Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Hahh!!! dame rumeur ! On va tout entendre dans ce monde

Auteur/Source: · Date: 2 Juil 2009
Catégorie(s): Révélations

Depuis deux ou trois jours, les langues commencent se délier au sein du sérail politico-familial gabonais.  Surtout qu’il a été admis par toutes les parties concernées par la succession d’Omar Bongo Ondimba que Rose Francine Rogombé, présidente du Sénat devait  assurer la transition, comme prévue par la constitution.
Les intrigues et les marchandages politiques battent le plein et c’est ainsi que certaines personnes, n’ayant plus rien à perdre, ont décidé de parler et de livrer des informations jusqu’ici connues par un cercle très restreint .
On apprend ainsi que c’est depuis le 7 mai que Omar Bongo serait décédé. La nouvelle a été tenue secrète
par la France et la famille de Bongo.  Toutes les personnes qui ont assisté aux funérailles  d’Edith Bongo (fille de Sassou Nguesso) on remarqué  l’état fantomatique dans lequel se trouvait le président  gabonais. Et ce n’est pas seulement le décès de sa  bien-aimée qui l’affectait ainsi, cette extrême  souffrance provenait aussi du cancer qui le menait vers la  mort. Plusieurs personnes disent l’avoir vu par moments, grimacer sur sa chaise et donner l’ impression qu’il  perdait connaissance. Et selon des sources d’informations  venues de l’intérieur du cercle familial et politique, c’est le 7 mai dernier dans les airs, entre le Maroc et  l’Espagne, que le Président Omar Bongo a rendu  l’âme dans l’avion médicalisé dépêch é par la  France et qui le conduisait en Espagne. Alors que son  décès est constaté par les médecins qui étaient dans  l’avion avec lui, l’Elysée et sa cellule Afrique, en
accord avec Pascaline Bongo, Directrice du Cabinet et fille  de  Bongo maintiennent la destination « Barcelone » et  imposent le silence total.
Pourquoi ? Parce que dit-on, L’Elysée tient à récupérer un certain nombre de documents que possédait
(puisqu’il est déjà mort) le Président gabonais. Parmi ceux-ci un dossier sur le financement de la dernière
campagne électorale en France – En retour la famille Bongo (Pascaline Bongo et son époux Ntoungui- membre du  gouvernement- , Ali Ben) mais aussi, apprend-on,  Jean   Ping l’actuel Président de l’Union Africaine (qui a des enfants avec Pascaline Bongo) et Mba Obame (le puissant ministre de l’administration territoriale, issu de l’ethnie Fang, majoritaire au Gabon-40%-)…tout ce monde demande à la France un certain nombre de choses dont  notamment la levée des saisies de compte de la famille en  France. En plus, Ali Ben exige son adoubement par la France comme successeur immédiat, ce à quoi Pascaline est  opposée et continue à s’opposer.
C’est ainsi qu’on comprend mieux « l’hospitalisation
médiatisée  d’Ali Ben à Paris. Devant l’opposition de sa  soeur et de ses partisans, il a fait appel aux deux Congo et  a menacé de faire “sauter les légionnaires sur  Libreville”. Nicolas Sarkozy et ses conseillers de la
cellule africaine ont frappé du point sur la table et  décidé d’exfiltrer Ali Ben du Gabon – officiellement  alors on annonce qu’il est hospitalisé à Neuilly à  l’hôpital américain – mais personne ne confirme sa  présence dans cet hôpital.
Après les discussions parisiennes, Ali Ben est retourné au Gabon pendant que  Sarkozy dépêchait en Espagne Brice Hortefeux avec pour mission de convaincre la famille Bongo du soutien de la  France.
Au moment où le Premier ministre français François Fillon arrive à Yaoundé, au Cameroun, nous sommes le 20 mai – il fait alors cette étrange déclaration “Je sais que le président est soigné. Je sais qu’hier soir encore et ce matin sa santé était satisfaisante.
Je  formule mes voeux de prompt rétablissement à M. Bongo en espérant naturellement qu’il sera remis sur pied le  plus vite possible”. Pour ceux qui connaissent Fillon, le fils du Mans, catholique pratiquant, on le voit mal à  l’aise avec ces africanités teintées de Francafrique, il  ne comprend pas pourquoi l’on ne veut pas rendre la nouvelle officielle.  Le 6 juin soit presque un mois après le décès de  Bongo, l’Espagne somme la France de prendre ses responsabilités – le premier ministre espagnol le socialiste Zapatero un ancien religieux jésuite demande à son ministre des affaires étrangères sous la pression des  médecins qui ne comprennent pas qu’on garde dans une  chapelle ardente un corps aussi longtemps, et qui en plus n’a pas trouvé la mort dans leur etablissement – de rendre la nouvelle publique – le Gabon dit n’être pas prêt et pour les problèmes de sécurité intérieure  L’Espagne refuse de reculer – Comme cela
se fait  toujours quelques journalistes reçoivent des instructions  et c’est alors que le journal Le Point lance un ballon d’essai  On décide de dépêcher un avion à Libreville en  mission commando avec une conseillère de l’Elysée avec pour mission de ramener en Espagne le premier ministre  gabonais – ce qui est fait -. Avant la conférence de  presse, les témoins, présents affirment que les membres de  la famille Bongo l’auraient menacé de mort : « Salaud !
Si tu dis un mot de travers on te pend haut et court”. Le premier ministre Jean Eyeghe Ndong annonce donc que Bongo  est en vie ; pendant ce temps, des dispositions sont prises  pour rapatrier le corps au Gabon avant que le décès ne  soit annoncé. Las d’attendre, l’Espagne annonce le  décès et le premier ministre gabonais est contraint de  confirmer la nouvelle.  UnknownSender@UnknownDomain

