Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: D’un Bongo à l’autre

Auteur/Source: · Date: 26 Juil 2009
Catégorie(s): Politique

Ali Bongo Ondimba, fils du défunt chef de l’État, est le candidat du PDG à l’élection présidentielle du 30 août. André Mba Obame, l’ancien ministre de l’Intérieur, et Jean Eyeghe Ndong, Premier ministre démissionnaire, sont eux aussi entrés en lice. Comme indépendants.

Ce sera donc lui. Ali Bongo Ondimba, 50 ans, est désormais le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) à l’élection présidentielle qui devrait théoriquement se tenir le 30 août prochain. Le 15 juillet, le bureau politique du parti a approuvé « par acclamation » la délibération de son comité restreint de dix-huit membres, l’instance chargée de se prononcer sur la validité des candidatures à la candidature.

Tout s’est dénoué le 13 juillet, à 15 heures. Face à son challengeur Casimir Oyé Mba, 67 ans, Ali Bongo Ondimba a pu compter ses soutiens à l’heure de passer au vote clôturant le processus de sélection. D’abord, Guy Nzouba Ndama, le président de l’Assemblée nationale, dont la proximité avec Ali n’est un secret pour personne. Ensuite, Faustin Boukoubi, secrétaire général du parti et grand ordonnateur de la procédure de désignation du candidat.

Enfin, Jean-Rémy Pendy Bouyiki, ancien ministre d’État, et Germain Ngoyo Moussavou, président du groupe parlementaire au Sénat, qui, tous deux, ont côtoyé Ali au sein du courant des Rénovateurs du PDG, dans les années 1990. Le candidat pouvait en outre compter sur le soutien de son oncle, Luc Marat Abila, président du groupe parlementaire du PDG à l’Assemblée nationale, et sur la bienveillance de Michel Essonghe, fidèle compagnon du « patriarche » disparu et apparatchik de l’Ogooué-Maritime.

Hyperactif dans les coulisses, Richard-Auguste Onouviet, un poids lourd de la région de Lambaréné au sein du comité, qui, après être tombé en disgrâce auprès du défunt président, se prend à rêver d’un meilleur sort. Il s’est donc employé avec zèle à convaincre les sceptiques. Paul Toungui, un moment intéressé par le fauteuil présidentiel, a lui aussi joué des coudes pour le compte du frère cadet de sa compagne, Pascaline Bongo.

Une seule abstention

Lors du vote, la seule note discordante est venue de Paulette Missambo, qui s’est abstenue. L’ancienne ministre d’État, vice-présidente du PDG depuis septembre 2008, pouvait-elle agir autrement ? « Elle n’a pas voulu choisir entre Ali et son compagnon [Casimir Oyé Mba] », explique un des membres du Comité.

Le 15 juillet, lorsque le bureau politique s’est réuni pour entériner ce vote, il n’y a pas eu de débats. Membre de la délégation du Haut-Ogooué à ce même bureau, le général Idriss Ngari, oncle et ex-meilleur ennemi d’Ali, a congratulé le vainqueur. D’abord tenté par la course à la présidence, il a fini par rentrer dans le rang, au nom de l’union sacrée de la famille, enfin réconciliée.

Très offensif depuis son oraison funèbre controversée du 16 juin, dans laquelle il s’en était pris à Ali, le Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, qui était candidat à la candidature, a applaudi le gagnant avant de le féliciter et de lui donner l’accolade. Mais, deux jours plus tard, le 17 juillet, il démissionnait de son poste de Premier ministre pour se présenter en tant que candidat indépendant.

En sera-t-il de même pour Casimir Oyé Mba ? Après les félicitations d’usage et un bref aparté avec Ali Bongo, le ministre des Mines s’est éclipsé. Des rumeurs persistantes lui prêtent un état-major de campagne qui, depuis Paris, préparerait d’ores et déjà une candidature indépendante. En attendant, l’ancien gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) entretient un suspense quasi insoutenable, tant pour ses adversaires que pour ses partisans potentiels. Quand franchira-t-il enfin le Rubicon pour défier – et diviser – la « machine PDG » ? À l’heure où nous mettions sous presse, Oyé Mba ne s’était pas encore exprimé.

Duel fratricide ?

Exilé à Paris depuis plusieurs semaines, André Mba Obame, l’ancien et tout-puissant ministre de l’Intérieur, s’est déclaré candidat à la présidence, le 17 juillet, dans un discours prononcé à Barcelone – là même où s’est éteint Omar Bongo Ondimba, le 8 juin. Confirmant ainsi que la rupture est consommée entre les deux héritiers du « bongoïsme » : Ali, le fils biologique, et Mba Obame, le fils spirituel.

La campagne présidentielle, qui s’ouvrira le 15 août, pourrait se transformer en duel fratricide entre les anciens complices du courant des Rénovateurs. Parallèles au départ, les trajectoires de ces deux hommes, formés depuis 1984 à l’école du « Boss », vont forcément se croiser. L’opposition entre le candidat que les instances du parti ont choisi pour conserver le pouvoir et celui qui, en tant que ministre de l’Intérieur, a eu la haute main sur l’organisation des élections ces cinq dernières années promet une présidentielle disputée et à l’issue incertaine. 


