- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)

Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain.

La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection.

Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs années avec le Parti démocratique gabonais (PDG).

’’Ali Bongo Ondimba qui est le candidat du PDG à la présidentielle n’a commis aucun impair en matière de procédure, et aucun texte législatif n’empêche pas à un candidat (…) d’occuper une fonction gouvernementale’’, soutient Laure Olga Gondjout, ministre de la Communication, citée samedi par l’agence de presse en ligne Gabonews.

Pas toutefois sûre, puisque Zacharie Myboto de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) ’’s’étonne de la présence encore de deux candidats déclarés à l’élection présidentielle et condamne cette mesure discriminatoire alors que tous les autres ont été sortis’’ de l’équipe.

Selon M. Myboto, lui-même candidat à la présidentielle, le maintien dans l’actuelle équipe gouvernementale d’Ali Bongo et de Maganga Moussavou ’’remet en cause l’égalité de traitement des candidats et l’impartialité attendue de l’Etat durant la campagne électorale’’.

Un deuxième gouvernement de transition a été formé par M. Biyoghé Mba qui a viré André Mba Obame et Casimir Oyé Mba, Paul Mba Abessole et Pierre André Kombila, autres barons dissidents du régime qui solliciteront eux aussi les suffrages des Gabonais le 30 août prochain.

Samedi, M. Mba Abessole, qui a revêtu son béret noir d’opposant radical n’a pas fait dans la dentelle en dénonçant lui aussi le maintien de ses rivaux au gouvernement, mais tout en reconnaissant l’absence du vide juridique à ce sujet.

’’Malgré le vide juridique, la logique et le bon sens aurait voulu que tous les candidats à la présidentielle sortent du gouvernement’’, estime Mba Abessole, leader du Rassemblement du peuple gabonais (RPG), dont la compromission depuis 2002 avec le régime a entaché la crédibilité.

Reprenant les recommandation du président République ‘’ Tout ministre déclaré candidat à l’élection présidentielle devra rendre son tablier’’ le président du RPG s’étonne donc du maintien de deux candidats au gouvernement, estimant que l’on ne peut pas être juge et parti.

Ali Ben Bongo Ondimba a été investi candidat du parti au pouvoir. Ce choix porté sur sa personne est très critiqué par ses anciens proches dont Jean Eyéghé Ndong, ancien Premier ministre, André Mba Obame et Casimir Oyé Mba tous candidats indépendants à la présidentielle.

Ali est ministre de la Défense depuis 1999. Des observateurs lui avaient toujours prêté l’intention de succéder à son père, estimant qu’il serait nommé à ce poste stratégique par son père pour éviter tout coup d’Etat. Mais lui-même n’a jamais répondu à ses détracteurs.

Sa reconduction aux fonctions de ministre de la Défense est très contestée par ses challengers à la présidentielle d’août prochain. Mais aucune loi n’autorise un ministre à démissionner de ses fonctions lorsque celui-ci affiche ses intentions de se présenter à une quelconque élection.

Selon certains observateurs, M. Ali Bongo devait rendre son tablier pour assurer une élection libre et transparente car se maintenir à ce poste pendant les campagnes pour la magistrature suprême pourrait influencer le vote.

’’ (…) Confier un ministère aussi sensible que celui de la Défense nationale à un candidat, c’est prendre le risque d’une déstabilisation du pays en cas de résultats non favorables à ce dernier’’, estime M. Myboto, qui a séjourné au gouvernement pendant deux décennies, avant de passer dans l’opposition en 2001.


