Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Le camp présidentiel affiche ses divisions

Auteur/Source: · Date: 24 Juin 2009
Catégorie(s): Politique

Rose Francine Rogombé, présidente par intérim, a entamé mardi 23 juin une concertation avec la classe politique, en prélude à l’élection présidentielle anticipée. Des dissensions se font entendre dans le camp de la majorité présidentielle autour du calendrier électoral. Si l’unanimité prévaut quant au report de la date de l’élection, le désaccord s’exprime sur la durée de ce report.

Le camp présidentiel, très uni pendant les années Bongo, n’a pas caché ses divisions concernant les délais nécessaires pour organiser la prochaine élection présidentielle anticipée.

D’après la Constitution, la présidentielle doit être organisée au plus tard quarante-cinq jours après la prestation de serment du président intérimaire, le 10 juin dernier. Mais tout le monde demande une rallonge. Selon Jean François Ndongou, ministre de l’Intérieur, « certains partis politiques ont souhaité que les délais soient portés à quatre-vingt-dix jours, d’autres à cent vingt jours, d’autres encore à cent quatre-vingts jours ».

Le PDG (Parti démocratique gabonais), le parti au pouvoir, veut aller très vite et suggère une rallonge de quinze jours seulement. Faustin Boukoubi, secrétaire général, explique : « Nous avons dû passer une quinzaine de jours à organiser les obsèques que méritait le président Omar Bongo Ondimba. Ces quinze jours, nous pensons qu’ils doivent être pris en compte comme cas de force majeure ».

Ancien ministre de l’Intérieur, Maître Louis Gaston Mayila, président de l’UPNR (Union pour la nouvelle République), estime qu’il n’est pas possible d’organiser des élections en quarante-cinq jours : « Si un mois ou deux étaient gagnés en plus, ce serait toujours ça pour éviter les quelconques contestations ».

Ce mercredi, l’opposition devait apporter ses suggestions. 


