Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique : La difficile marche de l’UPG qui fête ses 20 ans d’existence Par Jean Rovys DABANY

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2009
Catégorie(s): Politique

L’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a 20 ans ce 14 juillet. A sa création, en 1989 en France, sous le règne du monopartisme ‘’triomphant’’, le parti a connu des fortunes diverses, notamment la condamnation de son leader Pierre Mamboundou par contumace pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat’’.

Expulsé de France en 1990 vers le Sénégal, où il passera trois années d’exil, son parti, considéré clandestin, ne prendra pas part aux premières élections législatives multipartites de 1990.

Durant son exil dakarois, des tractations s’engagent entre lui et le régime de feu le président Omar Bongo Ondimba pour son retour au Gabon.

M. Mamboundou, qui avait pourtant annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 1993, verra son dossier rejeté et regagnera Libreville deux jours après l’ouverture de la campagne électorale.

L’UPG, en dépit de son absence au scrutin, se verra associer aux partis de l’opposition qui avaient contesté les résultats de cette élection présidentielle.

C’est ainsi que ce parti n’ayant véritablement pas d’assises sur le plan national intègre le Haut conseil de résistance (HCR), une coalition des partis politiques créée pour contester la victoire du président Bongo Ondimba.

Ce HCR avait pour figures de proue, Paul Mba Abessole, leader à l’époque du Rassemblement national des bûcherons (RNB), Me Pierre Louis Agondjo Okawé du Parti gabonais du progrès (PGP), décédé en 2006.

La contestation avait débouché sur une concertation politique entre les partis de l’opposition (HCR) et le pouvoir en place incarné par le Parti démocratique gabonais (PDG), le parti présidentiel.

C’est ainsi qu’en 1994, la classe politique se retrouve en France pour vider ce contentieux, née de l’élection présidentielle de 1993. Des discussions ayant abouti aux accords de Paris et à un partage du pouvoir entre les deux camps.

Des membres de la coalition de l’opposition acceptent de faire parti d’un gouvernement d’union nationale, alors que d’autres, dont Pierre Mamboundou, refusent d’intégrer cette équipe gouvernementale.

Au sortir de cette situation, l’UPG connaîtra sa première crise ouverte. Un de ses membres fondateurs, Sébastien Mamboundou Mouyama, se désolidarise de son leader et entre au gouvernement.

En 1996, l’UPG effectue son premier test grandeur nature à l’occasion des élections législatives. Le parti réussit à se faire élire seulement deux députés sur les 120 sièges que compte l’Assemblée nationale dont son leader dans son fief de Ndendé au sud du Gabon.

Selon l’article 26 de la Charte de la coalition du HCR, M. Mamboundou est désigné candidat du HCR à l’élection présidentielle de 1998 par ’’consensus’’, conformément à cette disposition qui fait du consensus ou de l’élection un mode de désignation du candidat commun.

Le leader de l’UPG prend ainsi la tête de l’opposition suite au rapprochement en 2003 de Paul Mba Abessole avec le pouvoir.

Face à Bongo Ondimba, M. Mamboundou perd le scrutin, mais le leader de l’UPG conteste les résultats de cette présidentielle, qui voit le président Bongo être réélu avec un score avoisinant les 65%.

En 2001, Pierre Mamboundou et plusieurs autres leaders de l’opposition, membre du HCR, boycottent les élections législatives, estimant que les listes électorales avaient été ‘’gonflées’’ pour avantager le PDG au pouvoir.

Quelques mois plus tard, le HCR réintègre le processus électoral, sans toutefois obtenir le ‘’nettoyage’’ des listes électorales en participant aux élections locales de 2002.

En 2005, M. Mamboundou participera encore mais sans succès à l’élection présidentielle, remportée par son adversaire le président Omar Bongo. Le leader de l’UPG conteste à nouveau les résultats en accusant le parti au pouvoir de lui avoir ‘’volé’’ la victoire. Ses partisans descendent dans les rues de Libreville et Port-Gentil (ouest), brisent et saccagent stations services, édifices publics etc.

