Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: heurts lors d’une manifestation

Auteur/Source: · Date: 7 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Des incidents ont eu lieu aujourd’hui au Gabon lors de la dispersion d’une manifestation d’opposants interdite par les autorités, faisant plusieurs blessés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les incidents se sont produits lorsque les forces de l’ordre ont dispersé à Libreville plusieurs milliers d’opposants qui s’étaient rassemblés pour protester notamment contre le maintien au gouvernement d’Ali Ben Bongo (Défense), candidat à l’élection présidentielle du 30 août.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui ont répliqué par des jets de projectiles. Plusieurs blessés ont été dénombrés.

Hier, une coalition d’une dizaines de candidats à la présidentielle avait annoncé pour une marche afin de demander la démission d’Ali Ben Bongo.


SUR LE MÊME SUJET
Heurts entre étudiants et forces de l’ordre au Sénégal
Des affrontements ont opposé mercredi 1er février sur le campus de l'université publique à Dakar les forces de l'ordre à des étudiants protestant contre la mort la veille d'un des leurs lors de la dispersion d'un rassemblement de l'opposition par la police, a constaté un journaliste de l'AFP. Les incidents ont éclaté lorsqu'un groupe d'étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a voulu sortir du campus dans la matinée pour aller assister dans un hôpital voisin à la levée du corps du manifestant tué, étudiant en Lettres modernes, selon des témoins. Il est mort des suites de ses blessures après avoir ...
Lire l'article
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Les manifestants protestaient contre la candidature du président sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle de février. La contestation de la candidature à la présidentielle au Sénégal du président Abdoulaye Wade a été marquée lundi par de nouvelles violences avec deux morts à Podor (nord), à la veille d'un rassemblement à Dakar de l'opposition faisant craindre des débordements. Ces violences ont éclaté lors d'une manifestation de militants du Mouvement du 23 juin (M23), regroupant des partis d'opposition et organisations de la société civile contre la candidature de Wade, 85 ans, au pouvoir depuis douze ans, une candidature confirmée par le Conseil constitutionnel ...
Lire l'article
Incidents au Gabon, des blessés
Des incidents ont eu lieu aujourd'hui (2/02/2011) à Libreville dans les quartiers populaires de Nkembo et Cocotiers (nord-est) entre petits groupes de manifestants partisans du président autoproclamé André Mba Obame et des forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP. Plusieurs manifestants ont été blessés, d'après un membre de l'Union nationale, le parti d'André Mba Obame dissout jeudi par un arrété ministèriel. Selon une des organisatrices de la manifestation qui selon un témoin a rassemblé entre 100 et 500 personnes, la police a "empêché les manifestants de se regrouper en vue de marcher vers l'Assemblée nationale et nous avons cherché à ...
Lire l'article
La police gabonaise a dispersé à l'aide de gaz lacrymogènes une manifestation de quelque 5.000 partisans de l'opposition, samedi Libreville, et une vingtaine de personnes ont été blessées, ont rapporté des témoins. Il s'agit de la deuxième manifestation depuis qu'André Mba Obamé, dirigeant de l'opposition, s'est proclamé président, mardi, et a invité les Gabonais à s'inspirer de la révolution de jasmin qui, en Tunisie, a chassé l'ancien président Zine Ben Ali. Un policier a été violemment battu lors de heurts dans un bastion de l'opposition, à Libreville. Selon les témoins, les autres blessés ne souffrent que de blessures légères. Le Gabon connaît des ...
Lire l'article
Des affrontements violents ont opposé, hier, à Libreville, au Gabon, plusieurs milliers de manifestants aux forces de l'ordre. Ces heurts ont éclaté après la dispersion d'un rassemblement - interdit par les autorités - de plusieurs centaines d'opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense, Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30août. «Le Gabon n'est pas une monarchie. C'est le peuple qui doit décider. Ali, va-t-en», a lancé un étudiant. «L'ère du PDG (Ndlr: Parti démocratique gabonais fondé par le président Bongo) est révolu. L'ère du Parti des ...
Lire l'article
Des dizaines de Gabonais ont manifesté vendredi à Paris pour réclamer un processus électoral "transparent" et la démission du poste de ministre de la Défense d'Ali Bongo, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle du 30 août. Près de 70 manifestants étaient rassemblés à quelques centaines de mètres de l'ambassade de Gabon et brandissaient des pancartes": "Ali Ben Bongo, démission", "Non au vol de nos urnes", "Non à la fraude massive" ou encore "Le Gabon mérite la démocratie". "Nous voulons la transparence électorale. Cette fois-ci, les Gabonais ne veulent pas qu'on leur vole leurs urnes", a déclaré Yolande Bazegue, organisatrice ...
Lire l'article
Des affrontements violents ont opposé vendredi à Libreville plusieurs milliers de manifestants aux forces de l'ordre après la dispersion d'un rassemblement interdit par les autorités gabonaises, faisant plusieurs blessés, a constaté un journaliste de l'AFP. Ces heurts ont éclaté après la dispersion dans la matinée par les forces de l'ordre d'un rassemblement de plusieurs centaines d'opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30 août. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui ont répliqué par des jets ...
Lire l'article
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article
Un groupe de manifestants a dénoncé, jeudi soir, dans le centre de Paris, l'incarcération, à Libreville, au Gabon, de plusieurs responsables d'ONG accusés de "détention d'un document en vue de sa diffusion dans un but de propagande", a constaté sur place la PANA. Scandant des slogans hostiles au pouvoir gabonais et à "la françafrique", les manifestants ont déployé une banderole et simulé une arrestation, menottes aux poignets, devant un hôtel particulier, présumé appartenir au président Bongo. "Nous sommes ici pour dénoncer l'incarcération arbitraire de nos camarades gabonais et pour leur témoigner de notre solidarité. Le choix du lieu de notre manifestation n'est ...
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
Heurts entre étudiants et forces de l’ordre au Sénégal
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Incidents au Gabon, des blessés
Une manifestation dispersée par des gaz lacrymogènes au Gabon
Gabon: Violences lors d’une manifestation «anti-Ali Bongo»
Manifestation à Paris pour des élections “transparentes” au Gabon
Gabon: affrontements entre plusieurs milliers de manifestants et policiers
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
Manifestation contre la détention de dirigeants d’ONG au Gabon
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 2,33 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