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE (AGP) – Depuis plusieurs jours, l’opposition gabonaise semble avoir déplacé le débat sur un autre terrain. Alors que leurs militants attendent toujours que leurs leaders introduisent un recours chez le juge constitutionnel, l’opposition elle appelle à des ’’villes mortes’’. Une recette qui n’a pas fait ses preuves lundi au premier des 3 jours prévus pour cette opération. Déposera, déposera pas de recours ? Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre et aujourd’hui porte-parole de l’opposition a affirmé la semaine dernière qu’ils (chefs d’opposition) vont publier ’’le moment venu ’’les procès-verbaux dont ils détiennent les copies. Pourtant, le président élu Ali Bongo ...
Lire l'article [1]
LIBREVILLE (AGP) - Personnage à part de la scène politique gabonaise, que ses adversaires disaient volontiers impopulaire, l’ancien ministre de la Défense, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, aura marqué la campagne présidentielle gabonaise par ses discours enflammés et soutenus par des arguments concrets. Il a connu une consécration lors de son passage à l’émission ’’Débat’’ en étant invité à débattre devant les caméras de télévision de la RTG 1 sur ce qu’il entendait faire du Gabon. Exercice réussi, selon ses fans et même ses détracteurs. Avec un premier objectif: redistribution des richesses du sous-sol à tous. Ali Bongo Ondimba s’est ...
Lire l'article [2]
LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel de dimanche s’est achevé à 18H (17H GMT) dans un calme relatif sur l’ensemble du territoire national. Scrutin devant désigné le futur chef de l’Etat pour les sept ans à venir. La majorité des bureaux a fermé à l’heure prévue par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap). Plusieurs centres ayant démarré avec 2h ou 3h de retard ont du prolongé les opérations de vote. Le dépouillement des bulletins a débuté après la fermeture des bureaux, peu après 18H00, à ‘'issue d’une journée sans incidents mais ayant enregistré une très grande affluence d’électeurs ...
Lire l'article [3]
PORT-GENTIL (AGP) – Du haut de la tribune officielle, place des fêtes repeinte aux couleurs nationales : vert-jaune-bleu, Rose Francine Rogombé contemple, sous les flashes des photographes, le défilé civil et militaire. Au deuxième jour de son voyage à Port-Gentil, le chef de l’Etat intérimaire a choisi dimanche la capitale économique pour célébrer la fête nationale , avant de se rendre en fin d’après midi à Lambaréné, dernière étape de son voyage. ’’Elle est sur les pas d’Omar Bongo Ondimba’’, lance un responsable de la vie politique locale. A l’aéroport de Port-Gentil, le chef de l’Etat a été accueilli samedi par des dignitaires ...
Lire l'article [4]
À deux semaines de l’ouverture officielle de la campagne électorale pour la présidentielle anticipée, le candidat indépendant, par ailleurs ex premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, a déclaré ce dimanche à la faveur d’une rencontre populaire au gymnase du complexe omnisports président Bongo que « J'ai démissionné parce qu’il était temps que j’écoute ma conscience ». « J’ai décidé de quitter les fonctions de premier ministre, chef du gouvernement pour marquer mon désaccord total et prendre résolument mes distances avec (…) ces compatriotes-là, en raison de leur comportement anti-républicain », a déclaré devant l’assemblée, M. Eyéghé ...
Lire l'article [5]
L’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a 20 ans ce 14 juillet. A sa création, en 1989 en France, sous le règne du monopartisme ‘’triomphant’’, le parti a connu des fortunes diverses, notamment la condamnation de son leader Pierre Mamboundou par contumace pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat’’. Expulsé de France en 1990 vers le Sénégal, où il passera trois années d’exil, son parti, considéré clandestin, ne prendra pas part aux premières élections législatives multipartites de 1990. Durant son exil dakarois, des tractations s’engagent entre lui et le régime de feu le président Omar Bongo Ondimba pour son retour au ...
Lire l'article [6]
Le pasteur Ernest Tomo a annoncé ce samedi au cours d’un point de presse à Libreville, sa candidature à la prochaine élection présidentielle, a constaté un reporter de GABONEWS. « J’ai choisi ce jour samedi 11 juillet 2009 pour vous annoncer officiellement ma candidature à l’élection présidentielle qui va se tenir avant le 6 septembre 2009 », a d’emblée déclaré Ernest Tomo. Le candidat Tomo, qui s’est retiré de la course en 2005 au profit du défunt président Omar Bongo Ondimba, estime qu’ il a été « préparé pendant près de 39 ans par le seigneur notre Dieu pour ...
Lire l'article [7]
Au micro de RFI, Rose Francine Rogombé, présidente par intérim du Gabon, évoque les perspectives politiques de son pays après la mort du président Omar Bongo Ondimba. Elle précise notamment que le délai pour organiser la présidentielle pourrait dépasser les 45 jours. C’est le terme prévu par la Constitution, sauf «cas de force majeure». RFI : Le 8 juin, le président Bongo est décédé. Comment combler ce vide maintenant ? Rose Francine Rogombé: Ca va être difficile. Mais dans l’héritage qu’il nous a légué en dehors de la paix, de l’unité, il nous a légué les institutions. Donc, depuis qu’il a été ...
Lire l'article [8]
Déséquilibrée par la disparition des grandes compagnies aériennes internationales de son ciel, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) va tenter d'améliorer la qualité des avions qui volent dans son espace. Depuis mardi, financiers, experts et près d'une quinzaine de dirigeants ou représentants des compagnies aériennes prennent part à une réunion à Libreville sur les solutions à apporter aux énormes difficultés d'ordre organisationnel, financier et sécuritaire auxquelles font face ces compagnies. La mort de plusieurs compagnies de transport en Afrique centrale a favorisé depuis plusieurs années déjà une pagaille dans ce secteur, même si d'ambitieuses petites compagnies ont comblé ce ...
Lire l'article [9]
Parmi les ''enfants biologiques'' que compte le président Omar Bongo Ondimba, Ali est sans doute, l'un des plus influents. Physique de rappeur, Ali Bongo Ondimba est ministre gabonais de la Défense depuis 1999, et sa nationalité n'est pas sa préoccupation. Représentant personnel du chef de l'État, puis ministre des Affaires étrangères (1989-1991), Ali Bongo Ondimba s'est constitué un réseau relationnel très solide aussi bien à l'étranger qu'au Gabon, même dans les casernes où soldats, officiers et généraux lui font confiance. Au sein de la galaxie du pouvoir, il est soupçonné par ''ses ennemis'' de se positionner dans la course à la succession ...
Lire l'article [10]
Politique : Déséquilibrée, l’opposition gabonaise en quête des stratégies ? Par Jean Rovys DABANY
Politique: Ali Bongo confirme sa place au milieu des trublions politiques (PORTRAIT) Par Jean Rovys DABANY
Politique-présidentielle: Fin du scrutin présidentiel dans le calme Par Jean Rovys DABANY
Gabon: Mme Rogombé préside son premier défilé militaire et civil à Port-Gentil (par Jean Rovys DABANY)
Gabon: « J’ai démissionné parce qu’il était temps que j’écoute ma conscience », (Jean Eyéghé Ndong, candidat indépendant à la présidentielle)
Politique : La difficile marche de l’UPG qui fête ses 20 ans d’existence Par Jean Rovys DABANY
Gabon: Le pasteur Ernest Tomo officiellement candidat indépendant à la future élection présidentielle
Gabon-Présidentielle : “On ne peut pas parler de candidat naturel”
Gabon: La CEEAC veut améliorer son espace aérien (Par Jean Rovys DABANY)
Politique : ”Etre Nigérian ? Cela ne me préoccupe pas, affirme Ali Bongo (Par Jean Rovys DABANY)
25 Comments (Open | Close)

