Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les biens d’Omar Bongo à l’étranger doivent revenir à l’Etat gabonais

Auteur/Source: · Date: 25 Juin 2009
Catégorie(s): Rapports

Des organisations de la société civile gabonaise ont affirmé jeudi que les biens détenus par le défunt président Omar Bongo à l’étranger devaient désormais revenir “à l’Etat gabonais”.

“M. Bongo a laissé des héritiers. Ces héritiers souhaitent jouir de tous les biens qu’il a laissés” à l’étranger, a déclaré le porte-parole des Acteurs libres de la société civile, Marc Ona Essangui, au cours d’une conférence de presse à Libreville.

“Il faut se battre (…) pour que ces biens reviennent à l’Etat gabonais et que les Occidentaux n’en profitent pas”, a-t-il ajouté. “Il faut restituer” ces biens, a-t-il insisté.

Cette coalition d’organisations non gouvernementales soutient la procédure judiciaire française sur le luxueux patrimoine immobilier détenu en France par des présidents africains, dont Omar Bongo, ainsi que par leur famille. Les associations françaises dont la plainte est à l’origine de l’affaire estiment que ces biens ont été acquis avec de l’argent public détourné dans leur pays.

L’affaire dite des “biens mal acquis” a tendu les relations entre Paris et son ancienne colonie depuis 2007, le Gabon ayant dénoncé à plusieurs reprises, du vivant d’Omar Bongo, “l’acharnement” des médias français.

“Déjà on nous parle de continuité alors que le peuple aspire à un véritable changement. Est-il besoin de rappeler (…) que le Gabon n’est pas une monarchie”, a encore déclaré Marc Ona Essangui, conseillant aux “héritiers” d’Omar Bongo de se “retirer” de la vie politique.

Selon plusieurs sources proches du pouvoir, le ministre gabonais de la Défense Ali Ben Bongo, fils du défunt, entend briguer sa succession, mais les médias se sont aussi fait l’écho des ambitions d’autres membres de la famille.

“Ali Bongo et tous les membres de la famille sont des citoyens gabonais (…) tout a fait libres de se présenter à une élection démocratique, mais si un membre de la famille pense qu’après le père, c’est automatiquement l’un d’eux qui doit prendre le pouvoir, là nous ne sommes pas d’accord”, a expliqué Marc Ona Essangui.

La société civile a demandé une nouvelle fois que le futur scrutin présidentiel soit “clair, transparent, crédible et accepté de tous”, et que tout ministre qui se porterait candidat soit contraint de démissionner du gouvernement.

Enfin, le porte-parole a annoncé que les Acteurs libres de la société civile soutiendraient la candidature en tant qu’indépendant de leur représentant en France, Bruno Ben Moubamba, si elle est retenue par la commission électorale.


