- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

L’avènement d’une réelle démocratie au coeur de la succession d’Omar Bongo

Abonné aux réélections triomphales mais contestées, Omar Bongo n’hésitait pas à employer un slogan de campagne d’une cynique ironie : “Bongo, c’est gagné d’avance !”, proclamaient ses affiches en 2005. Le scrutin qui désignera prochainement le successeur du président décédé offre un tout autre visage.Son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la défense et vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a de nombreuses cartes en main pour l’emporter. Observant le silence pour cause de deuil, il devait néanmoins, selon toute vraisemblance, se mettre en avant, mardi 16 juin, à Libreville, en tant que représentant de la vaste famille Bongo, en prononçant devant une quinzaine de chefs d’Etat étrangers, dont Nicolas Sarkozy, l’oraison funèbre de son père.

Pourtant, de multiples incertitudes pèsent sur le processus électoral. Alors que la Constitution prévoit l’organisation du scrutin dans les quarante-cinq jours suivant la vacance du pouvoir, de nombreuses voix s’expriment pour juger ce délai intenable. “Quatre à cinq mois sont nécessaires pour bien faire les choses”, a déclaré, lundi, au Monde, le ministre de l’intérieur, André Mba Obame. Pour lui, “l’idéal serait de commencer l’année 2010 avec un nouveau président bien élu”.

L’impossibilité de procéder rapidement à la révision des listes électorales contestées et d’organiser matériellement le scrutin est le premier argument avancé. La référence à un “cas de force majeure”, prévu par la Constitution pour retarder l’échéance, permettrait de respecter formellement la loi fondamentale à laquelle tous les acteurs du jeu politique jurent leur attachement. Au lendemain de l’inhumation du défunt président, prévue jeudi 18 juin, dans son village natal de Bongoville, le gouvernement devrait examiner une proposition de calendrier qui ferait ensuite l’objet de discussions avec l’ensemble des partis.

MULTIPLICATION DES CANDIDATS La révision des listes électorales devrait permettre de supprimer les nombreuses doubles inscriptions dont le pouvoir a fait jusqu’à présent, selon les opposants, un usage immodéré. Elle devrait aussi donner l’occasion aux nombreux Gabonais, surtout les jeunes, qui ne s’inscrivaient pas – estimant que le résultat était connu d’avance sous Omar Bongo -, d’être associés au processus électoral.

Si le parti gabonais dominant, le PDG, semble également réclamer davantage de temps, c’est pour tenter de gérer la cacophonie provoquée par le décès de son président fondateur et arbitre suprême. Certains observateurs dénombrent, en effet, une dizaine de candidats potentiels au sein du PDG, à laquelle s’ajoute une demi-douzaine d’ex-opposants ralliés à la “majorité présidentielle”. Mais ces derniers pourraient profiter de la mort du président pour reprendre leur liberté. La société civile devrait aussi présenter un candidat.

Les négociations préalables aux candidatures apparaissent d’autant plus cruciales que l’élection présidentielle se joue sur un seul tour et que les responsabilités politiques ont donné, jusqu’à présent, accès à des ressources financières considérables. La multiplication des candidatures, réactivant les clivages ethniques gommés par le clientélisme d’Omar Bongo, peut donc réserver des surprises. “Ici, les élections ne se gagnent pas sur des discours mais sur la capacité à distribuer des positions et de l’argent”, constate un député.

Plusieurs acteurs politiques insistent aussi sur les immenses attentes de la population en matière de démocratisation, et donc sur les risques de violence consécutifs à d’éventuelles frustrations. “La France a intérêt à favoriser l’émergence d’une réelle démocratie sinon la population la tiendra pour responsable”, affirme un ministre, candidat potentiel, en rappelant que le Gabon compte quelque 10 000 résidents français.


