Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Election-présidentielle : Les partis structurés PDG, UGDD et RPG mieux outillés

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Devant l’avalanche des candidatures et face au repli identitaire inévitable, les partis structurés, notamment le parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), sont mieux outillés pour gagner l’élection présidentielle anticipée du 30 août.
Certes la mort, en juin, du président Bongo Ondimba annonçait un regain d’intérêt pour les gabonais aspirant au changement mais sans véritablement fixer de cap permettant une lecture positive des événements avenir (présidentielle, législative et locale).
Dans cette ambiance capharnaüm, on a oublié qu’au Gabon pour gagner une élection il faut, comme une pieuvre, étendre ses tentacules sur toute l’étendue du territoire. Or à l’évidence, il n’y a que le PDG, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) et le rassemblement pour Gabon (RPG) qui peuvent se targuer d’avoir des relais sur le terrain.
Ces formations, grâce à leurs relais, vont glaner des points (3%, 2%, 5% etc…) sur toute l’étendue du territoire national. La somme de ces pourcentages fera à un moment donné la différence.
Parmi les partis structurés, on peut citer le parti social démocratique (PSD) de Pierre Claver Manganga Moussavou. Contrairement au PDG, à l’UGDD et au RPG, cette formation politique n’a pas véritablement progressé sur le terrain. Son influence se limite dans la province de la Ngounié, particulièrement dans la capitale provinciale à Mouila et dans le département de l’Ogoulo à Mimongo (plus au sud de la Ngounié). A ce décompte, les autres candidats sont handicapés par cette absence de réseaux capables de prendre les électeurs.
Parmi les partis structurés, on peut citer également le parti social démocratique (PSD) de Pierre Claver Manganga Moussavou. Contrairement au PDG, à l’UGDD et au RPG, cette formation politique n’a pas véritablement progressé sur le terrain. Son influence se limite dans la province de la Ngounié, particulièrement dans la capitale provinciale à Mouila et dans le département de l’Ogoulo à Mimongo (plus au sud de la Ngounié). Le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG), Pierre Mamboundou n’a jamais organisé de congrès depuis la création de son parti en 1988. Ce parti à la sympathie des punus estimés à moins de 12 % de la population, des intellectuels et des jeunes.
Or gagner une élection présidentielle au Gabon il faut avoir les grands groupes ethniques du pays notamment les fangs qui rassemble près de 32% de la population totale et la communauté nzébi avec son taux démographique de plus 28% de l’expertise du peuple gabonais. Malheureusement le candidat UPG est absent dans le milieu fang et mal représenté dans le groupe nzébi.
Les indépendants, Casimir Oyé Mba, André Mba aubame, Ondo Ossa, Victoire Lasseny Dubose et les autres, qui sont aussi concernés par l’observation faite à l’UPG, n’auront peut-être pas d’électeurs dans l’arrière pays où ils feront simplement objets de curiosité. Le manque de relais et l’appartenance linguistique vont jouer en leur défaveur. Or pour cette élection à un tour, pour gagner il faut glaner des points partout.
Quelles qu’en soient les interprétations, une telle avalanche de candidatures, qui débouche sur le repli identitaire, manifeste une crise de confiance en soi et en l’autre. C’est aussi la mesure du manque de courage effrayant d’une classe politique qui a prudemment esquivé, depuis la mort du président Omar Bongo Ondimba, la question de savoir qui devait conduire l’alternance au mode de gouvernement du PDG dont on sait depuis qu’il est à bout de souffle.
L’éventualité d’une défaite réelle et cuisante à la régulière, que pourrait faire subir le PDG, l’UGDD ou le RPG à la classe politique, qui se répand en accusation de fraude, découle du mythe fortement entretenu disant que Pierre Mamboundou est un homme intègre, que Casimir Oyé Mba fait l’unanimité etc… sans que cela ne soit suffisant pour faire monter le baromètre de confiance dans l’opinion public jusque dans l’arrière pays.  


SUR LE MÊME SUJET
Des militants de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, formation politique désormais dissoute) ont annoncé jeudi à Lastourville, deuxième localité de la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est) leur ralliement au sein du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), rapporte lundi le correspondant de l’AGP. ‘’Ayant constaté avec regret que l’UGDD lors des dernière élections présidentielles d’août 2009 , avait briller par son manque d’organisation, de lisibilité politique , surtout du fait que son leader politique ait choisi sans avoir consulter toute la base, de fusionner avec d’autres partis de l’opposition. Nous rallions le PDG’’, a déclaré le porte-parole de ...
Lire l'article
Les participants au séminaire de formation des comités départementaux de lutte contre le VIH/SIDA de la province de la Ngounié, organisé mardi à Mouila par le programme multisectoriel de lutte contre cette pandémie, se sont dits désormais outillés pour élaborer un plan d’action dans les départements respectifs, en mettant en pratique les conseils et pistes reçus comme enseignements. Si l’ennemi commun est le VIH/SIDA, ont reconnu les participants, ils se sont dits s’atteler d’abord à faire fonctionner les comités, ensuite à fournir les efforts de sensibilisation en vue de convaincre les compatriotes à changer de comportement sexuel. L’optique est de tenter ...
