Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le cercle vicieux de l’autoritarisme – Succession dynastique, Françafrique et rente pétrolière

Auteur/Source: · Date: 17 Juin 2009
Catégorie(s): Politique

Au Gabon comme dans beaucoup de pays d’Afrique où les Constitutions sont amendées pour permettre un nombre illimité de mandats présidentiels, seule la mort permet l’alternance. La disparition d’Omar Bongo suscite des craintes totalement justifiées du fait que l’Etat gabonais a été accaparé par le clan Bongo.
La mort du patriarche est donc comparable à un séisme qui secoue une bâtisse conçue sur un pilier central entouré de piliers secondaires. Sur le plan économique, le peuple gabonais n’a, semble-t-il, jamais profité de la manne pétrolière : peu de routes et d’infrastructures ont été construites. Le Gabon a même reculé dans l’échelle de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en quelques années. La rente pétrolière a plus servi à consolider le pouvoir Bongo qu’à construire l’Etat du Gabon (…).

La bataille de la succession
En vertu de la Constitution, l’intérim revient à la présidente du Sénat, Rose Francine Rogombé, jusqu’à une élection à organiser dans les quarante-cinq jours. La bataille pour la succession commence. Ali Ben Bongo, 49 ans, fils aîné du Président et ministre de la Défense, est en tête de liste. Il a préparé le terrain en s’alliant avec le ministre de l’Intérieur, en nommant des généraux fidèles et en devenant vice-président du mouvement de son père, le Parti démocratique gabonais (PDG).

Selon Philippe Bernard, Ali Bongo est réputé moins proche de la France que sa sÅ”ur Pascaline, et serait même tenté de se rapprocher des Etats-Unis et de la Chine. Il a, toutefois, été reçu par Nicolas Sarkozy en décembre 2008. L’avocat Robert Bourgi, émissaire officieux du président français et proche du régime gabonais, soutient Ali Bongo. Deuxième nom sur la liste des candidats, Pascaline Bongo à travers son compagnon et non moins ministre des Affaires étrangères.

Pascaline Bongo, 52 ans, fille et directrice de cabinet du Président, est passée par l’ENA. Grande argentière du régime, elle est considérée comme l’avocate des grandes entreprises françaises implantées au Gabon. Elle détiendrait la clé de la fortune, probablement immense mais très disputée, de son père. A cette rivalité filiale ajoutons le jeu du général Idriss Ngari, ministre de la Santé, qui disposerait de soutiens dans l’armée.

Les dignitaires de l’ancien parti unique, le PDG, pourraient tenter de casser le cercle Bongo pour s’y introduire. A ceux-là s’ajoutent quelques opposants comme Pierre Mamboundou, chef de l’Union du peuple gabonais (UPG), et Zacharie Myboto, ancien proche d’Omar Bongo, ou encore Jean Ping, ex-époux de Pascaline Bongo et actuel président de la commission de l’Union africaine.

Profitant de la maladie du président Omar Bongo, un groupuscule d’opposition intitulé « Bongo doit partir » (BDP) avait commencé à s’activer, réclamant sa démission. Il avait lancé un mot d’ordre de manifestation le 23 mai dernier à Libreville. Celle-ci avait rapidement tourné court, les membres du mouvement ayant été accueillis par un important dispositif policier. Le BDP est très actif sur Internet, à défaut de pouvoir l’être sur le terrain, constate le quotidien de Kinshasa.