SUR LE MÊME SUJET
Les yeux – deux petites fentes – de cet élégant masque en forme de cœur enveloppé de cornes d’antilope se plantent dans ceux du visiteur. Recouverte d’une teinture blanche, cette pièce kwélée du nord du bassin du Congo et de l’Ogooué fait partie des trésors que propose de découvrir le musée du Quai Branly (Paris) dans une exposition consacrée aux arts d’Afrique centrale. Les 170 œuvres présentées (issues­ pour la plupart de collections particulières belges et françaises) retracent l’histoire des différentes cultures des populations de langue bantoue vivant de part et d’autre des rives du fleuve Congo. Six pays sont concernés : ...
Lire l'article [1]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [2]
LIBREVILLE (AGP) - Une centaine des partisans de Pierre Mamboundou, un des trois candidats ayant crié victoire sans attendre les résultats officiels, étaient rassemblés mercredi au Rond point de la Cité de la démocratie, où est situé le siège de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap), ont constaté des journalistes de l’AGP. Ces derniers ont pris d’assaut cet endroit à l’appel de M. Mamboundou, mais ils ont été stoppés par un cordon des gendarmes armés qui ont encerclé l’entrée du siège, où a lieu depuis 15H 00 (14H GMT) l’assemblée plénière de la Cénap, à l’issue de laquelle les ...
Lire l'article [3]
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article [4]
Un mois après la disparition d'Omar Bongo, la France voudrait apparaître comme un observateur neutre dans le processus encore incertain de succession à l'homme qui régna pendant 41 ans sur le Gabon en toute complicité avec Paris. Le président Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner se sont donné le mot. "La France n'a pas de candidat", a répété le ministre des affaires étrangères, jeudi 2 juillet à Dakar. "Moins la France s'occupera de la succession gabonaise, mieux elle se portera", renchérit une figure de l'UMP. Ce retrait apparent masque la vive préoccupation des responsables français. La qualité démocratique du processus constituera le ...
Lire l'article [5]
Après quarante-deux ans de règne, le président Omar Bongo est mort et enterré. Le Gabon semble s’acheminer vers le changement. Il faut s’en féliciter et souhaiter que le calme perdure. Mais, une fois la période de deuil passée, parviendra-t-on à s’entendre sur l’essentiel ? Pour une telle succession, il y a forcément péril en la demeure. Le plus dur ne fait que commencer. L’héritage du président Bongo est sans conteste très lourd à porter. C’est toujours le cas lorsque les dinosaures, qui règnent sur des pays dominés par la pensée unique, quittent la scène. ...
Lire l'article [6]
De nombreux prétendants s'affrontent tant à l'intérieur du clan familial que dans l'opposition. Le cercle des admirateurs s'est restreint. Après sept jours d'hommage populaire, la dépouille du président gabonais est enfin arrivée à Lewaï, où se trouve la maison natale d'Omar Bongo. Dans ce gros village, devenu par la prodigalité présidentielle le très confortable Bongoville, ils n'étaient plus qu'une poignée autour du cercueil. Tous des proches qui se rêvent désormais en héritiers. Omar Bongo en terre, les ambitions vont se libérer brutalement au grand jour. Le président disparu avait toujours refusé de désigner un favori. «Le Gabon va entrer dans une période ...
Lire l'article [7]
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a estimé mercredi dans une lettre adressée au président par intérim de Guinée-Bissau Raimundo Pereira que l'assassinat du président Joao Bernardo Vieira était "un nouveau coup à la démocratie". "Cet attentat qui porte un nouveau coup à la démocratie dans votre pays et suscite l'émotion et l'indignation de tous, le Gabon le condamne avec vigueur et fermeté, tout comme il condamne l'assassinat du chef d'état-major de l'armée le général Tagmé Na Waié", écrit le président gabonais, doyen des chefs d'Etat africains et de la planète dans une missive publiée à la une du quotidien national ...
Lire l'article [8]
Les retards enregistrés dans la publication de la liste électorale des législatives partielles dans la circonscription d’Omboué, dans l’Ogooué-Maritime, pourraient contraindre la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) à reporter l’élection du successeur de Jean Ping à ce siège. Initialement prévu pour le 21 septembre prochain, le vote pourrait être reporté en raison du délai de décaissement des fonds nécessaires à l’organisation du scrutin. Quatre jours après l’ouverture de la campagne électorale dans la circonscription d’Omboué, pour le siège laissé vacant par Jean Ping suite à son élection à la présidence de la Commission de l’Union Africaine, la Commission électorale ...
Lire l'article [9]
Les libertés n’auraient aucun sens et les droits aucune substance, si des facteurs ou des considérations purement conjoncturels étaient susceptibles de les altérer selon quelque marchandage. Par ailleurs, dès lors que l’on débat du sort de l’espèce humaine dans son milieu social et politique, toute démarche qui tendrait à recourir à la mise en exergue des particularismes expose à des déviations voire à des contorsions dangereuses. En fait c’est de la loi et de l’esprit des lois qu’il s’agit en toute chose, dans le contexte de la détermination des libertés et des droits des gens, pris individuellement ou collectivement. Le ...
Lire l'article [10]
Exposition: Au coeur du Congo
Bongo Doit Partir
Présidentielle : Des partisans de Mamboundou rassemblés au Rond point de la Cité de la démocratie
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
La France préoccupée par le processus de succession d’Omar Bongo, au Gabon
Gabon: La succession d’Omar Bongo s’annonce difficile tant sur le plan politique qu’au niveau social. Car tout est à construire dans ce pays où le
Omar Bongo : la lutte pour la succession a commencé
Omar Bongo: l’assassinat de Vieira est un “coup à la démocratie”
Gabon : Vers un report du scrutin pour la succession de Jean Ping à Omboué
Démocratie des principes et démocratie des compromissions
2 Comments (Open | Close)