25 Comments To "Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)"

#1 Comment By Raid On 27 Juil 2009 @ 12:15

oui,on peut rester candidat et demeurer ministre dans une république bananière comme le Gabon,et non dans un pays qui se veut raspectable . On l’a vu dans un passé récent où un criminel a été protégé par l’assemblée nationale gabonaise. au gouvernement on trouve des malfrats il a fallu la pression des victimes (plainte)pour faire partir l’un de ces bandits. j’ai trop pitié pour mon pays.

#2 Comment By Abdou ramane. On 27 Juil 2009 @ 12:16

JE RESTE PERSUADER QUE MONSIEUR ALI BONGO PRESENTERA SA DEMISSION AU MOMENT VENU, A MON AVIS 3 JOURS AVANT L’OUVERTURE OFFICIELLE DE LA CAMPAGNE…NOUS SOMMES D’APPARENCE DANS UN ETAT DE DROIT SI AUCUN TEXTE NE L’OBLIGE A SORTIR DU GOUVERNEMENT POUR CETTE ECHEANCE IMPORTANTE… IL EN PROFITTE…

#3 Comment By Requila Ndang On 27 Juil 2009 @ 12:30

Le probleme n’est pas le maintien d’ali au gouvernement; on s’en fout de cela. Par contre, ce que les gabonais veulent, c’est un debat entre les candidats qui veulent briguer la plus haute fonction. Il faut absolument un debat televise’ d’au moins trois heures 30, ou’ chacun expose son programme. C’est cela qui interesse les gabonais. Les autres “gnieseries” ne sont que distractions et diversions.

#4 Comment By francis rénè On 27 Juil 2009 @ 12:48

Le fait qu’ali ben et moussavou soit maintenus au gouvernement est illégitime comme tous gabonais même illettré le sais,et cela ne me surprend guère; puis ce que nous savons tous ce que ali manigance,cette stratégie est démoniaque et arcaillique,puis ce cela attirer l’attention des compatriote que nous sommes,juscequ’aujourd’huit tant qu’rouge ali ben est là,l’avenir du gabon est sombre,soyons vigilants notre avenir est en jeux.

