- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Vidéo : Le Dr. Daniel Mengara appelle à la permanence de la résistance, demande le départ en exil d’Ali Bongo Ondimba

Dans un discours vidéo  publié sur le site du mouvement « Bongo Doit Partir » en soutien aux manifestants qui se sont jetés dans la rue à l’appel des candidats à l’élection présidentielle, le Dr. Daniel Mengara a appelé à la permanence de la résistance et au départ en exil d’Ali Bongo Ondimba.


Chers compatriotes,

Inutile de vous dire que l’heure est grave. La répression policière commanditée par Ali Bongo contre le peuple gabonais lors des manifestations pourtant pacifiques de ce vendredi 7 août 2009, est le signe que le changement que les Gabonais attendent ne viendra pas tout seul.

Quand, le 20 juin 2009, j’annonçai ma candidature à la présidence de la République pour le compte de l’élection anticipée de cette année suite au décès d’Omar Bongo, j’avais clairement dit aux Gabonais qu’il ne fallait pas se leurrer, que le changement ne viendra pas de lui-même, que les Gabonais doivent se préparer à la lutte et au sacrifice pour obtenir ce changement.

J’avais, à cette occasion, dit que nous ne devions pas nous voiler la face ou nous cacher de la réalité, qu’il n’y avait pas mille manières de changer le Gabon, mais seulement trois. Je répète : j’avais dit qu’il  n’y avait que trois manières de changer le Gabon.

Parmi ces trois voies pour le changement, j’avais dit qu’il n’y en avait qu’une seule qui était pacifique et non violente et deux qui étaient violentes : j’avais dit que la seule manière pour le Gabon de changer dans la paix la plus totale consistait pour le régime Bongo de tout simplement décider, par lui-même, d’abandonner le pouvoir sans y être forcé. Et pour qu’une telle chose se passe, il fallait que ce régime, de par lui-même, décide soit d’organiser des élections entièrement transparentes qu’il perdrait naturellement, puisque, tout le monde le sait, il ne peut pas gagner des élections transparentes au Gabon, soit que les membres de ce régime se réveillent TOUS un beau matin, transfigurés par la grâce divine, pour dire aux Gabonais qu’ils sont fatigués, qu’ils reconnaissent qu’ils ne peuvent plus rien faire pour le Gabon, et qu’ils ont décidé de tout simplement abandonner le pouvoir. Cela, j’avais appelé cela l’hypothèse du miracle car vous conviendrez avec moi que cela relèverait du miracle divin. On aurait du mal à voir ce régime abandonner de lui-même le pouvoir sans y être forcé.

La preuve, voilà une simple marche pacifique de l’opposition qui a été réprimée ce vendredi 7 août 2009 tout simplement parce que la famille Bongo pense que le Gabon lui appartient et qu’elle est prête à tuer les Gabonais pour se maintenir au pouvoir ad vitam aeternam. Voilà pourquoi, quand j’ai toujours parlé de violence, les gens m’ont qualifié de violent alors que tout ce que j’essayais de faire, c’est faire comprendra aux Gabonais que le changement dans la violence est OBLIGATOIRE au Gabon, qu’on le veuille ou pas. Cette violence n’a rien à voir avec moi ou le BDP : elle est obligatoire parce que c’est la seule voie. La preuve : les candidats à la présidence, pour éviter la violence, ont appelé le peuple à une simple marche pacifique pour demander la démission d’Ali Bongo du gouvernement, et voilà : la répression leur est tombée dessus alors qu’ils n’avaient pas appelé à la violence.

Voilà pourquoi, depuis 11 ans, je ne cesse de dire aux Gabonais que le changement ne viendra pas par le bon vouloir du régime. Il faudra forcer ce régime à la porte. Il ne faut donc pas se leurrer.

Je tiens donc tout de suite à saluer, au préalable, le courage des leaders politiques gabonais, Pierre Mamboundou, Paul Mba Abessole, Jules Bourdès Ogouligiendé et tous les autres, qui ont appelé le peuple à cette manifestation, manifestation pacifique qui nous a donné à tous la preuve ultime de ce qu’Ali Bongo prépare à ce pays, c’est-à-dire, une dictature pire que celle de son père. Vu qu’Ali Bongo sait très bien qu’il ne peut gagner une élection transparente au Gabon, ni se maintenir au pouvoir par l’amour des Gabonais qui l’ont vomi comme ils ont vomi son père, il n’a que trois solutions pour gouverner : la fraude pour arriver au pouvoir, l’armée pour se maintenir au pouvoir, et le kidnapping et la corruption de ses adversaires politiques pour acheter le pouvoir, ce qui veut dire que comme son père, il passera son temps à corrompre, détourner, violer, voler, assassiner, pour pouvoir rester au pouvoir. Ce sera donc encore 40 ans de la même chose, 40 ans de sous développement et de génocide. Cela, nous ne devons plus l’accepter. Plus jamais. Plus maintenant. Pas cette fois.

A mes frères aînés ou petits frères de l’opposition, j’ai tout de même un message. Certes, je regrette hautement qu’un mauvais concours de circonstances m’ait éloigné du Gabon au moment même où commence cette lutte que j’espère finale pour la liberté. Je n’ai pas pu être avec vous parce que, initialement, au vu des délais très courts qui avaient été donnés dans un calendrier électoral que l’on n’a communiqué aux Gabonais qu’au dernier moment, et ceci dans le but de favoriser la fraude électorale, j’étais allé au Gabon juste pour une durée d’une semaine pour à la fois me recueillir sur la tombe de ma mère et valider ma candidature. Mon retour aux USA était déjà prévu pour le 27 juillet dans le cadre de mon calendrier de préparation. Autrement dit, après le rejet de ma candidature par la CENAP le 23 juillet, j’avais déposé, le 24 juillet, un recours auprès de la Cour constitutionnelle pour la validation de ma candidature. Parce que, par naïveté sans doute, j’étais tellement confiant que la Cour constitutionnelle me rétablirait dans mon droit à la candidature, je suis rentré aux Etats-Unis le 27 juillet dans le but de venir tout simplement me préparer une bonne fois pour un retour en force au Gabon où je comptais battre campagne en tant que 24e candidat retenu pour l’élection anticipée. Je ne me doutais pas alors que le 31 juillet, la Cour constitutionnelle rendrait une décision hautement politique et arbitraire pour m’écarter coûte que coûte de la course à la présidence, sans doute sur ordre express d’un Ali Bongo qui a décidé de se comporter en véritable vandale de la politique gabonaise pour m’écarter avec la complicité de sa belle-mère Mborantsuo, et ceci après m’avoir kidnappé de l’aéroport le 20 juillet à mon arrivée au Gabon pour m’emmener à la chambre 256 du Ré Ndama aux fins de me forcer à le rencontrer. Heureusement que j’ai pu échapper à ce traquenard grâce à ma famille qui m’a sorti de l’hôtel à 4 heures du matin par les sous-sols. C’est, hélas, à cause de ce mauvais concours de circonstances que je suis actuellement aux Etats-Unis au moment même où commence, je l’espère, un mouvement de revendication politique qui, à mon avis, ne devrait s’arrêter qu’avec l’évincement d’Ali Bongo du gouvernement et son départ en exil.

A mes courageux frères de l’opposition, Pierre Mamboundou, Paul Mba Abessole, Jules Bourdes Ogouliguendé, et tous les autres, et à tous les états-majors de campagne de tous les candidats, je lance l’appel suivant.

C’est maintenant ou jamais, mes frères. Profitons de ce moment exceptionnel d’unité et de symbiose avec un peuple révolté pour comprendre que c’est maintenant ou jamais qu’il faut oser le changement. Maintenant que le peuple gabonais est debout et prêt, ne le calmons plus, ne lui demandons plus de repartir à la maison, ne le démobilisons plus comme nous l’avons fait par le passé. Au contraire, mobilisons-le un peu plus pour que cette manifestation qui a commencé ne s’arrête qu’avec le départ en exil d’Ali Bongo.

Apprenons les leçons de l’histoire, mes frères.

