Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)

Auteur/Source: · Date: 21 Juil 2009
Catégorie(s): Société

Après avoir démissionné de ses fonctions de Premier Ministre et de 1er vice président du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), vendredi dernier pour se positionner candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce mardi à Libreville, lors d’une conférence de presse, entre autres, que « « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement ».


SUR LE MÊME SUJET
Législatives 2011 / Eyeghé Ndong répond au premier ministre, Paul Biyoghé Mba
L’ancien député du 2ème arrondissement de la capitale gabonaise par ailleurs ancien vice président de l’ancien Union Nationale, (parti de l’opposition dissout), Jean Eyeghé Ndong a déclaré à la faveur d’un point de presse tenu ce jeudi à Libreville que « je suis le véritable vainqueur de ces élections Législatives (…) l’appel du boycott ayant été entendu par la population du 2ème, arrondissement » en réponse au premier ministre, chef du gouvernement, Paul Biyoghé Mba qui selon lui, a « tenté de minimiser l’impact de cet appel au boycott». Il estime non seulement être le véritable vainqueur de ces élections ...
Lire l'article
Jean Eyeghe Ndong, ex-Premier ministre gabonais: «Omar Bongo a eu quelques gentillesses avec le président de l’extrême droite française.»
Omar Bongo s'est vanté d'avoir donné de l'argent à Jean-Marie Le Pen. C'est du moins ce qu'affirme sur RFI, Jean Eyeghe Ndong, ancien Premier ministre d'Omar Bongo, devenu aujourd'hui, l'un des chefs de file de l'opposition. L'ex-chef du gouvernement confirme par ailleurs la pratique généralisée des valises sous la présidence d'Omar Bongo. RFI: Vous êtes l’ancien Premier ministre gabonais, vous avez été en fonction jusqu’en 2009. On parle beaucoup en France de l’affaire des valises d’argent entre les présidents africains et les responsables politiques français. Vous-même, lorsque vous étiez Premier ministre, avez-vous entendu parler de ces histoires de valises d’argent ...
Lire l'article
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Texte modifié le 14/12/2010 A Monsieur Jean Eyegue Ndong, Député à l’Assemblée nationale gabonaise Ancien Premier ministre de la République gabonaise Monsieur le Premier ministre, Honorable député, Je me permets de réagir à votre lettre du 1er décembre 2010, par laquelle vous interpellez vos collègues de l’Assemblée nationale sur la question qui préoccupe actuellement les Gabonais, notamment le projet de révision constitutionnelle proposé au parlement par Ali Bongo. Sur le fond de vos analyses, je suis en parfaite harmonie avec vous, car les conséquences politiques de l’acte de révision constitutionnelle engagé par Ali Bongo, que l’on doit qualifier de prise en otage et de confiscation de ...
Lire l'article
Libreville, 15 août (GABONEWS)- Le candidat indépendant à l’élection présidentielle du 30 août, Jean Eyeghe Ndong, qui a pour credo « la justice sociale », a également proposé le changement par les réformes lors de son premier meeting de campagne tenu à l’ancienne place de l’indépendance de Libreville, devant un public clairsemé. « Le changement c’est la réforme dont je parle. Chacun doit le faire à son niveau, pas seulement le président. Nous devons répartir équitablement le fruit de notre richesse et c’est cela la justice sociale ; augmenter les allocations familiales » a-t-il déclaré. En revenant sur le ...
Lire l'article
Le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndoungou s’est exprimé ce lundi sur le retrait des passeports diplomatiques des candidats indépendants à l’élection présidentielle anticipée, Jean Eyéghé Ndong et André Mba Obame, respectivement ancien premier ministre et ancien ministre de l’Intérieur, tel que rapporté ce lundi soir par la première chaîne nationale (RTG1), dans son édition de 20 heures. « Madame le Président de la République a nommé un nouveau Premier ministre, donc on ne peut pas avoir deux (2) Premiers ministres pour un pays. Le premier ministre a sûrement été induit en erreur, en présentant à la ...
Lire l'article
