Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France préoccupée par le processus de succession d’Omar Bongo, au Gabon

Auteur/Source: · Date: 11 Juil 2009
Catégorie(s): Afrique,International

Un mois après la disparition d’Omar Bongo, la France voudrait apparaître comme un observateur neutre dans le processus encore incertain de succession à l’homme qui régna pendant 41 ans sur le Gabon en toute complicité avec Paris. Le président Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner se sont donné le mot. “La France n’a pas de candidat”, a répété le ministre des affaires étrangères, jeudi 2 juillet à Dakar. “Moins la France s’occupera de la succession gabonaise, mieux elle se portera”, renchérit une figure de l’UMP.

Ce retrait apparent masque la vive préoccupation des responsables français. La qualité démocratique du processus constituera le premier test de la volonté de “refondation” des relations franco-africaines revendiquée par le président de la République. Qui plus est dans le pays le plus emblématique du caractère opaque et incestueux de ces relations depuis près de cinquante ans. En outre, plane sur le Gabon le souvenir amer des successions ratées et des élections sanglantes (Côte d’Ivoire, Congo, Togo) auxquelles la France a été mêlée.

Or le scénario est loin d’être écrit dans un pays qui n’a jamais connu de succession ouverte. Une concertation est en cours avec les partis politiques sur un point crucial : le calendrier de la révision des listes électorales. Celles-ci, selon de nombreux observateurs, sont lourdement lestées d’électeurs-fantômes. En outre, de nombreux Gabonais, sans illusion sur l’honnêteté des scrutins, ne s’y sont jamais inscrits. Les partis de l’opposition, dont quatre candidats sont déjà déclarés, réclament leur réouverture et un délai de plusieurs mois avant l’élection présidentielle censée se tenir “avant le 6 septembre”, selon la récente décision de la cour constitutionnelle.

Face à eux, les tenants du Parti démocratique gabonais (PDG), fondé par Omar Bongo, se satisferaient d’un simple toilettage des listes électorales. Leur problème est ailleurs : éviter l’implosion à cause de candidatures multiples.

Outre Ali Bongo, le fils aîné du président défunt et ministre de la défense, pas moins de neuf candidats briguent l’investiture de l’ex-parti unique qui pourrait être annoncée le 18 juillet. Cet afflux de prétendants rompt spectaculairement avec la tradition qui faisait d’Omar Bongo l’éternel “candidat naturel” du PDG.

Pressé et contesté, Ali Bongo est déjà parti en campagne. Des communiqués diffusés par la télévision publique font état d’appels de la “jeunesse gabonaise” en faveur de sa candidature et de collectes de fonds. Logiquement, son intérêt serait que le scrutin se tienne rapidement et utilise les mêmes listes électorales que celles qui assuraient à son père des scores dignes de républiques bananières.

Ce souhait de promptitude est défendu par la France. “Les transitions qui durent peuvent se transformer en cauchemars”, indique-t-on à l’Elysée où l’on évoque le risque de dérapage ethnique. On estime à Paris que deux enjeux dominent : “La stabilité du pays (et non celle du régime, précise-t-on), et la qualité démocratique de la transition.” Le processus, ajoute-t-on, doit être “aussi exemplaire que sous la présidence d’Omar Bongo”.

Mais tandis que des diplomates de l’Elysée affichent une certaine prudence à l’égard d’une candidature d’Ali Bongo, l’entourage proche du chef de l’Etat voit en ce dernier un homme “plutôt francophile” bénéficiant d'”un certain nombre de ralliements autour de lui”.

Pour Robert Bourgi, héritier des réseaux gaullistes en Afrique aujourd’hui proche de M. Sarkozy, “Ali sera le seul candidat du clan Bongo”. “Mon candidat, c’est lui. Or, je suis un ami très écouté de Nicolas Sarkozy”, avance cet avocat qui s’est fait une profession d’obtenir des entrevues auprès du président français pour des personnalités africaines. “Ali privilégiera les entreprises françaises, il en finira avec les micmacs d’un autre temps”, plaide encore M. Bourgi. Il suggère qu’il proclame tout haut ce que l’exécutif français pense tout bas.

