Socialisez

FacebookTwitterRSS

Omar Bongo laisse un pays aux pieds d’argile

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Economie

Le Gabon a bâti sa fortune sur le pétrole. Bien avant l’indépendance, dès les années 30, les découvertes sont prometteuses. Mais le boom pétrolier sur lequel le pays s’est reposé aura lieu entre les années 1970 et 1990, vingt belles années avec un pétrole et des pétrodollars qui coulaient à flot. Or, et ce n’est pas là le moindre des paradoxes, ce petit pays de moins d’un million d’habitants a eu toutes les peines du monde à se développer. C’est ce que certains économistes ont appelé la « malédiction du pétrole » ou le « syndrome hollandais ». Parce que le Gabon a produit et continue de produire du pétrole sans pour autant avoir construit les routes et les infrastructures nécessaires à son développement économique. Un Etat qui s’appuie sur l’or noir et n’estime pas utile de diversifier son économie ou encore de créer un fond pour les générations futures comme il en existe en Norvège par exemple.

Une histoire indissociable du groupe français Elf intimement imbriqué dans la politique de la France en Afrique. Dans les années fastes, le Gabon a produit jusqu’à 370 000 barils par jour. Aujourd’hui, la manne pétrolière est en déclin, avec entre 200 000 et 250 000 barils par jour, essentiellement exploités par le groupe français Total.

De fait, selon le classement du PNUD, le Programme des Nations unies pour le développement, le pays a dégringolé de la 91e place à la 123e de cet indice de développement humain qui mesure le niveau d’éducation, de santé, de développement et de bien-être de la population.

Le Gabon, une histoire de matières premières

Le Gabon s’est construit sur les matières premières. Le pétrole, avant tout, mais aussi les minerais comme le manganèse, exploité par le français Eramet, ou le bois précieux. Excepté les matières premières, très peu de diversification. Dans son dernier rapport sur le Gabon d’avril dernier, le Fonds monétaire international (FMI) soulignait l’urgence à diversifier une économie qui ne peut continuellement s’appuyer sur le pétrole, les mines et le bois, qui dépendent entièrement des marchés extérieurs. Aujourd’hui, le Gabon a compris qu’il fallait penser l’après-pétrole mais il a dû mal à traduire cela dans les faits, avec une pêche artisanale qui vivote et des jeunes des quartiers de Libreville ou de Port Gentil qui ont du mal à trouver leur place dans une économie dominée par les matières premières.

La présence de plus en plus forte de la Chine

Même si le pays tente de diversifier ses partenaires économiques, la France reste le premier partenaire du Gabon. Mais le pays a suivi le mouvement que l’on observe partout sur le continent avec la présence de plus en plus forte de la Chine qui sécurise, un peu partout, ses approvisionnements en matières premières. Résultat : au Gabon, la Chine a décroché l’exploitation de l’immense gisement de fer de Bélinga, dont les réserves sont estimées à 1 milliard de tonnes. Mais la crise économique mondiale pourrait retarder le projet. Au départ, la première tonne de fer devait sortir du Gabon en 2011. Mais pour cela, il faut que les Chinois construisent le barrage hydro-électrique pour la mine, les 600 kilomètres de voie de chemin de fer entre Bélinga et la côte et un port en eau profonde pour accueillir les bateaux. Pour 3 milliards de dollars remboursables sur les cargaisons de fer.

Autant dire que les Gabonais vont avoir du mal à ressentir les effets économiques de l’exploitation de ce minerai. Et là encore, le FMI qui s’inquiète du réendettement d’un pays comme le Gabon auprès des Chinois va suivre de près l’élaboration du projet.