Un mouvement d'opposition gabonaise, ''Bongo doit partir'' (BDP), a appelé jeudi à Libreville le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, et son gouvernement à démissionner pour avoir ''cautionné volontairement un flou'' autour de la maladie du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé en Espagne. ''Nous disons que le Premier ministre et son gouvernement doivent démissionner pour avoir cautionné volontairement un mensonge, un flou (sur l'état de santé du président Bongo)'', a déclaré Edgard Moussavot, l'un des coordinateurs du BDP, lors d'une conférence de presse. ''Ce que le porte-parole de la présidence (Robert Orango Berre, Ndlr) a dit (dans deux communiqués différents) était ...
Lire l'article
Le premier Ministre, Jean Eyéghé Ndong, lors de l’audition du gouvernement par l’Assemblée Nationale, ce mardi après-midi, à Libreville, a invité le député et président des Forces du Changement, opposition, Zacharie Myboto, à la saisine de la Cour Constitutionnelle pour avoir jugé la nomination au Gouvernement de l’ancien président du Conseil National de la Communication (CNC), François Engoga Owono et celle de l’ex- député Emmanuel Ondo Methogo à la présidence du CNC, comme une « violation de la loi fondamentale. Citant l’article 101 de la Constitution qui stipule que « le président du CNC est nommé pour toute la durée ...
Lire l'article
Le nouveau Gouvernement de Jean Eyeghé Ndong, mise en place mercredi soir, est marqué par une nouvelle présence féminine avec l’entrée de Pierrette Djouassa, Procureur général qui hérite du ministère de la Justice, Garde des Sceaux Madame Djouassa rejoint notamment dans cette équipe Honorine Dossou Naki reconduite au poste de Vice - Premier Ministre, Ministre du Contrôle d’Etat, des Inspections, de la Lutte contre la Corruption et l’Enrichissement illicite et Georgette Koko qui conserve le fauteuil de Vice premier Ministre, Ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature. Laure Olga Gondjout quant à elle, demeure dans ses fonctions ...
Lire l'article
Alors que la crise ouverte au sein du département ministériel de l’Agriculture et du Développement rural entre l’administration et le Syndicat national des professionnels de l’Agriculture (SYNPA) a risqué d’atteindre ces temps derniers le point mort lorsque les syndiqués ont refusé de participer lundi passé à la réunion de restitution par la tutelle de la Coordination générale des Contrôles, créée au mois de mai par décision ministérielle, témoignant ainsi de leur volonté de refuser le dialogue et d’opter pour l’affrontement, le Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong a décidé de rompre, vendredi, le silence qu’il observait volontiers à ce sujet, en ...
Lire l'article
Mauvais présage, ou pas du tout, en tout cas les mauvais signes se multiplient dangereusement dans le secteur de l’Education nationale et de l’Instruction civique à un moins de deux mois de la fin de l’année académique 2008 : Agression le mois dernier du proviseur du Lycée national Léon Mba, Ewore Békalé, par un élève symbolisant à lui seul l’essor de la violence à l’école qui préoccupe les parents d’élèves, grève des enseignants de cet établissement pour dénoncer un climat d’arrogance profitant aux récalcitrants, imposante marche pacifique des élèves de cet établissement sur le front de mer jusqu’au ministère de ...
Lire l'article
Législatives 2011 / Eyeghé Ndong répond au premier ministre, Paul Biyoghé Mba
Jean Eyeghe Ndong, ex-Premier ministre gabonais: «Omar Bongo a eu quelques gentillesses avec le président de l’extrême droite française.»
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Gabon: Présidentielle 2009: Jean Eyeghe Ndong propose « le changement par les réformes » pour son premier meeting
Gabon: Retrait des passeports diplomatiques de Jean Eyéghé Ndong et André Mba Obame: le ministre de l’Intérieur s’explique
Gabon : Un mouvement politique non reconnu demande la démission du gouvernement Jean Eyéghé Ndong
Gabon: Le premier Ministre, Jean Eyéghé Ndong invite l’opposant Zacharie Myboto à la saisine de la Cour Constitutionnelle
Gabon: Une femme de plus dans le nouveau gouvernement de Jean Eyeghé Ndong
Gabon: Crise à l’Agriculture / Le Premier ministre Eyéghé Ndong convoque Faustin Boukoubi (Ministre de tutelle) au « 2 Décembre »
Gabon: Education nationale / Le gouvernement en crise avec les partenaires sociaux, le Premier ministre Eyéghé Ndong invité à prendre une initiative politique

