Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’Afrique de Barack Obama face à celle de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2009
Catégorie(s): Monde

Il avait suffi d’un discours, à Dakar, en juillet 2007, pour que Nicolas Sarkozy s’aliène une grande partie des élites africaines. Il a suffi d’un autre discours, à Barack Obama, le 11 juillet à Accra, pour conquérir les coeurs du continent noir. A première vue pourtant, les messages des deux présidents de puissances concurrentes en Afrique paraissent inspirés par la même rhétorique de la responsabilité : “L’Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur, avait déclaré M. Sarkozy : la colonisation n’est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, (…), du fanatisme, de la corruption.” Pour M. Obama, “il est facile de pointer la responsabilité des autres sur ces problèmes (de l’Afrique) (…). Mais l’Occident n’est pas responsable (…) des guerres où des enfants sont enrôlés comme combattants.” Les deux chefs d’Etat proclament le même souci d’intégrer l’Afrique au monde : “Votre sort est d’abord entre vos mains”, avait dit M. Sarkozy, là où M. Obama a proclamé : “Le futur de l’Afrique est l’affaire des Africains.” Enfin, même promesse de soutien à l’égard des Africains qui s’engageront sur la “bonne voie” : “L’Amérique sera à vos côtés à chaque étape du chemin, comme partenaire, comme amie”, s’est engagé M. Obama. “Si vous choisissez la démocratie, la liberté, la justice et le droit, alors la France s’associera à vous pour les construire”, avait promis M. Sarkozy, posant Paris en “ami indéfectible” de l’Afrique.

Il est tentant de voir dans le contraste entre les sifflets suscités à Dakar et les applaudissements d’Accra l’effet pervers d’une forme de “politiquement correct”, voire d’un certain racisme, qui permettrait à M. Obama de se faire mieux entendre grâce à l’invocation de son “sang africain” et de son père kényan. La manière dont les Africains s’identifient au nouveau président américain et se sentent réhabilités par la fierté qu’il personnifie est manifeste. A l’évidence, “Obama l’Africain” peut délivrer des messages désagréables qui sont inacceptables dans la bouche d’un Blanc. M. Obama peut ainsi affirmer que “pour de trop nombreux Africains, le conflit fait partie de la vie, de façon aussi permanente que le soleil”. Alors que la proclamation dakaroise de M. Sarkozy, selon laquelle “l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire”, est devenue, à son corps défendant, une sorte de référence en matière de mépris postcolonial. En outre, l’insistance du premier président américain noir à mettre en avant – entre autres – les responsabilités africaines met en lumière le caractère incongru et politicien des “excuses” qu’a cru bon de formuler tardivement Ségolène Royal à propos du discours de Dakar.

L’on pourrait aussi réduire le clivage entre Dakar et Accra à des différences de style : M. Sarkozy a gratifié l’Afrique d’une dissertation anthropologique sur “l’homme africain” et de sentences définitives et grandiloquentes ciselées par son conseiller Henri Guaino ; M. Obama a adressé au continent un message direct de vérité, de confiance et d’espoir rédigé avec ses tripes, sans condescendance.

Mais les différences de forme reflètent des histoires et des réalités actuelles différentes, qui sont autant de distinctions de fond. A Accra, M. Obama n’a pas fait la leçon à l’Afrique ; il lui a proposé quatre pistes pour avancer sur la gouvernance, l’économie, la santé et la résolution des conflits. Il a mis en avant des principes simples et des projets concrets. “L’histoire n’est pas du côté de ceux qui changent les Constitutions pour rester au pouvoir”, a-t-il affirmé. Il a annoncé son soutien au développement de l’énergie éolienne et solaire en Afrique. Concernant l’aide, il a annoncé la réduction des budgets engloutis par “les consultants occidentaux et l’administration” au bénéfice des compétences locales. M. Obama a annoncé 63 milliards de dollars pour lutter contre le sida et éradiquer le paludisme, la tuberculose et la polio.

La France qui, en colonisant, a prétendu diffuser ses lumières, continue de prodiguer ses conseils au nom de son “amour de l’Afrique”. Pragmatiques, les Anglo-Saxons, qui n’ont jamais caché leurs intentions mercantiles, appellent les Africains actuels à se lever pour négocier et entreprendre avec eux. Un demi-siècle après les indépendances, sans s’appesantir sur le passé, M. Obama a appelé l’Afrique à se mobiliser pour tenir enfin “les promesses” auxquelles avait cru en vain son père.