SUR LE MÊME SUJET
Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, dans une allocution télévisée sur la première chaîne de télévision nationale (RTG1), a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur, Omar Bongo Onimba, décédé le 8 juin 2009, à Barcelone en Espagne, tout en revenant sur les étapes qui ont marqué l’histoire du pays après cette disparition. (Nous y reviendrons)
Lire l'article
La découverte de pierres d’un brillant jaune a provoqué une véritable ruée vers l’or sur le site où la coopération chinoise est à pied d’œuvre pour ériger un des stades devant accueillir les matchs de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012. Le chantier a été fermé au public pour freiner l’euphorie populaire mais si les experts venaient à confirmer la présence d’un gisement d’or sur le terrain, les travaux du stade pourraient être compromis. C’est un dilemme cornélien qui s’annonce à Agondjé, sur le site qui doit abriter le stade de la coopération sino-gabonaise comptant parmi les ...
Lire l'article
L’Année de l’Afrique, au programme encore flou, s’ouvre cette semaine par un déplacement de Nicolas Sarkozy au Gabon et au Rwanda. Les déclarations du président de la République sur ce continent sont interprétées comme une absence de ligne directrice Nicolas Sarkozy se rend mercredi 24 et jeudi 25 février au Gabon et au Rwanda. « Deux pays où la France s’est illustrée », grince un membre d’une ONG de défense des droits de l’homme. Le choix de ces deux pays illustre le tiraillement de la France face au continent africain. Au Gabon, la tentation que « tout change pour que rien ...
Lire l'article
Exclusif: Omar Bongo a quitté le Gabon pour se reposer dans un pays étrangerExclusif: Omar Bongo a quitté le Gabon pour se reposer dans un pays étranger© Jeune Afrique Le président gabonais a quitté Libreville dans la soirée du 5 mai ou dans la matinée du 6 mai. Mercredi 6 mai, un communiqué de la présidence, lu en ouverture du journal du soir de la première chaîne de la RTG, informait les gabonais que le président Omar Bongo Ondimba, 73 ans, avait décidé « la suspension momentanée de ses activités ». De ce fait, ajoutait le texte officiel « toutes les audiences ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais se retrouvera jeudi au palais présidentiel autour du chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba pour le traditionnel conseil des ministres, indique un communiqué rendu public par le protocole d’Etat mercredi. Ce conseil interviendra deux jours après la pose des pierres par le président Bongo Ondimba du complexe métallurgique de Moanda et de l’école des Douanes de Léconi dans la province du Haut-Ogooué (Sud-est). Le tour de table de l’exécutif pourra aussi se pencher sur la situation de grève qui prévaut à la Société gabonaise de raffinage (SOGARA) à Port-Gentil. Ce mouvement d’humeur perturbe énormément les transports, particulièrement à Libreville ...
Lire l'article
Allocution du Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gasbon Nouveau, lors de la tenue du premier meeting constitutif de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National à Paris les 20, 21 et 22 février 2009. Le BDP-Gabon Nouveau est membre signataire de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National. Ce discours fut lu le vendredi 20 février au matin lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la Coalition. ---------- Mesdames et messieurs, Chers compatriotes et chers invités, Il me fait plaisir de conclure cette série d’interventions par des idées qui me sont chères et qui sont chères au mouvement Bongo Doit Partir, ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba est arrivé mercredi à Franceville dans le cadre d’une visite de travail, a constaté un journaliste de l’AGP. Le président Bongo Ondimba procédera jeudi à la pose des premières pierres de la construction du nouveau stade de Franceville et des stades d’entraînements en vue de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui sera co-organisée en 2012 par le Gabon et la Guinée Equatoriale. Les villes concernées par ces différentes cérémonies sont : Franceville, Bongoville et Ngouoni. La journée de vendredi, le numéro un gabonais, inaugurera le lycée professionnel commerciale Agathe Obendjé de Franceville. Cet établissement a subi une ...
Lire l'article
Le séminaire régional sur la gestion des contrats pétroliers et gaziers a pris fin mercredi dans la capitale gabonaise sous une note d'engagement pour les pays africains, producteurs et exportateurs de ces matières premières en vue d'améliorer leurs revenus. Selon les participants, les revenus exceptionnels tirés du renchérissement des produits de base doivent se traduire par des améliorations tangibles dans l'existence des pauvres qui vivent en marge de l'économie mondiale. Ils soulignent que les pays producteurs et exportateurs de ces matières premières ont besoin de transparence et de bonne gouvernance pour gagner la confiance de la communauté international. Treize fonctionnaires de l'administration ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Mines, du Pétrole, des Hydrocarbures (…), Casimir Oyé Mba, a ouvert Lundi à Libreville, les travaux du séminaire sur la gestion des contrats pétroliers et gaziers en Afrique de l'Ouest et du centre, organisé par la Banque mondiale (BM), le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), du Fonds monétaire international (FMI), la Banque africaine de développement (BAD) et le Global corporate forum. Le ministre gabonais a appelé les participants à mener une réflexion plus accrue, précisant l'importance d'une telle rencontre qui se tient dans un contexte international marqué par l'augmentation des prix des hydrocarbures et ...
Lire l'article
Ali Bongo, dans son discours à la nation, célèbre Omar Bongo et revient sur les étapes de l’histoire du pays après le 8 juin 2009
Gabon : Le stade d’Agondjé les pieds dans l’or ?
Année de l’Afrique : la «rupture» annoncée laisse place à de lentes mutations
Bongo Doit Partir
Exclusif: Omar Bongo a quitté le Gabon pour se reposer dans un pays étranger
Gabon: Le gouvernement autour du président Omar Bongo Ondimba pour le traditionnel conseil des ministres, jeudi
Discours du Dr Daniel Mengara aux Coalisés: “Pour que le Gabon change, il faut que le pays ne soit pas trop calme et que le
Politique : Omar Bongo Ondimba à Franceville
Gabon: Le séminaire régional sur la gestion des contrats pétroliers et gaziers a pris fin mercredi à Libreville
Gabon: Ouverture à Libreville des travaux du séminaire régional sur la gestion des contrats pétroliers et gaziers