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Juil 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

15 Réponses à Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)

  1. Pierre Kiroule

    24 Juil 2009 a 16:55

    Monsieur ou Madame Avomo

    Beau discours. Espèrons que les frères et soeurs garderont une part de votre intervention dans leur coeur et leur tête, le moment venu.Parce que le tribalisme est une religion au Gabon, on ne sait pas penser “gabonais”, et cette notion, il faudra des années pour qu’elle rentre dans le crâne de nos compatriotes. Malheureusement.

  2. AVOMO

    22 Juil 2009 a 23:34

    Mes compatriotes gabonais commencent à me faire peur sérieusement. En ce moment, les gabonais doivent davantage refléchir sur les différentes possibilités de redresser notre pays afin qu’il sorte du sous-développement. Mais au lieu de cela, ils se laissent emporter par la haine et souvent des haines tribales. Je vous prie de m’excuser pour mon franc parler, mais je constate que les fangs sont principalement indexés dans dette course au pouvoir. Or nous savons bien que le premier Président gabonais M. Léon Mba était fang. N’avait-il pas fait du Président Bongo son dauphin tout en sachant très bien qu’il était téké? N’ y avait-il pas dans son équipe des Pierre-Marie Yembit et pleins d’autres gabonais non fangs? Sans vouloir défendre les fangs, j’aimerais quand même rappeler aux anti-fangs de ce site que le président Bongo n’était pas un fang. J’imagine un peu ce que le Gabon serait devenu et comment allaient réagir les gabonais anti-fangs si c’était un fang qui avait instauré la dictature, la corruption, la prostitution politique, le pillage et tous les autres maux dont souffre le Gabon actuellement. On dirait que la haine vis à vis des fangs du Gabon date depuis la nuit des temps. Ainsi donc la rumeur historique selon laquelle les fangs sont des anthropophages n’existe qu’au Gabon. On rencontre des fangs en Guinée Equatoriale, au Cameroun et ailleurs et pourtant les fangs de ces autres pays n’ont pas été accusés par les autres communautés de cannibalisme. Au Gabon, c’est le refus et la crainte de l’autre qui engendrent ce genre de légende (celui qui n’appartient pas à mon ethnie est nécessairement méchant et mauvais). Curieusement il n’y a que les fangs du Gabon qui étaient des cannibales !!!
    La xénophobie et le tribalisme de l’homme gabonais dépassent les frontières de l’Afrique. Lorsque je rencontre un frère africain ou une soeur africaine, le premier sujet de discussion que nous engageons, c’est la xénophobie des gabonais. J’essaie toujours de défendre mon pays mais au fond de moi-même, je me dis souvent “si vous pouvez savoir que même entre nous mêmes gabonais, il y a le rejet de l’autre”. Et pourtant nous gabonais sommes envahis par des étrangers mais notre mentalité ne change pas.
    Je lance donc ici un cri d’alarme pour rappeler à mes compatriotes que nous sommes tous gabonais, arrêtons ces enfantillages, arrêtons ces gueguerres d’un autre temps.
    Gabonais et gabonaises, combattons le tribalisme car c’est une gangrène qui nous tuera tous.
    Les africains ont crié au scandale quand M. Jacques Chirac ex Président français avait déclaré que c’est trop tôt pour instaurer la démocratie en Afrique. Je n’utilise pas exactement les termes que l’ex Président français Jacques Chirac avait utilisés, mais c’était à peu près cela. Je commence à lui donner raison aujourd’hui car la démocratie commence par le fait de ne pas se reconnaître dans une ethnie ou une tribu mais plutôt dans l’Etat République. Le vrai point fort de nous les gabonais c’est notre aptitude à guetter et saisir la moindre erreur ou le moindre faux-pas de l’autre pour le “déchirer”. Et pourtant M. Bongo Ondimba est resté là au pouvoir bien à l’aise pendant plus de 41 ans sans qu’aucun gabonais ne vienne à bout de lui. Seule la mort en a décidé autrement.
    Mes chers compatriotes, apprenons à pardonner pour qu’on nous pardonne. Apprenons à donner une seconde chance aux autres pour que les autres nous en donnent. Donnons la vraie valeur à notre beau pays le Gabon. Arrêtons de dire je suis fang, punu, adouma galoa, eshira mytchogo vili etc… mais disons je suis gabonais.

  3. le fils du pays

    22 Juil 2009 a 16:59

    Mba ds bois président!!!!votez Mba abess ou Mamboundou,le reste c’estune bande de blagueurrrrrrrrr

