Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Les carburants font flamber les prix en zone CEMAC

Auteur/Source: · Date: 1 Juil 2009
Catégorie(s): Economie

Les carburants font flamber les prix dans les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC). Depuis un an, les prix des produits alimentaires flambent également partout en Afrique, un phénomène mondial face auquel les gouvernements sont impuissants. L’extension des cultures destinées aux biocarburants et la flambée du cours du pétrole en sont les principales causes.

Les émeutes contre la vie chère qui ont secoué le Cameroun et la Guinée Equatoriale. Des marches à Libreville par des femmes avaient pour objectif de réclamer la baisse des produits de première nécessité. Au Congo, les populations ont manifesté contre de promesses non tenues par le gouvernement pour améliorer leur vie au quotidien.

Ces protestations ont trait à la baisse du pouvoir d’achat des populations. Depuis 2003, les prix du riz et de l’huile de palme ont doublé, les huiles raffinées, les pâtes alimentaires, la farine, le sucre, le poisson, le savon… ont augmenté de 30 à 80 % voire plus dans les pays de la CEMAC. Les produits vivriers locaux grimpent au même rythme. Maïs, haricots, banane, arachides, oignons, avocats, patates, tout a augmenté sur le marché.

Au Cameroun, le prix de la farine de blé qui a bondi de 45 % en cinq mois a amené les vendeurs de beignets et certains boulangers à diminuer d’environ un tiers le poids des produits pour arriver à maintenir leurs prix. D’après Simon Johnson, directeur du département des études du Fonds monétaire international (FMI), comme l’alimentation représente plus de la moitié de l’indice des prix à la consommation dans de nombreux pays pauvres, la hausse des prix des céréales et de la viande se traduit aussitôt, dans ces pays, par une poussée de l’inflation.

À l’origine de cette envolée des prix agricoles, une demande mondiale plus importante et des stocks en baisse. D’autre part, la production des biocarburants est en très forte expansion : des terres consacrées à la culture du blé ont été affectées au maïs dont une partie croissante de la production mondiale sert à fabriquer des biocarburants, de même que des milliers d’hectares de palmiers à huile ou de canne à sucre en Asie ou au Brésil.
Les hydrocarbures tiennent une place importante dans l’économie

L’évolution actuelle des prix en zone CEMAC est aussi en partie due à la flambée des cours mondiaux du pétrole, passés de moins de 66 dollars à plus de 100 dollars le baril au cours des huit derniers mois. Les prix à la pompe au Cameroun, en hausse de 6 à 7 % en un an, ont été répercutés sur le transport des produits locaux, plus de près de 15 % entre les plantations de l’Ouest et Douala.

Les vendeurs de produits vivriers qui les achètent plus cher que l’année dernière, ont augmenté leurs prix de plus de 30 %. La hausse du prix du carburant ajoutée à celle des transports constitue une nouvelle charge pour les petits ménages. Généralement les travailleurs dépensent entre 600 et 1200 francs CFA par jour pour se rendre à leur lieu de travail.

Soit entre 12 000 et 24 000 F CFA par mois. Le Gabon, producteur de pétrole, a vu au fil des ans, augmenter le prix du carburant et du transport. Une nouvelle preuve que les hydrocarbures tiennent une place importante dans la structure de l’économie gabonaise notamment pour la fourniture d’électricité car certaines turbines et groupes électrogènes fonctionnent au gas oil.

Pour freiner l’inflation, la suspension des taxes à l’importation sur les produits de première nécessité (riz, poisson, blé, farine, huiles de table) est une des rares mesures que peuvent prendre les gouvernements, comme l’a fait le Cameroun. Il a aussi revalorisé de 15 % les salaires des fonctionnaires. Ces mesures qui privent l’État de ressources fiscales ne peuvent être que provisoires.

La FAO appuie l’option selon laquelle les États facilitent les investissements tout le long de la filière agricole en demandant que, dans les pays qui dépendent largement des importations alimentaires, soient prises en faveur des petits paysans “des actions urgentes visant à améliorer l’accès aux engrais, semences et autres intrants destinés aux principales cultures vivrières locales”. En remettant aux paysans des bons pour l’achat d’intrants agricoles, le Malawi a doublé sa production agricole en trois ans !
Tout faire pour lutter contre la flambée des prix

Au Gabon, le Premier ministre gabonais, Jean Eyeghe Ndong, avait convoqué l’année dernière, les opérateurs économiques concernés par la vente et donc la flambée des prix des produits de première nécessité qui menacent considérablement le pouvoir d’achat des couches de la population les plus démunies.