SUR LE MÊME SUJET
Le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, qui a amorcé depuis hier à Mouila une tournée républicaine de cinq (5) jours dans la province de la Ngounié (sud), a sonné la fin des hostilités relatives aux origines et aux clans entre les différentes composantes de la population de cette province afin de surmonter les obstacles et parvenir au développement souhaité par tous. Prenant en compte de toutes les doléances portées à son attention, le Chef de l’Etat a mis un accent particulier sur la cohésion sociale et l’unité nationale pour garantir le développement. « J’entends dire ici et là ...
Lire l'article
Née le 10 février dernier de la fusion de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), du Mouvement africain pour le développement (MAD) et du Rassemblement national des Républicains (RNR), l’Union nationale (UN), nouveau parti gabonais d’opposition qui compte six anciens candidats à la dernière élection présidentielle, a organisé son premier meeting le 14 février à Libreville. Dénonciations, répliques et ambitions. Porté sur les fonts baptismaux le 10 février dernier, l’Union nationale (UN), formation politique d’opposition composée par trois partis et six anciens candidats à la dernière élection présidentielle, a effectué sa première sortie officielle le ...
Lire l'article
Les présidents des institutions constitutionnelles (Parlement, CNC, CES, Cour constitutionnelle et l’ordre judiciaire) ont présenté mercredi à Libreville, les vœux de nouvel an au couple présidentiel gabonais, a constaté l’AGP. Ce rituel est la deuxième phase débutée mardi par le corps diplomatique et le gouvernement. La 3ème phase et la dernière, est prévue jeudi toujours au palais présidentiel de Libreville avec la présentation des vœux cette fois du personnel de la présidence de la République, des confessions religieuses et des forces de défense et de sécurité. Ce rituel est le premier auquel se soumet le chef de l’Etat depuis son élection le 30 ...
Lire l'article
Port - Gentil, 31 août (GABONEWS) - La capitale économique gabonaise ne connaît pas ce lundi matin l’ambiance des jours ouvrable observant un calme plat depuis les premières heures de la matinée au lendemain de l’élection du président de la République dont les résultats sont attendus dans les prochains jours. Actualité du :31/08/2009 Les rues sont dessertes. Du centre ville en passant par les quartiers périphériques, le constat est identique. Les transporteurs urbains (Taxi) se font rares. Les grandes surfaces commerciales et les épiceries de quartiers sont encore fermées. Seuls quelques bureaux ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel a débuté dimanche matin avec un léger retard en raison de l’arrivée tardive des urnes et autres matériels électorales, ainsi que les représentants des candidats qui arrivaient au compte goutte dans les centres de vote, notamment à Libreville, la capitale du pays, ont constaté des journalistes de l’AGP. Au centre de jardin d’enfant CNSS, situé dans le 3ème arrondissement de Libreville, les opérations de vote ont démarré à 9H 30 (8H 30), alors que l’heure fixée par la Commission électorale était 7H 00 (h GMT) Il y avait une grande affluence à ce centre depuis ...
Lire l'article
L'élection présidentielle anticipée au Gabon "doit se tenir au plus tard le 6 septembre", a répondu mercredi la Cour constitutionnelle au gouvernement qui demandait un report du scrutin jugeant impossible de l'organiser dans les délais initiaux. La mort du président Omar Bongo, 73 ans, et 41 ans de pouvoir, avait été annoncée le 8 juin. Il a été inhumé dix jours plus tard, le 18 juin, à Franceville, capitale de sa région natale du Haut-Ogooué (sud-est). La Cour constitutionnelle "constate le cas de force majeure et décide que l'élection pour la désignation du nouveau président de la République doit avoir lieu au ...
Lire l'article
Le président de la République par intérim, chef de l’Etat, madame Rose Francine Rogombé, a bouclé en début d’après-midi au Palais présidentiel, ses entretiens avec les responsables des Institutions constitutionnelles (Sénat, Assemblée Nationale, Cour Constitutionnelle, Conseil d’Etat, Cour des Comptes, Conseil National de la Communication,Conseil Economique et Social) dans le cadre de la poursuite de la concertation avec les forces vives de la Nation en vue de l’élection présidentielle anticipée, rapporte, sur place. Ce lundi matin, Madame Rose Francine Rogombé a débuté ses consultations avec les représentants de la Confédération patronale gabonaise (CPG), de la Confédération nationale du patronat gabonais ...
Lire l'article
présidentiel Le président de la République par intérim, chef de l’Etat, madame Rose Francine Rogombé, a bouclé en début d’après-midi au Palais présidentiel, ses entretiens avec les responsables des Institutions constitutionnelles (Sénat, Assemblée Nationale, Cour Constitutionnelle, Conseil d’Etat, Cour des Comptes, Conseil National de la Communication,Conseil Economique et Social) dans le cadre de la poursuite de la concertation avec les forces vives de la Nation en vue de l’élection présidentielle anticipée, rapporte, sur place, le correspondant de GABONEWS. Ce lundi matin, Madame Rose Francine Rogombé a débuté ses consultations avec les représentants de la Confédération patronale gabonaise (CPG), ...
Lire l'article
Reçu à la présidence de la République ce mercredi, Pierre Mamboundou a proposé au nom de son parti un report de l’élection présidentielle anticipée pour un délai de 6 mois. Pour Pierre Mamboundou, il faut que soit retenu un "délai qui tienne compte des réalités: la loi électorale donne déjà un certain nombre de délais qu'il faut respecter". Cette position tranche avec celle du parti au pouvoir qui ne souhaite qu’un report de 2 mois. Le Président de l’UPG a rappelé que la loi électorale a toujours prévu pour la ...
Lire l'article
Le Parti communiste chinois, par la voix de l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Gabon, Xue Jinwei a marqué vendredi, son soutien au Parti démocratique gabonais, (PDG, pouvoir) à l’occasion du 9ème Congrès ordinaire de ce parti qu se déroule dans la capitale gabonaise. Le représentant du PCC, le diplomate chinois accrédité au Gabon, Xue Jinwei, a adressé les félicitations de son parti au Parti démocratique pour l'organisation de ce Congrès. « Le parti communiste chinois saisi cette occasion pour féliciter le PDG pour les réalisations enregistré dans la construction du pays », a déclaré Xue Jinwei, affirmant que le ...
Lire l'article
Tournée républicaine du Chef de l’Etat dans la Ngounié : Ali Bongo Ondimba sonne la fin des divisions à Mouila
Gabon : L’Union nationale affiche ses ambitions
Les présidents des institutions constitutionnelles ont présenté leurs vœux au couple présidentiel
Gabon: La capitale économique affronte dans le calme son premier jour après le scrutin présidentiel
Politique: Le scrutin présidentiel débute avec un léger retard à Libreville
Gabon: présidentielle “au plus tard le 6 septembre”
Gabon: Les responsables d’Institutions constitutionnelles au Palais présidentiel
Gabon: Les responsables d’Institutions constitutionnelles au Palais présidentiel
Gabon-élection: Pierre Mamboundou propose un report de 6 mois
Gabon: 9e Congrès ordinaire du PDG: le Parti communiste chinois affiche son soutien