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

4 Réponses à Omar Bongo laisse un pays aux pieds d’argile

  1. Pac

    16 Juin 2009 a 01:33

    Ah les Gabonais!
    Pourquoi donne tant d’importance a la mort d’un tyran? Avons nous une mémoire courte car 42 ans de pouvoir c’est 42 de dictatures 42 de tueries, d’exécutions d’extorsions et de détournements. Pensez vous qu’un Gabonais conscient peut pleurer Bongo (JE PENSE QUE NON).Pensons plus tôt aux familles de Mba germain, Leon Mba, Mandza, Joseph Redjambe, Martine Oulabou la liste est tellement longue bref.. donc réveillons nous car arrêtons de mettre le nom d’Ali au devant de la scène il ne sera jamais président du Gabon même si les français le veulent moins encore Pascaline (aucun back ground, aucune référence une femme qui n’a rien fait pour cette petite nation avec tout le pognon qu’elle gérait) ils n’aiment pas le GABON et reste a savoir s’ils sont Gabonais.
    Demandons plutôt les comptes a cette famille déjà que le tyran est mort parce qu’il faut que l’argent des Gabonais revienne aux mains des Gabonais Pascaline en possède une partie alors récupérons cela.
    Mr Pierre sache que les français ne veulent pas de toi mais je peux te rassurer une chose c’est que le peuple sera avec toi car nous n’allons poursuivre les bongos. Nous estimons les biens en France d’une valeur de 250 millions d’euros c’est un bon départ pour redémarrer l’économie de notre pays.
    Je reviendrais pour donner les stratégies comment faire pour récupérer cet argent.

  2. awou

    11 Juin 2009 a 16:32

    Sans être extrémiste, mais réaliste et constructiviste pour la paix et le bonheur des Gabonais sans nom, sans voix,sans droits, des Gabonais humiliés, soumis, appauvri par une seule et unique famille:BONGO. Je suis partisant du “TOUT sauf la famille BONGO”, “TOUS Contre la famille BONGO”, 42 ans suffisent!Les Gabonais ne leur demanderont pas les comptes, mais simplement de se mettre à l’écart et observer comment on peut gérer autrement sans appauvrir, sans avilir, sans terroriser,en aimant son pays, son peuple, sa population, en investissant chez soi pour enrichir son pays.
    42 ans de pillage, ca suffit la richesse accumuler permettra à 4 de vos génération de vivre tranquillement sans travailler!
    la famille BONGO a montré ses limites, sa haine contre le peuple gabonais, la seule façon d’avoir encore un peu d’estime à ce pays exangue, c’est de laisser les autres gabonais montrer leurs capacités, le Gabon n’est pas un royaume, ni une principauté,vous nous avez déjà fait assez de mal, vous nous avez laisser dans la merde, de pousser pas TROP LOIN le bouchon, il y a d’autres gabonais dans ce pays capable de faire 1000000 fois mieux que votre famille, s’il vous plait famille BONGO quitter et laisser le pouvoir aux patriotes voulant faire leur preuves, je compte sur votre bon sens,votre EGO, sur la RAISON, la seule chose qui nous distingue des autres êtres vivants. Merci la famille BONGO de quitter la politique, la vraie et unique alternative pour garantir la paix!

  3. akoua

    10 Juin 2009 a 16:00

    disons a la famille BONGO que le Gabon n’est pas un royaume que ses enfants qui sont plus riches que leur père laissent le Gabon à ses vrais gabonais et gabonaises qu’ils cherchent a faire autres choses. Pascaline mère congolaise pourquoi parlons seulement d’ALI BEN

  4. walkmindz

    9 Juin 2009 a 18:54

    Entre les réseaux de bienséances et la raison économique, se trouve un territoire vide de sens.
    Même le meilleur des partenariats peut toucher à sa fin, à sa faim, plus en temps de crise que de famine.
    Depuis que l’anticolonialisme festif a laissé sa place à un mariage de convenance sans amour, la culpabilité d’usage a construit des repentances saisonnières.
    La suite ici
    http://tiny.cc/1S4nc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*