  4. NSISSIM

    22 Juil 2009 a 11:18

    Bonjour chers frères et soeurs,
    On dit souvent “Quelle que soit la durée de la nuit, le soleil apparaîtra”. Aujourd’hui nous, Gabonais, allons vivre un moment historique dans notre vie: LE CHANGEMENT. Avant de commencer, je voudrait tout d’abord vous supplier d’aller massivement vous inscrire sur les listes électorales car c’est le moment crucial où chacun d’entre nous a le “véritable devoir” de changer notre cher et beau pays le Gabon. Et ce changement ne peut arriver que par notre contribution à tous. Moi aussi j’ai été réticent à m’inscrire car dans le passé, on se disait “Pourquoi aller voter si c’est la même personne qui ?”, c’était décourageant! Mais aujourd’hui les choses ont changé, le super supposé “candidat naturel” n’est plus (Que Dieu ait son âme) et nous devons être prêts à prendre les destinés de notre nation en main. C’est inadmissible que le régime BONGO ONDIMBA continue à enterrer le Gabon, on n’en veut plus, trop c’est trop! Soyons responsables et orientons notre choix vers un candidat capable d’assurer des lendemains meilleurs aux gabonais que nous sommes. Jean EYEGHE NDONG, André MBA OBAME, Casimir OYE MBA, Zakari MYBOTO etc, anciens barons du PDG, et Pierre MAMBOUNDOU, Daniel MENGARA, Bruno Ben MOUBAMBA, combattent le régime BONGO ONDIMBA aujourd’hui dans la perspective du changement. Alors faisons valoir notre droit civique et votons pour le changement!
    Je vous souhaite bon courage.

  5. ndak

    22 Juil 2009 a 06:35

    L’augmentation du SMIG n’est pas l’oeuvre d’Eyeghé Ndong!!! Quelques temps après sa nomination, suite à la réelection de feu OBO, des journalistes gabonis l’avaient interpellé sur l’éventualité d’augemter le SMIG. Il avait balayé cette demande d’un revers de la main, en parlant d’un SMIG qui avait déjà été augmenté…en 1975!!! Ce sont les sydicalistes qu’il faut remercier en premier lieu…et le feu dictateur…En ce qui me concerne, aucun pdgiste n’est crédible!

  6. galffano vitalys

    22 Juil 2009 a 05:02

    Je suis d’accord avec ANGUILE sur le courage de “E.N”, mais pas qu’il faille lui donner des suffrages. Parcontre, je voudrai quand même faire remarquer que ce site m’a toujours inspiré du respect par rapport aux analyses très profondes des uns et des autres sur la situation actuelle du pays. C’est cette difference qui fait qu’il soit plus interressant que les autres à l’exemple de celui de l’UPG, et d’autres où les intervenanets sont des fanatics.
    Parcontre, quand je lis les interventions musclées sur la situation du positionement des Trois candidats indépendants du PDG,je commence à vraiment m’inquieter. Surtout que je m’attendais à lire comme d’habitude des écrits de pensées plus poussées, car cette situation interpelle les gabonais sur la bombe à retardement sur laquelle ils sont actuellement assis. 18 candidatures, ce n’est pas là un signe qui décrit une division du pays? Je pense que nous devons plutôt suivre attentivement leur discours(celui des trois indépendants PDG), Car comment expliquer la séparation D’ALI et Mba O., si la situation n’était pas à un stade tres grave? Nous devons etre tres prudent, parce que le repli indentitaire actuel ne nous promet rien de bon. Je pense que ses trois manifestent plus le désire de servir pluôt que de se servir. Autrement dit ils se seraient simplement mis ensemble, mais comme ils sont soucieux d’un gabon uni et sans division, sinon ça sonnerait l’image d’une union fang, qu’ils sont obligés de faire chemins à part.De meme ils auraient pu se soumettre à Ali et manger tranquillement leur argent!
    Alors, vos insultes, et autres ne nous éduquent en rien. Faites pluôt des analyses objectives et constructives.
    C’est l’objectif de ce forum.
    VITALYS GALFFANO, pour un “gabon d’abord”

  7. Nza Fe UN HOMME!!!!!!

    22 Juil 2009 a 04:15

    Franchement arrêtez d’être tarés qui vous a dit que c’est lui qui contrôlait l’information sur la mort de OBO?!Vous pensez qu’il est normal que ce soit les médias d’un autre pays qui annoncent le décès du président d’un Etat souverain?Vous voyez TF1 annoncer en exclusivité le décès de Angela Merkel par exemple,sans l’aval des autorités Allemandes?Vous faîtes semblant d’ignorer qu’il a été menacé de mort alors qu’il a voulu dire la vérité au peuple.C’est la famille présidentielle qui vérouilla l’information tout le monde le sait sauf des extrémistes comme vous.Vous venez vomir sur le seul homme politique qui a eu assez d’audace pour dire à voldemort et ses mange-morts de la françe-à-fric que le Gabon n’est pas une monarchie, pour l’occasion constitutionnelle.Le seul qui s’est résolu à ce que le scrutin se fasse dans la transparence notamment en tenant la dragée haute à voldemort.Et pour les idiots de service qui n’a jamais rencontré de difficultés à gérer un Gouvernement?Fillon?Tony Blair?Jospin?Oyé Mba?Si vous n’avez rien d’autre à reprocher à quelqu’un qui à été Chef du Gouvernement en 3ans,a augmenté votre SMIG et Lancé le chantier de la Sécurité Sociale,s’est opposé personnellement et vigoureusement à la liquidation “sombre” et totale de LA POSTE,TAISEZ-VOUS!!Et n’oubliez pas que l’ancien Gabon était dirigé par des Ministres plus puissants que lui.
    EYEGHE NZA FE?

