Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète” au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, “symbole” selon lui de “la Françafrique”.

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique

Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète” au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, “symbole” selon lui de “la Françafrique”.

“On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo”, a déclaré M. Mamère, interrogé sur France Inter.

Selon lui, Omar Bongo “était le symbole de tout ce que nous dénonçons depuis 30 ans, c’est-à-dire la Françafrique, ces relations incestueuses, mafieuses entre quelques gouvernements africains et la France, de gauche comme de droite d’ailleurs”.

“Bongo faisait partie de ces gens qui étaient installés au pouvoir depuis très très longtemps, soutenus continûment par la France et qui détournaient l’argent de leur peuple”, a-t-il ajouté.Avec lui, “c’est un pan de l’histoire de la Françafrique qui s’effondre”.


SUR LE MÊME SUJET
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 21 FÉVRIER 2011 Le Président de la République a reconnu, lors de la révolution tunisienne, avoir « sous-estimé la désespérance d’un peuple ». Europe Ecologie Les Verts (EELV) l'invite à ne pas renouveler cette erreur quand il rencontrera ce lundi 21 février 2011 le président gabonais Ali Bongo Ondimba à l’Elysée pour un entretien portant notamment sur les "relations bilatérales" entre les deux pays. Depuis plus d’un demi-siècle de vie indépendante, sous l’action conjuguée de l’ancien président Omar Bongo (1967-2009) et de gouvernements français successifs en lien avec les groupes Elf (puis Total) ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
AFRIQUE - La disparition du chef d'Etat gabonais fait resurgir des histoires de corruption... Malgré les nombreux témoignages de sympathie émis par les dirigeants étrangers, la mort d'Omar Bongo faire resurgir des affaires de corruption où apparaît le nom du chef d’Etat gabonais. Le député Verts Noël Mamère s’est emporté ce mardi, sur France Inter: «On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo.» «C'était un président qui n'avait pas le souci de ses citoyens. Il a bien servi les intérêts ...
Lire l'article
Même s'il ne représentait pas à lui seul la "Françafrique", la disparition du président gabonais marque la fin d'une certaine relation franco-africaine. Avec la mort d'Omar Bongo Omdimba, c'est un pilier de la "Françafrique" qui s'effondre. C'était l'une des figures les plus emblématiques de l'Afrique post-coloniale. Il a été l'interlocuteur privilégié des présidents français depuis plus de 40 ans, même si les relations avec Paris se sont récemment crispées. Doyen des chefs d'Etats africains, son influence tenait avant tout à son ancienneté: 41 ans de pouvoir. Agé de 73 ans, il avait accédé au pouvoir en 1967, avec l'aval de la France. ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 41 ans et doyen des chefs d'Etat africains en exercice, est mort lundi à l'âge de 73 ans en Espagne, ont annoncé les autorités du Gabon, dont les frontières ont été fermées dans la foulée. Omar Bongo, hospitalisé depuis début mai, est mort lundi en début d'après-midi, selon un message du Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong remis aux journalistes à Barcelone après une journée d'incertitudes. "C'est à 14H30 (12H30 GMT) que l'équipe médicale m'a informé, ainsi que les officiels et membres de la famille présents, que le président de la République, ...
Lire l'article
BARCELONE - Le président gabonais Omar Bongo, 73 ans, est mort lundi à l'hôpital Quiron de Barcelone où il était hospitalisé depuis fin mai, a annoncé son Premier ministre Jean Eyeghe Ndong. Le président gabonais Omar Bongo est mort lundi dans un hôpital de Barcelone, annonce son Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, dans un communiqué remis à la presse. (Reuters/Eric Gaillard) "A 14h30 (12h30 GMT), l'équipe médicale, des responsables et des membres de la famille m'ont informé que Son Excellence le président El Hadj Omar Bongo Ondimba avait rendu l'âme après un arrêt cardiaque", précise un communiqué remis la presse. Omar Bongo, symbole ...
Lire l'article
Sa disparition, à 73 ans, annoncée par Le Point, marque la fin d'une saga africaine intimement liée à la France. Il laisse un pays sous-développé mais des intérêts gigantesques aux mains d'un clan désuni. La mort d'Omar Bongo a été annoncée dimanche soir par le site internet du Point, citant une une source proche de son entourage. Avec sa disparition, à l'âge de 73 ans, c'est bien davantage que le doyen des chefs d'États africains qui quitte la scène. C'est un dinosaure qui tire sa révérence, le dernier des Mohicans, la figure la plus emblématique d'un système, la Françafrique, qu'il résumait ...
Lire l'article
près 41 années passées à la tête du Gabon, Omar Bongo est mort dimanche, à 73 ans, des suites d’un cancer, a indiqué au Point une source proche de son entourage. Après avoir suspendu ses pouvoirs à Libreville le 6 mai, le plus ancien chef d’État africain a été admis dans une clinique de Barcelone. Nicolas Sarkozy a été immédiatement informé de son décès. Son épouse Édith Lucie Bongo était décédée le 14 mars des suites d’une longue maladie, à Rabat, au Maroc.
Lire l'article
L’inamovible président du Gabon est mort hier à 73 ans d’un cancer. Depuis le décès de l’Ivoirien Félix Houphouët-Boigny, fin 1993, il avait repris vaillamment le flambeau d’une «Françafrique» en déclin. Doyen des chefs d’Etat sur le continent, le président du Gabon, Omar Bongo Ondimba, est mort dimanche des suites d’un cancer aux intestins dans un hôpital de Barcelone. Il avait 73 ans, et en avait passé plus de quarante au pouvoir, sans coup d’Etat. Un record. Propulsé en 1967 à la tête du petit émirat pétrolier du Golfe de Guinée, ce petit homme aux lunettes noires aura connu et fréquenté pas ...
Lire l'article
Fin à la complaisance de la Françafrique – droits démocratiques aux Gabonais !(Europe Ecologie Les verts)
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
Bongo Doit Partir
Omar Bongo, un président au passé sulfureux
La mort du président gabonais signe-t-elle la fin de la “Françafrique” ?
Le président du Gabon, Omar Bongo Ondimba, est mort
Décès en Catalogne du président gabonais Omar Bongo
Omar Bongo, la mort du doyen de la Françafrique
Omar Bongo est mort
Avec Omar Bongo, c’est un bout de la Françafrique qui disparaît