« Les 100 produits de première nécessité qui constituent le panier de la ménagère font l’objet d’une observation et d’une surveillance permanentes (…) », avait averti M. Eyeghe Ndong.

Les produits de première nécessité tels que l’huile, le lait, le poisson ou le savon, connaissent une augmentation inhabituelle. Dans un communiqué, le gouvernement se dit préoccupé devant l’augmentation des prix qu’il considère « excessive et ne correspondant à aucune réalité économique ».

Le gouvernement qui soupçonne les opérateurs économiques de faire de la spéculation, avait mis en garde ces derniers contre ces pratiques qui ont pour conséquence une diminution du pouvoir d’achat des Gabonais. Le phénomène semble prendre corps dans les autres pays de la sous-région. Cette réaction de la tutelle est intervenue alors que le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba avait déployé des efforts importants pour maintenir à un niveau acceptable le niveau de vie des populations vivant au Gabon.

Il y est parvenu en revalorisant, notamment, le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui est passé de 40 000 francs CFA à près de 80 000 F CFA ainsi que la prise des mesures à caractère social dont le règlement par l’Etat des factures d’eau et d’électricité pour la frange de la population à revenus modestes. La mise en garde du gouvernement précisait que ce dernier « se réservant d’entreprendre toutes les mesures nécessaires à la préservation du niveau de vie des populations (…) ». 