LE CANDIDAT DE M. BOURGI

“Bourgi a un candidat, c’est son affaire, pas la nôtre”, rétorque Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée. “Le parrainage de M. Bourgi ne nous encourage pas. Ce n’est pas dans l’intérêt d’Ali”, ajoute Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération, qui dit pourtant apprécier les services du bouillant avocat. L’enjeu n’est pas seulement politique. “Le clan Bongo veut garder le pouvoir mais aussi garantir son impunité, souligne un haut diplomate. Mais il sait parfaitement qu’Ali est extraordinairement impopulaire.”

Lors des obsèques à Libreville, le 15 juin, rapporte une autre source diplomatique française, Ali Bongo a été pris à partie par un groupe de jeunes défiant le service d’ordre et brandissant le poing. “Le clan familial se rend compte qu’Ali Bongo est le pire candidat, assure ce spécialiste de l’Afrique, surtout lors d’une élection à un tour où il est interdit de miser sur le mauvais cheval.”

Du degré de solidarité familiale au sein du foisonnant clan Bongo, notamment entre Pascaline, grande argentière du régime et Ali, qui tient l’armée, dépendra la succession politique d’Omar Bongo. Parmi les multiples inconnues de cette équation complexe figurent les risques de procédures judiciaires visant la restitution à l’Etat des “biens mal acquis” par la famille Bongo. A Paris, la procédure qui vise aussi plusieurs membres de la famille n’a pas été éteinte par la disparition d’Omar Bongo.
Philippe Bernard 