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne 2,86 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

9 Réponses à Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète” au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, “symbole” selon lui de “la Françafrique”.

  1. bishop el fuego

    15 Juin 2009 a 22:21

    ou etait noel mamere pourquoi lui même dans son pays n’a jamais atteind le niveau de Bongo c’est vrai il n’était pas parfait mais’était pas une crapule la vérité c’est que mamere n’a pas assez d’argnet pour financer ses campagnes presidentielles alors que Bongo finançait celles des autres , bon comme lui c’est un ange vert c’est normal !

  2. irene dial

    10 Juin 2009 a 09:13

    franchement crapule est un mot fort…..pourquoi parler de dictature???
    françafrique????? c’est vous qui l’avez créée!!!!!!! commencer vous français à retirer votre camp de Gaulle implanter au Gabon avant de nous faire le bruit!!!!

  3. LE SALUT

    9 Juin 2009 a 19:22

    VOILA AU MOINS UN QUI FAIT PA DE LA LANGUE DE BOIS.ON A FUSTIGé TOUS LES JOURS LE ROLE NEFASTE DE LA FRANCEAFRIQUE DANS LE MAL AFRICAIN.MAINTENANT QUE LE GROS INSTRUMENT DE CE DISPOSITIF VIENT A TOMBER CERTAINS SE PERMETTENT DE LE PRESENTER COMME LE PLUS GRAND PACIFICATEUR .BONGO ETAIT AVANT TOUT UN DICTATEUR PEUT ETRE PAS DE LA ENVERGURE QUE MOBOUTOU.IL A ETE UN BLOCAGE POUR LE GABON EN PARTICULIER ET L’AFRIQUE EN GENERAL.POURQUOI NE PAS MANIFESTER SA JOIE DU FAIT QUE LE GABON EST ENFIN LIBRE?

  4. SySy

    9 Juin 2009 a 15:22

    Que Dieu bénisse et protège le Gabon. Contrairement à ce que je lis sur ce site, je ne pense pas que les equatos, congolais, béninois,camerounais…souhaitent la guerre au Gabon. Pourquoi? Dans quel interet? Qu’est ce que ça apporte à la vie d’un béninois, congolais, camerounais,…qu’il y ait une guerre au Gabon? Je dirais meme plus, concernant les congolais de brazza dont je fais partie; c’est justement parce que nous avons vécu ça, que nous savons à quel point c’est douloureux que nous ne pouvons pas souhaiter ça aux autres.

    Arretez de prendre les africains non-gabonais pour des gens ignobles, inhumains et méchants qui vous veulent du mal. Pourquoi serions-nous contents qu’une guerre éclate chez vous? Qu’est ce que ça peut nous apporter? Si ce n’est la tristesse de voir un énième pays d’Afrique basculer dans le déchirement…

    Il ya queslques mois, j’ai lu sur ce site des injures et moqueries vis à vis des congolais parce que nous avons vécu la Guerre et que certains d’entre nous se sont retrouvés au Gabon dans leur fuite. Je me suis dis que celui qui rit de ça est celui qui n’a pas compris qu’aucun pays africain n’est pas à l’abri de ça.