source: dabio.net


SUR LE MÊME SUJET
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
Dans une interview accordée à la chaîne TV Africa 24, c'est depuis Paris qu'André Mba Obame, manifestement en forme et de retour d'Afrique du Sud où il a longuement séjourné pour une opération chirurgicale, a lancé un appel au peuple gabonais qui se résume en ces mots: "Je dis au Gabonais, samedi, tout le monde reste à la maison". http://www.dailymotion.com/video/xn0dio_jt-live-15-12-11-edition-du-soir_news#rel-page-under-2
Lire l'article
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
L'avocat a accusé des figures politiques comme Jacques Chirac, Dominique de Villepin ou même Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de dirigeants africains pour financer leur campagne Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour entendre l'avocat Robert Bourgi qui a accusé Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, a-t-on appris auprès du parquet. L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-il précisé. Conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines, l'avocat franco-libanais a assuré, dans les médias, avoir remis à l'ancien président Jacques ...
Lire l'article
Premier bilan après deux années de pouvoir, réformes économiques, Crispations politiques, « biens mal acquis », mais aussi Printemps arabe, Libye, Côte d'Ivoire. Le chef de l'Etat, Ali Bongo Odimba dit tout à travers une interview réalisé par le Magazine Jeune Afrique, N°2642, du 28 au 3 septembre. GABONEWS livre ici la première partie de cette interview. Libreville, mi- août, La capitale n'est plus la même. Plus propre, plus ordonnée et en chantier permanent. Le Gabon « émerge », l'expression est sur toutes les lèvres, d'un long coma, celui de la fin des années Omar Bongo Ondimba (OBO). Le nouveau chef de ...
Lire l'article
Nous avons rencontré le père Paul Mba Abessole, le président du RPG, qui a bien voulu réagir à la suite de la création de l’union nationale, un parti politique né de la fusion de trois mouvements politiques que sont l’UGDD de Zacharie Myboto, le MAD de Pierre Claver Zeng Ebome et le Rassemblement National des Républicains de Gérard Ella Nguéma. Gabon Matin : Monsieur le Président du RPG, l’Opposition vient d’enregistrer un nouveau parti politique appelé Union Nationale. Que vous inspire cet événement? Père Paul Mba Abessole : Sur la dénomination, on peut trouver à redire. Cette dénomination avait été envisagée ...
Lire l'article
Les Panthères du Gabon, qui n’ont jamais humé l’odeur d’une phase finale de Coupe du monde, affrontent les «mondialistes» togolais le 14 novembre 2009 à Lomé, pour tenter de refaire leur retard historique. Les Eperviers de leur côté, qui doivent déjà faire oublier à leur public l’humiliation subie à l’aller au Gabon (3-0), doivent opportunément rappeler qu’ils étaient l’un des cinq représentants de l’Afrique à la dernière Coupe du monde, et qu’ils ont un effectif plus relevé que celui de leur adversaire de la 6ème et dernière journée des éliminatoires combinées CAN/Mondial 2010. - [ 11/14/2009 ] Daniel Cousin est-il plus ...
Lire l'article
Les chefs de l'opposition gabonaise ont appelé vendredi à trois jours de "ville morte" à compter de lundi dans tout le pays, pour protester contre le "coup d'Etat électoral" que constitue selon eux la victoire d'Ali Bongo à l'élection présidentielle du 30 août. "Nous, le collectif des candidats à l'élection présidentielle du 30 août, les partis politiques et la société civile opposés au coup d'Etat électoral, décrétons (...) trois journées de ville morte sur toute l'étendue du territoire: lundi 14, mardi 15 et mercredi 16 septembre", a déclaré devant la presse Jean Eyéghé Ndong, porte-parole de ce collectif. L'ancien Premier ministre a ...
