Socialisez

FacebookTwitterRSS

présidentielle-PDG-crise: Vers l’implosion du parti au pouvoir ? par Marinette ENGONGA

Auteur/Source: · Date: 19 Juil 2009
Catégorie(s): Politique

Depuis sa création le 12 mars 1968, sur les bords de la Lolo Bouenguidi dans la province de l’Ogooué-Lolo, jamais le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) n’avait pas connu une telle ambiance : une pléiade de candidatures à l’élection présidentielle en son sein. Cette multitude de prétendants traduirait-t-elle un magma en ébullition ou une mauvaise gestion de cette formation politique après le décès de son fondateur ?

Depuis sa création, jamais le PDG dit le ”grand parti de masse” n’a connu une ambiance aussi piètre que celle qui prévaut en son sein depuis le décès de son fondateur, Omar Bongo Ondimba le 8 juin dernier.

Lors de la lecture de l’oraison funèbre adressé au défunt, le Premier ministre gabonais et premier vice-président de cette formation politique, Jean Eyéghé Ndong, avait dénoncé les mauvaises intensions de certains membres et responsables de ce parti.

Depuis ce jour, certains observateurs dénotaient déjà une atmosphère lourde au sein du parti, un climat de scission qui pèsaient de plus en plus sur ce parti mature de 42 ans.

Interrogé à ce sujet au cours d’un point de presse,M. Faustin Boukoubi, secrétaire général de cette structure politique a dit ” le PDG ne court aucun risque d’implosion, car aucun des camarades candidats à la candidature n’a évoqué l’hypothèse d’une éventuelle démission en cas d’échec” ajoutant que le PDG reste un et indivisible.

La déclaration de candidature d’un membre du bureau permanent de cette formation politique en la personne d’André Mba Obame vendredi depuis Madrid, vient-elle confirmer ce soupçon d’implosion ?

Interviewé par l’AFP, le candidat a déclaré : ” je ne me présente pas comme un rival de qui se soit, mais comme celui qui doit offrir aux Gabonais la légitimité qu’ils ont toujours demandé”, ajoutant que ” je viens comme une force d’interposition pour stopper net les intensions et conspirations dangereuses de type tribaliste mises en exergue par les uns dans cette formation”.

Au regard de ce qui précède, il est important de se demander depuis quand ce climat délétère règne au PDG ?

Ces différentes déclarations et positions confortent de plus en plus ceux qui pensaient que ce parti était un volcan en dormi étant donné qu’ils existent trois courants politiques (rénovateur, cacique et appelliste) qui se liguent les uns contre les autres depuis le vivant du président fondateur dudit parti. Et ce volcan risque de rentrer en irruption à un moment crucial de l’évolution de ce parti.

On se souvient encore qu’un membre du bureau permanent dont l’anonymat est requit s’était indigné lors de la réunion au cours de laquelle le nom de l’impétrant devait être rendu public en ces termes : ” les lauriers ne sont lancés à un individu que lors qu’il est mort, je respecte votre choix, je souhaite bon vent au candidat, bon vent, au parti”.

Un autre candidat à la candidature à cette compétition, Premier ministre et vice-président du parti Jean Eyeghé Ndong a rendu sa démission au gouvernement en annonçant sa candidature au scrutin présidentielle du 30 août au motif que les statuts du parti n’ont pas été respectés : ”un prétendant ne peut être retenu comme aspirant au plébiscite présidentielle que par le vote du congrès”. En aucun cas et nulle part les statuts du parti ne stipulent pas le consensus comme base de désignation d’un candidat , dénonce t-il. Et il n’y a même pas eu de consensus de ce processus, a-t-il ajouté lors d’une déclaration à la presse.

Si ce n’est pas un volcan qui dormait, selon certains observateurs et militants de cette formation politique, le PDG a subit une mauvaise gestion après son président fondateur. Pour d’autres auditeurs, ”ce vole en éclat du parti après le décès d’Omar Bongo s’explique par le fait qu’une clique a mal interprété le caractère généreux du chef du parti pour l’embrigader, du coup la même association veut s’accaparer ce parti sur les bases subjectives”.

