- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon-Présidentielle : “On ne peut pas parler de candidat naturel”

Au micro de RFI, Rose Francine Rogombé, présidente par intérim du Gabon, évoque les perspectives politiques de son pays après la mort du président Omar Bongo Ondimba. Elle précise notamment que le délai pour organiser la présidentielle pourrait dépasser les 45 jours. C’est le terme prévu par la Constitution, sauf «cas de force majeure».

RFI : Le 8 juin, le président Bongo est décédé. Comment combler ce vide maintenant ?

Rose Francine Rogombé: Ca va être difficile. Mais dans l’héritage qu’il nous a légué en dehors de la paix, de l’unité, il nous a légué les institutions. Donc, depuis qu’il a été rappelé à Dieu, nous nous efforçons de respecter la Constitution et nous allons essayer de nous en sortir parce que c’est quand nous sortirons de la légalité que nous aurons des problèmes. C’est toujours très difficile de remplacer un grand homme. Mais si nous respectons la légalité que lui-même avait souhaitée, cela va nous permettre d’avancer un peu plus loin.

RFI : Pendant les deux jours qui ont séparé son décès du moment où vous avez prêté serment, il y a eu des hésitations, il y a eu des flottements…

RFR : Je ne l’ai pas senti parce que j’ai prêté serment le 10. Je n’ai pas senti qu’il y avait eu une hésitation. Non, tout le monde était dans la douleur et tout le monde était serein.

RFI : On s’est tout de même demandé s’il n’y aurait pas un coup d’Etat constitutionnel comme au Togo en 2005 ?

RFR : Le Togo, c’est le Togo. Nous, nous sommes au Gabon. Nous au Gabon, nous avons opté pour respecter la Constitution et nous la respectons jusqu’à présent.

RFI : Au début, certains disaient que vous n’étiez pas un poids lourd du PDG (le Parti démocratique gabonais), que vous seriez peut-être malléable. En fait, non. On s’aperçoit que vous êtes une femme de caractère…

RFR : Je dois vous avouez que j’ai le soutien de beaucoup dans la classe politique gabonaise actuelle. Je demande des conseils à pas mal de personnes et je pense que tout le monde collabore pour que nous continuions à œuvrer dans la paix.

RFI : Il y a eu un certain nombre de pressions sur vous quand vous avez remanié le gouvernement. Et finalement, vous avez gardé le même Premier ministre et vous avez changé de ministre de l’Intérieur. Pourquoi ?

RFR : J’ai reconduit la même équipe. Même ceux que j’ai déplacés, ils sont quand même au gouvernement parce que nous allons entrer dans une période de campagne. Notre mission principale, c’est de faire élire un nouveau président. Donc je n’avais aucune raison de me séparer de collaborateurs que le chef de l’Etat lui-même avait laissés en place.

RFI : Sauf avec le ministre de l’Intérieur ?

RFR : Ah non, (rires) le ministre de l’Intérieur, c’est un collaborateur mais il n’est pas le seul à avoir changé le portefeuille.

RFI : Alors cette présidentielle, quand aura-t-elle lieu ?

RFR : Nous essayons de rester dans la ligne du délai que nous impose la Constitution. Si jamais… – mais ce n’est pas possible -, eh bien il y a d’autres institutions qui fonctionnent, qui sont là. Il y a des spécialistes qui vont nous dire s’ils peuvent constater un cas de force majeure comme le prévoit la Constitution et peut-être prévoir un délai pas trop court, parce qu’il ne faudrait pas aussi qu’on donne l’impression que nous voulons bâcler. Il ne le faut pas trop long non plus, sinon on rentrerait dans l’illégalité.

RFI : Les partis d’opposition que vous avez reçus la semaine dernière vous ont demandé un délai de cinq à six mois pour faire un bon peignage des listes électorales ?

RFR : Effectivement, ils ont demandé une prolongation de trois mois, quatre mois, cinq mois, d’autres jusqu’à six mois, mais ils ont oublié que ce sont eux qui ont voulu, à la sortie de la Conférence nationale, que ce soit quarante-cinq jours ou plus. Nous ne voulons pas tomber dans l’erreur de suivre les avis des uns et des autres qui sont contraires à la Constitution parce qu’après, je ne serais plus couverte par la loi.

RFI : Et franchement, croyez-vous qu’un délai de 60 jours, comme le propose le PDG, suffira ?

