Socialisez

FacebookTwitterRSS

Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac sont donc simplement venus s’assurer que les deux rejetons étaient fin prêts

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2009
Catégorie(s): Griffaronades

Chers Amis,

Je viens de voir passer ce matin au Palais du bord de l’océan, les deux néo-colonisateurs français Nicolas Sarkozy et son meilleur ennemi Jacques Chirac ; qui sont venus, comme d’autres avec eux, faire semblant de pleurer et de s’incliner sur le cercueil en bois d’OZIGO de notre cher « presida ».

Je peux déjà vous dire que les choses n’ont pas vraiment été faciles pour eux, surtout pour le jumeaux de l’autre (jumeau par la taille, j’entendais). En effet, le nabot SARKO Ier a été copieusement hué par la foule de gabonais qui se trouvait là aux abords du palais…du « présida ».

Pas la peine de vous dire que j’ai été content.
Je me suis dit intérieurement que les gabonais commençaient vraiment enfin à comprendre !
Je me suis dit que les Gabonais ne sont plus de simples « nègres ». Ils sont devenus « blacks » tout simplement ! Ben oui, tout le monde sait qu’un « nègre » ça rit banania à longueur de journée ; et qu’un « black » ça cogite. Ça cogite et ça copule certes, mais ça cogite quand-même ! Enfin, c’est vrai que ça cogite très souvent pour voir comment « couper » un « éndondo » (càd Blanc chez les Bulus au sud Cameroun) et le « décaler » ensuite – comme savent le faire nos « indomptables » frères fayman Camerounais. Ceci dit, toujours est-il qu’un « black » ça « think ». Et les gabonais viennent de le prouver à Sarkozy, en lui signifiant qu’un hongrois n’est pas forcément plus futé qu’un « Gabao » !

Car pour ceux qui ne le savaient pas encore. Sarkozy et Chirac (soudainement réconciliés) ne sont pas venus au Gabon à 6H00 du matin, laissant Carla et Bernadette au lit, annulant tous leurs coups de fil avec Barack pour le 1er et le juge Bruguère pour le second, négligeant les résultats de sa filature envers Cécilia pour l’un et de ceux des examens de son appareil auditif pour l’autre… pour venir pleurer le malheureux Omar !
Non, gabonais. Ne vous y trompez pas !

Si certains d’entre vous avaient la naïveté de le croire encore sur ce forum, c’est qu’ils sont vraiment encore des « ya bon banania » !
Je dirais même qu’ils sont encore plus naïfs même que mon voisin EPANDJA, qui lui a balancé en pleine figure à Sarkozy-de-Nagui-Brosca qu’«On ne veut plus de vous, partez!»

Sarkozy et Chirac sont donc tout simplement venus encourager les enfants Bongo à tout mettre en œuvre pour prendre le pouvoir, car cela va de l’intérêt de TOUT LE MONDE. Cela y va de l’intérêt de la France, de la Françafrique, de Chirac, de Sarkozy, d’Ali, de Pascaline, du clan et de tout le système Bongo. Et cela va aussi de l’annulation de la plainte sur les… Biens Mal Acquis…
Eh oui, je vous emmène maintenant aux tréfonds de la real-politik, chers gabonais !
Certains d’entre vous se demandent ce que viennent faire les BMA dans cette promenade de Chirac et Sarko Ier aux obsèques du mollah Omar ? C’est très simple. La France (ou Franceafrique, si vous voulez), à travers ces plus illustres représentants que sont Chirac (hier) et Sarko (aujourd’hui), est tout simplement venue « arroser » la plante qu’elle a plantée il y a quelques mois !

L’ouverture de l’enquête contre les BMA qui visaient ESSENTIELLEMENT les présidents Bongo, Sassou, Obiang, tous à la tête d’états pétroliers en dollar, n’étaient pas un simple tour de passe-passe sorti tout à coup de la toge de notre cher Maître Bourdon ! Non, non non Gabao, réveillez-vous !

