Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Opposants en embuscade

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Longtemps relégués aux seconds rôles par l’omnipotence du Parti démocratique gabonais (PDG), les leaders de l’opposition estiment que la disparition d’Omar Bongo Ondimba doit sonner l’heure de l’alternance. Et ils comptent bien sur l’impréparation et les divisions de l’ex-majorité présidentielle pour jouer leur va-tout.

Premier dirigeant à avoir repris sa liberté vis-à-vis du PDG, Paul Mba Abessole a été investi par le Rassemblement pour le Gabon (RPG) dès le 12 juillet. Figure historique de la scène politique gabonaise, il peut se targuer d’avoir été l’un des adversaires les plus coriaces du président Bongo Ondimba. En 1993, lors de la première élection présidentielle pluraliste, celui qui incarnait alors l’opposition radicale était crédité de 26,5 % des voix, un score qu’aucun autre politicien gabonais n’est parvenu à égaler depuis lors. Trois ans plus tard, cet ancien prêtre spiritain formé en France et aujourd’hui âgé de 69 ans se fait élire à la mairie de Libreville et profite de son exposition médiatique pour critiquer vertement le régime. Mais aux années d’affrontement ont succédé celles de l’apaisement, et le consensus a fini par triompher.

Les allers-retours de Mba Abessole

Crédité de 13,4 % des suffrages en 1998, ce Fang originaire de la province de l’Estuaire – où il reste populaire – a choisi de se rallier au panache présidentiel. Tout d’abord nommé ministre d’État en charge des Droits de l’homme en janvier 2002, il a fait de son parti l’un des principaux alliés du PDG aux élections locales et législatives. Vice-Premier ministre en charge de la Culture et des Droits de l’homme jusqu’au dernier remaniement du 22 juillet, Abessole ne bénéficie plus du charisme qui fut le sien au début des années 1990. En acceptant le compromis avec le régime, il a largement écorné son image auprès d’une partie de l’électorat, qui considère son ralliement comme une trahison. D’ailleurs, le RPG conserve une attitude ambiguë vis-à-vis du PDG. Selon ses dirigeants, « la candidature d’Abessole ne veut pas dire que le parti remet en cause son appartenance à la majorité. Toutefois, il exclut tout désistement. » En clair, si le RPG ne fera rien pour aider le champion du PDG à s’imposer, il compte bien bénéficier de sa victoire en continuant à travailler avec lui le cas échéant.

Autre opposant « convivial » qui a lui aussi changé de casaque dans les années 1990, Pierre Claver Maganga Moussavou affiche, à 57 ans, un parcours assez comparable à celui de Paul Mba Abessole, sans être aussi populaire que lui. Après avoir multiplié les allers-retours entre le camp de la majorité et celui de l’opposition, le président du Parti social démocrate (PSD) a lui aussi rejoint le gouvernement en janvier 2002 comme ministre de l’Agriculture, puis de l’Aménagement du territoire à partir de 2007. Originaire de la province méridionale de la Ngounié (sud-est du pays), son électorat se concentre essentiellement dans cette région, majoritairement peuplée de Punus.

Myboto : du pouvoir à l’opposition

Si certains ont préféré à l’ombre de l’opposition la lumière du pouvoir, d’autres (moins nombreux) ont parcouru le chemin inverse. C’est le cas de Zacharie Myboto, qui a été ministre du président Bongo pendant près de vingt-trois ans avant d’en devenir l’un des adversaires les plus acharnés. Titulaire du portefeuille des Travaux publics pendant plus de dix ans, cet ancien cacique du PDG est à la tête d’une fortune considérable, ce qui devrait l’aider à faire campagne. Originaire du sud-est du pays, cet ancien instituteur aujourd’hui âgé de 71 ans appartient à l’ethnie nzébie (assez fortement représentée au Gabon), mais son influence a connu une certaine érosion depuis qu’il a quitté le pouvoir. Quant à son capital de sympathie, il reste encore limité, certains lui reprochant de « cracher dans la soupe ». Pour beaucoup d’électeurs, la « migration » d’opposants vers la majorité est souvent cause de déception. Mais ils ne comprennent pas plus qu’un dirigeant puisse condamner sans réserve un système qu’il a servi pendant plus de vingt ans.

Conséquence, en avril 2005, Myboto a créé une structure pour relayer ses idées et soutenir sa candidature à la magistrature suprême. Mais au mois de novembre suivant, le président de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) n’a recueilli que 6,6 % des voix face à Omar Bongo Ondimba, réélu avec 79 % des voix. L’ancien ministre a engrangé moitié moins de suffrages que l’opposant numéro un qu’est devenu Pierre Mamboundou.