    On ne vous souhaite pas la guerre, pour rien au Monde on ne peut souhaiter ça à quelqu’un, sauf quand on n’est pas un etre humain, la guerre c’est affreux. Je dirais meme plus, si par malheur, ça devait vous arriver, je compte sur mes frères congolais pour etre hospitaliers, accueillir les éventuels gabonais en recherche de survie, que la ou le congolais mange et boit, le gabonais trouve à manger et à boire…parce que la fraternité, la solidarité et l’amour du prochain c’est pas de rigoler quand ça arrive aux autres mais plutot de tendre la main pour aider quand c’est necéssaire…

  5. nkulu mba emery

    9 Juin 2009 a 13:02

    Prions plutôt Dieu pour que le Gabon ne devienne pas un brasier. le fanatisme et la haine ne peuvent rien resoudre.
    citez moi le nom d’un seul Gabonais qui a déjà fait la guerre ? je vous comprends, mais sachez que le désordre est irréparable et entraine des conséquences penibles. regardez le Rwanda, les deux Congo, la Somalie, Israel, centrafrique, etc.
    Bongo est mort, il incarnait tout le mal du Gabon; mais vous semblez oublier toutes les composantes du régime. Qu’Ali Bongo soit là ou pas, l’heritage Bongo est là : regardez tous ces barons originaires du Nord, Sud, Est et Ouest. Bongo a été tout simplement victime du système forgé par lui même et aujourd’hui, c’est à lui qu’on lance les pierres et qu’on traite de tous les pêchés d’Israel. les Equatos, Camerounais, Congolais, Beninois et tous les autres, attendent que les Gabonais s’entretuent: le pays sera instable et ils vont se foutre de nous. alors soyez mefiants et sages car la planète entière souhaite voir le Gabon en feu.

  6. mbil foual

    9 Juin 2009 a 12:10

    Bongo est mort, vive la DEMOCRATIE VERITABLE au Gabon !!! Donc, à tous les Gabonais d’être plus que VIGILANTS et DETERMINES pour l’avénement d’un Président digne de ce nom, puisque issu d’une élection ENTIEREMENT LIBRE et TRANSPARENTE !!! A tous les activistes anti-bongoïstes d’interpeller vivement l’Union Africaine (UA)et l’ONU, pour que le pouvoir français ne nous aliennent plus, et qu’il respecte ENFIN notre DIGNITE ainsi que notre SOUVERAINETE INTERNATIONALE!!! Il faut maintenant penser aux conditions nécessaires à une meilleure organisation de la future élection présidentielle dans les 45 jours à venir. Des pressions incessantes doivent être exercées sur la Commission Nationale Electorale pour qu’elle garantisse des listes électorales fiables et incontestables aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. De même, d’incessantes pressions doivent se faire sur le Conseil National de la Communication pour qu’un accès équitable aux médias publics ait lieu en faveur de tous les futurs candidats. Soyons donc tous TRES VIGILANTS, DETERMINES et FERMES face aux ennemis de la République Gabonaise pour qu’on soit enfin libérés de la médiocrité ambiante dans notre cher pays. C’est aussi le moment de se souvenir avec force de toutes les paroles de “La Concorde”, notre hymne national.
    Que Dieu, Tout-Puissant, bénisse le Gabon et le PEUPLE GABONAIS!!!!

  7. pugnace

    9 Juin 2009 a 12:09

    ali ben n’avai qu’aller se faire foutre avec son corps trapu,il n’ora pas la presidence gabonaise,s’il fo kon fasse la guerre pour ça ça en vaut la peine,nous ne voulon plus avoir affaire o clan obo

  8. Morokons

    9 Juin 2009 a 07:24

    Mamère traite Bongo de crapule !!! Et lui, qu’est-il ? Rien ! Une crotte , que dis-je: une chiure de mouche (à m..de)dans l’échiquier politique français et, par extension, international.A-t’il eu le courage de le faire de son vivant ? De le traiter de crapule alors qu’il pouvait lui répondre ? Non ! Cet homme “courageux” le fait alors que le cadavre refroidissait ! Bel exemple de dignité !

  9. Jean-félix N.

    9 Juin 2009 a 07:12

    Respect au député noël Mamère.Si tous les francais étaient sincères comme lui, les Africains ne souffriraient pas aujourd’hui.

    De nombreux Africains, notamment les Gabonais émmigrent massivement vers l’Europe depuis déja un quart de siècle à cause de la politique Françafricaine qui prive les Africains de leurs richesses. La disparition de Bongo est un véritablement soulagement pour les Africains en général , et pour les Gabonais en particulier. Les Gabonais ont trop souffert de la dictature de Bongo et aujourd’hui même toute l’élite Gabonaise vit en exil en europe. J’espère que les Gabonais vont se battre pour empêcher Ali BEN de prendre le pouvoir. C’est un véritable sanguinaire pire que son père adoptif. Je ne suis pas surpris qu’il ferme les frontières aujourd’hui; ça fait partie de son plan pour accéder au pouvoir. C’est un plan qu’il murit depuis de longues dates. Les Français veulent le soutenir pour réactualiser les intérêts Francais perdus à cause de l’affaire des BMA avec Bongo.
    Le DR MENGARA doit se préparer à passer à l’action pour la crédibilité du BDP, car c’est le moment où jamais Notre pays doit être delivré de la main des Bongoïstes.

    Croyez moi c’est une guerre qui se prépare. Je ne le souhaite pas , mais les signes sont évidents. Ali BEN est determiné à prendre le pouvoir. Et je ne vois pas les Gabonais se laisser faire.

    Que Dieu bénisse vraiment le Gabon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*