Face à ces contestations post-électorales, qui ont duré près de trois mois, M. Mamboundou trouve refuge à l’ambassade d’Afrique du sud après que la police ait investi de nuit le siège de son parti.

En avril 2006, sous l’égide de l’ambassadeur d’Afrique du sud au Gabon, Pierre Mamboundou rencontre le président Bongo Ondimba après plus de vingt ans de brouille.

Les deux hommes acceptent de jouer ‘’franc jeu’’ lors des prochaines consultations électorales, notamment les élections législatives de novembre 2006 et des élections locales de 2008.

Lors du scrutin législatif, l’UPG grignote quelques 7 députés, tandis que pour les élections locales, le parti réussit à obtenir plus d’une centaine de conseillers municipaux et départementaux, se partageant le leadership au sein de l’opposition avec l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) de l’ancien baron du régime, Zacharie Myboto. 


SUR LE MÊME SUJET
Les militants de l’Union du peuple gabonais veulent continuer la lutte pour le pouvoir L’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a célébré mercredi, à Libreville, son 21e anniversaire. Alors que le président-fondateur de ce parti, Pierre Mamboundou, sorti 2e à la présidentielle anticipée de l’année dernière, est absent du pays depuis plusieurs mois pour des raisons privées. L’UPG a été créée le 14 juillet 1989 à Paris, alors que le paysage politique du Gabon était encore sous le prisme du monopartisme. La création de ce parti a coûté près de 4 ans d’exil à M. Mamboundou, puis une condamnation par ...
Lire l'article
L’ancien ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame et le dernier Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba, Jean Eyeghé Ndong vont devoir siéger désormais à l’Assemblée nationale, après leurs victoires aux élections législatives partielles du 6 juin dernier, sous le label non pas du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), leur ancien parti, mais de l’Union nationale (UN), cette formation politique de l’opposition nouvellement créée. Le Premier siège du département du Haut-Komo (Medouneu) dans la province du Woleu-Ntem (nord) et le premier siège du 2ème arrondissement de Libreville, ont été reconquis par ces deux personnalités, sortis du PDG au lendemain du décès ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Depuis plusieurs jours, l’opposition gabonaise semble avoir déplacé le débat sur un autre terrain. Alors que leurs militants attendent toujours que leurs leaders introduisent un recours chez le juge constitutionnel, l’opposition elle appelle à des ’’villes mortes’’. Une recette qui n’a pas fait ses preuves lundi au premier des 3 jours prévus pour cette opération. Déposera, déposera pas de recours ? Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre et aujourd’hui porte-parole de l’opposition a affirmé la semaine dernière qu’ils (chefs d’opposition) vont publier ’’le moment venu ’’les procès-verbaux dont ils détiennent les copies. Pourtant, le président élu Ali Bongo ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Personnage à part de la scène politique gabonaise, que ses adversaires disaient volontiers impopulaire, l’ancien ministre de la Défense, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, aura marqué la campagne présidentielle gabonaise par ses discours enflammés et soutenus par des arguments concrets. Il a connu une consécration lors de son passage à l’émission ’’Débat’’ en étant invité à débattre devant les caméras de télévision de la RTG 1 sur ce qu’il entendait faire du Gabon. Exercice réussi, selon ses fans et même ses détracteurs. Avec un premier objectif: redistribution des richesses du sous-sol à tous. Ali Bongo Ondimba s’est ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel de dimanche s’est achevé à 18H (17H GMT) dans un calme relatif sur l’ensemble du territoire national. Scrutin devant désigné le futur chef de l’Etat pour les sept ans à venir. La majorité des bureaux a fermé à l’heure prévue par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap). Plusieurs centres ayant démarré avec 2h ou 3h de retard ont du prolongé les opérations de vote. Le dépouillement des bulletins a débuté après la fermeture des bureaux, peu après 18H00, à ‘'issue d’une journée sans incidents mais ayant enregistré une très grande affluence d’électeurs ...