La « virginité » de Mamboundou

Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG) est considéré comme le challengeur naturel du président élu. Sur les dix dernières années, il est à la fois le responsable qui s’est opposé le plus violemment au système Bongo, et celui qui a résisté à toutes les offres de fonctions ministérielles. Crédité de 13,6 % des voix à la présidentielle de novembre 2005, ce Punu originaire de Mouila et âgé de 63 ans est physicien de formation. Ingénieur en télécommunications, il a travaillé pendant une dizaine d’années comme fonctionnaire international à l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT, devenue l’Agence intergouvernementale de la francophonie). En 1989, il se lance dans l’arène politique en fondant son propre mouvement. Accusé de complot contre le régime, il connaît l’exil. Expulsé de France, il est accueilli au Sénégal, où il restera trois ans. Condamné par la justice gabonaise à dix ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’État, il n’est autorisé à rentrer au pays qu’en octobre 1993.

En 1996, il est élu député-maire de Ndendé, dans la Ngounié. Mais, en 2001, il perd son siège au Parlement après avoir prôné le boycott du scrutin législatif. Après la présidentielle de 2005, les relations avec Bongo se tendent à nouveau. En mars 2006, le siège de son parti est mis à sac par des militaires et Mamboundou se réfugie dans les locaux de l’ambassade d’Afrique du Sud. Il en ressort un mois après et accepte de négocier avec le régime, notamment sur la réforme du fichier électoral.

Mamboundou, qui a alors hésité à entrer au gouvernement pour enrichir son CV d’une expérience ministérielle, a finalement préféré garder son indépendance, ce qui constitue aujourd’hui un atout non négligeable face aux héritiers du régime. Alors que tous les autres opposants ont un jour ou l’autre travaillé avec Bongo, le leader de l’UPG présente une certaine « virginité », ce qui lui a valu d’être investi par l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR). Ce bloc de l’opposition radicale regroupe – outre les mamboundistes – plusieurs autres mouvements, comme l’Alliance nationale de Bâtisseurs (ANB) de Séraphin Ndaot Rembogo, le Rassemblement national des Bûcherons (RNB) de Pierre André Kombila, le Parti socialiste gabonais (PSG) d’Adrien Mboumb King, mais aussi l’Union pour la nouvelle république (UPNR) de Louis Gaston Mayila. Mamboundou, qui prédit depuis vingt ans le grand soir du bongoïsme, est persuadé que son heure est venue.  