10 Réponses à Gabon: heurts lors d’une manifestation

  1. PICON

    7 Août 2009 a 13:32

    du sannnng partout partout des larmes
    toujours mourrir quel triste sort??????
    mais nooouuuus prendront un jour nos armes!!!
    Soyons tous reunis et forts
    Soyoonnnnnnnnns tous reunis et forts

    tous debout il est temps en avant!!!!
    l’horizon est dejà tout en sang
    l’aube se lève mes freres
    soyons fidels à notre baniere
    taché du sang du sang des innocentttttttttttt
    taché du sang dèèèsssssssssssssss iiiiiinnnnoooooooccceeentttt

  2. papoun

    7 Août 2009 a 13:28

    je SUIS AGRÉABLEMENT SURPRIS PAS DE LA VIOLENCE MAIS DE LA VOLONTÉ DES GABONAIS

  3. LE JOUR DE GLOIRE

    7 Août 2009 a 13:11

    Honnêtement je ne sais pas quel est le rôle de Rose Francine ROGOMBE à la tête de ce pays !?

    Je ne comprends pas ce qui se passe dans la tête de cette dame. Elle est présidente de la République ou pion de la famille BONGO?
    De plus je ne sais pas pourquoi Laure Olga NGODJOUT s’oppose à la volonté du Peuple Gabonais de faire partit Ali BEN OBI du gouvernement.

    Et cette tortue de BIYOGHE MBA, je ne sais pas si vraiment il connait le rôle qu’il joue en tant que chef du gouvernement.

    Voilà un Gabon qui va partir en perdition parce que des bordelles personnes ( ALI, ROGOMBE, BIYOGHE, NGODJOUT, MBORANTSUO…) veulent que la guerre civile éclate dans ce pays…

    C’est pas bien grave mais sachons cette fois que les térroristes d’Ali ne gagnerons pas la bataille face au peuple GABONAIS.