Notre pays a, depuis 20 ans, souffert d’une classe politique qui a toujours voulu faire les choses à moitié. A la conférence nationale, on a laissé Omar Bongo garder tous les pouvoirs de dictature et on a oublié de rendre la conférence nationale souveraine pour forcer Omar Bongo au départ. Après la mort par assassinat politique du martyr gabonais Joseph Rendjambé en 1990, alors que les Gabonais étaient dans la rue et prêts à en finir avec le régime Bongo, la classe politique a voulu calmer le jeu et Bongo a encore échappé à l’évincement. Lors des élections présidentielles de 1993, alors que Bongo avait perdu ces élections faces à Mba Abessole, ce sont encore les leaders politiques du Gabon, du régime comme de l’opposition, qui ont calmé les populations, les privant par la même occasion de l’opportunité d’en finir. Aux accords de Paris, on a encore laissé Bongo dicter le jeu en imposant sa paix et non celle des Gabonais. Ne parlons même pas de la trêve sociale qui a immobilisé le pays dans la passivité généralisée au moment même où il fallait à la société civile et politique le courage d’exiger le départ des incompétents qui, eux, continuaient à piller le pays.

Et nous voilà en 2009 avec une population qui en a marre et qui veut dire, plus jamais les Bongo. Plus maintenant, pas cette fois. Allons-nous laisser cette occasion se perdre également ? Allons-nous laisser Ali Bongo prendre en otage le Gabon en renvoyant encore une fois les Gabonais révoltés chez eux ?

Dans ma lettre à mon grand frère et aîné de l’opposition Pierre Mamboundou le 3 juillet dernier, je disais à mon frère que la seule manière de gagner ce combat pour les Gabonais, au jour d’aujourd’hui, consistait, pour la véritable opposition, à laisser de côté les querelles de leadership tournant autour de qui sera le candidat unique de l’opposition, pour se consacrer plutôt, au préalable, à la clarification, une bonne fois pour toutes, des règles du jeu démocratique dans notre pays, clarification sans laquelle aucune élection ne vaudrait la peine d’être tenue au Gabon.

Cette clarification imposait donc que l’opposition s’unisse autour de ce que j’ai appelé une « Plateforme de la transparence » qui contiendrait en elle une batterie de revendications et d’exigences à imposer au régime. Et qu’il fallait, dès lors, dire au régime d’accepter d’appliquer ces exigences à la lettre, sans quoi, l’opposition s’organiserait pour rendre le pays ingouvernable et même, utiliser la force de la rue pour imposer cette réforme, et si nécessaire, chasser du pouvoir les récalcitrants qui se refuseraient à la démocratie.

Ceci parce que je continue à penser que ce n’est pas par les urnes que le changement arrivera au Gabon, mais par la rue. Je ne dis pas cela parce que ma candidature a été rejetée. Bien au contraire. Toute la raison d’être de ma candidature tournait autour d’une stratégie qui me faisait utiliser la tribune et la protection politique que m’offrait cette candidature pour pouvoir dire librement aux Gabonais, justement, que la seule manière de libérer le Gabon du bongoïsme consistait à tout simplement bloquer la transition tronquée et bâclée qu’Ali Bongo, Rose Rogombé et Madeleine Mborantsuo nous ont concoctée, et mener le pays à une insurrection en bonne et due forme pour imposer la démocratie. Tel était mon objectif en me déclarant candidat car je sais que le Gabon ne changera pas autrement. Les urnes sont un leurre et toute personne qui vous dira qu’il suffit de participer à une élection perdue d’avance pour la gagner vous ment. Participer à cette élection sera une validation de la fraude d’Ali. Il faut donc tout bloquer et ne pas tenir d’élection sans passer par une transition digne de ce nom.

Que ceux qui croient que le changement dans la paix ou par les urnes est possible au Gabon se détrompent. Le régime Bongo ne laissera pas le pouvoir sans y être forcé, et il ne permettra pas d’élections transparentes sans y être obligé. Comme vous l’avez-vu, ce vendredi 7 août, même quand l’opposition tenterait une marche pacifique, la violence lui tombera toujours dessus parce qu’Ali Bongo et le régime bongoïste ne veulent pas se plier aux exigences de la démocratie.

Il faut donc que l’opposition s’organise et s’unisse urgemment autour d’une plateforme de la transparence et qu’elle ne fasse plus les choses à moitié.

Ne plus faire les choses de moitié c’est tout simplement profiter de ce moment où les Gabonais ont recommencé à exprimer leurs ras-le-bol pour obtenir du régime son abdication totale. Et pour que cette abdication totale soit obtenue, la plateforme de la transparence qui doit unir l’opposition doit contenir, au minimum, les exigences suivantes qui sont non négociables et inconditionnelles :

1) L’opposition unie doit se fixer comme objectif ce que j’appelle l’ « objectif 50.000 », c’est-à-dire ne pas laisser retomber la fièvre de la manifestation commencée aujourd’hui vendredi 7 juillet. Au contraire, il faut l’attiser et faire passer le message partout au Gabon que la manifestation commencée aujourd’hui à Libreville à Rio est permanente, que les Gabonais doivent se regrouper en permanence à Rio dans un sit-in sans fin et se relayer là pendant une semaine, un mois s’il le faut, et continuer à s’y assembler jusqu’à atteindre le nombre minimum de 50.000 manifestants qui, par leur masse ainsi assemblée, vont devenir le point d’impact par lequel le peuple va demander l’abdication du régime en place.

2) Cette abdication doit inclure les exigences suivantes :

– Exiger la sortie d’Ali Bongo et de sa sœur Pascaline des arcanes de l’Etat, y compris les vider du palais du bord de mer où ils continuent à se comporter en maîtres absolus.

– Exiger d’Ali Bongo qu’il quitte immédiatement le pays pour un exil de 6 mois à un an, dont la durée dépendra tout simplement du temps que cela prendra pour organiser une transition démocratique qui va préparer des élections transparentes une bonne fois pour toutes au Gabon en son absence. Il pourra revenir au Gabon suite à la transition et se présenter à l’élection s’il le veut, mais au moins le contexte sera démocratique. Cet homme Ali, comme son père, est trop nocif pour le pays et ne pourra que causer la division et la guerre civile de par sa simple présence machiavélique. Qu’il aille donc se reposer quelque part en France, et ne revienne que quand les Gabonais auront mis en place un système démocratique et préparé le vote dans des conditions qui verront la venue au pouvoir de celui que les Gabonais voudront bien choisir, librement et démocratiquement. S’ils choisissent librement Ali Bongo, on acceptera. Mais s’ils élisent quelqu’un d’autre comme on le pressent, qu’Ali ait le courage de l’accepter aussi.

– Exiger la démission de Rose Rogombé qui n’a pas joué son rôle de garante des institutions de la République. Non seulement elle n’a pas respecté les règles de la transition telles que stipulées dans la constitution, elle a également été incapable de favoriser une transition démocratique dans la neutralité, ce qui était pourtant son rôle en tant que Présidente intérimaire dont la tâche première était d’organiser les élections. Elle s’est donc disqualifiée de cette responsabilité..

– Exiger la démission de tous les membres de la Cour constitutionnelle actuelle et leur remplacement par des hommes et des femmes neutres  capable de dire la loi au lieu de faire de la politique.

3) Au niveau des ambassades et des représentations diplomatiques du Gabon dans le monde, les Gabonais de la Diapsora doivent également se mobiliser pour occuper, en permanence, les locaux de leurs ambassades jusqu’à ce qu’Ali Bongo et sa sœur Pascaline partent pour un  en exil temporaire en France. Ils doivent aussi organiser des veilles et des vigiles permanentes dans leurs villes jusqu’à ce qu’Ali Bongo parte en exil.

4) Mais surtout, surtout, surtout, l’opposition doit avoir, au centre de sa revendication, les exigences de transparence suivantes :

– Mise en place d’une transition de 6 mois à un an en vue de la préparation sérieuse et non bâclée, des élections ; cela veut dire défaire tout ce que Rogombé, Ali Bongo et Mborantsuo ont manigancé comme chaos électoral et reprendre à zéro la transition démocratique sur fond de réforme.