Ce n’est quand-même pas après plus de 40 ans d’extorsions de fonds publics au Gabon pour Bongo, près de 25 ans de détournement du brut congolais pour Sassou, et quasi 30 ans d’accaparation personnelle des recettes de la Guinée pour le tortionnaire Obiang, que la France et sa justice à géométrie variable vont soudainement voir clair ! Ne prenez quand-même pas les gabonais-congolo-guinéens pour des bougres « nègres » pardi ! N’oubliez pas que nous sommes « blacks » – donc Nous cogitons !

Oui. En autorisant [ENFIN] Maître Bourdon (qui s’essaye honnêtement à cette tâche depuis des années, en vain) à ouvrir l’enquête, la France (à fric) a simplement voulu mettre la pression sur ces fidèles serviteurs avant les échéances qui s’annonçaient : 2012 (au Gabon) et 2009 (en Guinée et Congo Brazzaville). Leur mettre la pression pour qu’ils trouvent un intérêt (et les moyens nécessaires) pour perpétuer leur pouvoir en servant la France, et ce afin de ne PAS TOUT PERDRE.
Voilà ce que ne vous dirons jamais les journaux ni les télévisions et Star Ac’. Ces lobotomiseurs et ramolisseurs d’esprit qui à longueur de journée vous font croire que le monde est coloré de vert-jaune-bleu, comme le sont les belles images que balancent TF1 sur votre tout nouvel écran plasma du salon.
Non, chers compatriotes. Derrière la télé, derrière le mirroir, il y a une réalité trouble. Insaisissable. Insupportable. Cette réalité, seuls en maîtrisent les contours les commanditaires (la Françafrique) et leurs sujets d’un jour que sont pour ce qui est des BMA : B.S.O.

Enfin, pour ce qui est du Gabon, vous me direz peut-être qu’il n’y avait pas « urgence », vu que 2012 est relativement loin. Et moi je vous répondrais que l’urgence gabonaise ne résidait pas dans l’imminence des élections au pays. L’« urgence » gabonaise était simplement marquée au BIC BLEU sur le bulletin de santé du vieux Omar. Bulletin que l’Elysée tient (disons désormais, comme pour feu Léon Mba, tenait) à jour séance chimio après séance chimio. Quand bien même ces séances se passaient désormais à Rabat. Le vieux voulant se sortir de l’étreinte de ses patrons… en vain. Car que vaut le respect d’un secret médical au pays de Mohammed V. Si ce n’est le double de sa contrepartie en Euros ! Et puis, n’oublions pas. Le vieux Omar lui, carburait très souvent au CFA. Dévalué !

Pour revenir donc sur les BMA, sachez simplement que le vieux Bongo étant mourant, et les « jeunes » Obiang et Sassou étant en fins de mandats (2009), la Françafrique voulait simplement resserrez un peu l’étau, autour de leurs biens précieux, pour s’assurer que la servitude continuera sur gage des 33 propriétés–100 comptes bancaires–Férrari, Mercedes, Lamborguini, etc…, pour ce qui est du seul « serviteur » gabonais par exemple.

Le vieux Bongo, étranglé par cette affaire des BMA durant ces derniers mois, a fini par en mourir d’une crise cardiaque !

À la question donc de savoir si le vieux Omar avait terminé sa vie en Héros, moi Petit-Léon Mba, je répondrais tout de suite OUI. Car Bongo n’a pas désigné de successeur tel que l’y encourageaient vivement Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et tous ceux de leur réseau françafricain (Bolloré, Rougier, Hassan Hedjej, …). Au chevet de son lit à Barcelone, le vieux envisageait même de remettre le pouvoir à ceux qui le lui avait donné, c’es-à-dire les Fang. Une idée « saugrenue » que ni Alain et ni Pascaline Mferry (soucieux d’hériter de tous les Biens Mal Acquis, autour desquels la françafrique ne cesse de s’approcher jour après jour) n’a voulu en entendre parler.

Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac sont donc simplement venus s’assurer que les deux rejetons étaient fin prêts pour prendre la relève de leur père, et pérenniser la mise en exploitation du Gabon au bénéfice exclusif de la seule France et du seul peuple français, et au mépris inclusif du malheureux peuple gabonais, dont la France n’a que faire. Et pour y parvenir (par tous les moyens possibles), Sarkozy a confirmé que l’aide de la France, c’est-à-dire celle du 6eme BIMA, leur est toute acquise. Car conformément aux « accords secrets de défense » qui lient la France au Gabon, cette dernière a le devoir de protéger le régime gabonais « contre les attaques extérieures et intérieures ».