#5 Comment By le tsa tam On 27 Juil 2009 @ 13:00

Le débat, on en veut tous mais dans un environnement sain.Il est claire qu’Ali doit absolument démissionner pour mener à bien cette élection.Mais enfin Mme Rogombé sert véritablement à quoi?

#6 Comment By Jean-félix N. On 27 Juil 2009 @ 13:14

Non et non , une élection présidentielle est quelque chose de très sérieux; il n’y aqu’au Gabon où l’on peut tolérer qu’un ministre de la défense soit un candidat à la présidentielle sans renoncer à son ministère. Ce sont là les prémices d’un coup de force. Attendre de réagir après la déclaration de la victoire d’ali BEN serait idiot, d’autant plus que c’est à ce moment là que les militaires Français rentreront sur scène pour soutenir cette victoire truquée;

Que les gabonais agissent maintenant, où qu’ils se taisent à jamais.

Nous savons tous qu’Ali Ben va jouer pile ou face, le pouvoir ou la mort.
Que Dieu nous vienne vraiment en aide.

#7 Comment By francis rénè On 27 Juil 2009 @ 13:29

Je suis de la même avis que vous au sujet du débat politique entre candidat,cela est démocratique,chose que le gabonais ne connaisses pas;depuis 40 ans OB au pouvoir jamais un tels débat a eu lieu au gabon, pour quoi?pour la simple raison est que le gabon étais gouverné par quelqu’un qui avais déjà atteint de la menopause intellectuel,il a toujours eu peur des ces adversaires qui avait de la matière grise;on a eus affaire a un débile qui a réduit le gabon a son nivaux,voilà pour quoi son clan cherche a tous prix maintenir le gabon dans la précarité intelectuel,dans cette condition,le gabon est appelé à demeurer économiquement,politiquement,intellectuellement instable.nous avons le pouvoir de changer le gabon nous peuple gabonais,si non,chers compatriote nous sommes mal barrés pour encore un bon moment dans la prostitution pour joindre le deux bout du moi.

#8 Comment By mamou On 27 Juil 2009 @ 13:39

c’est illégal de maintenir Manganga et Ali au gouvernement c’est tous simplement la pur tricherie et cela ne fait pas dans aucun pays lorsque y’a election présidentiel, cela se passe qu’au gabon ou l’on fait n’importe quoi.c’est honteux de continuer a tromper le peuple. il veut a la fois conservé son poste de ministre et etre candidat pour intimider le peuple il peut tout faire on ne veut de ce clan T S A.tout pour eux rien pour les autres EGOISTE

#9 Comment By VIAT2001 On 27 Juil 2009 @ 13:44

Il faut être très vigilants et mener des actions pour mener ALI BONGO à démissionner car il n’est pas normal que dernier continue à occuper un poste aussi important que la défense.

En homme honnête et sans arrière pensé il aurait démissionné de lui même comme l’ont fait les autres.

Comme il tient absolument à être président, il compte rester à la défense et pouvoir obliger les militaires et autres à voter pour lui comme le faisait son défunt père (paix à son âme)moyennant une petite somme de 50 000 francs cfa.

Ce qu’il ignore c’est que ces hommes et femmes sont las ces discriminations qui ne finiront pas au cas où il serait( jamais au nom de JESUS) président.

DIEU TOUT PUISSANT AIME LE GABON ET LES GABONAIS ET NE PERMETTRA JAMAIS QUE CE VOLEUR VIENNE NOUS PRENDRE LE PEU QUI NOUS RESTE.

DIEU PROTÉGE LE GABON.

#10 Comment By PICON On 27 Juil 2009 @ 15:28

Je pense que ceci est vrai test pour les gabonais qui veulent de l’alternance.

Si l’on reussi à faire partir Ali de ce poste,cela sera un grand signe positif pour la suite des evenements si non il se dira qu’il pourra s’imposer de la meme facon apres le 30 aout.

Faisons donc attention.Nous devons absolument gagner cette bataille.Ali est entrain de dester les partisants du changement.

Il faudra dejà descendre dans la rue pour reclamer son depart.si cela reussi,ce sera parti pour l’alternance si non,il agira de la meme facon apres le vote

#11 Comment By Raid On 27 Juil 2009 @ 16:52

test ou pas le 30 août ça va chauffer préparez-vous

#12 Comment By Raid On 27 Juil 2009 @ 17:13

Viat2001 arrêtes de pleurnicher,on va laisser DIEU de côté si Ali tent un passage en force.Ce jour là satan sera avec nous.on va rappeler DIEU après avoir expulsé Ali du palais.