  8. Jean-félix N.

    21 Juil 2009 a 16:44

    Un utre vrai malade ce EYEGUE NDONG; il a soutenu mordicus Bongo jusque dans sa tombe et aujourd’hui il veut que les Gabonais lui fassent confiance. Mais enfin où va-t-on ?
    Notre pays sera désormais dirigé par une nouvelle génération intègre et humaine, mais plus jamais par des criminels.

    Que Dieu bénisse le Gabon

  9. BALOBI ZAMUANGA

    21 Juil 2009 a 16:28

    POURQUOI DONC AVOIR EBERLUE LES GENS EN DISANT “BONGO,NZA MFE”?

  10. BALOBI ZAMUANGA

    21 Juil 2009 a 16:25

    Tu es au premier degre de la connaissance de cetaines choses on dirait ma chere

  11. PICON

    21 Juil 2009 a 15:00

    Eyeghé Ndong
    tu as profetisé en disant lors de l’oraison je cite:

    «le livre des Rois rapporte que lorsque Robohan succéda à Salomon, il se rendit à Sissem pour entendre les doléances de l’assemblée d’Israël. Les ayant entendu, il consulta les vieillards qui avaient été auprès de Salomon. Ceux ci lui dirent : «si aujourd’hui tu rends service à ce peuple, si tu leur cède et si tu leur répond par des paroles bienveillantes, ils seront pour toujours tes serviteurs». Mais Robohan délaissa les conseils des vieillards et ils ‘adressa aux jeunes gens qui avaient grandi avec lui. Sur leurs conseils, il dit au peuple : «Mon petit doigt est plus gros que les reins de mon père. Maintenant mon père vous a chargé d’un joug pesant, et moi je vous le rendrais plus pesant. Mon père vous a châtié avec des fouets, et moi je vous châtierais avec des scorpions». C’est ainsi qu’Israël se détacha de la maison de David»

    et plus loin de dire:

    «En France, en 1974, dès l’annonce de la mort du président Pompidou, un gaulliste, et non des moindre, sans attendre les consultations à l’intérieur de son parti, le parti gaulliste bien sûr, annonça sa candidature et commença presque aussitôt sa campagne. La discorde s’installa dans le camp gaulliste pour le plus grand bien de l’adversaire centriste que nous connaissons. Les gaullistes ne retrouvèrent l’Elysée que bien plus tard, en 1995. 21 ans de traversée du désert»

    C’EST DONC CETTE TRAVERSEE DU DESERT QUI VOUS ATTEND MON CHER EYEGHE NDON.

  12. Depuis Kalakala

    21 Juil 2009 a 13:53

    Alors Mr. Eyeghe Ndong, Si tu as eu chaud pour diriger le gouvernement, auras-tu froid pour diriger le Gabon?

  13. ANGUILE

    21 Juil 2009 a 13:39

    Je pense que l’EX premier ministre a fait preuve de beaucoup de CRAN et de COURAGE en se présentant en tant que candidat.
    Beaucoup n’ont pas cette qualité.
    A un moment dans la vie, on subi , on supporte et puis on se dit TROP C TROP et c’est ce qu’il a fait.
    Il a été roulé dans la farine comme le commun des gabonais.
    Tout le gouvernement devait en faire autant, c’est dommage !
    Donnons lui sa chance.

  14. bibili

    21 Juil 2009 a 13:22

    Eyaghe Ndong va te faire foutre et mets ta honte dans le trou que tu veux connard…

  15. The Spirit

    21 Juil 2009 a 13:03

    … Eh bien tu devrais avoir honte ! Toi qui es venu affirmer mordicus que Bongo était en vie alors qu’il était déjà mortifié à Barcelone, toi qui a prétendu que le PR se portait comme un charme et qu’il était hospitalisé pour un simple “check-up”, toi qui a trompé le peuple en occultant la vérité pour dire que le mort allait se réveiller et retourner en gambadant à LBV, toi qui n’étais pas déjà crédible et qui a encore plus ridiculisé le politique gabonais, toi qui parles aux morts… Honni sois-tu ! Shame on you !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*