SUR LE MÊME SUJET
Trois jours après son expulsion avenue de Matignon, Jeudi Noir a tenté d'investir un hôtel particulier d'Ali Bongo. Les membres du collectif de lutte contre le mal logement ont été interpelés par la police. Jeudi Noir surfe sur sa vague médiatique. Trois jours seulement après s'être fait expulsé d'un bâtiment d'Axa avenue de Matignon, le collectif a entrepris une nouvelle action, avortée par les forces de police. A l'occasion de la venue du président du Gabon Ali Bongo à Paris, Jeudi Noir a tenté d'investir son hôtel particulier du 51, rue de l'Université, acquis par le chef d'Etat en mai dernier. Pour ...
Lire l'article
Ali Bongo ne pouvait rester insensible dans l’affaire des biens mal acquis déclenchée par une plainte de Transparency International sur le patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba. Le président gabonais s’est publiquement prononcé sur la question le 18 novembre à Libreville en dénonçant notamment une «attitude arrogante et prétentieuse» des plaignants. Le président Ali Bongo s’est prononcé le 18 novembre à Libreville sur l’affaire des biens mal acquis, relative au patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba son prédécesseur à la tête du pays. ...
Lire l'article
Le candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, déchargé de ses fonctions de ministre de la Défense nationale le 14 août dernier par le chef de l'Etat, pourrait retrouver son poste après l'élection du 30 août prochain. La virulente polémique sur son maintien au gouvernement a poussé le chef de l'Etat à lui retirer ses fonctions pour les remettre temporairement au ministre de l'Intérieur, Jean François Ndongou. Déchargé de ses fonctions dans la soirée du 14 août dernier, à la veille de l'ouverture de la campagne électorale, par soucis d'équité entre les candidats, l'ex-ministre de la Défense nationale, ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président et candidat à la présidentielle au Gabon, pourrait retrouver à la fin de la campagne électorale, le 29 août, ses fonctions de ministre de la Défense dont il a été "déchargé" vendredi, a appris l'AFP de sources concordantes samedi. "La porte est ouverte à son retour. Il peut revenir à la fin de la campagne ou laisser le portefeuille au ministre de l'Intérieur. Les deux options sont possibles", a affirmé à l'AFP une source proche de la présidence gabonaise, sous couvert de l'anonymat. Ali Ben Bongo "peut reprendre ses fonctions dès la fin de ...
Lire l'article
Selon le président de Sherpa et l’avocat des plaignants, c’est la première fois qu’une telle procédure est engagée contre des chefs d’Etats africains en exercice. Il s’en est félicité, mais il s’est refusé de tomber dans l’illusion. « Ce n’est qu’une victoire d’étape. La bataille ne fait que commencer », a indiqué M. Bourdon. Cette action qui, d’après lui, vise à restituer l’argent de ces biens aux populations de leurs pays, sera longue. Mais sur le plan diplomatique les conséquences de la décision de la juge française pourraient être immédiates. Les trois chefs d’Etat concernés sont à la tête des pays producteurs de ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
L’affaire du patrimoine du président gabonais en France a rebondi hier. L’avocat chargé de défendre l’auteur d’une plainte contre le pouvoir à Libreville a été privé de son visa. Sans que Paris trouve vraiment à y redire. On connaissait le cas du greffier réveillé en pleine nuit à la demande des autorités françaises pour pouvoir remettre en liberté un hiérarque congolais placé en détention par un juge d’instruction quelque peu téméraire. C’était en 2004, dans le cadre de «l’affaire du Beach», du nom de ce port fluvial de Brazzaville où plusieurs centaines de réfugiés avaient disparu dès leur retour d’exil, ...
Lire l'article
PCCI Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité ACT-LIB Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise Lundi 15 décembre 2008 Communiqué de Presse CONTRE LES BIENS MAL-ACQUIS La Plate-forme Congolaise Contre la Corruption et l’Impunité présidée par M. Benjamin Toungamani et les Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise présidés par M. Bruno Ben-Moubamba apportent leur soutien plein et entier à la démarche initiée par Sherpa et Transparence International France. Le mardi 2 décembre 2008, Transparence International France et M. Grégory Ngbwa Mintsa, citoyen gabonais,tous deux représentés par Maître William Bourdon, ont déposé une plainte à Paris avec constitution de partie civile devant ...
Lire l'article
Un regroupement d'ONG gabonaises a réclamé vendredi la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire franco-gabonaise sur "l'origine" des "fortunes" immobilières en France appartenant notamment au président Omar Bongo Ondimba. Dans un communiqué publié le 14 mars à Libreville, les organisations membres de la coalition internationale Publiez ce que vous payez (PCQVP) se disent "indignées" par la réaction de Libreville, qui a dénoncé les autorités françaises en raison de la diffusion le 3 mars par la chaîne publique France 2 d'un reportage sur le luxueux patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont le président Bongo. Pour PCQVP, qui milite ...
Lire l'article
Un regroupement d'ONG gabonaises a réclamé vendredi la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire franco-gabonaise sur "l'origine" des "fortunes" immobilières en France appartenant notamment au président Omar Bongo Ondimba. Dans un communiqué publié le 14 mars à Libreville, les organisations membres de la coalition internationale Publiez ce que vous payez (PCQVP) se disent "indignées" par la réaction de Libreville, qui a dénoncé les autorités françaises en raison de la diffusion le 3 mars par la chaîne publique France 2 d'un reportage sur le luxueux patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont le président Bongo. Pour PCQVP, qui ...
Lire l'article
Jeudi Noir s’attaque aux biens mal acquis d’Ali Bongo
Gabon : Ali Bongo se prononce sur les biens mal acquis
Gabon : Ali Bongo pourrait revenir à la Défense après l’élection
Gabon: Ali Bongo pourrait revenir à la Défense à la fin de la campagne
Biens mal acquis : Bongo, Nguesso et Obiang sur la sellette
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
Bongo : biens mal acquis profitent encore
Gabon / Congo: Contre les biens mal acquis
Gabon : Les ONG réclament une enquête parlementaire sur les biens de Bongo
Gabon : Les ONG réclament une enquête parlementaire sur les biens de Bongo

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Juin 2009
Catégorie(s): Rapports
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

4 Réponses à Les biens d’Omar Bongo à l’étranger doivent revenir à l’Etat gabonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*