– Mise en place d’un gouvernement de transition inclusif de toutes les tendances de la société politique et de la société civile, gouvernement qui durera 6 mois à un an, et dont le rôle sera de mener à bien la révision de la Constitution et la réforme des institutions en vue de l’organisation d’une élection transparente et démocratique en collaboration avec l’ONU, et l’établissement au Gabon d’une démocratie durable. Même s’il faut passer par une seconde conférence nationale et un référendum pour valider la révision de la Constitution, il faut le faire. Vaut mieux perdre du temps et faire les choses bien et une bonne fois pour toutes que de bâcler l’avenir du pays encore une fois.

– Faire appel à l’ONU pour que, pendant toute la période de la transition, l’ONU nous aide à organiser des élections crédibles dans un processus qui inclura non seulement le recensement général de la population, mais aussi l’établissement de listes électorales nouvelles et fiables à base biométrique, tout en laissant des délais d’inscription suffisants aux Gabonais.

Voilà, mes chers compatriotes, le combat qui, aujourd’hui, doit guider les Gabonais. Faire encore les choses à moitié, laisser encore la famille Bongo imposer sa volonté à toute une nation, est inadmissible.

J’appelle donc tous les leaders de l’opposition, et ceux du régime en place qui en ont assez du blocage permanent du Gabon par la même famille et les mêmes personnes, de s’activer pour que nous mettions fin tout de suite aux rêves de monarchie d’Ali Bongo et que, forts du soutien du peuple gabonais, nous établissions, une bonne fois pour toutes, la démocratie dans notre pays.

Je reviendrai très bientôt au Gabon me joindre à cette lutte finale contre le bongoïsme et me battre aux côtés du peuple gabonais en vue de la fin de la dictature et l’arrêt de la monarchisation au Gabon. Grâce à l’ « objectif 100.000 », nous dirons aux bongoïstes réfractaires que jamais plus nous n’accepterons la dictature des Bongo au Gabon. Plus jamais. Plus maintenant. Pas cette fois.

Vive le peuple gabonais uni et fort dans la solidarité.

Vive le Gabon libre.

Je vous remercie.

Fait le 7 août 2009 à West Orange, New Jersey, USA

Dr. Daniel Mengara

Président

BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216 TCB

West Orange, NJ 07052

Tél./Fax : +1. 973-447-9763


SUR LE MÊME SUJET
Le Dr. Daniel Mengara annonce la naissance du parti politique BDP-MODWOAM (+ Vidéo)
C'est sur les ondes de l'émission "Le Dr. Mouketou reçoit" annimée par le Dr. Jean-Aimé Mouketou sur le "Jacques Roger Show" que le Dr. Daniel Mengara a annoncé non seulement la transformation du mouvement activiste "Bongo Doit Partir" en parti politique. Le mouvement s'appellera désormais "Bongo Doit Partir - Mouvement des Descendants de Wongo, Okweret, Akoma Mba et Mumbina", en abrégé BDP-MODWOAM. Le Dr. Daniel Mengara a également révélé son intention de se porter candidat à l'élection présidentielle de 2016 si Ali Bongo survivait au pouvoir jusqu'à cette époque. Le nouveau parti tiendra son Premier congrès à Libreville en décembre ...
Lire l'article [1]
Communiqué: Le Dr. Daniel Mengara appelle Hillary Clinton à ne pas recevoir Ali Bongo Ondimba
Dans une lettre à Hillary Clinton diffusée ce dimanche 7 mars 2010, le Dr. Daniel Mengara, Président du mouvement "Bongo Doit Partir", appelle la secrétaire d'Etat américaine à ne pas rencontrer Ali Bongo Ondimnba lors de la visite du dictateur gabonais aux Etats-Unis depuis vendredi. Communiqué de presse pour diffusion immédiate Ci-dessous la lettre en anglais du Dr. Daniel Mengara. La version PDF est disponible ce lien.   BONGO DOIT PARTIR Office of the President   Hillary Rodham Clinton Secretary of State U.S. Department of State 2201 C Street NW Washington, DC 20520 Sunday, March 7, 2010 Re: Urgent Call to Cancel Meeting with Ali Bongo Ondimba Dear Mrs. Secretary of State: Having become ...
Lire l'article [2]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [3]
Ci-dessous, la lettre que Daniel Mengara fera parvenir aujourd'hui aux camps des deux candidats André Mba Obame et Pierre Mamboundou. Dans cette lettre, le leader du mouvement "Bongo Doit Patir" appelle à la mise en place d'un Comié de Crise Commun en vue de la Résistance Permanente. BONGO DOIT PARTIR Bureau du Président A Messieurs André Mba Obame et Pierre Mamboundou, Chers compatriotes, Tout en condamnant l'agression physique du régime Bongo contre vos personnes et contre le peuple gabonais, et tout en vous signifiant à tous les deux ma solidarité, je me permets aujourd'hui de vous interpeller au sens du devoir. Vu que c'est en vous ...
Lire l'article [4]
Avis du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : Du rejet de ma candidature par la Cour constitutionnelle  – Leçons, Perspectives et Appel à la Résistance
Mesdames et Messieurs, chers compatriotes. Comme vous le savez ou le soupçonnez sans doute déjà, la Cour constitutionnelle gabonaise a rejeté par une décision rendue ce week-end le recours que j'avais déposé en vue de la réhabilitation de ma candidature. Cette décision est survenue alors que, confiant d'avoir gain de cause dans le processus de recours engagé, j'étais revenu auxEtats-Unis me préparer pour un retour en force au Gabon en vue de la campagne électorale. C'est donc par la plus grosse des déceptions que j'ai appris le rejet par la Cour constitutionnelle de mon recours en vue de la réhabilitation de ma ...
Lire l'article [5]
BDP Gabon Nouveau: La vidéo vérité du meeting Daniel Mengara – Mike Jocktane aux Etats-Unis le 27 septembre 2007
La présente vidéo fournit la preuve de ce qui s’est passé lors de la rencontre entre Mike Jocktane, évêque gabonais, et le Dr. Daniel Mengara, leader du BDP-Gabon Nouveau, au New Jersey le 27 septembre 2007. L’on se souviendra que c’est le 17 septembre 2007 que la représentation nationale du BDP-Gabon Nouveau au Gabon avait reçu, de la part des ministres Ali Bongo et André Mba Obame, une invitation du régime au Dr. Daniel Mengara à rencontrer Omar Bongo lors de son séjour à New York à l’occasion de la 62ème session de l’Assemblée générale de des Nations Unies du ...
Lire l'article [6]
Partie 1: Allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara, conférence de presse du BDP-Gabon Nouveau du samedi 17 novembre 2007. Le Président du BDP-Gabon Nouveau s'explique sur les faits relatifs au récent voyage des membres de la Coordination nationale du BDP à New York et sur son refus de rencontrer Omar Bongo lors de son dernier voyage à New York en septembre dernier. Voici l'allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara, ainsi que le texte approximatif de l'allocution. Cette vidéo a été projetée devant journalistes et militants lors de la conférence de presse. Pour Voir la Deuxième Partie de la Vidéo, cliquez ...
Lire l'article [7]
Allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara, conférence de presse du BDP-Gabon Nouveau du samedi 17 novembre 2007. Le Président du BDP-Gabon Nouveau s'explique sur les faits relatifs au récent voyage des membres de la Coordination nationale du BDP à New York et sur son refus de rencontrer Omar Bongo lors de son dernier voyage à New York en septembre dernier. Voici l'allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara, ainsi que le texte approximatif de l'allocution. Cette vidéo a été projetée devant journalistes et militants lors de la conférence de presse. Pour voir la Première partie de la vidéo et lire la version ...
Lire l'article [8]
Document important à lire absolument et à distribuer de toute urgence aux Gabonais de l'étranger comme à ceux de l'intérieur.  Si vous préférez imprimer la version PDF de ce document, pour une lecture plus élégante et plus claire, cliquez ici. Vous pouvez visualiser ou imprimer le schéma du modèle organisationnel des cellules clandestines en cliquant ici pour le PDF ou sur ce lien pour la version image. Prière de faire passer ce message partout où besoin sera. Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau Dr. Daniel Mengara Président BDP-Gabon Nouveau (Montclair, 17 juillet 2006) De nombreux compatriotes et patriotes se posent sans doute la question de savoir ...
Lire l'article [9]
-------------------------------------------------------------------------------- Discours de v?ux à la nation du Dr. Daniel Mengara, Premier ministre du gouvernement gabonais de salut national en exil, Coordonnateur du BDP-Gabon Nouveau Gabonais, Gabonaises. Je me permets, en ce nouvel an, de vous souhaiter la bonne année, avec l'espoir que la destinée qui nous est commune en tant que Gabonais nous mènera à des horizons plus sereins, faits de santé, de bien-être et de progrès pour tous, non seulement pour 2005, mais également pour les années à venir. Chers compatriotes, Que vous dire de plus' Omar Bongo dans son discours de voeux du nouvel an vient encore une fois d'avouer non seulement ...
Lire l'article [10]
Le Dr. Daniel Mengara annonce la naissance du parti politique BDP-MODWOAM (+ Vidéo)
Communiqué: Le Dr. Daniel Mengara appelle Hillary Clinton à ne pas recevoir Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon – Communiqué / Elections: Le Dr. Daniel Mengara propose aux candidats la mise en place d’un Comité de Crise Commun en vue de la
Avis du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : Du rejet de ma candidature par la Cour constitutionnelle – Leçons, Perspectives et Appel à la
BDP Gabon Nouveau: La vidéo vérité du meeting Daniel Mengara – Mike Jocktane aux Etats-Unis le 27 septembre 2007
Allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara: conférence de presse du BDP-Gabon Nouveau du samedi 17 novembre 2007 (Partie 1)
Allocution vidéo du Dr. Daniel Mengara: conférence de presse du BDP-Gabon Nouveau du samedi 17 novembre 2007 (Partie 2)
Points forts de la résistance: Réflexions personnelles du Dr. Daniel Mengara sur la lutte de libération nationale du BDP-Gabon Nouveau
Discours de veux à la nation du Dr. Daniel Mengara, Premier ministre du gouvernement gabonais de salut national en exil, Coordonnateur du BDP-Gabon Nouveau
47 Comments (Open | Close)