La désignation du candidat Ali Ben Bongo Ondimba, 50 ans, vice-président statutaire du parti à l’élection présidentielle, n’a pas trouvé l’assentiment de plusieurs de ses camarades, suscitant donc une flopé de candidatures indépendantes des membres influents de ce parti.

Cette déclaration fulgurante des candidatures, déjà trois au PDG, ne réfute certainement pas l’impétrant désigné mais peut-être la procédure engagée pour son choix. Avec tous ces désaccords, le grand parti de masse risque de partir aux élections en lambeaux.


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Par RFI La campagne électorale pour la présidentielle a débuté ce dimanche 5 février 2012 au Sénégal. Les principaux candidats de l'opposition se sont retrouvés Place de l'Obélisque à Dakar, avec toujours le même objectif affiché : obtenir le retrait de la candidature d'Abdoulaye Wade. Le président qui était, lui, dans son fief de Mbacké, près de Touba, la ville sainte des Mourides. Au Sénégal, les principaux candidats d'opposition à l’élection présidentielle, membres du M23, le Mouvement du 23 juin, ont décidé de battre campagne ensemble pour pousser le président Abdoulaye Wade à renoncer à sa candidature. Parmi les militants réunis en ...
Lire l'article
Le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG-au pouvoir), Faustin Boukoubi, a commenté jeudi devant la presse la victoire de son parti qu’il a attribuée à la forte adhésion des populations à la politique prônée par le président Ali Bongo Ondimba. Cette victoire aux élections législatives est à la fois la reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et le renouvellement d’un mandat sans ambiguïté au chef de l’Etat, a commenté devant la presse M. Boukoubi. Il a ajouté que « la victoire du PDG ne constitue pas un recul de la démocratie". Certains candidats du PDG ont été accusés d’avoir fait ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a débuté le week-end dernier la célébration en différé des manifestations marquant les 42 ans d’existence de ce parti créé le 12 mars 1968 par le défunt président, Omar Bongo Ondimba. Les manifestations se sont déroulées dans plusieurs localités du pays ainsi qu’à Libreville, la capitale samedi et dimanche derniers. Les hiérarques du parti et les militants de base ont, au cours de ces retrouvailles, réaffirmé leur soutien au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, par ailleurs élu président du parti lors du congrès extraordinaire de cette formation tenu les 13 et 14 mars ...
Lire l'article
Brice Ikamba Maloko a procédé, ce vendredi, à Libreville, à l’ouverture des travaux du congrès constitutif d’un nouveau parti politique dénommé les Sept Merveilles du Peuple (7MP) gabonais, a constaté un reporter de GABONEWS. Pour les initiateurs de ce congrès, il n’est pas question de se liguer à un quelconque bord politique. L’objectif recherché à travers cette initiative, n’est autre que la participation à la concertation politique du pays sans verser dans l’agitation. C’est ainsi, que le président du bureau d’organisation de ces assises Ngoueneni Ndzengouma, a précisé : « Nous avons simplement l’ambition de prôner ‘‘Gabon ...
Lire l'article
Plusieurs figures importantes de l'opposition gabonaise ont accéléré la formation d'un "grand parti d'opposition" en rejoignant divers partis en vue de leur fusion, a rapporté mardi RFI. "L'adhésion d'André Mba Obame, Casimir Oyé Mba et Paulette Missambo à l'UGDD (l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement) est l'une des étapes pour aboutir à la création du grand parti de l'opposition", a affirmé un cadre de l'UGDD, le parti de Zacharie Myboto. L'UGDD avait été crée en 2004 afin de s'opposer au chef de l'État gabonais, Omar Bongo.