2 Comments To "L’avènement d’une réelle démocratie au coeur de la succession d’Omar Bongo"

#1 Comment By awou On 17 Juin 2009 @ 16:45

Nous sommes un peuple qui a trop souffert, nous sommes un peuple ne plus et ne veut plus souffrir!
Le Gabon ne sera plus jamais un état où ses intérets seront décidés par des tierces personnes. La population gabonaise a décidé de reprendre son destin qu’il avait confié à Bongo et sa famille. Rien ne se fer plus comme avant, rien ne se fera sans le peuple passif, souffrant, humilié;TOUT se fera pour les Gabonais, par les Gabonais sans la famille Bongo. Tous les Gabonais sont tous d’accord que 42 ans de mépris, de pillage,de gaspillage,d’arrasage des politiques français, étrangers,42 ans de souffrance, de haine,d’oppression,d’avilissement par une seule et même famille suffisent. Nous avons besoin d’oxygène, de fraicheur, nous voulons simplement vivre tranquillement, paisiblement,heureusement,librement avec les gabonais qui se soucient des autres Gabonais. A la famille Bongo, les Gabonais vous demandent de les laisser tranquilles, que voulez-vous de plus?En 42 ans, vous avez eu l’argent et vous en avez encore pour au moins 5 générations sans avoir besoin de travailler;les honneurs?vous en ave eu!la gloire?vous en avez eu et vous en avez encore;le pouvoir?vous avez eu et vous en avez encore!les voitures?vous en avez eu et vous en avez encore les plus belles et les plus chères!les !maisons?vous en avez eu et vous en avez encore!la nourritures?vous en avez eu et vous en avez encore (regarder comment vous êtes menus)et vous en aurez encore!les femmes?vous en avez eu et vous en avez encore!les hommes?vous en avez eu et et vous en avez encore vous en aurez encore!
Que voulez-vous de plus en voulant s’obstiner au pouvoir, n’avez-vous pas tant profiter?pensez-vous que la vie dure éternellement?je vous rassure que NON, car c’est que ce tous les Gabonais y compris vous-même pensaient de Bongo!
Alors, merci de prendre tranquillement quelques années de vacances au Gabon ou ailleurs vous en avez les moyens:pouvoir et l’argent!Aurevoir la famille Bongo!
Nous sommes un peuple qui a trop souffert, nous sommes un peuple ne plus et ne veut plus souffrir!

#2 Comment By KAMIKAZE On 19 Juin 2009 @ 10:12

C’EST MON NOM ,LA FAMILLE BONGO ATTENTION,QUAND UN HOMME N’A PLUS RIEN A PERDRE ,JE SUIS NE DANS UN PAYS RICHE,LE PARADOXE VEUT QUE ,MA FAMILLE SOIT PAUVRE Y COMPRIS MON ENTOURAGE,POUR INFO,JE SUIS DE COCOTIER,NOUS CROUPISSONS DANS LA MISERE,PAR LA SIMPLE VOLONTE DE VOTRE PERE,PENDANT QUE VOUS DEPENSEZ MON ARGENT,A PARIS,LONDRE,TOKIO,NEW-YORK,MA MERE MEURT A L’HOPITAL GENERAL,PARDON,AU CIMETIERE GENERAL,JE NE SUIS PLUS PRET A L’ACCEPTER,SI VOUS NE ME PRENNER PAS AU SERIEUX,ESSAYEZ DONC.