Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France orpheline d’Omar Bongo

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2009
Catégorie(s): Politique

Omar Bongo n’est plus en grande forme. Fils et fille disputent une âpre bataille pour la succession du père, doyen des chefs d’Etat africains.

« Quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Cliché du continent, le proverbe africain a au moins le mérite de s’appliquer à merveille à Omar Bongo, le président du Gabon. A 73 ans officiels, bien plus selon ses artères, et 41 ans de présidence, le doyen des chefs d’Etat africains, patron du petit émirat pétrolier d’Afrique centrale, approche de la fin. Hospitalisé depuis le début du mois de mai dans une clinique de Barcelone, le mollah Omar n’est pas bien vaillant. Et avec sa disparition, ce sont bien des archives des relations incestueuses entre la France et l’Afrique qui vont se perdre. Commissions pétrolières englouties, financement des partis politiques français, dessous du pillage du continent et de quelques coups d’Etat fumeux…Un monde qui s’écroule avec celui qui avait l’habitude de dire qu’il « avait autant d’amis à droite qu’à gauche ».

Au nom du Père, du fils et de la fille

Déjà, les mauvaises langues du château assuraient, en fin d’année dernière, qu’il « ne passerait pas l’hiver ». Au moins aura-t-il vu le printemps. Mais plus ? « Il veut rentrer, il en a assez de l’hôpital, mais ses médecins ont dit encore deux semaines », se convainc son premier cercle, que Bakchich a pu rencontrer. Cornaqués par sa directrice de cabinet de fille, Pascaline Bongo, les émissaires du président font l’aller-retour entre Paris et Barcelone depuis le début du mois. Les envoyés du Omar bisquent sitôt qu’on leur parle de la succession du patriarche. « Il n’y a qu’une petite bande de révolutionnaires qui osent en parler ».

Directement visés, le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame et surtout Ali Ben Bongo, ministre de la Défense, fils du patron et adoubé par l’Elysée. Tout fiérot, le flambeur quinqua, autrefois copain de bringue du roi Mohammed VI et du fils du président sénégalais Karim Wade, a été reçu par Claude Guéant et Nicolas Sarkozy… Et en a même fait la publicité à la télévision gabonaise. « L’Elysée a assuré Mme Pascaline qu’Ali les avait piégés, qu’il n’était pas leur favori ». N’empêche, fifille grogne dès lors qu’on parle d’Ali. « Son côté Maman protectrice est ressorti depuis la maladie de son père ».

Et ses affidés, dans les couloirs du Concorde Lafayette où ils ont leurs habitudes, près de la porte Maillot, ne sont pas là que pour faire les boutiques. Plutôt pour compter leurs « amis », distribuer des enveloppes en liquide aux scribouillards – que peu refusent, « sinon ils savent qu’ils nous vexent », s’amuse le ministre qui papote avec Bakchich ; et lancer des messages très clairs. « Vous savez, le Gabon perdrait beaucoup avec la mort du président, mais la France encore plus, surtout si les relations se détérioraient ».

France et Gabon, brothers in arms

Vexé par les multiples plaintes d’ONG en France concernant son patrimoine immobilier, Bongo a déjà montré les dents. Résultat, sitôt ouvertes, les plaintes ont été bloquées par le parquet… Mais cette fois, les menaces sont moins voilées. Et le discours bien rôdé. Ali s’avère bien plus tenté par la Chine ou les Etats-Unis que Pascaline. Bref, la rupture contre la continuité… « Vous savez, aucun Gabonais n’a de grande entreprise en France. Le Gabon n’a aucun intérêt dans le pays. Quand les Français exploitent chez nous le pétrole, le bois, les mines », ajoute l’émissaire. Une relation privilégiée qui a beaucoup trait à Bongo selon ses ouailles. Et qui pourrait s’en aller avec lui, si la France fait le mauvais choix. Au hasard, le peu de regards portés par l’administration sur les reversements des entreprises françaises, notamment pétrolières, à l’Etat… « Vous savez les ristournes qui sont accordées à Total ou Areva risquent de disparaître avec le président si la France ne fait pas attention ». Et d’enfoncer le clou. « Parfois mêmes des gens vont le voir pour dire ce n’est pas normal, notamment les gens d’Ali, en disant : ils ne donnent pas assez et le président les éconduit en disant : la France ce sont nos frères, on ne va pas les embêter avec ça ».

