Socialisez

FacebookTwitterRSS

La mort mystérieuse d’un journaliste franco-congolais à Brazzaville

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2009
Catégorie(s): Monde

Bruno Jacquet Ossébi, journaliste franco-congolais engagé dans la lutte anticorruption, est mort à Brazzaville à l’âge de 44 ans, le 2 février, dans des circonstances mal expliquées, alors qu’il soutenait la plainte déposée à Paris contre les “biens mal acquis” visant les présidents du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo. A la veille de l’élection présidentielle du dimanche 12 juillet en République du Congo, Reporters sans frontières (RSF) a publié, jeudi, un rapport d’enquête qui qualifie de “probable” la “thèse d’une attaque délibérée”. Le 3 juillet, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, constatait les “réticences” des autorités congolaises à rendre publics les résultats des enquêtes. En avril, un premier rapport du CPJ soulignait “les circonstances nébuleuses” de la mort de Bruno Jacquet Ossébi.

Le drame s’est joué en deux temps : le 20 janvier, un incendie surprend Bruno Jacquet Ossébi à son domicile. Tandis que sa compagne et les deux enfants de cette dernière périssaient dans les flammes, le journaliste était brûlé au deuxième degré. Hospitalisé, il donnait des signes de rétablissement lorsque, le 2 février, à la veille de son rapatriement en France organisé par le Quai d’Orsay, il est mort subitement.

Trois jours avant l’incendie, Bruno Jacquet Ossébi avait publié dans le journal en ligne MwindaPress un article révélant que la société pétrolière nationale, dirigée par l’un des fils du président Denis Sassou-Nguesso, sollicitait d’une banque française un prêt de 100 millions de dollars gagé sur la production d’or noir. Il l’accusait d’organiser un “endettement de façade” en contradiction avec les engagements pris par le Congo auprès du Fonds monétaire international. Deux jours avant le sinistre, le journaliste avait pris contact avec le Comité pour le recouvrement des biens volés de la Banque mondiale. Quelques semaines plus tôt, il avait manifesté l’intention de se joindre à la plainte déposée contre les “biens mal acquis”.

Le fait que les décombres de la maison incendiée du journaliste ait été déblayés quelques heures après l’incendie et qu’il n’y ait eu “ni enquête sérieuse ni autopsie”, selon RSF, alimente les interrogations. La cause officielle de son décès – “arrêt cardio-respiratoire” – ne mentionne pas les brûlures dont il souffrait.

“DÉLINQUANCE DU SYSTÈME”

Le rapport de RSF apporte de nouveaux éléments de contexte. Bruno Jacquet Ossébi, apparenté à plusieurs barons du régime congolais, était un homme d’affaires (dans les secteurs du bâtiment et des services) et aussi un journaliste-blogueur dénonçant “la délinquance financière du système”. Plusieurs fois menacé mais né d’un couple mixte franco-congolais, il pensait être protégé par sa nationalité française. Constatant l’inertie des enquêteurs congolais, RSF demande à Paris d’ouvrir une instruction pour expliquer les causes de sa mort.

L’affaire s’inscrit dans une série d’intimidations brandies par plusieurs pays africains à l’encontre de militants ou de journalistes engagés dans la dénonciation de la corruption. Au Gabon, trois militants, dont le signataire de la plainte déposée en France contre les “biens mal acquis” (BMA), ont été inculpés et incarcérés pendant douze jours, en janvier à Libreville. Au Cameroun, Jean-Bosco Talla, directeur de l’hebdomadaire Germinal est harcelé depuis qu’il a contribué au rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) sur la corruption publié le 24 juin.

Sans oublier l’étrange incendie, sans grande gravité, dont a été victime Benjamin Toungamani, un opposant congolais exilé en France dont l’épouse s’apprêtait, elle aussi, à porter plainte dans le dossier BMA. Le feu, à son domicile de Saint-Ay, près d’Orléans, le 20 janvier, avait pris le même jour que l’incendie de Brazzaville.