SUR LE MÊME SUJET
La Caisse de Stabilisation et de Péréquation (CAISTAB) est préoccupée par le problème du transport, de distribution et de vente du gaz butane dans les zones rurales et les localités de l'intérieur du pays, souvent confrontées à des ruptures de stocks et à un renchérissement des prix. Alors que le gouvernement a fixé le prix de la bouteille de gaz butane de 12,5kg à 5450 FCFA, dans l’arrière pays certains revendeurs dépassent largement cette barre. Une délégation de la CAISTAB a séjourné la semaine dernière à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga, dans le sud du Gabon, pour une ...
Lire l'article
Un chronogramme d’actions permettant d’arriver à la confection d’un fichier d’état-civil et fichier électoral fiable sera présenté dans quelques semaines au gouvernement afin d’introduire les données biométriques dans l’établissement des listes électorales, selon le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Un chronogramme d’actions permettant d’arriver à la confection d’un fichier d’état-civil et fichier électoral fiable sera présenté dans quelques semaines au gouvernement afin d’introduire les données biométriques dans l’établissement des listes électorales, selon le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean François Ndongou. ‘’Dans quelques semaines, nous allons présenter au gouvernement le chronogramme des actions pouvant nous permettre d’arriver à ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy demande aux dirigeants et responsables ivoiriens de permettre l'achèvement rapide et "dans un climat apaisé" du processus électoral lié à l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, a indiqué jeudi soir un communiqué de l'Elysée. "Le président de la République lance un appel aux dirigeants et responsables ivoiriens concernés pour que le processus électoral, si bien engagé, s'achève rapidement dans un climat apaisé et ouvre à la Côte d'Ivoire une nouvelle ère de paix et de prospérité", souligne le communiqué. "Il appartient désormais au Conseil constitutionnel de proclamer les résultats définitifs dans le strict respect de la volonté clairement exprimée par le ...
Lire l'article
Après quarante-deux ans de règne, le président Omar Bongo est mort et enterré. Le Gabon semble s’acheminer vers le changement. Il faut s’en féliciter et souhaiter que le calme perdure. Mais, une fois la période de deuil passée, parviendra-t-on à s’entendre sur l’essentiel ? Pour une telle succession, il y a forcément péril en la demeure. Le plus dur ne fait que commencer. L’héritage du président Bongo est sans conteste très lourd à porter. C’est toujours le cas lorsque les dinosaures, qui règnent sur des pays dominés par la pensée unique, quittent la scène. ...
Lire l'article
De nombreux prétendants s'affrontent tant à l'intérieur du clan familial que dans l'opposition. Le cercle des admirateurs s'est restreint. Après sept jours d'hommage populaire, la dépouille du président gabonais est enfin arrivée à Lewaï, où se trouve la maison natale d'Omar Bongo. Dans ce gros village, devenu par la prodigalité présidentielle le très confortable Bongoville, ils n'étaient plus qu'une poignée autour du cercueil. Tous des proches qui se rêvent désormais en héritiers. Omar Bongo en terre, les ambitions vont se libérer brutalement au grand jour. Le président disparu avait toujours refusé de désigner un favori. «Le Gabon va entrer dans une période ...
Lire l'article
Abonné aux réélections triomphales mais contestées, Omar Bongo n'hésitait pas à employer un slogan de campagne d'une cynique ironie : "Bongo, c'est gagné d'avance !", proclamaient ses affiches en 2005. Le scrutin qui désignera prochainement le successeur du président décédé offre un tout autre visage.Son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la défense et vice-président du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a de nombreuses cartes en main pour l'emporter. Observant le silence pour cause de deuil, il devait néanmoins, selon toute vraisemblance, se mettre en avant, mardi 16 juin, à Libreville, en tant que représentant de la vaste ...
Lire l'article
Les retards enregistrés dans la publication de la liste électorale des législatives partielles dans la circonscription d’Omboué, dans l’Ogooué-Maritime, pourraient contraindre la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) à reporter l’élection du successeur de Jean Ping à ce siège. Initialement prévu pour le 21 septembre prochain, le vote pourrait être reporté en raison du délai de décaissement des fonds nécessaires à l’organisation du scrutin. Quatre jours après l’ouverture de la campagne électorale dans la circonscription d’Omboué, pour le siège laissé vacant par Jean Ping suite à son élection à la présidence de la Commission de l’Union Africaine, la Commission électorale ...
Lire l'article
La campagne électorale pour le siège de député d’Omboué a démarré le 6 septembre dans l’Ogooué-maritime et se poursuivra jusqu’au 20 septembre prochain. Deux partis politiques et un indépendant se lancent à l'assaut du siège de député laissé vacant par le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, au 1er siège du département d'Etimboué, à Omboué. Trois candidats vont briguer le siège laissé vacant à l’Assemblée nationale gabonaise par Jean Ping, actuel président de la commission de l’Union africaine (UA), dans le 1er siège du département d’Etimboué, dans la province de l’Ogooué-Maritime (nord-ouest), lors d’une élection législative partielle qui ...
Lire l'article
Deux partis politiques et un indépendant se lancent à l'assaut du siège de député laissé vacant par le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, au 1er siège du département d'Etimboué, à Omboué, dans l'Ogooué maritime. Si le Parti démocratique gabonais (PDG), souhaite préserver ce siège, l'Union pour la nouvelle République (UPNR) de Maître Louis Gaston Mayila espère entrer au parlement à travers ce siège. La course à la conquête du siège de député du premier siège du département d'Etimboué laissé vacant par Jean Ping, après son élection à la présidence de la Commission de l'Union africaine (UA) ...
Lire l'article
La CAISTAB préoccupée par la distribution du gaz butane à l’intérieur du pays
Chronogramme pour l’introduction de la biométrie dans le processus électoral au Gabon
Cote d’Ivoire: la France appelle à une fin rapide du processus électoral
Bongo Doit Partir
Gabon: La succession d’Omar Bongo s’annonce difficile tant sur le plan politique qu’au niveau social. Car tout est à construire dans ce pays où le
Omar Bongo : la lutte pour la succession a commencé
L’avènement d’une réelle démocratie au coeur de la succession d’Omar Bongo
Gabon : Vers un report du scrutin pour la succession de Jean Ping à Omboué
Gabon : La succession de Jean Ping est lancée à Omboué
Gabon : L’UPNR de Mayila brigue la succession de Ping à Omboué


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Juil 2009
Catégorie(s): Afrique,International
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*