    A bon entendeur

  4. le tsa tam

    7 Août 2009 a 10:02

    Salut pate,les gens de ton espèce méritez qu’on vous décapite en public.C’est vraiment décevant de dire à Ali de tabasser tes frères qui aspirent à la liberté.Si Ali était soutenu par le peuple,pourquoi ne démissionne -t-il pas vu qu’il compte sur le vote massif!Mon chère ami Ali est un dictateur et seuls les dictateurs comptent sur la fraude et l’armée pour prendre le pouvoir et c’est cas.CTon biaffrais n’a aucun projet de société car il n’a fait que rabacher celui de son père que nous savons calamiteux.Si tu veux savoir ceux des opposants va sur leurs sites différents et tu en sera édifié.

    Par ailleurs chers frères Gabonais,je vous invite vraiment à réfléchir sur le sort que nous réserve Ali Bongo et l’ensemble des PDGistes au lendemaain de la fraude:repressions et toutes formes de violences.

    Vous savez à peu près à quoi nous attendre de ce biaffrais.Cet animal, pour parler comme Mengara, prouve qu’il n’a rien à proposer aux gabonais.Donc arrêtons de le soutenir.IL veut prendre le pouvoir pour protéger ses propres interêts et mater le peuple en cas de contrariété à ses actions.

    C’est maintenant que nous devons nous battre pour arracher notre liberté car demain ce serait trop tard.S’il faut faire la Guerre nous la ferons!La dictarure de la famille Bongo doit être stoppée meme au prix de nos vies.

  5. Raid

    7 Août 2009 a 09:12

    Même son projet de société,on n’en veut pas.Le Gabon n’est pas une monarchie.TOUT SAUF ALI.

  6. ovono

    7 Août 2009 a 09:06

    A M.Pate,
    peux-tu nous présenter s’il te plaît le projet de société de ton candidat Ali?
    Merci

  7. pate

    7 Août 2009 a 08:53

    ali gagnera ces elections parce que il a soutient des populations sur toute l’étendue du territoire , alors que les fameux opposant font dans l’agitation parce que ils n’ont rien à ^proposé au gabonais vive ali ben , les opposant doivent savoir que desormais il y plus de cadeau!

  8. Bhenen

    7 Août 2009 a 08:32

    Que pense notre nouveau president de la République, Rose Rogombé, des agissements des forces de l’ordre ? C’est elle, de par sa fonction présidentielle, qui est le nouveau commandant en Chef des forces de défense et de sécurité.

    Et notre “primaturé” Bityoghe bi Mba se contente t’il, tout simplement, du titre comme ses prédecesseurs ? Les prérogatives du Président de la république et celles du Premier Ministre sont au dessus de celles de tous les ministres du gouvernement!

    Rogombe-Biyoghe bi Mba, ne nous racontez pas des histoires, dites nous clairement qui gouverne réellement le pays de vous trois ( Rogombe, Biyoghe bi Mba et Ali Bongo ? )…

  9. gabonouveau

    7 Août 2009 a 07:58

    L’histoire de ce pays se fera sans Ali, qu’il le veuille ou pas. Il doit savoir que les urnes ne parlerons pas en sa faveur, parce que personne ne veut de lui…. Si c’est dure d’accepter le réalité, il faudrait qu’il sache qu’il trouvera en face de lui des gabonais comme moi. Car, le peuple est le seul souverain et aucune force ni loge ni armé n’est au-dessus de la soif que nous ressentons de jouir enfin de notre liberté. s’il tient a vivre au gabon, qu’il s’apprête à mener une carrière d’opposant. Car, la balle est maintenant dans notre camp.

  10. lapanthere

    7 Août 2009 a 07:10

    eh ça commence bien!!!
    vivement qu’il n’y ait pas eu de morts!
    c pathétique, gabonais, vous voyez maintenant comment votre Ali Ben va diriger le pays???
    je ne comprends même pas comt on peut encore soutenir ce individu koi mis à part l’argent qui rend aveugle!
    il n’a qu’à rester ds son ministère de la défense mais nous allons te sanctionner pas les urnes uniquement et ce jour là, si vous tripatouillez les résultats comme d’habitude, vous allez tuer tt le peuple gabonais et je vais voir qui tu gouvernement!!! enfin tu appelleras tes freres nigérian pour venir remplir le pays!!! mais du vivant du peuple gabonais, tu ne seras jamais président toi Ali Geffrey Obi de ton vrai nom!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*