L’opposition demande le report de la présidentielle

L’opposition en République du Congo continuait, mercredi 8 juillet, de demander le report de l’élection présidentielle de dimanche pour laquelle l’actuel président, Denis Sassou-Nguesso, fait figure de grand favori face à douze autres candidats. Les observateurs n’excluent pas sa victoire au premier tour. L’opposition dénonce des erreurs dans les listes électorales.


SUR LE MÊME SUJET
Par Yves-Laurent Goma Au Gabon, le HCR poursuit le rapatriement volontaire des réfugiés congolais de Brazzaville. Un accord tripartie entre les gouvernements du Congo et du Gabon ainsi que le HCR a proclamé la cessation du statut des réfugiés congolais du Gabon le 31 juillet dernier. Sur 9 500 réfugiés seulement 450 ont accepté de rentrer au pays. Les autres ont préféré devenir de simples migrants et donc d’acheter une carte de séjour.
Lire l'article
Les ministres Congolais et Gabonais de la Communication échangent, à Brazzaville, autour des questions de formation, d'encadrement et de renforcement des capacités de médias publics et privés . Le ministre congolais de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte- parole du Gouvernement, Bienvenue Okiémy , et son homologue gabonaise , Laure Olga GONDJOUT, en charge de la Communication , de la Poste et l'Economie Numérique , ont évoqué, jeudi, à Brazzaville, les aspects liés au renforcement de la coopération sud-sud, particulièrement les questions de formation, d’encadrement et de renforcement des capacités de médias ...
Lire l'article
La situation des réfugiés congolais au Gabon fait toujours l'objet de discussions entre Brazzaville et Libreville. 21Des dizaines de milliers de Congolais ont fui leur pays entre 1997 et le début des années 2000. Il y a eu pourtant un accord tripartite de rapatriement signé en septembre 2001 entre le gouvernement gabonais, le gouvernement congolais et le HCR. Ils sont encore aujourd'hui environ 10 000 à vivre dans l'incertitude au Gabon.
Lire l'article
La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a demandé que la sécurité d'un journaliste du quotidien gabonais L'Union, menacé de mort à cause d'un article sur un assassinat, soit assurée, dans un communiqué obtenu jeudi par l'AFP à Libreville. La FIJ "condamne les menaces de mort" et demande que "toutes les dispositions (soient) prises pour assurer la sécurité" de Jonas Moulenda, dans le communiqué de son bureau Afrique, situé à Dakar. M. Moulenda a reçu des menaces dans un courrier déposé à son journal le 28 février et le lendemain par des SMS sur son téléphone portable. Ces menaces faisaient clairement référence à ...
Lire l'article
Le journaliste Jonas Moulenda, une nouvelle fois menacé de mort
Le journaliste du quotidien l’Union, Jonas Moulenda, fait de nouveau l’objet de menaces de mort perpétrées par un « corbeau », rapporte ce mardi nos confères de sa rédaction, L’Union. Selon une lettre parvenue dimanche à la rédaction de l’Union par un « individu non identifié », il est question de faire subir à M. Moulenda le sort du « journaliste burkinabè Norbert Zongo - assassiné le 13 décembre 1998 -  parce qu’il « se serait attaqué  à un puissant ». Le document indiquerait que « la justice gabonaise est pourrie, la police judiciaire et la direction générale de la recherche (DGR) corrompues ». Pour le corbeau, «  il ne ...
Lire l'article
un journaliste du quotidien gabonais L'Union a affirmé lundi à l'AFP avoir reçu plusieurs menaces de mort, liés à un article qu'il a écrit sur l'assassinat du directeur du Conseil gabonais des chargeurs. Jonas Moulenda, qui a porté plainte contre X lundi, a reçu ces menaces dans un courrier déposé à son journal, ainsi que par des SMS sur son téléphone portable. "Sache que tu es désormais un homme mort. Tu as osé t'attaquer à un puissant, attends-toi donc à le payer de ta vie", a notamment écrit un "corbeau" dans la lettre anonyme. "Ziza n'aura reçu qu'un coup de couteau mais ...