Les Africains savent parfaitement que Washington s’intéresse à leur pétrole et à toutes leurs matières premières ; les plus instruits n’ignorent pas la longue liste des régimes tyranniques longtemps soutenus par les Américains pendant la guerre froide. Mais si le discours américain apparaît autrement plus crédible aux Africains que celui de la France, c’est d’abord parce que les Etats-Unis restent largement ouverts à l’immigration africaine. C’est enfin que M. Obama tient un discours clair. “Aucun pays ne crée de richesse si ses dirigeants exploitent l’économie pour leur enrichissement personnel”, a-t-il asséné en appelant à “la fin de ce genre de gouvernance”. Au lendemain du discours de Dakar, M. Sarkozy avait rendu au Gabon une “visite d’amitié” à Omar Bongo, mort en juin, archétype de l’indéboulonnable président couvert par la France.


SUR LE MÊME SUJET
Obama et Sarkozy vont célébrer ensemble la fin de l’opération libyenne
WASHINGTON - Le président des Etats-Unis Barack Obama et son homologue français Nicolas Sarkozy vont marquer ensemble la fin des opérations militaires en Libye lors d'une cérémonie à Cannes à l'issue du sommet du G20 vendredi, a annoncé mardi la Maison Blanche. Après le sommet du G20 (...) le président (Obama) et le président Sarkozy vont participer à une cérémonie à Cannes pour honorer l'alliance entre les Etats-Unis et la France, a indiqué la présidence américaine, en précisant que les dirigeants rencontreraient à cette occasion des soldats américains et français ayant participé ensemble à l'opération libyenne. Cette opération, a noté la Maison ...
Lire l'article
Selon un communiqué reçu du bureau de presse de la Maison Blanche en date du 21 juillet 2010, le président américain Barack Obama organise un forum à Washington D.C, du 3 au 5 août prochain. Environ 120 jeunes actifs de la société civile et du secteur privé des pays d’Afrique sub-saharienne sont annoncés à cet événement d’envergure. Sous l’encadrement des responsables américains, ces jeunes africains auront à discuter et échanger avec un large groupe de jeunes américains. Ces discussions porteront concrètement sur la bonne gouvernance, la création d’emplois et gestion d’entreprises, les droits de l’Homme. « Le président Barack ...
Lire l'article
En marge du sommet du G8 tenu au Canada les 25 et 26 juin 2010, Barack Hussein Obama annonçait aux leaders africains présents qu’il comptait convier 18 de ses homologues africains en Août prochain à Washington. La raison de cette invitation, disait il, résidait dans la volonté de célébrer le 50e anniversaire des indépendances de leurs pays respectifs. Mais moins d’un mois après, le président des Etats-Unis d’Amérique (USA) a décidé de procéder autrement. Il a choisi, le week-end dernier de convier plutôt les leaders des sociétés civiles africaines à un forum pour faire le point sur la ...
Lire l'article
La "photo de famille" ne ressemble pas à celle des précédentes grand-messes franco-africaines; pour clore son premier sommet du genre, devant la presse, mardi 1er juin à Nice, Nicolas Sarkozy a choisi de s'entourer de trois chefs d'Etat dont un seul, le Camerounais Paul Biya, est francophone, rapporte le Monde .fr. Le message était clair: le président français, en s'affichant aux côtés de Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud, locomotive du continent, de Meles Zenawi, premier ministre d'Ethiopie (10 % de croissance par an) et de Bingu wa Mutharika, chef du petit Malawi mais surtout président de l'Union africaine, a ...
Lire l'article
Aucun autre pays d'Afrique n'a eu le privilège d'accueillir le président de la République française trois fois en moins de trois ans. C'est au Gabon d'Omar Bongo que Nicolas Sarkozy, tout juste élu en 2007, avait choisi de faire étape, pour son premier voyage sur le continent noir. C'est au Gabon en deuil que le chef de l'Etat français s'est rendu, en juin dernier, pour les obsèques du potentat qui a régné quarante-deux ans durant sur ce petit émirat pétrolier et profrançais du golfe de Guinée. C'est à nouveau au Gabon, celui d'Ali Bongo, fils du précédent, élu en août dans ...
Lire l'article
Les populations de Libreville attendent avec impatience depuis ce mardi matin l’investiture de Barack Obama, l’homme qui passe désormais pour être l’idole de la jeunesse du monde et de l’incarnation de leurs rêves. Les Gabonais de Libreville, jeunes comme vieux, affichent tous la même impatience et la même peur à quelques heures de l’investiture du 44ème président des Etats-Unis d’Amérique. Obama pour la majorité des jeune, incarne le rêve, la détermination et le succès. « Obama vient de montrer que tout le monde peut atteindre ses objectifs, à condition d’être prêt. C’est pourquoi nous avons hâte de le voir investi dans ...
Lire l'article
Gabon: Election présidentielle américaine 2008: les églises du Gabon en prière samedi pour Barack Obama. « Dieu a prévu de belles choses pour le continent noir d’où est originaire Barack Obama », a indiqué le révérend Kombil ajoutant que : « l’Afrique est le berceau de l’humanité ». Les ministres de Dieu prieront pour demander à l’Eternel de bénir le candidat, Barack Obama qui est engagé dans la course à la Maison blanche face à John Mc Cain, le candidat Républicain. La séance de prière se déroulera à l’immeuble Arambo de 9 à 15 heures. Des louanges, des prophéties et des prédications ...
Lire l'article
Le camp de Barack Obama commence à croire à une victoire écrasante lors de l'élection présidentielle en novembre prochain. Et le dernier sondage réalisé par le magasine Newsweek qui donne une avance de 15 points à Barack Obama face à son rival républicain, John McCain, ne viendra pas ternir cet espoir. 51 % pour M. Obama contre 36 % pour M. McCain. Ce sondage, réalisé sur un échantillon de 1 010 électeurs, montre trois choses. Premièrement, le bon report des intentions de vote des électeurs de Clinton. Les incorruptibles pro-Clinton se sont finalement ralliés au sénateur de l'Illinois, renforçant ainsi le ...
Lire l'article
"Déçu" puis "dégoûté" par Hillary Clinton, le cinéaste américain Michael Moore a décidé, lundi 21 avril, d'apporter son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate. "Au cours des deux derniers mois, les actes et les propos de Hillary Clinton sont passés de décevants à écœurants", écrit le cinéaste sur son site Internet. Michael Moore qui avait exprimé de la sympathie dans ses livres pour Mme Clinton, se dit maintenant "triste" de la façon dont elle a mené sa campagne. Il explique que le débat télévisé diffusé la semaine dernière a été "la goutte d'eau qui ...
Lire l'article
Barack Obama a remporté, samedi 8 mars, les caucus qui ont eu lieu dans l'Etat du Wyoming devant sa rivale Hillary Clinton, selon plusieurs médias américains. Après dépouillement de 96 % des votes, M. Obama obtenait 59 % des voix contre 40 % à Mme Clinton, ont rapporté les chaînes de télévision Fox et CNN. Le Wyoming, un des Etats les plus républicains et les moins peuplés des Etats-Unis, désigne douze délégués sur les 2 025 requis pour obtenir l'investiture comme candidat du parti démocrate. Sept étaient désignés samedi et les cinq autres le seront lors d'une convention locale prévue le ...
Lire l'article
Obama et Sarkozy vont célébrer ensemble la fin de l’opération libyenne
Cinquantenaire des indépendances africaines: Barack Obama snobe les dictateurs africains
Cinquantenaire des Indépendances Forum: Barack Obama préfère la société civile aux dictateurs africains
Sommet de Nice: Nicolas Sarkozy veut tourner la page de la Françafrique (Par Philippe Bernard)
Le choix gabonais de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard
Gabon: Les Gabonais s’impatientent pour l’investiture de Barack Obama
Gabon: Election présidentielle américaine 2008: les églises du Gabon en prière samedi pour Barack Obama
Barack Obama creuse l’écart dans les sondages face à son rival John McCain
Michael Moore soutient Barack Obama
Barack Obama remporte les caucus démocrates du Wyoming