Lire l'article
MOUILA (AGP) - La déléguée provinciale de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG, au pouvoir) pour la province de la Ngounié (Sud) Marie Ibondzo a été installée par la responsable de cet organisme spécialisée du parti, Angélique Ngoma, rapporte vendredi, le correspondant de l’AGP. Mme Ibondzo remplace à ce poste Florence Bitoli. La cérémonie s’est déroulée en présence des hiérarques du PDG, originaire de cette province, a-t-on constaté. Lors de la passation de charges, a exhortés les militants en ces termes ‘’Je voudrais dire que le seul candidat que vous devez soutenir, c’est le candidat choisi par le parti qui ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession, a annoncé mercredi le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ministre de la Défense, Ali Ben Bongo est donné favori pour succéder à ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir "entérinera" mercredi le choix de son candidat au scrutin présidentiel qui doit avoir lieu à la suite du décès d'Omar Bongo, après recensement des prétendants, a-t-on appris samedi auprès de cette formation. Le recensement des "candidats à la candidature", entamé le 1er juillet, devait prendre fin à 19H00 (18H00 GMT) samedi. Mais le secrétaire général du PDG Faustin Boukoubi a affirmé dans la soirée à l'AFP que l'instance chargée de recueillir les dossiers était disposée à en recevoir après ce délai "pour éviter qu'on nous fasse des procès". "Ca peut aller jusqu'à minuit. Là, nous sommes ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir) a annoncé le recensement, jusqu'à samedi, de ses "candidats à la candidature" à l'élection présidentielle du Gabon à une date non encore fixée, à la suite du décès d'Omar Bongo Ondimba, selon son site internet. "En prélude à la prochaine élection présidentielle, le Secrétariat exécutif (...) a initié depuis le 1er juillet dernier et ce, jusqu'au 4 juillet, un processus de collecte des candidats à la candidature", indique le site du PDG consulté vendredi par l'AFP. Les postulants "devront déposer au siège leurs prétentions", qui seront examinées par différentes instances. Ensuite, un "congrès d'investiture" (...) déterminera ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir), prépare depuis quelques temps l'organisation de son 9ème congrès, après celui tenu en juillet 2003. Selon un communique lu a la télévision nationale, la présidence du Comité d'organisation sera dirigée par l'actuel président de l'Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, suivi du ministre de la Défense Ali Bongo Ondimba, tous deux hiérarques cette formation politique. Le communique précise que le comité d'organisation sera étoffé par d'autres grandes figures du parti notamment Jean Eyeghe Ndong, (premier ministre), Paul Toungui, Léonard Andjembé, Jean François Ntoutoume Emane, (nouveau maire de Libreville) Paulette Missambo, Séraphin Moundounga, Daniel Ona Ondo, Michel ...
Lire l'article
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Gabon : Le secrétaire général du parti au pouvoir commente les élections legislatives
Gabon: Le parti au pouvoir organise en différé les manifestations de son 42ème anniversaire
Vers la création d’un nouveau parti politique au Gabon
Gabon: Vers un “grand parti d’opposition”
Gabon: La nouvelle responsable des femmes du parti au pouvoir dans la Ngounié installée
Ali Ben Bongo, candidat du parti au pouvoir au Gabon
Présidentielle au Gabon: le candidat du parti au pouvoir connu le 8 juillet
Gabon/présidentielle: le parti au pouvoir recense ses candidats potentiels
Gabon: Le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) prépare son 9ème Congrès