Lire l'article
Des individus non encore identifiés seraient actuellement à la recherche du journaliste Jonas Moulenda du quotidien national l’union pour lui faire « payer » l’audace d’avoir publié un bilan autre que celui de trois morts établi par le gouvernement après la violente répression militaire qui s’est abattue sur Port-Gentil, pour venir à bout des violentes émeutes qui se sont déroulées dans la capitale économique gabonaise du 3 au 6 septembre, a appris APA. Auteur d’une série de reportages intitulés « Je reviens de Port-Gentil », Jonas Moulenda, a fait l’objet d’une deuxième perquisition illégale de son domicile par des inconnus dans ...
Lire l'article
Le média privé gabonais d'information en ligne Gabonews a affirmé lundi à l'AFP qu'un de ses journalistes avait reçu des menaces de mort en lien avec des articles sur l'élection présidentielle du 30 août et ses suites, à l'instar d'un reporter du quotidien national L'Union. Les premières menaces remontent à "une dizaine de jours" et étaient alors verbales, jusqu'à un message électronique reçu dernièrement et menaçant de "brûler vif" le journaliste, a expliqué Rodrigue Asseyi, directeur de publication de Gabonews, sans divulguer l'identité de son collaborateur pour raison de sécurité. "On a localisé ta demeure et si par malheur je vois encore ...
Lire l'article
Le journaliste gabonais Jonas Moulenda, du quotidien national L'Union, a affirmé mercredi à l'AFP être recherché et recevoir des menaces de mort en lien avec des articles qu'il a écrits notamment sur les violences post-électorales à Port-Gentil (ouest). Le 26 septembre, trois personnes en civil et qui ne se sont pas identifiées "se sont présentées à mon domicile", a raconté M. Moulenda, lors d'un entretien avec l'AFP par téléphone depuis un lieu qu'il n'a pas dévoilé. "Je n'y étais pas, j'étais réfugié quelque part" en raison de menaces devenues "inquiétantes", a poursuivi M. Moulenda, qui réside habituellement à Ozangué (est de ...
Lire l'article
Bruxelles le 31 Mai 2009, le Dr Bruno Ella, Porte parole de la Coalition, s'entretient avec un journaliste de la BBC lors de la réunion de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National.
Lire l'article
Gabon : retour au pays des réfugiés du Congo-Brazzaville
Les ministres Congolais et Gabonais de la Communication échangent à Brazzaville
Les réfugiés congolais du Gabon manifestent peu d’empressement à rentrer chez eux
Gabon: la FIJ appelle à assurer la sécurité d’un journaliste menacé de mort
Le journaliste Jonas Moulenda, une nouvelle fois menacé de mort
Gabon: menaces de mort contre un journaliste ayant écrit sur un assassinat
Un journaliste gabonais menacé de mort
Gabon: un journaliste du média privé en ligne Gabonews menacé de mort
Gabon: un journaliste de L’Union se dit recherché et menacé de mort
Meeting de Bruxelles: Vidéo du Dr. Bruno Ella, Porte parole, s’entretenant avec un journaliste de la BBC

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à La mort mystérieuse d’un journaliste franco-congolais à Brazzaville

  1. AVOMO

    11 Juil 2009 a 22:01

    A Notre regretté Bruno Jacquet Ossébi,

    Votre sang n’a pas coulé pour rien, vous serez vengé un jour. Votre cause était juste et bonne aux yeux de notre Seigneur Jésus-Christ et notre Dieu le TOUT-PUISSANT. Jésus-Christ notre Sauveur vous a déjà certainement donné une place de choix dans le royaume de son père, le vrai.

  2. webmaster : alerte

    10 Juil 2009 a 20:04

    alerte: certaines personnes se font passer pour Daniel Mengara sur la toile avec l’e-mail suivant:
    daniel.mengara@gmail.com
    C’est un faux. la marche du 11/07/2009 à Paris est toujours maintenue.

  3. M2005

    10 Juil 2009 a 07:07

    Nous avons une très belle émission radio sur ce sujet: http://tinyurl.com/nngmq3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*