RFR : Oui, on peut puisque le fichier électoral que les partis de l’opposition contestent maintenant… Les députés et les sénateurs de l’opposition qui sont au Parlement ont été élus sur la base de ce même fichier électoral. Maintenant, on va essayer de voir ce que les spécialistes peuvent nous accorder comme délai.

RFI : Madame la présidente, vous êtes populaire au Gabon. On l’a vu le jour des obsèques, vous avez été applaudie. N’est-ce pas aussi parce que, pour un certain nombre de Gabonais, vous êtes la personne qui empêchera un scénario à la togolaise débouchant sur une succession dynastique en faveur d’Ali Bongo ?

RFR : Mais nous ne sommes plus au stade du Togo. Nous sommes au Gabon. Ici, nous parlons d’élections. Tous les Gabonais sont libres de se présenter. D’ailleurs, je sens qu’il y aura plusieurs candidatures. Je le sens. Vous savez, nous les femmes, on sent toujours les choses venir. Mais quand je regarde un peu, je me dis… il y aura sûrement plusieurs candidatures.

RFI : Au sein du parti PDG ?

RFR : Peut-être, pourquoi pas ? Il faut s’attendre à tout.

RFI : En tout cas, il y aura des primaires ?

RFR : Je ne sais pas s’il y aura des primaires puisque nous avons opté pour le consensus. Donc je crois que nous allons essayer de gérer ça au maximum pour que nous n’allions pas aux primaires parce que vous savez, les primaires, ce n’est pas toujours juste. Vous avez l’exemple chez vous en France. Ce n’est pas toujours juste.

RFI : (rires) Le Parti socialiste français…
RFR : (rires) Voilà, vous avez tout compris.

RFI : Est-ce qu’il y a un candidat naturel au sein du PDG ?

RFR : Pour le moment, on ne peut pas parler de candidat naturel puisque le président est parti sans nous laisser un nom, sans nous dire quelque chose. Le PDG va certainement investir un candidat. Ils se mettront d’accord auparavant pour en choisir un mais il ne faudrait pas aussi qu’on soit surpris si des candidatures indépendantes se glissent. Vous savez, nous sommes dans le domaine politique et il faut s’attendre à tout.

RFI : La Constitution vous interdit d’être candidate. Mais avez-vous une préférence ?

RFR : Non, je ne ferai pas connaître ma préférence parce que, si je le fais, ça veut dire que je vais orienter l’électorat. Il faut laisser le droit parler. 


