Socialisez

FacebookTwitterRSS

France : Un gabonais écope de 2 ans de prison fermes pour viol

Auteur/Source: · Date: 24 Juin 2009
Catégorie(s): Divers

Gevy Nguema Bemba, un ressortissant gabonais de 31 ans, a été condamné le 20 juin dernier à Saint Quentin, dans l’Aisne, à cinq ans de prison, dont 2 fermes, pour le viol d’une jeune femme de 19 ans en juin 2006. Alors que ses avocats avaient avancé la thèse de la victime consentante, les arguments de la partie civile ont suffit à convaincre les jurés.

Un ressortissant gabonais âgé de 31 ans, Gevy Nguema Bemba, père de famille, vient d’écoper de 2 ans de prison fermes, et trois avec sursis, pour le viol d’une jeune femme de 19 ans le 14 juin 2006.

Le verdict a été rendu à 2 heures du matin, dans la nuit du 19 au 20 juin dernier, après trois heures de délibération qui ont permis au jury de la cour d’assises de l’Aisne de trancher sur la culpabilité de l’accusé.

A l’annonce du verdict, son épouse, Stéphanie, mère de leurs deux enfants, a éclaté en sanglots, réalisant que son mari allait passer les deux prochaines années derrière les barreaux.

Le mandat de dépôt a été immédiatement mis à exécution et au terme de l’audience, le coupable a été conduit manu militari en maison de détention.

Monsieur Nguema Bemba avait comparu libre, sous contrôle judiciaire. Outre les deux ans de prison fermes, il écope de trois ans avec sursis et mise à l’épreuve, obligation de soins et inscription au fichier judiciaire informatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes.

Durant les audiences des 18 et 19 juin derniers, la femme de l’accusé, ainsi que son père et sa mère, les beaux-parents de l’accusé, ont tenté de défendre la thèse de la victime consentante, en vain.

Le jury a finalement tranché que le compagnon de sa meilleure amie l’avait bien violée ce soir du 14 juin 2006. Il lui avait fixé rendez-vous devant le pont de la gare. Vers 23 heures, il est arrivé en voiture et l’a entraînée vers la Coulée-Verte, derrière la rue Alphonse-Daudet, avant de la violer.

Dans son réquisitoire, l’avocat général Julia Schmol a souligné la constance des déclarations de la partie civile depuis le début, tandis que l’accusé, lui, aurait d’abord admis qu’il était possible que Déborah n’ait pas été consentante, avant de revenir sur ses déclarations. Le doute s’installe.

Et l’accusation de marteler que les traces d’herbe sur les pantalons de l’accusé et de la victime ne laissaient guère de doute sur le fait qu’il l’a plaquée au sol.

«Elle était tétanisée, elle a tout de suite appelé sa mère et s’est rendue immédiatement au commissariat. Pour cela, elle a dû se faire violence», renchérit Julia Schmol.

L’accusé a cherché en vain de trouver des scénarios pour sa défense, du mensonge pour l’argent à la peur de tomber enceinte suite au cassage du préservatif.

«Elle était sous contraception orale. Trouvez-moi le mobile…», rétorque implacablement l’accusation.

Et de poursuivre sur le profil de l ‘accusé, «il est intelligent. Il faut voir comment il contre les questions. Il a une facilité d’élocution, mais sait aussi être violent et agressif», ajoutant que l’alcool qu’il avait pris ce soir-là avait sans doute pu «favoriser le passage à l’acte».

Pour la défense, maître Philippe Vignon a douté de la vulnérabilité de la victime, présentée comme une «proie facile» par l’avocat de la partie civile, maître Marc Antonini.

«Gevy Nguema-Bemba n’est peut-être pas un ange, mais ce n’est certainement pas un démon. C’est un garçon au parcours difficile, écartelé entre deux pays, deux religions, deux milieux sociaux», argumente l’avocat de la défense, faisant allusion aux parents de l’accusé, l’un gabonais, l’autre congolais, l’un catholique et l’autre protestant.

«Il ne faut pas juger ce dossier avec nos valeurs familiales», plaide-t-il, assurant que son client est «séducteur, mais pas manipulateur».

Et de s’interroger : comment la victime n’a-t-elle pas pu comprendre les désirs de Gevy, quelques jours avant le drame, lorsqu’elle a été par deux fois enfermée avec lui dans la cave ?

Un vain plaidoyer face à un jury déjà convaincu par les arguments cinglants de l’accusation. Le couperet tombe, la femme de Gevy Nguema Bemba devra élever leurs deux enfants seule durant au moins deux ans. Il a dix jours pour faire appel.  