#13 Comment By Raid On 27 Juil 2009 @ 17:36

Abdou Ramane, pour l’instant le Gabon n’est pas un Etat de droit, c’est un Etat voyou où les les malfrats sont promus(ngolène ossouka,vincent ntoutoume emane,massima,mboubou myakou,Ali,Allaba Fall,blaise louembé…..)

les justes et les honnêtes quant à eux sont guillotinés(Rédjambé,Ndouna depénau,Sam mvé ondo,Germain Mba,Ossiali,Mendene Anda, Mandja,la liste est longue et on oublie pas,bref)

notre pays est aux mains de la mafia . On a la devoir de le délivrer des mains d’une bande de malfrat.

#14 Comment By Benson On 28 Juil 2009 @ 05:12

N’ATTENDEZ PAS QU’IL SOIT TROP TARD. MARCHEZ!!!!

#15 Comment By Sebalouf On 28 Juil 2009 @ 05:15

Une chose est vraie; Ali Bongo est déjà élu avant les éléctions. La france l’a déjà imposé aux gabonais, elle cherche tout simplement à démocratiser cette imposition.
Je vous rappelle qu’à la veille de la mort du Président Bongo, les politiciens et les médias français annoncaient déjà son successeur alors qu’ils savaient bien que le Gabon devait organiser le éléctions.Quelle insulte!
La france ne laissera jamais le Gabon (et l’Afrique) se démocratiser à cause des contrats bidons sur le pétrole. L’intéret de l’Afrique n’a pas d’importance pour les français.
C’est aux gabonais de prendre des précautions pour ne pas tomber dans la situation de deux Congo.
NB: Aucun pays africain ami de la France ne s’est déjà developpé, même essayer de sortir du lot de la misère.

#16 Comment By AVOMO On 28 Juil 2009 @ 05:53

Normalement MM.Ali Ben et Maganga Moussavou devraient eux-mêmes prendre l’initiative de démissionner de leur poste ministériel respectif au lieu de profiter du vide juridique. “Le bon sens est la chose la mieux partagée”. leur comportement est inquiétant et nous annonce déjà les couleurs de ce qu’ils vont être et de ce qu’ils vont faire si l’un ou l’autre est élu président de la république gabonaise

#17 Comment By AVOMO On 28 Juil 2009 @ 06:16

Sebalouf,

Nous les gabonais, nous avons aussi nous-mêmes une part de responsabilité dans l’accession de M. Ali Ben à la Magistrature suprême. Est-ce que c’est la France qui a imposé aux deux gouvernements de continuer à maintenir Ali Ben dans le gouvernement gabonais? Le Premier Ministre devait oser le virer et le peuple gabonais allait voir la réaction d’Ali Ben. Si le Premier Ministre nous (le peuple gabonais) avait donné cette occasion, et si M. Ali Ben Bongo avait osé sortir ses griffes les gabonais allaient prendre à témoin le monde entier. ça aurait permis de démontrer à la commauté internationnale que la paix qu’on attribue à tord au clan Bongo n’est qu’une façade. En effet, le clan Bongo n’accepte pas la contrariété car le Gabon est leur propriété privée. Mais là, les deux gouvernements n’ont pas assumé,, ce n’est pas la faute de la France je suis désolée.

#18 Comment By AVOMO On 28 Juil 2009 @ 06:30

Que nos opposants et les ONG ainsi le peuple le peuple gabonais saisissent l’ONU et l’UA pour reclamer la démission au poste de Ministre de la défense de M. Ali Ben Bongo Ondimba (mon Dieu, quel nom kilométrique!!! ça reflète la durée au pouvoir de son défunt père adoptif)

#19 Comment By lilie On 28 Juil 2009 @ 06:58

je pense que madame Rose RONGOMBE Francine doit jouer franc jeu, qu’elle n’ait pas peur de prendre des décisions fermes face aux indélicats qui violent la constitution et afin de mieux organiser les élections transparentes, elle ne doit pas avoir de partie prie
qu’elle n’oublie pas quelle aura son histoire pour être la prémière Prédidente du Gabon, alors, qu’elle s’arrange à ce que ces élections soient très très transparentes.
c’est une femme, une mère et en plus une chrètienne, elle connait la souffrance et la misère du peuple gabonais. c’est le moment ou jamais pour elle de vraiment bien marquer sa vie sur cette terre.