47 Comments To "Vidéo : Le Dr. Daniel Mengara appelle à la permanence de la résistance, demande le départ en exil d’Ali Bongo Ondimba"

#1 Comment By wanshitong On 7 Août 2009 @ 19:31

There we go! Il est VRAIMENT temps MAINTENANT que l’OPPOSITION politique (reelle) Gabonaise s’UNISSE et se REGROUPE une BONNE FOIS POUR TOUTES autour d’un MEME catalogue de revendications pouvant nous mener a une TRANSITION POLITIQUE digne de ce nom.

J’espere (maintenant) que les LEADERS de “notre” O si “grande” Opposition comprendront que c’est SEULEMENT ENSEMBLE que l’on sera plus FORTS – mettant les EGOS et les ambitions politiques (comme en ce jour du 7 aout 2009) de tout un chacun de cote – et que c’est SEULEMENT ENSEMBLE que l’on pourra (enfin) atteindre ce que nous attendons depuis maintenant plus d’une quarantaine d’annees, a savoir: la DESINTEGRATION T-O-T-A-L-E du “Bongoisme” et de TOUTES ses ARCANES et RAMIFICATIONS.

“Plus Jamais. Plus Maintenant. Pas Cette Fois”!

“Bongo Doit Partir” du Gouvernement,
“Bongo Doit Partir” du Gabon,
“Bongo Doit Partir” en exile loin du Gabon.

Da zhaohu,

Wànshìtong

#2 Comment By moukadi On 8 Août 2009 @ 00:18

vraiment c’est le moment de mettre fin au système bongo car j’ai mal a la place de nos frères et j’aimerai être au pays pour combattre contre le parti au pouvoir l’heure n’est plus aux faces caché mais aux actes pour moi je suis prêt a être sur le terrain a Libreville oh mon Gabon combien de fois tu souffre avec toutes c richesses pitié de nous mais on doit exilé cet enfant bongo loin du Gabon avec sa sœur

#3 Comment By Le revolutionnaire On 8 Août 2009 @ 00:37

c`est pathetique que les gens condamnent les manifestations qui ont lieu au Gabon. C`est un cri d`alerte que je lance aux Pays Freres et Amis. Le President Bong qui a fait 42 ans de pouvoir est mort en laissant le Gabon dans un niveau de sous developpement inimaginable. malgres les fortes richesses dont est dote ce pays, c`est la misere totale pas de routes, pas d`electricite, pas d`eau ,ecoles , hopitaux ya pas.
Apres sa mort nous avons eu un espoir de changement, de developpement, de prosperite.
Mais son fils Ali Bongo veut prendre le pouvoir par la force. Pas d`election libre et transparente.Nous ne voulons pas de cela .Nous souhaitons la democratie, la paix .
Rester sans rien dire c`est soutenir la dictature. comment concevoir que meme a Librville la capitale des gens n`ont pas ecces a l`eau potable et a l`electricite!!!!!!
comment pouvez-vous soutenir un gouvernement corrompu qui ne pratique pas la democratie, la justice l`equite? vous desavouez les manifestations parce que vous ne savez pas dans quelle misere on vit au Gabon!!! tous ces pays occidents on connu des revolutions pour leurs libertes, justice nous aussi on en veut au Gabon. Manifeste votre soutien pour plus de democratie sinon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
restons et ferme dans le combat pour un Gabon liberte, justice. ou on ne verra plus des images des Gabonais entrain de deterrer de la viande avariee pour ce nourir.

#4 Comment By PICON On 8 Août 2009 @ 02:03

CokTailMolotov = bouteille de coca +sable + essence + petit bout de tissu

svp apprenez tous à le fabriquer pour la prochaine manifestation.ET appelé le svp: PICON

Melanger le sable et l’essence dans une bouteille de coca cola,y mettre un petit tissus servant de meche,allumez et larguer comme une grenade aux policiers et gendarmes qui nous attaque.

FAITES CIRCULER CE MESSAGE SVP
DEPUIS HIER J’AI INTRODUIT CE MESSAGE
LES PEDGISTES SE SOUVIENDRONT DE PICON

#5 Comment By Boulambou On 8 Août 2009 @ 02:12

Moi je n’attendais que ça.Le retour de Daniel Mengara au Gabon.Puisque Ali Ben le craint car il donnera des ordre franc et stricte aux militants. On a besoin de vous monsieur le président, le Gabon a besoin de vous pour rentrer dans un début d’alternance politique.Le Gabon a besoin de vos stratégie et de vos convictions pour sa libération.

#6 Comment By yves On 8 Août 2009 @ 02:19

JE DEMANDE A TOUT LE MONDE NE PLUS ALLER SUR LE SITE GABONEWS. C’EST DES VENDUS. LE SITE DE LAURE GONDJOUT LA. ILS FONT LA CAMPAGNE D’ALI BEN ET NE PARLENT PRESQUE PAS DES REVENDICATIONS DE L’OPPOSITION.QUAND ILS EN PARLENT UN PEU, ILS NE MENTIONNENT PAS LES POINTS IMPORTANTS.DES JOURNALISTES VEREUX DES VRAIS PLAIES. LE SEUL EN CE MOMENT C’EST GABONECO QUI RELATE UN PEU MIEUX CE QUI SE PASSE AU GABON EN TOUTE IMPARTIALITÉ.
N’ALLEZ PLUS SUR GABONEWS.