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre gabonais de l’agriculture, Raymond Ndong Sima, a signé vendredi dernier à Libreville une convention avec la société israélienne ‘’LR Group’’ pour la mise en place effective de six fermes agropastorales sur le territoire national en vue de mettre fin aux exportations de légumes et de volaille. ‘’Financé à hauteur de 9,5 milliards de francs CFA par l’Etat gabonais, le projet vise à booster le développement rural par la construction des fermes mères et fermes écoles », a déclaré M. Ndong Sima, affirmant que ces fermes mères vont servir de base pour une agriculture utilisant les techniques ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé de créer six fermes agropastorales pour garantir la sécurité alimentaire et réduire la dépendance alimentaire du Gabon vis-à-vis de l’extérieur, a annoncé le communiqué final ayant sanctionné le 4ème conseil des ministres délocalisé tenu mercredi à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est). Ce projet à caractère péri-urbain permettra une plus grande disponibilité des produits sur le marché, une baisse substantielle des prix des produits alimentaires, une vulgarisation des techniques modernes d’élevage et d’agriculture par une formation et un encadrement adapté, ainsi que la construction des villages modernes y compris des ...
Lire l'article
France – Affaire Elf : retour à la case prison
Par Henri Marque À 66 ans, Loïk Le Floch-Prigent est contraint par la justice à un retour à la case prison pour quelques mois de plus. Malgré les plaintes de son avocat, la justice reproche à l'ancien responsable d'Elf d'avoir triché sur ses "facultés contributives". Pour une fois, l’adage aura menti. Le retour en prison pour six mois de Loïk Le Floch-Prigent montre qu’on peut avoir été puissant – au sommet de la puissance – et se retrouver misérable – au fond d’un cachot de banlieue. Accusé de « détournements gravissimes », l’ex-patron du géant pétrolier Elf (absorbé par Total) avait été trois ...
Lire l'article
La prison centrale de Libreville vient de se doter de 600 nouveaux matelas. Cette initiative du commandant en chef de la sécurité pénitentiaire, le général Edwige Nkeze, vise à améliorer les conditions de détention des prisonniers, plusieurs fois décriées par la société civile. Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des détenus, le commandant en chef de la sécurité pénitentiaire, le général Edwige Nkeze, a approvisionné la prison centrale de Libreville de 600 nouveaux matelas. «Après la mise en service du centre de santé, des parloirs, de l’alimentation en eau et en électricité, vous recevez de nouveaux de matelas. ...
Lire l'article
Le tribunal de Libreville a condamné le 7 juin le journaliste de L’Union, Jonas Moulenda, à une peine de 3 mois de prison avec sursis et 500 000 francs CFA d’amende dans l’affaire qui l’oppose à l’ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, sur l’article traitant de l’assassinat de René Ziza. Le verdict est tombé le 7 juin pour le journaliste de L’Union, Jonas Moulenda, condamné par le tribunal de Libreville à 3 mois de prison avec sursis et une amende de 500 000 francs CFA pour «diffamation» à l’encontre de l’ancien ...
Lire l'article
Le directeur général d'Addax Petroleum Gabon, Gérard Hautavoine, a finalement été condamné à 3 mois de prison avec sursis par la Cour d'appel de Port-Gentil le 27 janvier. Il avait initialement été condamné le 10 novembre dernier à 3 mois de prison ferme pour licenciement abusif et outrage à magistrat puis mis en liberté conditionnelle 15 jours plus tard. La Cour d’appel de la capitale économique a jugé le directeur général d’ADDAX Petroleum GAbon, Gérard Hautavoine, absent à l'audience, coupable de licenciement abusif de son adjoint et d'outrage envers le tribunal et l'a condamné à 3 mois ...
Lire l'article
La Cour criminelle de Libreville a condamné ce vendredi Gaétan Ongonda Nkoma, de nationalité gabonaise et âgé de 20 ans, à 5 ans de réclusion criminelle assortis de 200.000 francs CFA de dommages et intérêts pour viol sur mineur de moins de 15 ans. Les faits se déroulent le 26 janvier 2005 dans les Jardins de la Peyrie, aux environs de 17 heures (5 heures de l’après-midi). Ce jour, Gaétan Ongonda Nkoma, aidé par un ami à lui, détourne volontairement l’itinéraire de la jeune Hélène, alors âgée de 9 ans au moment des faits vers les Jardins de la ...
Lire l'article
L'avocat français Thierry Lévy, un des défenseurs des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", était "empêché" jeudi en milieu de matinée par la police aux frontières (PAF) à l'aéroport parisien de Roissy de prendre l'avion pour Libreville, rapporte l'AFP qui cite l'intéressé. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. Trois ...
Lire l'article
A Libreville débutent les discussions portant sur l'utilisation des 60 millions d'euros de conversion de dette accordée par la France au Gabon dans le cadre d'un développement durable des écosystèmes forestiers gabonais. Pionnier sur ces mécanismes de conversion de dette-nature expérimentés avec la Bolivie à la fin des années 80, le WWF a tout naturellement été désigné comme représentant de la société civile française pour participer au Comité d'Orientation Stratégique de ce processus. Claude Dumont, président du WWF-France y assiste dès aujourd'hui aux côtés du ministre gabonais de l'économie forestière et de l'Ambassadeur de France au Gabon. Au sein du Bassin ...
Lire l'article
Etudiant en 3e année de droit à l’Université de Poitiers, en France, Franck Effoné, ressortissant gabonais âgé de 26 ans, a été interpellé le 16 juin dernier par les forces de l’ordre au cours d’un contrôle de routine et placé en rétention administrative. Après le refus de deux recours suite à la non reconduction de son autorisation de séjour, monsieur Effoné serait sous le joug d’une obligation de quitter le territoire français depuis le 13 juin dernier. A la veille de ses examens sanctionnant sa 3e année de droit, Franck Effoné, ressortissant gabonais, étudiant à l’Université de Poitiers, en ...
Lire l'article
Une assistance israélienne pour lancer six fermes agropastorales au Gabon
Six fermes agropastorales pour garantir la sécurité alimentaire au Gabon
France – Affaire Elf : retour à la case prison
Gabon : 600 matelas pour la prison centrale de Libreville
Gabon : 3 mois de prison et 500 000 FCFA d’amende pour Jonas Moulenda
Gabon : 3 mois de prison avec sursis pour le directeur d’ADDAX
Gabon: 5 ans de réclusion criminelle et 200.000 francs d’amende à Ongonda Nkoma pour viol sur mineur
Gabon/France : Un avocat de détenus gabonais ”empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Conversion de dette France-Gabon : 60 millions d’euros pour protéger et gérer durablement les écosystèmes forestiers gabonais
Gabon : Nouvelle arrestation d’un étudiant gabonais en France


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Juin 2009
Catégorie(s): Divers
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*