Lire l'article
Le général Idriss Ngari appartient au courant des caciques du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir). Discret et pas toujours à l’aise dans les fonctions politiques qu’il a occupées jusque-là, Idriss Ngari est un manager, un homme de commandement de la vielle école, loyal et juste. Il pourrait mettre « tout le monde d’accord » à l’issue de l’élection présidentielle de 2012 s’il se présentait. Il a une sérieuse carte à jouer. Mais a-t-il cette ambition ? Le courant des caciques est combattu avec force par le courant des rénovateurs mené par Ali Bongo Ondimba. Même s’il se présentait à l’élection ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment déclaré devant la presse que « nous avons donc pris la décision d’accueillir tout le monde » à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba, situé sur la Nationale1, face à l’affluence née de la grève qui se prolonge dans les structures sanitaires du service public. « Nous avons eu beaucoup de difficultés pour faire en sorte que tout le monde soit traité. A deux reprises nous avons dû fermer l’hôpital pendant plus de deux heures pour nous permettre de réorganiser nos services. Et, lorsque nous l’avons fait, tous ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur André Mba Obame a affirmé lundi à l'AFP que les droits des leaders de la société civile interpellés le 31 décembre et toujours détenus étaient "respectés" et estimé qu'ils étaient "justiciables comme tout le monde". "Nous ne sommes pas une République bananière. Les droits des personnes interpellées sont respectés. Il y a un souci d'agir et de travailler dans un cadre légal (...) Ils (les leaders d'ONG) sont des justiciables comme tout le monde", a déclaré M. Mba Obame. Marc Ona Essangui et Georges Mpaga, figures de la société civile, Gregory Ngbwa Mintsa, ...
Lire l'article
Le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba a inscrit, vendredi, sa réponse aux vœux de nouvel an formulés par le Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, au nom de l'ensemble de l'Administration publique, du secteur privé, ainsi que des forces de sécurité et de défense, dans le droit fil de ses dernières adresses à la nation, marquées par l'invite au patriotisme économique et dans l'action lancées aux élites politiques et aux cadres nationaux, en pressant une ultime fois le cabinet Eyéghé Ndong III à s'engager résolument à remettre « tout le monde au travail ».  Au-delà des discours fort aimables prononcés ...
Lire l'article
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
« Tout le monde n’a pas compris que le Gabon avait changé …), Ali Bongo Ondimba dans Jeune Afrique (Première partie)
Interview de Paul Mba Abessole (RPG): “Je suis prêt à rencontrer tout le monde, ces néo-opposants, et même l’actuel chef de l’Etat.”
TOGO-GABON : Tout l’or du monde ne saurait remplacer l’honneur et la dignité de la patrie
Gabon: l’opposition appelle à trois jours de “ville morte” dans tout le pays
Gabon : Pour l’élection présidentielle de 2012, Idriss Ngari peut mettre tout le monde d’accord
Gabon: Santé: « Nous avons pris la décision d’accueillir tout le monde à l’Hôpital d’Instruction des Forces Armées Omar Bongo Ondimba », (Ministre de la
Gabon: les leaders des ONG “des justiciables comme tout le monde” (ministre)
Gabon: Le président Bongo Ondimba engage le gouvernement à remettre « tout le monde au travail » dans le pays

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Juil 2009
Catégorie(s): Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

5 Réponses à Gabon: Hahh!!! dame rumeur ! On va tout entendre dans ce monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*