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Juil 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

6 Réponses à présidentielle-PDG-crise: Vers l’implosion du parti au pouvoir ? par Marinette ENGONGA

  1. NKOMBE

    20 Juil 2009 a 05:05

    Franchement les gabonais n’ont pas encore la culture que l’on peut s’attendre d’eux, quand on voit encore à ce jour les gens se ranger derrière quelqu’un comme Ali BEN, moi je dis la honte se vend en sold actuellement au pays il suffit de se targuer de se présenter à la présidence même un chien peut se présenter au gabon.

  2. Feux bois !!!!

    19 Juil 2009 a 20:55

    Mba Obame est un Equato, la preuve verifier son logo de campagne et celui du parti démocratique de guinée equatorial vous verrez que c’est le m^me à l’exception des couleurs. Cela montre une fois de plus qu’il était prêt à céder Mbaniè comme il a vendu son âme au diable.Donc il n’ a aucune leçon a faire à qui que ce soit. Il s’est rendu avec son pasteur à 2 balles Jocktane à barcelonne. Ce m^me pasteur avait rencontre Mengara au new jersey c’est dire que les problèmes de mengara viennent bien de son panhouin de guinée Eq

  3. Pierre Kiroule

    19 Juil 2009 a 19:29

    Ne soyez pas naifs si vous voulez réellement la victoire. La défection de quelques membres du PDG suite à l’investiture de Monsieur Ali Bongo ne risque pas d’entrainer l’implosion d’un parti né il y a une quarantaine d’années.Ce parti est une grosse machine, et pour la démanteler, il faudra le faire pierre après pierre. La solidarité de ses membres est boostée par le fait qu’ils sont le parti au pouvoir et tiennent à le rester coute que coute, et que l’opposition en face n’arrive pas à s’allier efficacement pour les contrer. Quelques vieux politiciens sur le déclin sont allés retrouver Pierre Mamboundou, pour l’affaiblir, rien d’autre! Casimir Oyé Mba peut faire le poids que si Zacharie Myboto, Eyeghe Ndong, Mba Obame, Mba Abessolo, et Divungui lui apportent leur soutien ; or, à quelques jours de la date butoir, cela ne semble pas aller dans ce sens vu le nombre de candidatures isolées. les élections se gagnent grace à un électorat de base solide, connu des leaders, on sait généralement d’avance qu’à tel endroit, un leader politique a X nombre de votants prêts avant les élections, et sur cette base de calcul qu’on peut escompter gagner ou perdre, et sur cette base aussi, que les rabatteurs politiques réajustent leurs tirs pour amener leur candidat à la victoire. Compter sur un éventuel ral bol des populations pour faire basculer un vote est risqué car le peuple est très versatile, bon nombre de nos concitoyens n’envisagent même pas un seul instant se rendre aux urnes tellement l’offre des politiques dans leur ensemble est maigre. Les alliances tant attendues tardent à se dessiner, les membres de la société civile partent tous en solitaires, les transfuges du pdg idem, les partis de la majorité présidentielle aussi, le RNB de Kombila balance quotidiennement entre la majorité et la coalition du sud, l’UGDD et le PGP brillent par leurs silences ; la seule constante est la confiance inébranlable et l’avancée inexorable du PDG qui vient d’investir avec faste ce dimanche leur candidat aux présidentielles. Affaire à suivre

  4. le peti gabs

    19 Juil 2009 a 11:39

    je me souviens que mr ben moubamba pour etre candidat devait etre sur le sol gabonais pour etre accèpter et de meme pour dr mengara qui est en cours mais comment andre mba obame est a madrid et est candidat??faut m’expliquer je vous en pri…messieurs arretez de nous prendre pour des cons.en tou cas sa sens la magouille.le pdg veut nous tourner en bourique.c’est mon avis

  5. Oui, Eyeghé Ndong est un brave Homme, tout ce qui reste à un être humain dans sa vie c’est sa dignité et son honneur. Il faut également savoir que ce qui régit le monde ce sont les lois surtout l’esprit de ces lois. quand la loi est bafoué il faut s’attendre à des décisions pareilles. Aussi, il est important de dire ici que ceux qui ont décidé le choix d’un candidat au vote par consensus l’on fait pour enterrer définitivement OMAR BONGO et tous ses souvenirs. les familles Ondimba et Ebori doivent plutot se méfier de Faustin BOUKOUBI ET DE ZOUMBA

  6. la jeunesse

    19 Juil 2009 a 10:24

    Je loue le courage du Premier mnistre Eyeghe ndong. Nous attendons la réaction de CAsimir Oye Mba, stp le peuple t’attend, range toi sur le rang du GAbon et non de ces pilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*