Lire l'article
PRESIDENTIELLE DU 30 AOUT 2009, PARTIS POLITIQUES ET SOCIETE CIVILE: RAPPORT DE LA COMMISSION DES EXPERTS __________________________ Les candidats à l’élection présidentielle du 30 août 2009, partis politiques et société civile, ont donné mission à la commission des experts, dont la liste est jointe en annexe, d’apprécier les résultats du scrutin tels que annoncés par la CENAP et proclamés par la Cour constitutionnelle. Dans ce sens, la commission des experts devait : 1. Relever les actes de fraude et autres irrégularités ; 2. Procéder à la vérification de la régularité des suffrages. Pour ce faire, pendant douze jours, Installés dans ...
Lire l'article
Les principaux candidats à la succession d’Omar Bongo, décédé en juin, demandent un report du scrutin pour limiter la fraude Un collectif de candidats de l’opposition gabonaise a annoncé mercredi 11 août qu’il allait saisir la Cour constitutionnelle pour obtenir le report de l’élection présidentielle prévue le 30 août. « Dans le contexte actuel, les irrégularités et inégalités sont trop flagrantes », a expliqué l’un d’eux, Jules-Aristide Bourdes Ogouliguende. Le collectif rassemble 11 des 23 candidats, mais pas Ali Bongo, fils d’Omar Bongo (décédé le 8 juin après 41 ans au pouvoir) et candidat de l’ancien parti unique, le Parti démocratique gabonais ...
Lire l'article
Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain. La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection. Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs ...
Lire l'article
La Commission médicale pour l’élection présidentielle anticipée 2009, par l’intermède de son président Dr Jean Emmanuel Ekey, s’est dite prête, samedi, à entamer dès lundi prochain à partir 8 heures jusqu’à mercredi à19 heures, au Centre hospitalier de Libreville (CHL), les examens médicaux susceptibles d’établir l’aptitude ou l’inaptitude des candidats à la fonction présidentielle par la délivrance d’un certificat médical qui sera remis à chaque candidat et à la CENAP. Les candidats seront respectivement soumis à l’examen somatique général, un examen cardiovasculaire avec un électrocardiogramme, un électroencéphalogramme, une radiographie pulmonaire et un bilan biologique qui comporte ...
Lire l'article
Le Parti d’égalité de Chance (PEC/opposition), le Mouvement de Redressement National (MORENA/ majorité) et le Rassemblement national des Bûcherons (RNB/majorité), ont soutenu samedi la candidature de Paul Mba Abessole, président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG/ majorité) à la l’élection présidentielle de septembre 2009, au cours du 11ème congrès extraordinaire dudit parti, a constaté GABONEWS.
Lire l'article
Pierre Mamboundou, leader de l’Union du peuple gabonais (UPG, Opposition), s’exprimant à la sortie de la réunion de concertation des partis de l’opposition, organisée ce mercredi à la Présidence de la République, autour du chef de l’Etat par intérim, Rose Francine Rogombé, a indiqué à propos de l’organisation de l’élection présidentielle anticipée que « les questions, les problèmes qui ont été posés, nécessitent un délai supplémentaire ». Les partis de l’opposition gabonaise qui ont été en concertation avec le chef de l’Etat par intérim, madame Rose Francine Rogombé, ont affiché leur volonté de voir la date de la prochaine consultation ...
Lire l'article
La question des « délais » impartis à l’organisation de l’élection présidentielle alimente le débat tant au sein de la classe politique que dans la société civile au point que des camps s’opposent: partisans de la « vitesse » et ceux de la « précipitation » tandis qu’une troisième voie préconise la recherche d’un « juste milieu ». La perspective de la présidentielle qui doit marquer le début de la fin de l’actuel régime transitoire et la recherche d’un « consensus » sur la date du scrutin ...
Lire l'article
Les quatre adjoints au nouveau maire de Libreville, l’ancien premier ministre, Jean-François Ntoutoume Emane sont désormais connus ; il s’agit de Michel Teale du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Christain Odou Mba du Rassemblement du peuple gabonais (RPG) de Mba Abessolo, Eloi Ndzondo du Centre des libéraux réformateurs (CLR) de Jean Boniface Asselé et enfin, Léandre Zué également du PDG, a constaté GABONEWS.
Lire l'article
Des militants de l’ex-UGDD à Lastourville rallient le PDG
Ngounié-santé : Les comités départementaux outillés pour l’élaboration d’un plan d’action de lutte contre le Sida
PRESIDENTIELLE DU 30 AOUT 2009, PARTIS POLITIQUES ET SOCIETE CIVILE: RAPPORT DE LA COMMISSION DES EXPERTS
Au Gabon, l’opposition dénonce une élection présidentielle biaisée
Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)
Gabon: Election présidentielle 2009: la Commission médicale examine les candidats dès lundi
Gabon: Présidentielle anticipée : Trois partis apportent leur soutien au RPG
Gabon: Election présidentielle, « les questions, les problèmes qui ont été posés, nécessitent un délai supplémentaire », Pierre Mamboundou
Gabon: Election présidentielle: « Le plus tôt serait le mieux », Editorial
Gabon: Locales 2008: Les partis de la majorité présidentielle à la tête du Conseil municipal de Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*