SUR LE MÊME SUJET
Les prix des produits alimentaires ont flambés dans le département du Cap Estérias, notamment au marché du Premier Campement, principal marché de la localité très fréquenté par de nombreux touristes en cette période de la coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012. Les prix entre autres des avocats, les tubercules et les feuilles de manioc, les aubergines, les papayes, les ignames et les champignons ont augmenté au marché du Premier Campement. Les commerçants font la spéculation des prix et chacun veut gagner gros en cette période de la CAN 2012, où de nombreux visiteurs choisissent les zones touristiques du Cap Estérias pour ...
Lire l'article
La CAN fait flamber les prix des denrées alimentaires
La Coupe d’Afrique des Nations 2012 est un événement qui, à n’en point douter, a stimulé plusieurs secteurs de l’économie, même ceux considérés comme informels. Mais cela, visiblement, ne se fera pas sans contrecoups car la hausse des prix de certains produits enregistrée depuis le début de la compétition apparaît comme le prix à payer. Les prix des produits alimentaires de première nécessité, tels que le lait, l’huile, la farine et le sucre connaissent ces derniers temps, une variation des prix sur le marché gabonais, notamment à Libreville. Nombreux sont les Librevillois qui se plaignent de l’envolée des prix de ...
Lire l'article
La 4e session des travaux du comité régional de coordination de la mise en œuvre du projet électrification péri-urbaine intense de la sous région, s’est ouverte lundi à Libreville. La réunion de trois jours va faire le bilan de ce projet lancé en 2008 par cinq (5) pays parmi les six (6) que compte la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), notamment le Cameroun, le Gabon, le Congo Brazzaville, la Centrafrique et le Tchad. Le projet, d’une valeur de 13 milliards de F CFA, soutenu par l’Union Européenne (UE), vise la promotion de l’énergie et compte améliorer les conditions ...
Lire l'article
Une table ronde des experts comptables des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), s’est ouverte lundi à Libreville, afin d’établir un plan d’action relevant de leur domaine de compétence. La rencontre d’une journée, qui s’achève en fin d’après-midi, vise également à renforcer les capacités des ordres nationaux des professionnels libéraux de comptabilité et d’audit. Organisée conjointement par la commission de la CEMAC, l’Organisation pour l’harmonisation des droits des affaires en Afrique (OHADA) et l’union des experts comptables du Gabon, la table ronde regroupe des experts comptables du Cameroun, du Congo, de la ...
Lire l'article
Comme l’avait annoncé la Direction générale de l’économie en janvier, les prix à la consommation connaissent effectivement une hausse en 2011. Depuis quelques semaines, les prix des produits alimentaires de première nécessité, tels que le lait, l’huile, la farine ou encore le sucre, connaissent effectivement une hausse significative. Les prévisions de la Direction générale de l’économie dans son rapport "Tableau de bord : situation 2009 et perspectives 2010-2011", se sont avérées justes concernant la hausse des prix à la consommation en 2011. Il a été, en effet, enregistré ces dernières semaines, à Libreville notamment, une augmentation des prix ...
Lire l'article
A l’entame du séminaire de sensibilisation contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au sein de la Communauté Économique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC), ouvert ce lundi, à Libreville, le secrétaire permanent du Groupe d’Action Contre le Blanchiment d’Argent en Afrique Centrale (GABAC), Ibrahim Mahamat Tidei, a appelé à « fédérer les énergies », « face aux enjeux du moment ». CEMAC : « LIEU DE PRÉDILECTION » DU BLANCHIMENT DES CAPITAUX Rappelant la « volonté inébranlable » des Chefs d’Etats de la CEMAC, qui en l’an 2000, à N'Djamena (Tchad), avaient jeté les bases ...
Lire l'article
La station Total Oloumi de Libreville, troisième étape de l’opération de promotion et d’exposition de CFAO MOTORS, a accueilli, à son tour, les deux utilitaires de la gamme Mitsubishi, dont les prix ont suscité l’intérêt chez un large public. Placés côte à côte, bien en vue aux abords de la voie jouxtant la Station Total, le PAJERO DL et le Pick-up L200, ont, comme c’est le cas depuis le début de l’initiative, le 17 mai dernier, remporté l’adhésion d’une majorité de visiteurs. Pour la plupart d’entre eux, nous a-t-on expliqué, l’intérêt se focalise principalement sur les prix proposées par le ...
Lire l'article
Bangui, 17 septembre (GABONEWS) – Afin de pallier les « désagréments » posés par l’hétérogénéité des Codes miniers dans la sous région, la Communauté Economie et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) a récemment décidé de leur « uniformisation », rapportent l’Agence de Presse Africaine (APA). « Les acteurs des pays membres de la CEMAC ont élaboré des Codes miniers très hétérogènes qui posent le problème de la transparence et de la gouvernance dans le secteur des industries extractives en Afrique centrale », a déclaré le Conseiller technique principal dudit projet, le Dr Jüergen Runge lors d’une rencontre avec ...
Lire l'article
Les prix des produits pétroliers enregistrent depuis vendredi, de nouveaux prix au Gabon conformément au mécanisme d’indexation des prix de ces produits, selon une nouvelle tarification publiée samedi dans le quotidien l’Union. Pour ce mois de mai, le ministère des Finances, le prix du litre de gasoil baisse, puisque de 435 FCFA en avril, il est vendu désormais à 430 FCFA dans les stations services, soit une baisse de 5 FCFA. En janvier et février derniers, les prix affichés à la pompe étaient respectivement de 450 FCFA et 435 FCFA. En revanche, l’essence super est vendue depuis vendredi à la pompe à 480 ...
Lire l'article
Les projections en début d’année prévoyaient un taux de croissance de 5,8 % dans la zone Cemac en 2008. Ce taux se situe aujourd’hui à 5,3% ; soit une baisse de 0,5%. Ces révélations sont faites par le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac). Philibert Andzembe, le gouverneur, l’a déclaré à la presse à Yaoundé hier 21 octobre 2008 à l’issue de la troisième réunion ordinaire du Comité de politique monétaire de la Beac, tenue sous sa présidence. Cette réunion à huis clos a ainsi permis à ses participants d’examiner d’une part les origines et l’ampleur ...
Lire l'article
Flambée des prix des produits alimentaires dans le département du Cap Estérias
La CAN fait flamber les prix des denrées alimentaires
Ouverture à Libreville d’une réunion sur l’électrification périurbaine en zone CEMAC
Table ronde des experts comptables de la zone CEMAC à Libreville
Gabon : Hausse des prix des produits alimentaires de première nécessité
Économie / « Fédérer les énergies » pour lutter contre le blanchiment de capitaux en zone CEMAC
Automobile / Les prix des utilitaires de CFAO MOTORS « font la différence » auprès du public
Gabon: Vers l’uniformisation des Codes miniers en zone CEMAC
Gabon: Les prix des carburants enregistrent une nouvelle tarification à la pompe depuis vendredi
Zone Franc: la faillite du système financier américain touche la Cemac


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Juil 2009
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*