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

5 Réponses à L’Afrique de Barack Obama face à celle de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard

  1. LE PATRIOTE

    5 Août 2009 a 18:22

    La France est responsable de toute la misère du peuple gabonais,seul le peuple,nous les gabonais pouvons changer cette donne.La france n’est pas prête à arreter de nous imposer les pseudos présidents dictateurs,leurs petits “toutous” pour mieux piller le pays. Moi je suis stupéfais d’une chose,les français qui se rendent au GABON ne prennent meme pas la peine de se présenter au consulat pour les formailités de visas,ce sont des coursiers que se chargent de celles- ci,une insulte de plus quand on sait le nombre de refus de visas au consulat de france à Libreville.
    SI NOUS VOULONS,NOUS GABONAIS UN CHANGEMENT POUR NOTRE PATRIE,IL FAUT QUE NOUS NOUS SEPARIONS DE LA FRANCE, LE BIAFFRA VA ETRE PRESIDENT PARCE QUE LA FRANCE ENCORE UNE FOIS NOUS L’IMPOSE.
    ALORS VAILLANTS GUERRIERS GABONAIS,REVEILLONS-NOUS SI NOUS DEVONT MOURRIR,MOURRONS DANS LA DIGNITE ET NON DANS LA MISERE.
    LA FRANCE ADORE NOTRE SOUS-SOL ET DETESTE NOTRE PEUPLE.
    A NOS MACHETTES TOUS, L’UNION FERA LA FORCE ET NOUS VAINCRONS.
    Un gabonais vivant à paris et prêt à offrir son sang pour la patrie,mais seul c’est mission impossible.
    Et vous qu’êtes vous prêt à faire pour notre patrie?

