Socialisez

FacebookTwitterRSS

Omar Bongo, Elf et la France : le pacte de corruption

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique

Omar Bongo, corrupteur ? Le Gabon, émirat pétrolier ? Les campagnes électorales financées par des fonds africains ? Vous n’y pensez pas bonnes gens ! Face aux dénégations multiples des hommes politiques, de Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy, en passant par le timide Parti socialiste, Rue89 exhume quelques courriers du Vieux sage, époque Elf-Aquitaine. Souvenirs, souvenirs…

Le « protocole Guillaumat » des années 1970


Le pacte de corruption date des années 70 et s’appelle le « protocole Guillaumat ». Du nom de ce grand commis de l’Etat, homme du renseignement, nucléocrate et surtout architecte de l’empire pétrolier tricolore. Conséquence directe des chocs pétroliers qui ont vu de petits états africains devenir en quelques mois des magnats de l’or noir, le système consiste à rendre opaques les revenus du pétrole pour alimenter les caisses noires du chef de l’Etat.

Il existe alors trois mécanismes distincts :

les « bonus » versés dans la phase exploratoire de la recherche pétrolière, jusqu’à plusieurs dizaines de millions de dollars par an ;

les « abonnements », soit la part prélevée sur chaque baril de brut commercialisé, environ un dollar par baril ;

les « préfinancements », prêts gagés sur la production à venir, avec la caution d’Elf, sur lesquels sont prélevés de 1 à 3% de commissions en jouant sur des différentiels de taux d’intérêts.

Un système inventé par les Saoudiens et récupéré par Bongo


Précision : ce système n’a été inventé ni par les Français ni par Omar Bongo, mais par le grand ministre du pétrole saoudien que fut le Sheikh Ahmed Zaki Yamani. Le président du Gabon va avoir l’intelligence d’adapter à son petit pays ce grand système de corruption internationale.

Ainsi, dans les deux premières lettres de 1987 et 1991 que nous dévoilons, le président Bongo fixe pour Elf Gabon le montant de l’abonnement :

« Nous vous autorisons à verser à votre société de commercialisation ELF TRADING S.A. la somme de US dollar 1 par baril produit au Gabon par vos sociétés ELF GABON et SNEA. Ces versements, qui se feront sur une base trimestrielle, sont des charges déductibles (un dollar/baril). »

Cet argent est ensuite reversé sur le compte personnel d’Omar Bongo à la Fiba (Banque française intercontinentale), la banque partagée par la famille Bongo et Elf, ou à une Anstalt (société offshore) au Lichtenstein. Pourquoi le Lichstentein ? Claude Gosselin, chargé de la comptabilité occulte d’Elf, répond ainsi aux juges qui enquêtent sur le groupe pétrolier :

« Parce qu’il s’agit d’une tradition initiée de longue date, qui a donné entière satisfaction aux bénéficiaires par son opacité et ses secrets. »

L’argent de la corruption est défiscalisé en France


Détail : l’argent de la corruption est défiscalisé, tant au Gabon qu’en France, comme en atteste l’instruction N°1 -non datée- signée par Philippe Jaffré, nouveau président balladurien d’Elf à partir d’août 1993.

Le fonctionnement de la caisse noire gabonaise est très codifié. Il concerne une poignée d’hommes au sommet de la direction d’Elf, où le « monsieur Afrique » André Tarallo, joue le rôle de grand argentier :

« M. Tarallo reçoit les instructions des présidents du Gabon et du Congo et, pour leur exécution, adresse à M. Gosselin une note signée de lui. M. Gosselin procède alors au versement des fonds aux bénéficiaires désignés qui ne doivent en aucun cas être des résidents français. »

Rien n’empêche les « bénéficiaires » de reverser leurs pots-de-vin à qui ils veulent… Notez qu’en 1993, le président du Congo est Pascal Lissouba, le tombeur de Denis Sassou N’guesso qui reviendra au pouvoir en 1997.

Un système privatisé à partir de 1994


Fort de la réussite de ce système, Omar Bongo décide de « privatiser » le système en déléguant à deux hommes de confiance la responsabilité de la « gestion du compte dans lequel seront versés les frais commerciaux ». Le premier est André Tarallo qui, tout en conservant la fonction de président d’Elf Gabon, a quitté la direction d’Elf. Le second est son conseiller personnel pour les affaires pétrolières, Samuel Dossou Aworet.

Au même moment, le 13 décembre 1996, il écrit à Philippe Jaffré pour confirmer le montant des « abonnements » négociés :

« Nous vous confirmons que les montants qu’il convient de prélever pour les frais commerciaux sont d’environ dix millions de dollars US par trimestre. »

Enfin, dans un dernier courrier non daté mais postérieur aux deux autres, le président du Gabon donne pour instructions à ces missi dominici de liquider « Elmora, Versima, Ferana », trois de ses “Anstalten” personnelles.

