le dos des Gabonais), mais aussi de Salut National, c’est-à-dire une structure de travail et de propositions concrètes qui, loin des kermesses bongoïstes qui mettent en avant des diners au champagne sans intérêt pour le Gabon, entend canaliser l’énergie intellectuelle, patriotique et citoyenne dans un sens qui permette le renouveau et la renaissance au Gabon en vue du développement et du progrès durables dans tous les secteurs de la vie de la Nation.

La nouvelle Constitution sera disponible sur le site de la Coalition (http://www.coalitiondurefus.org) dès le 8 juin 2009.

Fait à Bruxelles, le 30 mai 2009
Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National

Pour obtenir le PDF de ce document, cliquez ici.



SUR LE MÊME SUJET
L’Organisation des personnes handicapées (OPH) du Gabon, en collaboration avec la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP), a organisé le week-end écoulé à Libreville, une causerie de sensibilisation et d’information en faveur des personnes handicapées pour leur présenter les missions de la CENAP, afin d’améliorer leur conditions de vote. Le président de la CENAP, René Aboghe Ella, qui a tenu à présider cette causerie, a édifié les personnes handicapées sur leurs droits et leurs devoirs en matières électorale en République gabonaise. Il a indiqué lors de cet échange que la Constitution du Gabon place tous les citoyens au même niveau. Dans ...
Lire l'article
Les sénateurs et les députés ont approuvé le projet de loi portant révision de la Constitution de la République gabonaise à l’issue d’un vote de 177 voix pour, 16 voix contre et 0 abstention. Le Parlement gabonais, composé de 193 députés, a adopté cette modification de la loi fondamentale portant notamment sur trois paragraphes et articles et qui était très critiquée par l’opposition. La révision, adoptée à la majorité des 2/3 des votants à la demande du président gabonais, Ali Bongo Ondimba, prévoit, notamment, de nouvelles dispositions, "en cas de force majeure constatée par la Cour constitutionnelle". Luc Marat Abila, du Parti ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo "a décidé d'initier une révision de la Constitution" de son pays, avec modification de "trois paragraphes et 36 articles", notamment sur l'organisation des élections présidentielle et parlementaires, selon un communiqué officiel diffusé aujourd'hui. "Le président de la République (Ali Bongo) a décidé d'initier une révision de la Constitution de la République", indique ce communiqué du Conseil des ministres tenu mardi à Libreville, lu sur la télévision publique RTG1 par le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Education Séraphin Moundounga. Ali Bongo a bouclé un an de pouvoir le 16 octobre. Il a été porté à la ...
Lire l'article
Le communiqué final du Conseil des ministres de ce mardi a indiqué: « le Président de la République, Chef de l’Etat, a décidé d’initier une révision de la Constitution de la République » afin de « corriger (…) certaines dispositions pertinentes (…) de la loi fondamentale notamment sur trois (3) paragraphes et trente-six (36) articles » en l’adaptant à la « réalité ». Cette réforme qui « touche l’ensemble des matières, avec pour constante, d’offrir, au citoyen, une meilleure lisibilité de la loi fondamentale » a-t-on précisé, porte, entre autres, sur « la reformulation ...
Lire l'article
Le vice président de la République, Didjob Divungi Di Ndinge reconduit dans ses fonctions la semaine dernière a prêté serment ce vendredi sur la Constitution devant le Président de la République et en présence de la Cour Constitutionnelle lors d’une cérémonie au Palais présidentiel. GABONEWS propose un encadré sur les prérogatives du vice président de la République conformément à la Constitution de la République gabonaise révisée le 19 aout 2003 : Article 14a: « Le Président de la République est assisté d'un Vice-président de la République. Le Vice-président de la République est nommé par le Président de la République qui met ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National dévoile sa proposition de nouvelle Constitution gabonaise
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate. Pour obtenir le PDF du Plan de Paix, cliquez ici. Pour obtenir le PDF de la Constitution, cliquez ici: La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a rendu publique ce vendredi 12 juin sa proposition de nouvelle Constitution de la République gabonaise. Les membres de la Coalition s'étaient réunis les 30 et 31 mai derniers à Bruxelles lors du meeting des « Etats généraux de la Réforme au Gabon », meeting qui a vu les Gabonais de la Coalition réviser puis adopter le projet de nouvelle Constitution gabonaise. La publication de cette Constitution révisée du Gabon fait suite ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article
le Plan de paix la Constitution
Lire l'article
Le président de la République gabonaise par intérim, Rose Francine Rogombé, s’est adressé à la nation dans la nuit de mercredi après avoir effectué sa première sortie officielle à l’aéroport international Léon Mba de Libreville pour accueillir le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, à Libreville depuis jeudi pour honorer la mémoire du Feu président Omar Bongo Ondimba. Discours intégral: « Gabonais, Gabonaise, Mes chers compatriotes, si je m’adresse à vous aujourd’hui, c’est en qualité de président de la République, chef de l’Etat intérimaire, en vertu de l’article 13 de notre Constitution. Le 8 juin 2009, le président de la République, chef de ...
Lire l'article
Les personnes handicapées édifiées sur les principes électoraux en République gabonaise
Gabon : Le Parlement approuve la révision de la Constitution
Gabon: Bongo va réviser la constitution
Politique / « Le Président de la République, Chef de l’Etat, a décidé d’initier une révision de la Constitution de la République », (Conseil des
Gabon: Prérogatives du vice président de la République gabonaise (Encadré)
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National dévoile sa proposition de nouvelle Constitution gabonaise
Plan de Paix
Nouvelle Constitution du Gabon
Réalisations
Gabon: Premier message à la Nation du président de la République gabonaise par Intérim, Rose Francine Rogombé

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2009
Catégorie(s): Activités,Communiqués Coalition,Initiatives,News Coalition
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

19 Réponses à Promulgation hier à Bruxelles de la nouvelle Constitution de la République gabonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*