SUR LE MÊME SUJET
Dans une déclaration lue ce vendredi soir à la télévision nation, à quelques heures du meeting qu’organisent des partis de l’opposition gabonaise, quatre autres formations politiques, membres de l’Alliance pour la restauration et le changement (ACR) ont rejoint l’Union du peuple gabonais (UPG), en indiquant qu’elles ne participeront pas à cette manifestation de samedi dans la capitale gabonaise. Avec l’UPG, le PDS, le PSG, l’ANB et le Cercle Omega, ce sont maintenant cinq partis de l’ACR qui se sont refusé d’aller à cette marche et à ce meeting qu’organise la Coalition des Partis Politiques pour l'Alternance (CPPA) dont est membre ...
Lire l'article
Les militants et militantes du Cercle de réflexion et d’amitié (CAR), une association à but politique ont animé samedi dernier dans sur l’esplanade de la maison de la femme à Ntoum, un meeting en vue de donner officiellement et clairement leur positionnement par rapport au soutien à apporter à tel ou tel candidat. Cette manifestation, selon le président du dit mouvement, Augustin Moubogha, entrait, naturellement, dans le cadre des propagandes électorales relatives aux législatives partielles du 6 juin prochain et qui doivent se dérouler sur le 1er siège du département du Komo Mondah. Devant une fouler en liesse et chauffée à ...
Lire l'article
Un mois après la disparition d'Omar Bongo, la France voudrait apparaître comme un observateur neutre dans le processus encore incertain de succession à l'homme qui régna pendant 41 ans sur le Gabon en toute complicité avec Paris. Le président Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner se sont donné le mot. "La France n'a pas de candidat", a répété le ministre des affaires étrangères, jeudi 2 juillet à Dakar. "Moins la France s'occupera de la succession gabonaise, mieux elle se portera", renchérit une figure de l'UMP. Ce retrait apparent masque la vive préoccupation des responsables français. La qualité démocratique du processus constituera le ...
Lire l'article
Au Gabon comme dans beaucoup de pays d’Afrique où les Constitutions sont amendées pour permettre un nombre illimité de mandats présidentiels, seule la mort permet l’alternance. La disparition d’Omar Bongo suscite des craintes totalement justifiées du fait que l’Etat gabonais a été accaparé par le clan Bongo. La mort du patriarche est donc comparable à un séisme qui secoue une bâtisse conçue sur un pilier central entouré de piliers secondaires. Sur le plan économique, le peuple gabonais n’a, semble-t-il, jamais profité de la manne pétrolière : peu de routes et d’infrastructures ont été construites. Le Gabon a même reculé dans ...
Lire l'article
De nombreux prétendants s'affrontent tant à l'intérieur du clan familial que dans l'opposition. Le cercle des admirateurs s'est restreint. Après sept jours d'hommage populaire, la dépouille du président gabonais est enfin arrivée à Lewaï, où se trouve la maison natale d'Omar Bongo. Dans ce gros village, devenu par la prodigalité présidentielle le très confortable Bongoville, ils n'étaient plus qu'une poignée autour du cercueil. Tous des proches qui se rêvent désormais en héritiers. Omar Bongo en terre, les ambitions vont se libérer brutalement au grand jour. Le président disparu avait toujours refusé de désigner un favori. «Le Gabon va entrer dans une période ...
Lire l'article
Abonné aux réélections triomphales mais contestées, Omar Bongo n'hésitait pas à employer un slogan de campagne d'une cynique ironie : "Bongo, c'est gagné d'avance !", proclamaient ses affiches en 2005. Le scrutin qui désignera prochainement le successeur du président décédé offre un tout autre visage.Son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la défense et vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a de nombreuses cartes en main pour l'emporter. Observant le silence pour cause de deuil, il devait néanmoins, selon toute vraisemblance, se mettre en avant, mardi 16 juin, à Libreville, en tant que représentant de la vaste ...
Lire l'article
Au Gabon comme dans beaucoup de pays d'Afrique où les Constitutions sont amendées pour permettre un nombre illimité de mandats présidentiels, seule la mort permet l'alternance. La disparition d'Omar Bongo suscite des craintes totalement justifiées du fait que l'Etat gabonais a été accaparé par le clan Bongo. La mort du patriarche est donc comparable à un séisme qui secoue une bâtisse conçue sur un pilier central entouré de piliers secondaires. Sur le plan économique, le peuple gabonais n'a, semble-t-il, jamais profité de la manne pétrolière : peu de routes et d'infrastructures ont été construites. Le Gabon a même reculé dans l'échelle ...
Lire l'article
Pour Thomas Porcher, économiste et consultant en stratégies pétrolières, la corruption n'explique pas à elle seule la faiblesse du PIB par habitant du Gabon alors que le pays est riche d'or noir. Les compagnies pétrolières prélèvent la part du lion. La plainte déposée par deux ONG contre trois chefs d'Etat Africains Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso et Théodoro Obiang a rouvert les débats concernant l'utilisation et la gestion de la production pétrolière. En effet, beaucoup d'observateurs s'étonnent de la différence de richesse entre ce dont semblent disposer ces pays producteurs de pétrole - respectivement le Gabon, la République du Congo et ...
Lire l'article
La campagne électorale pour le siège de député d’Omboué a démarré le 6 septembre dans l’Ogooué-maritime et se poursuivra jusqu’au 20 septembre prochain. Deux partis politiques et un indépendant se lancent à l'assaut du siège de député laissé vacant par le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, au 1er siège du département d'Etimboué, à Omboué. Trois candidats vont briguer le siège laissé vacant à l’Assemblée nationale gabonaise par Jean Ping, actuel président de la commission de l’Union africaine (UA), dans le 1er siège du département d’Etimboué, dans la province de l’Ogooué-Maritime (nord-ouest), lors d’une élection législative partielle qui ...
Lire l'article
Le conseiller de feu le président du Rassemblement des démocrates (RDD), Célestin Ngué Bié, encore habité par le deuil, a déclaré ce jeudi à GABONEWS que : « la succession du président du RDD n’est pas d’actualité », au sein du parti. En admettant qu’il est difficile d’envisager la continuité du fonctionnement du parti, Célestin Ngué Bié, a indiqué que la question sera évoquée au moment opportun par qui de droit, suivant les lois du parti. « J’ai été altéré par la disparition du président Maroga. C’est très difficile se remettre d’une telle situation », a-t-il expliqué, le visiblement ...
Lire l'article
Politique / Marche de l’opposition: le PDS, le PSG, l’ANB et le Cercle Omega se désistent
Politique : Le Cercle de réflexion et d’amitié derrière Julien Nkoghe Bekale
La France préoccupée par le processus de succession d’Omar Bongo, au Gabon
Gabon : Le cercle vicieux de l’autoritarisme – Succession dynastique, Françafrique et rente pétrolière
Omar Bongo : la lutte pour la succession a commencé
L’avènement d’une réelle démocratie au coeur de la succession d’Omar Bongo
Gabon: Le cercle vicieux de l’autoritarisme – Succession dynastique, Françafrique et rente pétrolière
Qui profite de la rente pétrolière gabonaise ?
Gabon : La succession de Jean Ping est lancée à Omboué
Gabon: La succession de feu le président du RDD n’est pas d’actualité

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Juin 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*