#7 Comment By PICON On 8 Août 2009 @ 03:13

yves,

Moi,je n’y met jamais pied

#8 Comment By BagDad On 8 Août 2009 @ 03:46

Cocktail Molotov

Principe de fonctionnement (wikipédia)

La bouteille en verre est partiellement remplie de liquide inflammable, habituellement essence ou alcool (généralement méthanol ou éthanol). L’embout de la bouteille est bouché par le haut avec un bouchon hermétique (essentiellement liège ou caoutchouc). Un morceau de tissu est solidement fixé autour du haut de la bouteille; juste avant l’emploi, le chiffon est imbibé de liquide inflammable, et allumé. Lancée sur la cible, la bouteille se brise sur l’impact, répandant sur la cible son contenu inflammable, qui est alors mis à feu par le chiffon en flamme.

Au cours de l’histoire, diverses substances ont été ajoutées au cocktail Molotov de base pour en augmenter sa capacité destructrice :

* des substances auto-inflammables (telles que le phosphore blanc) garantissent l’explosion de la bouteille lorsqu’elle frappe la cible ;
* des agents épaississants tels que le goudron qui font coller le liquide brûlant sur la cible, le goudron cause aussi une épaisse fumée noire opaque ;
* de l’acide qui aide à pénétrer les surfaces non-inflammables.
* de la poudre noire (« Méthode Omega ») qui permet à la préparation d’avoir des effets explosifs.

Les cocktails Molotov sont semblables au principe des bombes de napalm. Le napalm (acronyme de naphtalène et palmitate) était à l’origine fait en combinant le naphtalène et de l’essence avec de l’acide palmitique comme agent d’épaississement ; ces deux derniers étant les ingrédients principaux des cocktails Molotov. Ce type de Molotov peut également être lancé d’un fusil de chasse modifié.

Les liquides immédiats à utiliser :

-le caï-caï (liqueur vendu chez les ghanéens en locurrence au pont NOMBA);
-l’alcool utilisé à l’hôpital ou vendu en pharmacie;
-Tous les whyskies marchent aussi;
-le vin de maïs souvent appelé N’GOSS (n’gossolo);
-l’essence vendu dans les stations services;
– essayez aussi tous les autres liquides apparentés.

Soyez prêts !

#9 Comment By evellyn On 8 Août 2009 @ 07:02

Docteur Mengara reviens vite au pays pour nous aider à mettre fin au système Bongo qui a mis le pays à terre par le vol massif, la corruption , la gabégie , le clientélisme, le népotisme, nous ne reculerons plus , si les français veulent encore imposé leur choix au Gabonais par Robert Bougui et Claude Guéant ? nous les chasserons aussi de notre pays ces parasites. tu nous a manqué pendant la manifestation ? nous t’attendons. et prochainement nous souhaitons que les manifestation se tiennent pendant les jours fériés car hier tout le monde voulait marcher mais certains étaient pris par leurs occupation professionnelle et n’ont pas pu prendre part à la manifestation. si la marche avait eu lieu un samedi, c’est tout le Gabon qui serait descendu dans la rue . la victoire au peuple.

#10 Comment By panthère du Gabon On 8 Août 2009 @ 07:49

Que fait D. MENGARA AUX USA ? EST-IL VRAIMENT UN LEADER PLOLITIQUE? AIME-t-il SA MERE PATRIE LE GABON? NOUS AVONS BESOIN DE TOUS LES FILS DU GABON POUR LE CHANGEMENT

#11 Comment By Savorgan On 8 Août 2009 @ 09:55

Ne soyez pas idiot. Vous vous évertuez à demander la présence de Daniel Mengara au Gabon alors qu’il vous a expliqué pourquoi il était revenu aux USA. C’est pourtant clair:

1) le 20 juillet, il rentre au Gabon pour soumettre don dossier. Il n’ a que deux jours pour le fauire.
2) Son dossier est rejeté par la CENAP le 23 juillet.
3) Il dépose un recours le 24 juillet auprès de la Cour constitutionnelle
4) Son voyage au Gabon était prévu pour une semaine du 20 au 27 juillet, donc le 27 juillet il rentre aux USA comme prévu pour aller se préparer à revenir au Gabon pour la campagne. IL est confiant au vu du dossier en béton qu’il aura gain de cause et que la Cour constitutionnelle le validera.
5) Pendant qu’il est aux Etats-Unis, la Cour constitutionnelle rejette arbitrairement sa candidature.
6) Pendant qu’il est aux Etats-Unis, l’opposition locale au Gabon appelle à une marche pour la démission d’Ali.
7) Des Etats-Unis Mengara soutient la marche et lance son appel à la permanence des manifs.

Alors, vous croyez qu’il allait faire quoi, Mengara? Il ne peut faire que ce que tout leader aurait fait quand il n’est pas sur le terrain, soutenir les actions initiées par les autres leaders.

Il fallait que Mengara ait une boule magique pour savoir qu’il y aurait manif le 7 août avant de repartir sur les States le 27 juillet. Laissez ces choses là. La présence de Mengara au Gabon est souhaitable, mais pas obligatoire. Il partira bien là bas, mais ce n’est pas à vous de décréter ça comme si cela se passe comme un coup de baguette magique par téléportation. Un voyage, cela s’organise. Il ne sufit pas qu’il y ait une marche pour que Mengara se téléporte au Gabon comme s’il était un sauveur et que rien ne peut se faire sans lui. Il faut plutôt encourager toutes les formes d’action de tous les leaders. Mengara n’a pas fui l’action. IL était déjà aux States, mais vous, par malhonnêteté, vous essayez de présenter sa présence aux States comme une fuite de l’action. Ne soyez pas idiot. Les explications de Mengara sur pourquoi il n’est pas au Gabon me satisfont. C’était un autre contexte.
Mais comme lui-même a dit qu’il sera forcément bientôt de retour au Gabon, on va voir ce que cela donne, mais je ne pense pas que Mengara soit un libérateur et qu’il n’y a que sa présence qui peut sauver le Gabon. Les autres leaders ont la capacité de sauver le Gabon s’ils le veulent. Mengara n’est qu’un homme, un simple homme parmi d’autres qui donne son opinion et travaille avec sa conviction. Mais sa présence, franchement, va changer quoi?
Laissez-le se préparer au retour comme il l’entend. Ce n’est pas à vous de lui faire sa stratégie, et surtout pas sous le coup de l’émotion.

#12 Comment By Babylone On 8 Août 2009 @ 10:24

Je trouve un peu indécessant ces gens qui veulenet faire porter à Mengara la responsabilité de la sitution au Gabon. Au cas où vous auriez oublié, le pauvre Daniel Mengara n’est que le tout dernier de la politique. Mais vos autres leaders dont vous parlez et qui sont si valeureux à vos yeux, n’oubliez pas qu’ils font ce qu’ils font depuis 1990, presque 20 ans. Si pendant 20 ans rien n’a changé malgré la présence sur le terrain de ces leaders, en quoi croyez-vous que la présence de Mengara va vous libérer le Gabon?
Si je lis bien ce qui se dit ici, il ya plein d’incohérences dans les raisonnements des gens:

1) les gars de l’UPG passent leur temps sur ce site à encenser Mamboundou et vilipender Mengara, et puis après avoir insulté Mengara, ils demandent au même Mengara de se rallier à Mamboundou. Drole de manière de solliciter le ralliement de Mengara. Apparemment, pour ces ens, l’unité n’a qu’une voie et n;a de valkeur que quand ce sont les autres quis e ralient à Mamboundou, mais il est à leur yeux inenvisageable que Mamboundou se rallie à quelqu’un d’autre.

2) D’autres viennent sur ce site pour dire que Mengara ne vaut rien, qu’il ne fait pas le poids, et puis après, ce sont ces mêmes personnes qui reprochent à Mengara de ne pas être sur le terrain. Ils ne voient pas la contradiction. Si Mengara ne vaut rien, pourquoi demander sa présence sur le terrain. ça va changer quoi qu’il soit sur le terrain lui qui ne vaut rien?

