Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : 8 candidats exigent la démission des ministres candidats

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2009
Catégorie(s): Politique

Réunis le 27 juillet dernier à Libreville, huit candidats à l’élection présidentielle, emmenés par l’opposant Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, ont exigé la démission des ministres de la Défense nationale, Ali Bongo Ondimba, et de l’Enseignement technique, Pierre Claver Maganga Moussavou, maintenus au gouvernement malgré leurs candidatures à l’élection du 30 août prochain. Issus des rangs de l’opposition ou candidats indépendants, ils dénoncent particulièrement le maintien du contrôle par un candidat des forces de sécurité et des services de renseignements.

Née le 22 juillet dernier suite à la composition du nouveau gouvernement par le Premier ministre Paul Biyoghe Mba, c’est le 27 juillet que la polémique sur les ministres candidats a éclaté avec l’appel commun lancé par huit candidats à l’élection présidentielle pour la démission du gouvernement des ministres en lice pour la présidentielle du 30 août.

Emmenés par l’opposant Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé (CDJ), les candidats issus de l’opposition Pierre Mamboundou (UPG), Luc Bengono Nsi (Morena), les indépendants Jean Eyéghé Ndong, André Mba Obame, Casimir Oyé Mba et Anna Claudine Ayo Assayi, ainsi que Paul Mba Abessole (RPG, majorité), ont dénoncé cettye situation «extrêmement grave».

Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a été maintenu le 22 juillet dernier au ministère de la Défense nationale, ainsi que Pierre Claver Maganga Moussavou à l’Enseignement technique.

«Nous ne comprenons pas pourquoi ces deux-là restent membres du gouvernement», a indiqué le président du Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ, opposition), Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé.

«L’un de ces deux reste ministre de la Défense nationale, ce qui signifie qu’il a sous son contrôle les forces armées gabonaises et tous les services de renseignement sur la sécurité intérieur et extérieur de l’Etat. C’est une situation que nous ne pouvons pas du tout accepter», s’est insurgé monsieur Ogouliguédé.

Dans leur déclaration commune, ces candidats soupçonnent Ali Bongo Ondimba de vouloir se servir de son poste pour «disposer des renseignements qui peuvent lui être livré à tout moment au sujet des autres candidats».

Egalement mis en cause, Pierre-Claver Maganga Moussavou, le président du Parti social démocrate (PSD, majorité)qui a assuré dans la soirée qu’«avant que la campagne ne commence, je partirai».

«Et comme les gens n’ont pas le courage de dire à Ali Bongo de partir, moi je lui demande de ne pas prêter le point à la critique et de méditer cette phrase du président Bongo : On peut tout faire avec les baïonnettes, sauf s’asseoir dessus», a ajouté le ministre de l’Enseignement technique.

La composition du nouveau gouvernement avait en revanche vu le départ des dissidents du PDG, notamment André Mba Obame, Casimir Oyé Mba et Jean Eyeghe Ndong (Premier ministre démissionnaire). Paul Mba Abessole, candidat issue de la majorité présidentielle et Pierre André Kombila, rallié à l’alliance de soutien à Pierre Mamboundou, ont également été remerciés.

L’opposant Zacharie Myboto (UGDD) avait été le premier à demander la démission des ministres candidats le 23 juillet dernier dans une interview à la presse internationale. Deux jours plus tard c’est Paul Mba Abessole qui avait exigé «la démission de ces ministres».

Le 24 juillet dernier, le ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, hiérarque du PDG, avait expliqué qu’aucun texte législatif n’oblige un candidat à une élection de quitter ses fonctions.
 