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Juin 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon: Le camp présidentiel affiche ses divisions

  1. PICON

    25 Juin 2009 a 15:01

    le dernier paragraphe de article 13 de la constitution gabonaise dit ceci:

    “En cas de vacance ou lorsque l’empêchement est déclaré définitif par la Cour constitutionnelle, le scrutin pour l’élection du nouveau Président a lieu, sauf cas de force majeure
    constatée par la Cour constitutionnelle, trente jours au moins et quarante cinq jours au plus après l’ouverture de la vacance ou de la déclaration du caractère définitif de l’empêchement.”

    Pour le moment,la cour constitutionnelle n’a pas déclaré le cas de force majeure qui entrainerait la rallonge de la transition et cela est très inquietant car les jours avancent et rien n’est prevu par cette constitution au cas où la cour n’ayant pas prolongé la transition et que dans les 45 jours qu’il n’y ait pas d’élection.ce sera alors un vide.Je pense que les pdgiste ont déjà vu ce vide et jai bien peur qu’ils en profitent pour faire leur coup.
    Je pense qu’il est grand temps de demander à Mbourantsuo madeilene de constater le cas de force Majeure et un concensus doit se degager très rapidement.
    Epuis je trouve que cet article n’est pas assez complet car nul part il est écrit que le president qui assure l’interim ne doit quitter cet interim qu’après une election qu’il aura organisé,peu importe la durée.d’où ma question qu’est se passera t il s’il ny a pas prolongation avant les 45j?La loi prevoit QUOI?
    Nous sommes dans un cas de vacance où l’empechement est definitif,la constitution dit que meme dans ce cas,le delai c’est 45j.ce qui revient à dire que le deces de omar ne constitue en aucun cas un cas de force majeure pour cet article de la constitution donc on peut appliquer la constitution à la lettre .
    je m’attends à un debat juridique intense dans la classe politique.
    Hoo pauvre gabon

  2. AVOMO

    25 Juin 2009 a 05:29

    La Constitution gabonaise prévoit que le Président du Sénat doit assumer l’intérim dès lors que le peuple constate qu’il y a vacance du pouvoir ( celui du Président de la République). Or, pendant la longue absence du Président Bongo du Gabon, signalons au passage que le Président Bongo avait annulé tous les rendez-vous politiques parce qu’il devait se rendre en Espagne à Barcelone pour des raisons de santé. Aucune diposition allant dans le respect de la constitution n’a été faite. Puis il (le Président Bongo) est décédé officiellement le 08 juin en Espagne. Ni pendant son absence pour cause de maladie, ni après son décès, les membres du PDG n’ont songé au respect de la Constitution et demander au Président du Sénat d’assumer le rôle que la Constitution lui a donné. Il a fallu attendre plusieurs jours après le décès du Président Bongo pour que madame Rose Francine Rogombé Présidente du Sénat prête serment pour assumer son rôle de Président de la République par intérim. On peut donc dire que la Conctitution gabonaise n’a pas été bien respectée. Maintenant qu’il s’agit de préparer les élections présidentielles dans la transparence, il y a mille et mille hésitations concernant le report du délai du scrutin. Tout le monde sait qu’on ne peut pas préparer une élection présidentielle en 45 jours surtout quand on sait que 10 jours pour préparer les obsèques du Président Bongo avaient déjà été amputés à ces 45 jours. Certains membres du PDG assoiffés du pouvoir veulent maintenant appliquer à la lettre les dispositions de la Constitution. Depuis quand les politiques gabonais respectent les institutions gabonaises? De toutes les façons, le Gabon existe, il aura d’une manière ou une autre un président de la République. Il est donc inutile de se précipiter et bâcler les élections. Pour le moment, il y a un Président de la République en la personne de madame Rose Francine Rogombé qui assume l’intérim et qui a les mêmes prérogatives qu’avaient le Président Bongo. Que certains membres du PDG, arrêtent donc de nous exhiber la carte du respect de la Constitution gabonaise car le peupple gabonais sait bien que leurs intérêts valent mieux que le bien-être du peuple gabonais. Vivre avec le système Bongo et vivre sans Président de la République c’est la même anarchie. Le peuple gabonais a déjà attendu 42 ans, ce n’est pas un petit report des élections qui leur créerait de l’impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*