3) Il ya ensuite les PDGistes qui viennnent vilipender aussi la personne qu’ils appellent virtuelle. Bizarrement, ce virtuel qu’est Mengara semble leur donner quand-même des maux de têtes car je n’ai jamais vu de toute ma vie un homme virtuel (qui n’existe pas) irriter autant les bongoïstes. Soit la virtualité de Mengara continue à leur faire peur, soit ils sont tous malades. mais j;ai cru lire ici qu’Ali Bongo a fait kidnapper l’homme virtuel Mengara. Alors, Ali voit des fantomes?

C’est vous dire, les gars, il y a trop de contradictions dans vos propos. Mengara comme le dit Savorgan, n’est qu’un homme parmi d’autre. Il fait ce qu;’il peut. Personne ne l’a adoubé pour être pr´´sident du gabon ou sauveur du Gabon. Si le Gabon doit changer, il changera avec ou sans Mengara. Mais ne faites pas de Mengara le centre de la problématique du changemnent au gabon.

J’ai la nette impresion que si le Gabon en cahnge opas, on viendra à Mengara pour dire, c’est sa faute. mais non. Mengara fait ce qu’il peut. Les autres leaders font ce qu’ils peuvent.

Rien n’interdit Mengara de faire des décclarations des Etats-Unis tant qu’il y sera. Rien en lui interdira de faire des déclarations au Gabon quand il y sera. Rien ne lui interdit d’ˆtre aux USA non plus. TOus les leaders politiques n’étaient pas à la marche de vendredi. D;aurres comme Eyegue Ndong seront à Paris le 10 aout. On n’a pas dit que c’est une faute de se retrouver à l’étranger quand on fait de la politique. Alors, laissez tomber vos compalaintes sans sens. Mengara a proposé quelque chose aux leaders. C’est tant mieux.

#13 Comment By attention On 8 Août 2009 @ 12:58

toujours a inciter a la violence,mengara vient te battre avec nous au lieu de teleguider les choses depuis les usa,vient te battre

#14 Comment By panthère du Gabon On 8 Août 2009 @ 13:07

Les idiots se sont ceux-là qui ont le sentiment d’impuissance et qui démontrent leur limite de réaction,se cache derrière des théries de resistance auquelle on ne s’identifie pas, il n’y a que les peuples perséverants, qui croient au destin de cette nation qui ont triomphés, on ne s’engage pas dans une voie sans conviction. La faiblesse de l’homme se refuge dans l’injure. Bonne chance dans vos entreprises.

#15 Comment By Moussa Bakari On 8 Août 2009 @ 15:11

Mais, si Ali est élu Président au Gabon et qu’il entame les réformes nécessaires pour une meilleure redistribution des richesses du pays, où est le problème ? Que veut le peuple ? Tous ceux qui portent le nom de Bongo doivent-ils fuir le Gabon ? Pourquoi vous ne prenez pas exemple sur les Béninois qui, à la Conférence nationale en 1990 ont absous Kérékou pour le mal qu’il a fait à leur pays ?Voyez comment la démocratie béninoise continue son bout de chemin !

#16 Comment By PICON On 8 Août 2009 @ 15:31

Merci Bagdad,

voici les ingredients qu’il faut que pour prepaser votre coktailmolotov:BOUTEILLE + SABLE + SOUFRE(pas obligatoire) + ESSENCE + TISSU +ALLUMETTE +

1 une bouteille de coca,à defaut celle de la regab

2 remplir au quart la bouteille avec du sable melangé avec un peu du soufre ecrasé

NB:On peut facilement trouver du soufre à Montbouet.les femme beninoise en vendent c’est de couleur jaune sous forme de caillou.quand le soufre brule il y a une audeur suffocante et ce sera desagreable pour ces gendarmes et policiers.

3 mettre de l’essence de facon a ce que le sable mouille convenablement

4 un morceau de tissu servant de meche

5 le larguer comme une grenade une fois allumé

Je viens de faire l’experience et je vous assure que dès le premier jet,ils vont fuire.

Prochaine manifestation possible Mardi,alors mettons nous au boulo les gars.

toute personne ayant une recette explosive est prié de venir l’exposer ici car ce sera sa facon de contribuer au combat.

Faites circuler ce message svp

PDG,militaires,policiers,gendarmes qui sont pour Ali,sachez que nous allons vous faire ca dure.

je suis entrain de menter un blog pour vous mentrer en image comment se presente un coktailmonotov.

A très bientot

#17 Comment By ESPRIT On 8 Août 2009 @ 16:02

Vous n’avez pas honte de me censurer?

#18 Comment By attention On 8 Août 2009 @ 16:39

Notre pays le Gabon est régi par des lois constitutionnelles qui ne prévoient aucune disposition légale interdisant le maintien en fonction d’un candidat à l’élection présidentielle. Le cas de figure s’est déjà présenté en France, d’où nous calquons la majorité de nos lois, avec la participation à l’élection présidentielle de 1995 de monsieur Édouard Balladur, alors premier ministre Français.

Dans le même ordre d’idée, nous pouvons constater que ni Omar Bongo, Président de la république, ni Pierre Mamboundou député et maire de Ndendé, ni Zackarie Myboto n’avaient démissionné de leurs fonctions lors de l’élection Présidentielle de 2005.

Le cas de figure reste d’actualité vu que les candidats :

* Pierre Mamboundou, candidat (Député et maire de Ndendé),

* Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé (Président du conseil d’administration de la SOGARA)

* Zacharie Myboto (Président du conseil d’administration de la COMILOG et député et maire de Mounana)

pour ne citer que ceux-là, n’ont pas démissionné de leurs postes depuis l’annonce de leurs candidatures.

Or, nous savons que les procès d’intension prêtés à Ali peuvent également être transportés aux niveaux locaux quand on sait que le maire d’une ville ou le PDG d’un conseil d’administration peuvent faire du trafic d’influence.

Donc cela amène concrètement à questionner la pertinence de se servir de la démocratie comme prétexte pour défier les lois de la république et exiger la démission d’un ministre qui n’a fait aucune faute grave!

Le plus curieux est que ces candidats qui se montrent consensuels quand il s’agit de programmer le désordre et la casse, sont les mêmes qui sont incapables de faire taire leurs soifs individuelles de pouvoir pour présenter un porte étendard aux gabonais qui pourrait augmenter les chances de l’opposition dans cette élection à un tour. Ils préfèrent crier à la fraude électorale au lieu de prendre le temps de se donner des chances de gagner ensembles!

#19 Comment By panthère du Gabon On 8 Août 2009 @ 17:50

Savorgan tu es un lâche,tu profites de cet espace pour insulter des personnes qui sont au dessus de ton esprit retrograde.

#20 Comment By LE PATRIOTE On 8 Août 2009 @ 17:50

Est-ce que mes freres gabonais commencent à ouvrir les yeux, à comprendre que le changement n’est possible dans notre pays que
par la violence?
le bongoisme, beurkkkkk ne voudra jamais laissé le pouvoir et la seule façon d’y arriver est une revolution.
Ce qui s’est passé ce vendredi 7 aout est à refaire jusqu’à leur départ éffectif du GABON.
N’ayons pas pas de la mort,nous y sommes tous appelés d passer par là. Ceux qui parle de violence ignore tout simplement le régime bongo est violent et aigri envers le peuple gabonais.
Ceux qui ont peur de la mort n’ont visiblement jamais mis les pieds dans les hopitaux de LBV. Bien évidemment sans parler le speudo hopital militaire , que j’appellerai ici: ” centre de prélèvement d’organes d’ali pour un trafic en tous genres et sacrifices humains.
Tout le clan bongo est en balotage défavorable et ils le savent,mettons leur la pression,une pression telle qu’ils finiront par craquer et fuir le Gabon d’eux meme. En commençant par cette chose,la pseudo présidente de la cour constitutionnelle,l’ex vide couille d’obo comme l’est l’actuel président par intérim.
Il n’est vraiment pas possible de trouver au Gabon de près ou de loin une personne ne servant pas les intérets du bongoisme.
il est temps d’éradiquer cette vermine. Vous savez,dans un plateau de fruits sains,si on y place un fruit pourri,ce dernier
contaminera tous les autres.
C la meme chose pour le bongoisme,pour s’en séparer il faut un néttoyage à l’acide pure.
TOUS SAUF ALI POUR UN GABON LIBRE ET DEMOCRATIQUE

#21 Comment By Pierre Kiroule On 8 Août 2009 @ 21:23

Monsieur Mengara merci pour ce site d’échange d’idées. Maintenant vous êtes hors course, donc inutile qu’on s’attarde sur vous. On va se préoccuper de ce que les autres candidats nous proposent dans leur programme, parce que voyez vous il nous faut un président digne de ce nom le 30 aout prochain!