#20 Comment By LALU On 28 Juil 2009 @ 07:02

eske c anticonstitutionelle

#21 Comment By francis rénè On 28 Juil 2009 @ 07:17

Mme regombe est a la solde du régime,qu on l’admet ou non,elle ne peux pese pas lourd, face aux barons du Pdg,ne nous voilons pas la face.
tant que l’armée française est là,l’avenir du gabon est noir,ils sont là pour les intérêt de la France or ces intérêt premiers ce de maintenir a tout prix le bongo au pouvoir.Mengara nous sommes avec toi.

#22 Comment By obalango On 28 Juil 2009 @ 08:49

petit rappel et comparison…
Sarkozy a du quitte le ministère de l’intérieure dès qu’il a été déclaré candidat…
maisbof disons comme l’a dit EYEGHE NDONG…” comparaison n’est pas raison et le France n’est pas le gabon…” juste que cette fois le livre des rois est bien le gabon… et le cahos qui s’est produit en Israël se reproduira au Gabon donc Monsieur Ali quitter le Gouvernement si vous en avez et prouvez à tous que vous êtes capabe de gagner des élection transparente

#23 Comment By ossoalex On 28 Juil 2009 @ 11:37

Nouveau, un site d’information en ligne vient de voir le jour pour faire la conccurence à gabonews le site du pouvoir, “LA REVOLUTION” LVDPG (La Voix Du Peuple Gabonais) [11] faire connaitre ce site aux candidats luttons pour notre pays.

#24 Comment By chocoline la poupée noire On 28 Juil 2009 @ 16:01

MESSAGE A ALI BEN BONGO ONDIMBA: S’IL VOUS RESTE UN PEU DE BON SENS ET UN TANT SOIT PEU D’HUMANITE PENSEZ A VOS ENFANTS. LEUR AVENIR ET CELUI DES GABONAIS. SOYEZ FAIR PLAY DEMISSIONNEZ POUR FAIRE TAIRE VOS DETRACTEURS ET FAIRE MONTRE D’ HONNETETE.Maganga va démissionner et vous serez le seul candidat ministre, pensez vous que c’est là une attitudev PACIFIQUE? Vous qui prônez la paix lus que tout dans vos discours!!!! QUITTEZ LES CHOSES CAR ELLES FINIRONT PAR VOUS QUITTER. A BON ENTENDEUR…..SALUT !VOUS MEME LA BAS OH!!!!

#25 Comment By VIAT2001 On 29 Juil 2009 @ 07:37

Tous les jours je suis les informations des chaines nationales gabonaise et je suis écœurée de voir ce qui se passe dans mon pays.

ALI et ses alliés ont commencé tranquillement sa campagne au vu et au su de toute la nation et personne ne réagi.

Sans honte ni scrupule,lors d’une de ces visites dans un bas quartier de Libreville il ose dire qu’il n’était pas au courant de la misère des Gabonais et que c’est seulement qu’il touche du doigt,je me demande donc où était il pendant que les images des maisons et des routes sans lendemain passaient à la chaine 2 et la chaine 1!!!

Pendant que les gabonais faisaient des grèves (qui continuent même en ce moment)durant des mois criaient à travers le Gabon entier où était il?

Pour quoi ne pas avoir demander à son père de placer aux différents ministères:

A -l’Habitat pendant 3 ans et construire 15 000 logements ( il promet construire 5000 logements par an)?

B- L’Education pendant 3 ans il construit au moins 3 écoles, 3 lycée et 1 école professionnelle par province

C – La Santé pendant 3 ans 1 hôpital adéquat par province

Mes cher (es) sœurs et frères Gabonais, tout cela il pouvais le faire.

I – C’est une fois de plus une preuve que la vie des gabonais ne lui a jamais intéressé et ce n’est pas en étant PRESIDENT Que cela lui féra quelque chose.

II- c’est juste pour nous prendre le peu que son defun père et les siens ont laissé.

Puisqu’il est devenu aussi généreux, pourquoi ne pas rendre l’argent et tous les biens mal acquis qu’il possèdent?????????????

Soyons vigilants et ne nous laissons pas berner par ce gros porc.
IL A UN APPÉTIT D OGRE ET FINIRA PAR NOUS MANGER TOUS SI NOUS NE FAISONS PAS ATTENTION.

DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE GABON