SUR LE MÊME SUJET
Le candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, déchargé de ses fonctions de ministre de la Défense nationale le 14 août dernier par le chef de l'Etat, pourrait retrouver son poste après l'élection du 30 août prochain. La virulente polémique sur son maintien au gouvernement a poussé le chef de l'Etat à lui retirer ses fonctions pour les remettre temporairement au ministre de l'Intérieur, Jean François Ndongou. Déchargé de ses fonctions dans la soirée du 14 août dernier, à la veille de l'ouverture de la campagne électorale, par soucis d'équité entre les candidats, l'ex-ministre de la Défense nationale, ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président et candidat à la présidentielle au Gabon, pourrait retrouver à la fin de la campagne électorale, le 29 août, ses fonctions de ministre de la Défense dont il a été "déchargé" vendredi, a appris l'AFP de sources concordantes samedi. "La porte est ouverte à son retour. Il peut revenir à la fin de la campagne ou laisser le portefeuille au ministre de l'Intérieur. Les deux options sont possibles", a affirmé à l'AFP une source proche de la présidence gabonaise, sous couvert de l'anonymat. Ali Ben Bongo "peut reprendre ses fonctions dès la fin de ...
Lire l'article
Libreville, 12 août (GABONEWS) - Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghe Mba, a rappelé, ce mercredi, à la faveur de l’audience accordée par madame le président de la République, Rose Francine Rogombé, aux candidats à l’élection présidentielle, qu’ « une démission s’apprécie individuellement », faisant allusion au cas d’Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a constaté GABONEWS. Se prononçant publiquement, pour la première fois, ce mercredi soir, sur le sujet à polémique concernant la présence au gouvernement d’Ali Bongo Ondimba, nonobstant son statut de candidat du Parti Démocratique Gabonaise (PDG, au pouvoir), le Premier ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), va présenter jeudi à la ’’Cité de la Démocratie’’ à Libreville son état-major de campagne, a annoncé à l’AGP une source proche du parti. Y sont invités à prendre part à cette rencontre, les militants du parti, les associations et les partis alliés au PDG. Depuis son investiture comme candidat du PDG, Ali Bongo a déjà rencontré des jeunes et les femmes qui ont réaffirmé leur ’’soutien jusqu’au bout’’ au candidat du parti pouvoir. Lors de la dernière rencontre avec les femmes, Ali Bongo a annoncé qu’il allait augmenter le Salaire ...
Lire l'article
Le nouveau Premier ministre du Gabon, Paul Biyoghé Mba, a annoncé mercredi soir la composition d'un gouvernement dans lequel est reconduit Ali Bongo, candidat à la présidentielle, mais pas les barons dissidents du parti au pouvoir André Mba Obame et Casimir Oyé Mba. Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba, est ministre de la Défense sans discontinuer depuis 1999. Il a été choisi comme candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) parmi dix candidats à l'investiture de cette formation, parmi lesquels figurait Casimir Oyé Mba, précédemment ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, qui, lui, quitte le gouvernement. André ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, ministre de la Défense nationale et Pierre Claver Maganga Moussavou, ministre de l’Enseignement technique, deux des candidats à la présidentielle du mois prochain, demeurent au gouvernement rendu public ce mercredi soir par le Premier Ministre, Paul Biyoghé Mba. La nouvelle équipe compte 44 membres contre 48 précédemment. Casimir Oyé Mba, Paul Mba Abessole, André Mba Obame, en course pour le fauteuil présidentiel ont, entre autres, quitté le gouvernement. Vendredi dernier, Jean Eyéghé Ndong, également candidat, a démissionné de son poste de premier ministre qu’il occupait depuis janvier 2006.
Lire l'article
Le Président-fondateur de l’association « Bongo Doit Rester (BDR)», opposée du mouvement « Bongo doit partir », Alex Eckembe Ntsiantou, à l’occasion du point de presse qu’il a animé ce matin au siège de l’Association sis à Sotéga, a déclaré que sa structure décide d’apporter son soutien au candidat Ali Bongo Ondimba (50 ans, porte-étendard du PDG), à l’occasion de la joute électorale du 30 août prochain. En faisant cette déclaration, Alex Eckembe Ntsiantou justifie sa prise de position par le fait que le profil d’Ali Bongo Ondimba répondrait aux aspirations profondes des Gabonaises et Gabonais ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, 50 ans, fils aîné du défunt président, Omar Bongo Ondimba, ministre de la Défense, a été investi par acclamations ce dimanche à Libreville par le Congrès extraordinaire du Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir), candidat de cette formation à la présidentielle du 30 août 2009.
Lire l'article
Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession, a annoncé mercredi le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ministre de la Défense, Ali Ben Bongo est donné favori pour succéder à ...
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Gabon : Ali Bongo pourrait revenir à la Défense après l’élection
Gabon: Ali Bongo pourrait revenir à la Défense à la fin de la campagne
Gabon: Présence au gouvernement d’Ali Bongo Ondimba : « une démission s’apprécie individuellement », Paul Biyoghé Mba, Premier ministre
Gabon: Ali Bongo, candidat du parti au pouvoir, va présenter son état-major de campagne, jeudi
Nouveau gouvernement au Gabon: Ali Bongo reconduit, pas les barons dissidents du PDG
Gabon: URGENT / Les « présidentiables » Ali Bongo Ondimba et P.C. Maganga Moussavou maintenus au gouvernement
Gabon: L’Association « Bongo Doit Rester » apporte son soutien au candidat Ali Bongo Ondimba
Gabon: URGENT / Ali Bongo Ondimba investit candidat du PDG à la présidentielle d’août 2009
Ali Ben Bongo, candidat du parti au pouvoir au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Juil 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*