#22 Comment By Patriote On 8 Août 2009 @ 22:01

Cher Docteur,
la cyber-lutte a surement fait ses preuves ailleurs. Mais vous et moi savons que le gabonais commun ne va pas sur le net lire vos elans, pardon vos esquisses de solution…
Certains commentaires ici se plaisent bien a dire: “qu’est-ce-que le pauvre Mengara aurait fait s’il etait au Gabon?” Ceux-la, je pense, n’ont pas compris grand chose a la necessite pour un peuple de voir son leader, de se sentir encadre, ecoute et “touche”. Si vous pensez etre un petit leader, et donc qui ne changerait pas grand chose, vous aussi vous faites erreur. Vous avez avancer les raisons qui ont fait en sorte que vous repartiez chez l’oncle Sam, on va pas mettre votre parole en doute….but again, vous nous donnez (et a juste titre) une raison de douter de votre volonte a aller vous salir les mains dans la rue.
Je vais vous dire en mots plus simple ce que nous qui suivons votre combat pensons en ce moment: Vous etes venu tater le terrain, l’acceuil (ou la mesaventure) a l’aeroport vous a donner des sueurs froides, car naif que vous etes (vous le dites vous meme), vous avez pense que ce putain de systeme vous laisserait tranquille, celui dont nous savons les multiples coups bas et coups hauts, de jour comme de nuit…bref, apres qu’ils aient rejete votre candidature,et vos freres d’armes qui vous ont trahi, vous vous etes dit, c’est quoi la suite pour moi? I better get the fuck out of here before they catch me for real!!!! Et vous etes reparti, car tout compte fait, vous aussi avez une famille qui a besoin de vous, des enfants dont vous devez prendre soins. Et puis, n’est-il pas plus facile de s’assoir devant son computer et insiter les autres a faire le durty job???

Mais tout cela n’est que speculation, et croyez-moi, nous voulons croire que ce sont des conneries. A la difference du Makaya, l’homme publique a tout a prouver, vous avez tout a prouver!! Les Gabonais ont besoin de voir des gens prets a prouver. Aujourd’hui, on a recours au peuple. Tous ces voraces, ces renegats, ces anciens barons du systeme se sont retournes vers le peuple pour combattre leur ancienne maison, mais ne nous trompons pas, c’est simplement parcequ’ils se sont sentis frustres, peut-etre meme giffles, comme il est de coutume la-bas! Alors vous devez prouver au peuple que vous ne faites pas que dire que le pouvoir au Gabon s’arrachera par la force. Bien au contraire, leader que vous etes, vous serrez la, en avant plan quand les balles vont siffler. Reglez ce que vous avez a regler dans le pays de l’oncle Sam et revenez le plus vite possible vous joindre a nous. Otherwise, y en a marre de ceux-la qui nous prennent pour des boucliers, et qui apres, une fois assis sur le trone, deviennent le systeme a combattre.

Monsieur le President, l’heure n’est plus a la cyber-lutte. D’ailleurs bientot ils vont surement couper tout ca, fermer les frontieres et j’en passe. Alors, laissons internet. l’occasion qu’on attend tous depuis des annees est arrivee. WE NEED YOU DOWN HERE.

Humblement.

#23 Comment By BagDad On 9 Août 2009 @ 05:13

On est ensemble PICON !

Voilà ce qu’il faut ajouter comme armement (bien que rustique) pour contrer le régime Bongo et tous ses pédé(gistes).

L’utilisation de lance-pierres :
Ce qu’on appelle communement la “FRONDE”.
Tous les adolescents savent la fabriquer. Il faut juste :
– Une lame de rasoir gillette neuve;
– un morceau de branche de goyavier (d’arbuste) en forme de “Y”;
– Un carré de cuir (de la taille d’un orteil ou d’un pouce) qu’on peut récupérer sur des vielles chaussure : baskets, cosse-cosses,…
-Du garrot : crever un ballon de football, basket ball et récupérer la matière plastique à l’intérieur.
-Du gravier bleu ou de petits cailloux rouges pour la “PUISSANCE DE FEU” !

Reste maintenant à lier le tout.

Découper le garrot (ou la chambre à air d’un pneu) d’une longueur de sa main sur une largeur de son doigt (ce sont les bonnes dimensions). Faire quatre morceaux comme ça !
Ensuite découper le garrot (ou chambre à air du pneu) en petits filaments. Faites-en plusieurs.
Faire deux trous sur les extrémités de notre carré de cuir.
Prendre deux morceaux du garrot qu’on a découpé et les attacher avec les petits filaments (de garrot toujours) sur chaque bras de notre branche en “Y”. Le fait de doublé les titans (garrot) sur chaque branche augmente la puissance et la longévité de l’arme redoutable.
Lier ensuite le carré de cuir avec toujours les deux morceaux de titan du même bras de la fronde avec les petits filaments.
Enrober ensuite le corps de notre “Y” avec les petits filaments toujours de titan (ou garrot) pour en faire un grip (manche).
Remplir un récipient de nos petits cailloux rouges ou de gravier bleu.
Vous voilà maintenant avec une arme redoutable qu’on peut dissimuler dans la poche de son pantalon sans problème !

Ali veut le désordre ? EH ben cette fois-ci avec nos frondes dans les poches et nos casiers de cocktails molotov, on va s’embraser avec ses chiens de garde !

J’attends le blog PICON !

#24 Comment By BagDad On 9 Août 2009 @ 05:25

Une tactique de guerre lors du prochain affrontement avec les chiens de garde d’Ali : LA TÊTE DU BUFFLE”.
Utilisé par SHAKA (cf. deuxième partie du roman “Sous l’orage ou la mort de Shaka” lu en classe de 3e).

Cette tactique a été testée en 2003 par le lycée technique au niveau de l’échangeur d’Awendjé. Et ça plutôt bien réussi !

Je retiens donc lors de la prochaine marche, si les chiens d’Ali commencent à tout foutre en l’air, il faut attendre au prochain échangeur (il y en a dix à Libreville) pour riposter et tout faire partir en “COUILLE” !

Maintenant Ali va comprendre que c’est “plus jamais ça, plus maintenant, pas cette fois” !

#25 Comment By PICON On 9 Août 2009 @ 15:47

J’ai besoin des adresses des maisons des gabonais suivant:

Laure Ngodjou
mbourantsouo madelene
mboumbou miyakou
paul biyoghe mba
dongou(ministre de l’interieur)
ce sera tout pour l’instant

S’il y a un internaute qui connait là où se trouve leur maison,priere de me passer l’adresse exacte.

Maintenant il sauront que le gabonais est sauvage

Ils se souviendront de picon.
Moi je n’aime pas trop parler.
A quand la prochaine manifestation???

#26 Comment By PICON On 9 Août 2009 @ 15:57

je veux les adresses des dmiciles des gens suivants:

LAURE NGODJOU
DONGOU
PAUL BIYOGHE MBA
MARI MADELENE MBOURATSUO
MBOUMBOU MIYAKOU
ANGELIQUE GOMA

ce sera tout pour l’instant

priere de me passer ces adresses ici meme.je n’aime pas beaucoup parler.il sauront que les gabonais sont sauvages.je n’ai pas payé mon billet pour rentrer au gabon pour rien.ces gens là se souviendront de picon

#27 Comment By un patriote On 9 Août 2009 @ 16:41

Ah ils sont beaux les pseudo-opposants avec leurs jolis costumes luisants lorsqu’ils rejoignent la manifestation après la bataille !