Lire l'article
PORT-GENTIL (AGP) – Du haut de la tribune officielle, place des fêtes repeinte aux couleurs nationales : vert-jaune-bleu, Rose Francine Rogombé contemple, sous les flashes des photographes, le défilé civil et militaire. Au deuxième jour de son voyage à Port-Gentil, le chef de l’Etat intérimaire a choisi dimanche la capitale économique pour célébrer la fête nationale , avant de se rendre en fin d’après midi à Lambaréné, dernière étape de son voyage. ’’Elle est sur les pas d’Omar Bongo Ondimba’’, lance un responsable de la vie politique locale. A l’aéroport de Port-Gentil, le chef de l’Etat a été accueilli samedi par des dignitaires ...
Lire l'article
Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain. La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection. Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs ...
Lire l'article
Déséquilibrée par la disparition des grandes compagnies aériennes internationales de son ciel, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) va tenter d'améliorer la qualité des avions qui volent dans son espace. Depuis mardi, financiers, experts et près d'une quinzaine de dirigeants ou représentants des compagnies aériennes prennent part à une réunion à Libreville sur les solutions à apporter aux énormes difficultés d'ordre organisationnel, financier et sécuritaire auxquelles font face ces compagnies. La mort de plusieurs compagnies de transport en Afrique centrale a favorisé depuis plusieurs années déjà une pagaille dans ce secteur, même si d'ambitieuses petites compagnies ont comblé ce ...
Lire l'article
Parmi les ''enfants biologiques'' que compte le président Omar Bongo Ondimba, Ali est sans doute, l'un des plus influents. Physique de rappeur, Ali Bongo Ondimba est ministre gabonais de la Défense depuis 1999, et sa nationalité n'est pas sa préoccupation. Représentant personnel du chef de l'État, puis ministre des Affaires étrangères (1989-1991), Ali Bongo Ondimba s'est constitué un réseau relationnel très solide aussi bien à l'étranger qu'au Gabon, même dans les casernes où soldats, officiers et généraux lui font confiance. Au sein de la galaxie du pouvoir, il est soupçonné par ''ses ennemis'' de se positionner dans la course à la succession ...
Lire l'article
L'Union du Peuple gabonais (UPG, opposition), de Pierre Mamboundou, a célébré lundi dans la capitale gabonaise son dix-neuvième anniversaire; une cérémonie au cours de laquelle une seule allocution a été prononcée, notamment par le président de cette formation politique, qui a placée cet événement sous le signe de la consolidation des acquis et de la mobilisation pour les échéances futures. Le leader de l'UPG a insisté lors de cette manifestation sur la nécessité de l'implantation du parti sur toute l'étendue du territoire national afin qu’il puisse disposer de meilleures assises dans l'avenir. Ce parti compte aujourd'hui sept (7) députés élus à Libreville, ...
Lire l'article
Gabon : l’UPG a fêté ses 21 ans
André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong désormais à l’hémicycle (Par JR. DABANY)
Politique : Déséquilibrée, l’opposition gabonaise en quête des stratégies ? Par Jean Rovys DABANY
Politique: Ali Bongo confirme sa place au milieu des trublions politiques (PORTRAIT) Par Jean Rovys DABANY
Politique-présidentielle: Fin du scrutin présidentiel dans le calme Par Jean Rovys DABANY
Gabon: Mme Rogombé préside son premier défilé militaire et civil à Port-Gentil (par Jean Rovys DABANY)
Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)
Gabon: La CEEAC veut améliorer son espace aérien (Par Jean Rovys DABANY)
Politique : ”Etre Nigérian ? Cela ne me préoccupe pas, affirme Ali Bongo (Par Jean Rovys DABANY)
Gabon: L’UPG fête son dix-neuvième anniversaire sous le signe de la consolidation des acquis


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*