Les soucis, comme dans les vieilles familles pleines de secrets, sont laissés aux héritiers. Et les missi dominici de Pascaline de se faire philosophes. « Les soucis du Gabon sont aussi ceux de la France ».

par Xavier Monnier, Bakchich.info


SUR LE MÊME SUJET
Omar Bongo, corrupteur ? Le Gabon, émirat pétrolier ? Les campagnes électorales financées par des fonds africains ? Vous n'y pensez pas bonnes gens ! Face aux dénégations multiples des hommes politiques, de Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy, en passant par le timide Parti socialiste, Rue89 exhume quelques courriers du Vieux sage, époque Elf-Aquitaine. Souvenirs, souvenirs… Le « protocole Guillaumat » des années 1970 Le pacte de corruption date des années 70 et s'appelle le « protocole Guillaumat ». Du nom de ce grand commis de l'Etat, homme du renseignement, nucléocrate et surtout architecte de l'empire pétrolier tricolore. Conséquence directe des chocs ...
Lire l'article
Malgré le décès du président gabonais, il est peu probable que les rapports entre la France et l’Afrique changent. Les intérêts bien compris des uns et des autres favorisent le statu quo. Au lendemain du décès du président gabonais Omar Bongo qui a connu tous les présidents de la Ve République : Le général de Gaulle, Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, après plus de 41 ans au pouvoir, un débat agite la classe politique française : le financement des campagnes électorales françaises par Omar Bongo. C’est le président Giscard d’Estaing qui a dégainé en premier ...
Lire l'article
Omar Bongo n’est plus en grande forme. Fils et fille disputent une âpre bataille pour la succession du père, doyen des chefs d’Etat africains. « Quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Cliché du continent, le proverbe africain a au moins le mérite de s’appliquer à merveille à Omar Bongo, le président du Gabon. A 73 ans officiels, bien plus selon ses artères, et 41 ans de présidence, le doyen des chefs d’Etat africains, patron du petit émirat pétrolier d’Afrique centrale, approche de la fin. Hospitalisé depuis le début du mois de mai dans une clinique de Barcelone, ...
Lire l'article
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Doit-on admettre en France le grand pouvoir insoupçonné des chefs d'Etats africains ? L'Elysée n'aurait-il pas les mains libres face à ces encombrants « amis » africains de la France ? En tout cas une chose est sûre, on ne soupçonne pas souvent l'immense pouvoir dont disposent certains chefs d'Etats africains. Eh oui, la Françafrique a ses revers, et ceux-ci peuvent être aussi dangereux pour la France que ne le sont ses réseaux mafieux pour l'Afrique. La Françafrique ne serait-elle pas tout simplement contre-productive pour la France et l'Afrique ? En France, le gabonais Omar Bongo, ce roi nègre, a ...
Lire l'article
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
«Une nouvelle plainte est à l'étude» explique Olivier Thimonier (association Survie), après le classement sans suite de l’enquête sur les biens des présidents africains à Paris. Un hôtel particulier du dirigeant gabonais, Omar Bongo, (2 000 m2 estimés à 19 millions d’euros) a été symboliquement placé sous scellés le 10 avril. Les ONG expliquent leur action. Olivier Thimonier (association Survie). «Même si elle avance l’argument de "l’infraction insuffisamment caractérisée", la décision du Parquet de Paris de classer sans suite l’enquête préliminaire sur les biens des chefs d’Etat africains en France est clairement politique. Tous les éléments de la plainte ont été ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Reporters sans frontières dénonce la suspension pour trois mois du bimensuel privé Tendance Gabon ordonnée le 11 mars 2008, après que le journal a publié un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France, ainsi qu'un éditorial critiquant des décisions inéquitables du Conseil national de la Communication (CNC, organe de régulation de la presse gabonaise). "Cette sanction cache mal une décision très politique et très complaisante envers le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo. Tendance Gabon est injustement puni, en s'appuyant sur un argumentaire maladroit, pour un crime de lèse-majesté envers le ...
Lire l'article
La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, a tenté jeudi 6 mars à Paris de dédramatiser la convocation mercredi de l’ambassadeur de France à Libreville par les autorités gabonaises rendues furieuses par un reportage sur les biens immobiliers du président Omar Bongo Ondimba. "Nous avons pris note des préoccupations exprimées par les autorités gabonaises avec lesquelles nous avons d’excellentes relations", a-t- elle répondu à la PANA lors d’un point de presse. Le gouvernement gabonais a indiqué mercredi qu’il "réfléchit actuellement à la suite à donner aux relations franco-gabonaises", jugeant inamicales le reportage de France 2 (chaîne publique française) sur ...
Lire l'article
Pour les diplomates gabonais en France, la conviction est forte que le Gabon est encore dans la ligne de mire des « chiens de garde » du grand capital dans l’Hexagone, qui recèle bien des dangers de déstabilisation pour le pays, à en croire la double protestation envoyée mardi au Quai d’Orsay et à la Rédaction de France 2 par l’ambassade, choquée par un « Reportage » orienté, diffusé en direct, lundi 3mars, au journal de 20 heures sur France 2, essentiellement consacré à « l’acquisition des biens mobiliers » onéreux en France, d’après ce média, par le chef de ...
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Omar Bongo, Elf et la France : le pacte de corruption
Le président Omar Bongo finançait-il les campagnes électorales en France ?
La France orpheline d’Omar Bongo
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée
Gabon: Un journal suspendu pour avoir reproduit un article du Monde sur le patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France
France 2 : la colère de Bongo
Gabon: Gabon-France : A Paris, l’ambassade du Gabon « proteste vivement » face aux « attaques » orchestrées contre le président Bongo Ondimba sur France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*