SUR LE MÊME SUJET
Libreville, 12 août (GABONEWS) - Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghe Mba, a rappelé, ce mercredi, à la faveur de l’audience accordée par madame le président de la République, Rose Francine Rogombé, aux candidats à l’élection présidentielle, qu’ « une démission s’apprécie individuellement », faisant allusion au cas d’Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a constaté GABONEWS. Se prononçant publiquement, pour la première fois, ce mercredi soir, sur le sujet à polémique concernant la présence au gouvernement d’Ali Bongo Ondimba, nonobstant son statut de candidat du Parti Démocratique Gabonaise (PDG, au pouvoir), le Premier ...
Lire l'article
Quelques dix candidats sur les vingt trois à l’élection présidentielle anticipée du 30 août prochain ont annoncé mercredi à Libreville, qu’ils organiseront une marche vendredi prochain pour protester contre le maintient au gouvernement des ministres Ali Bongo Ondimba (Défense nationale) et Pierre Maganga Moussavou (Enseignement technique), tout deux également candidat à ce scrutin, rapporte jeudi le quotidien gabonais l’Union. Selon le journal, ces candidats dénoncent également les conditions de préparation de l’élection qu’ils jugent ‘’très mauvaises’’. La marche débutera à 10h (9GMT) au carrefour Rio dans le 3ème arrondissement de Libreville pour la présidence de la République sur le front de mer. Ce ...
Lire l'article
Le Rassemblement pour le Gabon (RPG) a exigé mardi à Libreville un traitement ''équitable'' des candidats dans les médias publics, en vue de l'élection présidentielle du 30 août prochain, dans une déclaration lue à la presse. ''Ayant constaté que les médias d'Etat sont confisqués par le candidat du parti au pouvoir, nous exigeons ici et maintenant, un traitement équitable dans les médias de l'Etat de tous les candidats'', a affirmé le vice-président du RPG, Pierre Claver Mvelé, réitérant également l'appel lancé le 27 juillet dernier par huit partis politiques aux ministres candidats de se retirer du gouvernement. Deux candidats à cette élection ...
Lire l'article
A l'occasion du Conseil des ministres du 30 juillet dernier, le chef de l'Etat a demandé aux candidats en lice pour l'élection présidentielle du 30 août prochain de respecter la période pré-électorale en s'abstenant de multiplier à outrance les meetings politiques avant l'ouverture officielle de la campagne le 15 août. Depuis la validation des candidatures par la CENAP, certains candidats ont multiplié les annonces publiques et connaissent une médiatisation outrancière qui sèment le trouble sur l'échiquier politique gabonais. Le chef de l'Etat, Rose Rogombé, a lancé un rappel à l'ordre aux candidats à l'élection présidentielle du 30 août prochain afin qu'ils ...
Lire l'article
Les formations de la majorité au Gabon, menées par le Parti démocratique gabonais (PDG), ont qualifié jeudi dans une déclaration commune de "faux débat" les appels à la démission de ministres candidats à la présidentielle, visant notamment Ali Bongo en lice pour le PDG. "Les partis politiques de la majorité marquent leur vif étonnement face au faux débat, maladroitement et insidieusement entretenu par un certain nombre de candidats à l'élection présidentielle du 30 août prochain, relatif à la présence dans l'équipe gouvernementale de deux candidats à cette même élection", affirment-ils dans cette déclaration obtenue par l'AFP. "Aucune disposition ne disqualifie ...
Lire l'article
Les ministres candidats à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon ne sont pas légalement tenus de démissionner du gouvernement, mais ils devraient s'y résoudre pour "l'éthique politique", estime le politologue gabonais Jonathan Ndoutoume Ngome, enseignant à l'Université Omar Bongo de Libreville. Q: Des candidats à la présidentielle dénoncent le maintien au gouvernement de deux ministres également candidats. Que dit la loi exactement sur ce sujet? R: "La Constitution au Gabon est muette là-dessus. Dans la Constitution, dans le Code électoral, il n'y a pas d'obligation faite à un membre du gouvernement de ne pas être candidat à la présidentielle ou à ...
Lire l'article
Huit candidats de l'opposition réclament la démission du gouvernement d'Ali Ben Bongo et de Pierre Claver Maganga Moussavou. c'est une coalition qui ne dit pas son nom et qui semble préfigurer un climat politique agité lors de l'élection présidentielle du 30 août prochain au Gabon, pour la désignation du successeur d'Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin dernier après 42 ans à la tête du pays. Huit candidats à ce scrutin (qui en aligne vingt-trois) se sont donné la voix pour réclamer la démission du gouvernement d'Ali Ben Bongo, inamovible ministre de la Défense depuis dix ans et fils du défunt ...
Lire l'article
Huit des 23 candidats à l’élection présidentielle anticipée du 30 août prochain au Gabon, ont appelé lundi à la démission des ministres Ali Bongo Ondimba (Défense nationale) et Pierre Claver Maganga Moussavou(Enseignement technique) du gouvernement, tous deux candidats à ce scrutin. ‘’Nous nous retrouvons parce que nous estimons que la situation est extrêmement grave, pour deux raisons principales. La première raison c’est le maintient au gouvernement de deux ministres qui sont candidats à l’élection présidentielle. Les autres ministres candidats sont sortis, nous ne comprenons pas pourquoi ces deux là restent au gouvernement’’, a déploré, Jules Aristide Bourges Ogoulinguendé, candidat et porte-parole ...
Lire l'article
Huit candidats à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon ont demandé lundi dans une déclaration commune la démission du gouvernement de deux ministres candidats estimant la situation "extrêmement grave", après un appel similaire d'un parti d'opposition. "Nous ne comprenons pas pourquoi" ces deux ministres, Ali Bongo Ondimba (Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou (Enseignement technique), "restent membres du gouvernement" alors que les autres ministres qui sont candidats à la présidentielle en sont sortis, a déclaré à la presse l'opposant Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé. "Nous estimons que la situation est extrêmement grave", a ajouté M. Bourdès Ogouliguendé, mandaté par les opposants Pierre ...
Lire l'article
Dans un communiqué diffusé le 24 juillet dernier, l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) a dénoncé le maintien «discriminatoire» au gouvernement de certains candidats à l'élection présidentielle du 30 août. Pour le parti de l'opposant Zacharie Myboto, également en lice pour ce scrutin, cette décision discrédite les autorités dans la gestion transparente de la transition. L'Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), l'un des principaux partis de l'opposition, dont le président Zacharie Myboto a présenté sa candidature depuis le 20 juillet dernier, s'est insurgé le 24 juillet dernier contre la composition du nouveau gouvernement, dans ...
Lire l'article
Gabon: Présence au gouvernement d’Ali Bongo Ondimba : « une démission s’apprécie individuellement », Paul Biyoghé Mba, Premier ministre
Gabon: Une dizaine de candidats à la présidentielle projettent une marche de protestation vendredi à Libreville,
Gabon : Le RPG exige un traitement équitable des candidats dans les médias publics
Gabon : Rose Rogombé rappelle à l’ordre les candidats pressés
Gabon/présidentielle: “faux débat” autour des ministres candidats
Gabon : les ministres candidats devraient démissionner “pour l’éthique”
Gabon: Présidentielle – Appel à la démission des ministres candidats
Gabon: Huit candidats à l’élection présidentielle appellent à la démission du ministre de la Défense
Gabon: 8 présidentiables demandent la démission de deux ministres candidats
Gabon : L’UGDD dénonce le maintien des ministres candidats


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*