La curiosité persistante des magistrats de l’affaire Elf, en particulier celle de Renaud van Ruymbeke qui a décortiqué l’audit financier du juge suisse Paul Perraudin, va les conduire à perquisitionner la Fiba, avenue Georges V. La banque est cambriolée quelques jours plus tard, puis fermée au bout d’un mois. Toutes les archives ont été nettoyées. Trop de noms sur les bordereaux de compte…


SUR LE MÊME SUJET
Le président du Gabon, Ali Bongo, était en visite vendredi à la Maison Blanche, où son homologue américain Barack Obama l’a invité à protéger les droits de l’Homme et à mettre en place des actions contre la corruption dans son pays. Barack Obama qui a reçu jeudi son homologue Ali Bongo à la Maison Blanche a pressé le président Gabonais de "prendre des mesures audacieuses pour éradiquer la corruption" dans son pays et de "réformer le système judiciaire afin d'assurer la protection des droits de l'homme". "Le ...
Lire l'article
A quelques heures de l’élection du quatrième président de notre pays, les Gabonais s’interrogent et sont quelque peu inquiets de la suite des événements en cas de contestation violente des vaincus. La signature d’un pacte républicain par tous les candidats aurait sans doute apaiser les craintes des Gabonais et instaurer un climat serein. © Crédit photo ; Palais de bord de mer Depuis l’ouverture de la campagne, le 15 août, tous les candidats à cette élection à l’exception peut-être de celui du parti au pouvoir Ali Bongo Ondimba ont émis des ...
Lire l'article
Oyem, 20 août (GABONEWS) – Le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) à l’élection présidentielle anticipée du 30 août, Ali Bongo Ondimba, a bouclé, dans la soirée du mercredi 19 août, son marathon de campagne dans la province de Woleu-Ntem, par un meeting géant au chef-lieu de cette région (Oyem), où les populations ont pris, à travers un pacte, le ferme engagement de lui accorder leur soutien et leur fidélité pour « une victoire cash », ont constaté les envoyés spéciaux de GABONEWS. Arrivé la nuit tombante à la place de l’indépendance d’Oyem, Ali Bongo Ondimba n’a ...
Lire l'article
Malgré le décès du président gabonais, il est peu probable que les rapports entre la France et l’Afrique changent. Les intérêts bien compris des uns et des autres favorisent le statu quo. Au lendemain du décès du président gabonais Omar Bongo qui a connu tous les présidents de la Ve République : Le général de Gaulle, Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, après plus de 41 ans au pouvoir, un débat agite la classe politique française : le financement des campagnes électorales françaises par Omar Bongo. C’est le président Giscard d’Estaing qui a dégainé en premier ...
Lire l'article
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Doit-on admettre en France le grand pouvoir insoupçonné des chefs d'Etats africains ? L'Elysée n'aurait-il pas les mains libres face à ces encombrants « amis » africains de la France ? En tout cas une chose est sûre, on ne soupçonne pas souvent l'immense pouvoir dont disposent certains chefs d'Etats africains. Eh oui, la Françafrique a ses revers, et ceux-ci peuvent être aussi dangereux pour la France que ne le sont ses réseaux mafieux pour l'Afrique. La Françafrique ne serait-elle pas tout simplement contre-productive pour la France et l'Afrique ? En France, le gabonais Omar Bongo, ce roi nègre, a ...
Lire l'article
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
«Une nouvelle plainte est à l'étude» explique Olivier Thimonier (association Survie), après le classement sans suite de l’enquête sur les biens des présidents africains à Paris. Un hôtel particulier du dirigeant gabonais, Omar Bongo, (2 000 m2 estimés à 19 millions d’euros) a été symboliquement placé sous scellés le 10 avril. Les ONG expliquent leur action. Olivier Thimonier (association Survie). «Même si elle avance l’argument de "l’infraction insuffisamment caractérisée", la décision du Parquet de Paris de classer sans suite l’enquête préliminaire sur les biens des chefs d’Etat africains en France est clairement politique. Tous les éléments de la plainte ont été ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Reporters sans frontières dénonce la suspension pour trois mois du bimensuel privé Tendance Gabon ordonnée le 11 mars 2008, après que le journal a publié un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France, ainsi qu'un éditorial critiquant des décisions inéquitables du Conseil national de la Communication (CNC, organe de régulation de la presse gabonaise). "Cette sanction cache mal une décision très politique et très complaisante envers le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo. Tendance Gabon est injustement puni, en s'appuyant sur un argumentaire maladroit, pour un crime de lèse-majesté envers le ...
Lire l'article
Comment les valeurs républicaines de la France peuvent-elles trouver des accointances avec une dictature vieille de 40 ans ? J'adresse ici ici une série d'interrogations au nouveau président élu, futur chef de l'état Français. - quel conseil Omar Bongo peut-il donner à Nicolas Sarkozy alors qu'il a lamentablement échoué dans son pays sur tous les plans' - quelle expérience positive Omar Bongo a-t-il à transmettre à Nicolas Sarkozy pour la gestion de son pays si ce n'est celle de sa pérennité cynique et perverse au pouvoir ? - quel sérieux omar bongo peut-il inspirer aux gens qui connaissent son dossier, c'est-à-dire des gens ...
Lire l'article
Barack Obama exhorte Ali Bongo à lutter contre la corruption au Gabon
Bongo Doit Partir
Gabon : Un pacte républicain pour contrer les troubles post-électoraux
Gabon: Présidentielle 2009: Oyem signe un pacte de fidélité et de soutien avec Ali Bongo Ondimba
Le président Omar Bongo finançait-il les campagnes électorales en France ?
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée
Gabon: Un journal suspendu pour avoir reproduit un article du Monde sur le patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France
La France des paradoxes et des ambiguïtés démocratiques: Quand Omar Bongo donne des conseils électoraux à Nicolas Sarkozy

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*