Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bien mal acquis : la mort d’Omar Bongo ne change rien

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Rapports

C’est ce qu’affirme l’avocat d’une des associations qui a porté plainte devant la justice française sur les biens acquis en France par trois chefs d’Etats africains, dont Omar Bongo. "La disparition du président Bongo ne change rien aux poursuites en cours dans l’affaire des biens mal acquis”, a indiqué, lundi 8 juin, à l’AFP l’avocat Me William Bourdon, en rappelant que “plusieurs membres de sa famille” sont également visés par une plainte devant la justice française.
“Une enquête de police a montré que les détournements de fonds dénoncés par Tranparence Internationale France sont imputables à une entreprise familiale”, explique l’avocat de l’association anti-corruption.
“Les opérations de succession sur les biens mal acquis ne peuvent être aujourd’hui que très compliqués et la disposition des biens d’Omar Bongo (distribution des biens à ses héritiers) ne peut, à mon sens, qu’être suspendue de fait, compte-tenu de la procédure en cours”, a-t-il ajouté.
La cour d’appel de Paris a été saisie le 7 mai par le parquet de Paris qui s’oppose à une ordonnance de la doyenne des juges d’instruction autorisant l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les biens acquis en France par trois chefs d’Etats africains, dont Omar Bongo, et certains membres de leur famille.
La date d’audience n’a pas encore été fixée.

“Très important patrimoine”


La doyenne des juges a jugé recevable la plainte avec constitution de partie civile de l’association Transparence international France.
Cette plainte, déposée le 2 décembre, vise “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage”, selon l’ONG.
Elle concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités.
(Nouvelobs.com avec AFP)


SUR LE MÊME SUJET
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article
Ali Bongo ne pouvait rester insensible dans l’affaire des biens mal acquis déclenchée par une plainte de Transparency International sur le patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba. Le président gabonais s’est publiquement prononcé sur la question le 18 novembre à Libreville en dénonçant notamment une «attitude arrogante et prétentieuse» des plaignants. Le président Ali Bongo s’est prononcé le 18 novembre à Libreville sur l’affaire des biens mal acquis, relative au patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba son prédécesseur à la tête du pays. ...
Lire l'article
De retour à Libreville au terme d’un séjour en Arabie Saoudite et à Singapour, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déploré jeudi soir « une attitude arrogante et prétentieuse », des plaignants de l’affaire des biens supposés mal acquis, en référence à la plainte de Transparency International sur le patrimoine, en France de trois dirigeants africains dont feu Omar Bongo Ondimba. S’exprimant face à la presse, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, le président de la République de déclarer : « Je dois dire que ce qui me vient à l’esprit, c’est un adage français qui ...
Lire l'article
La décision de la justice française sur les "biens mal acquis" va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C'est en tout cas ce qu'espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba. "Tout sauf Total Gabon" Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d'une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ». Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir ...
Lire l'article
Le parti au pouvoir et le gouvernement de la République du Congo ainsi que la presse locale fustigent cette semaine l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique, après que la Cour de cassation française eut annoncé mardi que la justice pouvait poursuivre l’enquête sur le patrimoine en France de trois présidents africains, soit l’affaire dite des "biens mal acquis". La plainte visant les présidents gabonais Omar Bongo, congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, avait été sollicitée en mars 2007 par l’organisation non-gouvernementale, Transparence Internationale (TI) France. Selon l’accusation de l’ONG, les trois chefs d’Etats ont détourné des fonds publics pour ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Un arrêt de la Cour de cassation autorise une enquête judiciaire française sur la manière dont trois présidents africains se sont constitué un important patrimoine parisien Audacieux, l’arrêt de principe rendu mardi par la Cour de cassation ouvre des perspectives nouvelles aux associations qui dénoncent la corruption et agissent pour en faire condamner les responsables, aussi puissants soient-ils. En relançant l’enquête sur les «biens mal acquis» par trois potentats d’Afrique, la plus haute juridiction judiciaire française peut aussi faire frémir quelques palais du continent. En filigrane, elle réaffirme aussi, dans une affaire sensible, la prééminence du juge d’instruction que Nicolas Sarkozy ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
Les dictateurs africains ont la cote à Paris ! À chaque fois qu'une plainte est déposée par des associations de lutte contre la corruption comme Transparency international France ou encore l'association Sherpa, celle-ci se heurte à une fin de non-recevoir. En 2007 déjà, une première plainte avait été déposée contre les biens mal acquis en France d'Omar Bongo, de Denis Sassou N'Guesso et de Téodoro Obiang Mbasogo, accusés d'avoir détourné des fonds publics de leurs pays via leurs multiples comptes en banque pour s'acheter des villas, des appartements ou des voitures de luxe. Elle s'était enlisée et l'affaire avait été classée ...
Lire l'article
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
Gabon : Ali Bongo se prononce sur les biens mal acquis
Politique / Bien mal acquis: Ali Bongo dénonce « une attitude arrogante et prétentieuse »
“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?
Affaire « bien mal acquis »: Le Congo fustige l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Bien Mal Acquis: Une décision qui pourrait «casser la culture du pillage»
Bongo Doit Partir
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
Biens mal acquis des dictateurs africains – Des dictateurs bien protégés par la France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Rapports
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*