SUR LE MÊME SUJET
Que retenir du meeting des opposants ?
Tous les leaders de l’Opposition gabonaise étaient présents samedi dernier au meeting tenu à la place dite de Tolérance au quartier Rio dans le 3ème Arrondissement de Libreville, pour mobiliser leur base sur leur slogan du moment : « pas de biométrie, pas d’élection ». A constaté un journaliste d’Infos Gabon. Les leaders de la société civile dite libre se sont joints à l’Opposition au cours de ce meeting qui n’a pas mobilisé un grand monde. « Pas de biométrie, pas d’élection », ont clamé tour à tour Jules Bourdès Ogouliguendé (CDJ), Paulette Oyane (société civile), Thomas Ibinga (UPG), Zacharie Myboto ...
Lire l'article
Les opposants gabonais accusés de vouloir bloquer les chantiers de la CAN 2012
Le gouvernement gabonais a accusé, dans un communiqué rendu public à Libreville, les opposants gabonais de vouloir bloquer les chantiers en cours à Libreville dans la perspective de la 28ème Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football que le Gabon doit co-organiser avec la Guinée-Equatoriale en 2012. "Le gouvernement de la République constate qu’à plusieurs reprises, des personnalités politiques, sous prétexte de visiter les travaux en cours dans le cadre de la CAN, en profitent pour distiller des informations non fondées et, dans tous les cas, de nature à perturber le bon déroulement des travaux y relatifs", ...
Lire l'article
Des militants d'un "Collectif pour la libération du Gabon", soutenus par Jeudi Noir, ont pénétré lundi en début d'après-midi dans la cour d'un hôtel particulier à Paris, appartenant selon eux à l'Etat gabonais, pour dénoncer les "biens mal acquis" par le président Ali Bongo. Munis d'une échelle, trois militants gabonais ont escaladé un peu après 13h00 le mur d'enceinte tandis qu'une vingtaine de militants de Jeudi Noir et du collectif déployaient une banderole devant l'entrée du bâtiment, situé 51 rue de l'Université (VIIe), a constaté une journaliste de l'AFP. Les mots "Biens mal acquis, pouvoir mal acquis! Ali ben Bongo dégage!" étaient ...
Lire l'article
Des opposants gabonais, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août remportée par Ali Bongo, ont annoncé mercredi la création prochaine d'un "grand parti" rassemblant plusieurs formations et mouvances politiques. "Nous décidons solennellement de nous unir et d'unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur", ont déclaré devant la presse ces opposants réunis à Libreville. Ils n'ont cependant pas donné le nom de cette nouvelle formation ni précisé la date prévue pour sa création. Les fondateurs annoncés de ce parti sont les ex-candidats à la présidentielle André Mba ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a dénoncé de récentes déclarations des opposants André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong, qui contestent les résultats de l'élection présidentielle du 30 août, en indiquant qu'ils seront poursuivis en cas de "dérapages" après leurs propos. Le gouvernement "condamne avec la dernière énergie les déclarations et les intentions de MM. André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong", déclare le ministère de l'Intérieur dans un communiqué daté de vendredi et transmis samedi à l'AFP. Il les "met vigoureusement en garde et, avec eux, leurs confrères", ajoute-t-il, en allusion aux autres opposants contestant les résultats de la présidentielle remportée par Ali ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, a décrété le 9 septembre dernier une interdiction de quitter le territoire national pour les leaders politiques du pays en raison de l'enquête menée par les autorités sur les responsables des émeutes post-électorales de Port-Gentil. Paul Mba Abessole, candidat aligné derrière André Mba Obame à l'élection présidentielle du 30 août, a été le premier à faire les frais de cette mesure alors qu'il devait se rendre dans la soirée d'hier à Abidjan, en Côte d'Ivoire. © D.R. Tous les leaders politiques gabonais ont été ...
Lire l'article
Pour les opposants à Ali Bongo, l'espoir n'aura que peu duré. Après quarante-deux ans de règne d'Omar Bongo, beaucoup de Gabonais pensaient que la première élection après la mort de l'ancien leader serait l'occasion d'une changement à la tête de l'Etat. Ils ont vécu l'annonce des résultats favorables à Ali Ben Bongo comme un choc. Après des émeutes à Libreville et à Port-Gentil, le calme semble revenu dans le pays. Mardi, les concurrents d'Omar Bongo lors du scrutin ont tenu une conférence de presse commune pour demander un recompte des voix. Ils ont aussi prévu d'appeler à des "actions graduelles" pour ...
Lire l'article
Extrait (audio)d'un discours du Dictateur Gabonais sur ses opposants. Le despote à vie du Gabon menace ses opposants en les prévenant de ne jamais lui "pointer du doigt" car, lui, quand il voit un doigt pointé sur lui par un opposant, il devient féroce comme un chien et se met à mordre des doigts un peu partout comme un forcené. On voit maintenant pourquoi il manque des doigts à Mba Abessole et Pirerre Mamboundou. Bongo les leur a mordus, coupés, puis croqués avec ses canines. Ecoutez vous-mêmes et vous serez édifiés.
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a annoncé son intention d'interdire aux représentants de l'opposition de quitter le Gabon, dénonçant ceux qui vont "à l'extérieur pour dénigrer les gens, les insulter", a rapporté lundi l'agence de presse privée Gabonews. "On va demander à la France, au ministère de l'Intérieur (français) de nous donner la liste de tous ces Gabonais qui font des conférences de presse, qui sont déjà en campagne électorale, et nous allons leur refuser le droit de sortir du Gabon, advienne que pourra", a déclaré dimanche M. Bongo, cité par Gabonews, à son retour du sommet mondial des Nations ...
Lire l'article
Quel service français de renseignement a surveillé - sur ordre - les opposants gabonais du BDP à Paris lors de la visite du président Bongo, comme "à la belle époque"... ? Source: LC, N° 474 07/07/2005
Lire l'article
Que retenir du meeting des opposants ?
Les opposants gabonais accusés de vouloir bloquer les chantiers de la CAN 2012
Un immeuble de l’Etat gabonais à Paris occupé par des opposants
Gabon: des opposants annoncent la formation d’un “grand parti politique”
Gabon: les opposants poursuivis en cas de “dérapages”
Gabon : Ndongou caserne les opposants au pays
Au Gabon, la désillusion des opposants à Ali Bongo
Gabon: Omar Bongo, en chien furieux, mord et coupe les doigts de ses opposants
Les opposants bientôt interdits de sortie
Opposants gabonais sous surveillance à Paris


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*