  2. Billy Bob Johnson

    3 Août 2009 a 11:28

    En effet, c’était un discours très intéressant, cette analyse tire toutefois des conclusions différentes des votres;

    http://www.unmondelibre.org/Akosah-Sarpong_Obama_Accra

  3. Jean Flibustier

    20 Juil 2009 a 07:30

    Très intéressant! Merci pour cette analyse!

    Voici une analyse qui approfondie certains des points que vous avez très justement évoqué;

    http://www.unmondelibre.org/Kodia_revue_discours_Dakar

  4. Omar Makaya

    17 Juil 2009 a 10:51

    Moi je ne retiens qu’une chose: ils disent la même chose et c’est ce qui importe. Que ce soit en vers ou enprose, quand ferons-nous face à nos responsabilités ? Quand arrêterons-nous de les fuir ? Certes la colonisation est responsable de pas mal de choses présentes actuellement mais nos dirigeants africains n’ont pas renié cet atavisme de prédateurs qui est leur marque de fabrique et a ruiné leurs pays. Arrêtons de blablater, palabrer , insulter et menacer: mettons-nous au travail ! Retroussons nos manches ! Les élites ne manquent pas : regardez dans tous les gouvernements des états africains, les “masterisés” ne manquent pas ! Ce qui n’a pas empêché d’en être là aujourd’hui une main devant et une autre derrière. Il est vrai qu’il n’y arien de “naturel” mais tout est”mystique”. Est-ce que cette incapacité à construire l’avenir de nos pays, est “naturelle” ou “mystique” ???
    Je pense que l’on doit arrêter de piller nos pays, d’être corruptible à tout instant: assainissons nos comportements, balayons devant nos portes et même dans nos “appartements”, et alors je pense que l’on commencera à y voir un peu plus clair. Arrêtons d’être prétentieux mais soyons ambitieux !!!

  5. AVOMO

    15 Juil 2009 a 19:56

    Mais la différence entre le Président Barak Obama et le Président Nicolas Sarkozy réside dans le fait que la France a colonisé la plupart des pays africains, qu’elle continue à tenir ces pays en laisse en fabriquant, imposant et soutenant des pseudo-présidents “marionnettes-dictateurs” à la tête ses anciennes colonies en Afrique, surtout ceux qui regorgent de richesses dans le but de protéger les intérêts de la France. C’est le cas de feu Président Bongo, fabriqué par le général De Gaulle et M. Foccart qui pendant plus de 41 années s’est attelé à piller le Gabon et financer tous les partis politiques français de la vème République. NOUS SAVONS TOUS MAINTENANT QUE LE PRESIDENT BONGO A AUSSI FINANCE LA CAMPAGNE ELECTORALE DU PRESIDENT NICOLAS SARKOZY LORS DES PRESIDENTIELLES DE 2007. POURQUOI LE PRESIDENT NICOLAS SARKOZY N-A-T-IL PAS REFUSE TOUT SIMPLEMENT LES VALISES D’ARGENT QUE LE PRESIDENT BONGO LUI AVAIT APPORTEES? IL (le Président Nicolas Sarkozy) SE SERAIT DEMARQUE DE SES PREDECESSEURS. Je trouve donc l’attitude du Président Nicolas Sarkozy INACCEPTABLE et je crois que les africains qui ont dénoncé ses propos tenus à Dakar en 2007 ont pensé comme moi. C’est d’ailleurs une des raisons qui fait en sorte que les africains ne puissent pas accepter la moindre remontrance ni la moindre leçon de morale venant d’un homme ou d’une femme politique français. Pour ma part, je conçois qu’on ne doit pas critiquer ou dénoncer une situation qu’on a soi-même créée et qu’on souhaite de tout coeur qu’elle perdure. C’est de la pure hypocrisie et de la pure fourberie. Quant au Président Barak Obama, les africains digèrent mieux son discours quoique presque semblable à celui du Président Nicolas Sarkozy parce que les Etats-Unis ne sont pas directement impliqués dans la fabrication et le maintien des dictateurs au pouvoir en Afrique (Afrique francophone surtout). Que les Médias arrêtent donc de voir une sorte de racisme de la part des africains lorsqu’ils condamnent le discours du Président Sarkozy et acclament celui du Président Barak Obama.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*