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE (AGP) - Le candidat malheureux à la présidentielle du 30 août dernier, le pasteur Georges Bruno Ngoussi, a appelé mercredi à Libreville les gabonais de quelque statut que ce soit, à la retenue, après les violences ayant suivi la proclamation des résultats de cette élection. ''J'interpelle tous les gabonais, civils et militaires, à la retenue, parce que j'estime que la confrontation doit se situer strictement au niveau des idées et non pas physique'', a dit M. Ngoussi, s'exprimant au cours d'une conférence de presse. Le 3 août dernier, des incidents ont éclaté à Libreville, où des manifestants se sont accrochés aux ...
Lire l'article [1]
Libreville, 20 août (GABONEWS) - Le candidat indépendant à la présidentielle de cette fin de mois, André Mba Obame, par ailleurs ex-ministre de la Coordination et du Suivi de l’Action gouvernementale et de l’Intérieur, a déclaré au cours de l’émission débat à laquelle il a participé en deuxième partie, ce jeudi soir sur le plateau des deux chaînes de télévision nationales (RTG1, RTG2), que « le budget Gabonais est fictif » d’autant qu’aucun « budget voté par le parlement n’a été appliqué tel quel ». Affirmant s’exprimer sous le contrôle de l’ancien premier ministre, chef du Gouvernement, également candidat ...
Lire l'article [2]
Georges Bruno Ngoussi, homme d'église et candidat à l'élection présidentielle anticipée du 30 août, a réaffirmé, mercredi à Libreville, qu'il maintient sa candidature à ce scrutin, rejetant les allégations selon lesquelles il serait à la solde d'un ''super candidat'' également en course pour ce scrutin. ''Je le dis, je le répète, le révérend pasteur Georges Bruno Ngoussi n'est pas le candidat d'Ali Bongo Ondimba (candidat du parti au pouvoir, ndlr), je ne suis pas un suppositoire, je suis un homme avec grand H'', a affirmé M. Ngoussi dans une déclaration à la presse. ''Je suis candidat à l'élection présidentielle ( ) que ...
Lire l'article [3]
Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain. La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection. Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs ...
Lire l'article [4]
L’ancien ministre de l’Intérieur est candidat : interview Les candidatures à l’élection présidentielle du Gabon se multiplient depuis le 17 juillet, tant au sein de la majorité présidentielle que de l’opposition. André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur et de la Coordination et du suivi du gouvernement, a révélé ses ambitions vendredi. Bien que son parti, le PDG (Parti démocratique gabonais, au pouvoir), ait fait d’Ali Bongo Ondimba, fils du président défunt, son candidat officiel, il a décidé de se présenter lui aussi. André Mba Obame se veut le digne et véritable héritier d’Omar Bongo Ondimba dont il entend poursuivre l’œuvre. ...
Lire l'article [5]
Le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir "entérinera" mercredi le choix de son candidat au scrutin présidentiel qui doit avoir lieu à la suite du décès d'Omar Bongo, après recensement des prétendants, a-t-on appris samedi auprès de cette formation. Le recensement des "candidats à la candidature", entamé le 1er juillet, devait prendre fin à 19H00 (18H00 GMT) samedi. Mais le secrétaire général du PDG Faustin Boukoubi a affirmé dans la soirée à l'AFP que l'instance chargée de recueillir les dossiers était disposée à en recevoir après ce délai "pour éviter qu'on nous fasse des procès". "Ca peut aller jusqu'à minuit. Là, nous sommes ...
Lire l'article [6]
Le président du Cercle d’Action et de Soutien à Mba Abessole (CASMA), Ndong Minko, a appelé ce samedi à Libreville, le leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG/majorité présidentielle) à se porter candidat à l’élection présidentielle à venir. « Nous, jeunes du CASMA, demandons à Paul Mba Abéssole de se présenter à cette élection car une chose est sûre, il n’est pas rentré au sein de la majorité présidentielle pour abandonner ses convictions », a déclaré Brice Ossaba (vice président du CASMA), avouant que « se serait une déception pour nous si notre porte-étendard ne venait pas à répondre à ...
Lire l'article [7]
La présidente de la République Gabonaise par intérim, Chef de l’Etat, Rose Francine Rogombé, invitée ce jeudi matin de Radio France Internationale (RFI), n’a pas exclu la présence des candidatures « indépendantes » au sein du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la présidentielle à venir. Répondant à RFI depuis la ville de Syrte, en Libye, où elle prend part depuis mardi au 13ème sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), Madame Rogombé a déclaré que « tout le monde pourra se présenter, il y aura plusieurs candidats, peut être des indépendants au sein du ...
Lire l'article [8]
Le général Idriss Ngari appartient au courant des caciques du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir). Discret et pas toujours à l’aise dans les fonctions politiques qu’il a occupées jusque-là, Idriss Ngari est un manager, un homme de commandement de la vielle école, loyal et juste. Il pourrait mettre « tout le monde d’accord » à l’issue de l’élection présidentielle de 2012 s’il se présentait. Il a une sérieuse carte à jouer. Mais a-t-il cette ambition ? Le courant des caciques est combattu avec force par le courant des rénovateurs mené par Ali Bongo Ondimba. Même s’il se présentait à l’élection ...
Lire l'article [9]
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article [10]
Politique/Présidentielle : Un candidat à la présidentielle appelle les gabonais à la retenue
Gabon: Présidentielle 2009 / « Le budget Gabonais est fictif, aucun budget voté par le parlement n’a été appliqué tel quel », (André Mba Obame,
Gabon: Un pasteur candidat à la présidentielle dément être à la solde d’un ”super candidat”
Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)
André Mba Obame : l’élection présidentielle au Gabon « ne peut être une affaire de famille »
Présidentielle au Gabon: le candidat du parti au pouvoir connu le 8 juillet
Gabon: Le CASMA demande au leader du RPG à se porter candidat à la présidentielle
Libye: Présidentielle au Gabon : « Peut – être des indépendants au sein du PDG », (Rose Francine Rogombé, président de la République)
Gabon : Pour l’élection présidentielle de 2012, Idriss Ngari peut mettre tout le monde d’accord
Commentaires