Une fois cette petite opération de nettoyage des populations gabonaises contestataires effectuée par le 6eme BIMA, et la famille « présidentielle » maintenue « comme il se devait » au pouvoir, celle-ci pourra alors retourner librement en France jouir de leurs BMA ; c’est-à-dire occuper leur fabuleux hôtel privé à l’avenue Foch ; retirer librement les espèces sur l’un des faramineux comptes laissés par le « boss », et démarrer  tranquillement l’une des Maybach Exelero 700 à 8 millions de dollars pièce, laissée par maman Edith.
La plainte contre les BMA sera alors re-inhumée pour les 29 ans à venir. C’est-à-dire jusqu’à une année avant les 30 ans de pouvoir d’Ali Ben Bongo. Car atteint lui aussi par un cancer en phase terminale, la françafrique ouvrira alors de nouveau le dossier, pour tenter de marchander la continuité du système Bongo contre un patrimoine mobilier et immobilier qui aurait inévitablement doublé de volume et de valeur en…70 ans de vol accumulé.

Qui a donc osé dire que la françafrique est morte avec Omar Bongo !?

Petit-Léon MBA-MINKO


SUR LE MÊME SUJET
Jacques Chirac condamné à deux ans de prison avec sursis
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné l'ancien président français Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis pour détournement de fonds publics et abus de confiance pour certains emplois fictifs de la ville de Paris - dont il fut maire. "Le jugement est historique et la sentence est une surprise", commente Pauline Paccard, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 au palais de justice de Paris. L’ancien président de la République Jacques Chirac a été condamné, ce jeudi 15 décembre, à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire des emplois présumés fictifs de la ...
Lire l'article
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy a apporté un soutien appuyé au président gabonais Ali Bongo, vainqueur controversé du scrutin organisé l'été dernier après la mort de son père, Omar Bongo. La France et le Gabon ont confirmé le caractère privilégié de leurs relations tout en affichant leur volonté de les voir évoluer dorénavant dans une plus grande transparence lors d'une visite du président français dans ce pays d'Afrique centrale qui est le plus fidèle allié de Paris sur le continent noir. "Ce jour-là, grâce au peuple gabonais, le Gabon a confirmé son ancrage à la démocratie et franchi une étape essentielle de sa vie politique ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, candidat malheureux à l'élection présidentielle, a estimé lundi que le président français Nicolas Sarkozy s'était "empressé" de reconnaître la victoire d'Ali Bongo, contestée par l'opposition. "Lors des élections en Iran, le président Sarkozy a condamné et parlé de coup d'état électoral. Il a refusé de reconnaître les résultats. Au Gabon, il se passe la même chose et il s'empresse de reconnaître (...) avant même le recours au contentieux", a affirmé M. Mba Obame, arrivé deuxième du scrutin et qui revendique la victoire. "Pourquoi deux poids deux mesures alors? L'Iran, il condamne et il a bien ...
Lire l'article
Libreville, 7 septembre (GABONEWS) – Le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, dans un communiqué parvenu ce lundi à GABONEWS et dans lequel il adresse « ses félicitations » et ses « vœux de succès pour l'exercice des hautes responsabilités » à Ali Bongo Ondimba, rappelle au président gabonais élu le 30 août dernier que « cette élection est venue souligner l'existence d'un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenariales et équilibrées entre nos deux pays ». Actualité du :07/09/2009 GABONEWS livre ici, dans son intégralité, le message que ...
Lire l'article
Libreville, 27 aout (GABONEWS) - Le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) à l’élection présidentielle de dimanche, Ali Bongo Ondimba, a déclaré que les « projets retenus sont prêts, les financements bouclés » et que « la CAN se fera en 2012 ». Actualité du :27/08/2009 Monsieur Ali Bongo Ondimba, lors d’un meeting au quartier Nzeng-Ayong, dans le 6ème arrondissement de Libreville, ce jeudi en fin de matinée, a ainsi pris l’engagement d’organiser, en tant que président de la République, la Coupe d’Afrique des Nations de football en « dépit ...
Lire l'article
Libreville, 18 août (GABONEWS) - Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une correspondance publiée ce mardi dans le quotidien l’Union, a précisé à l’intension de son homologue gabonais, Rose Francine Rogombé, à l’occasion de la célébration du 49ème anniversaire de l’accession du Gabon à l’indépendance qu’« Il appartient aux Gabonais et à eux seuls de choisir leur avenir ». « Madame la présidente, La fête nationale de la République du Gabon m’offre l’occasion de vous adresser, ainsi qu’à tous vos compatriotes, mes plus sincères félicitations et mes vœux de prospérité et de réussite. Au moment où votre pays vit un tournant de son ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy, accompagné de son prédécesseur Jacques Chirac, a rendu mardi à Libreville un dernier hommage à Omar Bongo, le doyen des chefs d'Etat africains qui a régné sans partage sur cet "émirat pétrolier" du golfe de Guinée pendant 41 ans. Une quarantaine de chefs d'Etat africains ou de leurs représentants ont également fait le déplacement pour la cérémonie d'hommage au défunt, qui sera suivie d'un défilé militaire. La dépouille de "Papa Bongo", comme l'appelaient affectueusement ses compatriotes, gagnera ensuite par avion Franceville, dans sa province natale du Haut-Ogooué, dans le sud-est du pays, pour y être inhumée jeudi ...
Lire l'article
La présence, mardi à Libreville, du président français et de son prédécesseur, rappelle les liens particuliers qui unissent Paris à son ancienne colonie. L'arrivée aura valeur de symbole. À Libreville, la venue, mardi matin, de Nicolas Sarkozy, accompagné de Jacques Chirac, pour les funérailles du président gabonais Omar Bongo, soulignera à nouveau les intérêts qui lient la France à son ancienne colonie. Depuis lundi, le boulevard du bord de mer, le cœur de la capi­tale, a été placé sous haute surveillance, des militaires ayant été postés devant le palais présidentiel, mais aussi le long de bâtiments voisins : l'ambassade de France, le ...
Lire l'article
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article
Jacques Chirac condamné à deux ans de prison avec sursis
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
Au Gabon, Nicolas Sarkozy apporte un soutien appuyé à Ali Bongo
Reconnaissance de l’election frauduleuse d’Ali Bongo: les deux poids deux mesures de Sarkozy
Gabon: Nicolas Sarkozy à Ali Bongo: « Cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenariales et
Gabon: « Les projets sont prêts, les financements sont bouclés, la CAN se fera », Ali Bongo Ondimba
Gabon: Nicolas Sarkozy à Rose Francine Rogombé: « Il appartient aux Gabonais, et à eux seuls, de choisir leur avenir »
Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac aux funérailles d’Omar Bongo
Sarkozy et Chirac réunis pour les funérailles de Bongo
Commentaires

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2009
Catégorie(s): Griffaronades
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac sont donc simplement venus s’assurer que les deux rejetons étaient fin prêts

  1. Serge Lavie

    28 Juil 2009 a 04:12

  2. Jean V.

    16 Juin 2009 a 20:59

    Bonjour,
    merci pour cet article acidulé.
    Je suis francais, et oui, et j’aime beaucoup le Gabon. Je ne suis pas businessman, pas fonctionnaire, pas militaire, je ne suis qu’un simple voyageur qui est passé plusieurs fois par les routes gabonaises. Je vous soutiens dans votre lutte, et cette FranceAfrique pitoyable qui a fait tant de mal aux peuples africains me dégoûte et me fait honte. Sachez, mais je pense que vous le savez déjà, que nous sommes bon nombre de francais, de blancs, à penser ainsi. Je lutte contre cette confiscation francaise de vos ressources, de vos droits, de nos vies. Je lutte pour un idéal de fraternité entre peuples, blanc, noir, jaune, une utopie me direz-vous ?
    Bon baisers de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*