Ah ils font les malins en marchant dans Libreville, eux qui arrivent comme toujours une fois qu’il n’y a plus de danger pour leur petite personne ?

Un seul était là depuis l’aube, le héros gabonais, l’incroyable, l’inédit : BRUNO BEN MOUBAMBA.

Encore une fois, la classe politique voit son honneur sauvé par ce gabonais comme tombé du Ciel sur la Scène Politique Gabonaise depuis la fin 2008 avec Sa Lettre Ouverte.

Il était là au milieu de la foule matraquée, il était là lorsque les bombes lacrymo pleuvaient sur la population.

Il était là devant les fusils et les chars. On l’a vu s’avancer sous les acclamations de la foule, ouvrant sa chemise et plaçant son corps devant les canons des armes : “TIREZ ! TIREZ ! VOUS DEVEZ DEFENDRE LE PEUPLE GABONAIS, VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE LE PERSECUTER !”.

Chers amis gabonais, amis africains, amis des droits de l’Homme, je vous le dis : NOUS AVONS TROUVE LE LUTHER KING AFRICAIN !!!

Nous étions nombreux à nous en douter, mais là, c’est une révélation. Tous les opposants historiques qui se vantent de 20 ans de résistance en finissant ministres ou en allant chercher l’argent à la Présidence pour ne rien en faire sont de pâles bonhommes à côté de ce leader là. Qu’ils restent dans leurs bureaux.

Je vous le dis, le REGIME BONGO a de quoi trembler car il n’avait sans doute pas prévu qu’un tel personnage se lève en travers du chemin tout tracé de 40 ans de plus de dictature.

Ils sont tombés sur un os comme qui dirait…

J’en suis convaincue, Bruno BEN MOUBAMBA est le bélier qui va frapper fort et ouvrir toutes grandes les portes de la Liberté au Gabon !!

Un seul homme de cette trempe là peut faire tomber une Dictature. C’est notre chance historique de voir la Liberté !

#28 Comment By visiteur On 9 Août 2009 @ 17:59

BagDag t’es un grand ! La flicaille d’Ali verra bien ce qu’on lui réserve.

#29 Comment By Mba Ntem On 9 Août 2009 @ 20:52

J’ai toujours pensé comme Mengara que ce pouvoir ne pourra se prendre que par la force. En 93,98 et 2005, on a cru bon de penser qu’il suffisait de déposer un recours devant la Cour Constit pour invalider l’élection, or nous savons tous que c’était la maîtresse d’OBO. Aujourd’hui, le seul moyen est de se rebeller. Vous pensez que Mandela y est allé la fleur au fusil face au régime d’apartheid? Vous pensez que la lutte pour les droits civiques ne s’est effectuée sans heurts? Arrêtons de rêver, on aura certes la paix, mais serions nous en liberté? Je ne me bats pas pour un quelconque candidat mais pour mon avenir et celui de mes enfants. Si certains égoïstes ont peurs de la lutte, posez vous la question de l’héritage que vous laisserez à vos enfants. Arrêtons d’être des esclaves et des éternels colonisés.

#30 Comment By wanshitong On 10 Août 2009 @ 04:15

Chers Freres et Soeurs Gabonais et Amis du Gabon,

les FRUITS de la R-E-S-I-S-T-A-N-C-E et de la R-E-V-O-L-T-E commencent DEJA – du fait de la MARCHE du 7 aout 2009 – a se faire voir:

(Memes) les BEKES commencent a DELIER leur langue/langage et reconnaitre OUVERTEMENT que la soit-disante “ELECTION PRESIDENTIELLE” (donc aussi celle a laquelle on veut nous faire participer (!)) au Gabon a toujours ete une F-A-R-C-E.

Je cite:

“L’élection du successeur d’Omar Bongo, le 30 août, s’annonce plus incertaine que les scrutins truqués qui avaient permis au président gabonais, décédé le 8 juin, de se maintenir au pouvoir pendant quarante et un ans.”

Source: Le Monde
[11]

Donc, il faut D’ABORD mettre (dans un premier temps) DE COTE les (psedo)Elections/FRAUDE/MASCARADE auxquelles on veut nous faire assister/participer en faisant de nous des C-O-M-P-L-I-C-E-S de leurs MANIGANCES et CONTINUER a ALLER DANS LA RUE pour augmenter la PRESSION et faire d’abord le N-E-T-T-O-Y-A-G-E en EXIGEANT la D-E-M-I-S-S-I-O-N de:

– Rose Francine Rogombe
– Ali Ben Bongo
– Marie-Madeleine Mborantsuo
– Paul Biyoghe Mba
– Jean Francois Ndougou
– Laure Ngoudjo
– et TOUS LES AUTRES ZOZOS servant les interets du “Bongoisme” !

Ensuite, apres ce NETTOYAGE, nous pourrons P-A-I-S-I-B-L-E-M-E-N-T organiser des ELECTIONS DEMOCRATIQUES dignes et TRANSPARENTES, faisant la FIERTE/GRANDEUR du Peuple Gabonais et un E-X-E-M-P-L-E pour l’histoire politique de l’Afrique Noire !

Cher Dr. Daniel Mengara – comme BEAUCOUP d’autres – je vous prie d’ECOURTER votre sejour a West Orange/NJ et venir M-E-N-E-R le PEUPLE a la DELIVRANCE de 42 annees de SOUFFRANCE ! Car c’est MAINTENANT ou JAMAIS. Comme dit un bon adage: “Il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud” !

Da zhaohu,

Wànshìtong

#31 Comment By LE JOUR DE GLOIRE On 10 Août 2009 @ 05:27

Ah le Gabon, les domestiques d’Ali ont eu la chance que j’ai pas pu personnellement être à cette marche, je vous que ça aurait prit une autre tournure.

Là je me pose la question de savoir pourquoi nous les gabonais avons peur des hommes en treillis, pourquoi ne peut on pas affronter ces hommes qui ont des couilles comme nous?

Pourquoi pense t-on que ces hommes ont plus de droit que nous?
Mes frères et soeur, toutes les solutions que vous proposez sont bonnes mais l’une des meilleurs c’est d’arriver à livrer une bagare avec les flics la prochaine fois et ça nous le feront.

Je ne manquerais pas la prochaine marche car je suis bel et bien à Libreville maintenant.

Alors Ali le biafrai, Mborantsuo la bordel, Ngodjout et Ndogou gare à vous… je vais montrer que nous sommes tous des gabonais et que nous somme égaux devant DIEU et devant la Constitution.

A bon entendeur.

#32 Comment By Camer.be On 10 Août 2009 @ 06:17

L’Agence France Presse (AFP) vient de faire état de violents affrontements entre plusieurs gabonais et les forces de l’ordre avec à la clé plusieurs blessés.La raison de l’affrontement étant la démission exigée d’Ali Bongo du gouvernement pour qu’il se présente à l’élection présidentielle à armes égales avec ses concurrents politiques qui ont tous démissionné. Pour les observateurs et autres curieux de la scène politique gabonaise, il ne fait aucun doute que le Gabon , pays longtemps en paix, est en passe de sombrer dangereusement dans une crise politique profonde et durable. Une seule raison à cela ; l’obstination quasi granitique d’Ali Bongo de briguer la magistrature suprême à tout prix. Une obstination qui s’est revelé plusieurs fois depuis la mort du feu président Omar Bongo Ondimba, le 8 Juin dernier à Barcelone en Espagne.

D’abord à l’annonce de la mort de son père, Ali Bongo a fait fermer et rouvrir des frontières. Sans manifestement l’autorisation de sa hiérachie en l’occurence Jean Eyeghe Ndong qui était alors premier ministre. Il tenait ainsi à démontrer à tous qu’il est le nouveau patron du pays.

Autre indice, l’armée a tenté d’intimider Pierre Mamboundou, le leader du principal parti de l’opposition. Un char a été posté à l’entrée du quartier général de sa formation poltique, l’UPG quelques heures après l’annonce officielle de ce décès. Sur les ondes de RFI, Ali Bongo déclarait que c’était l’initiative d’un général qui voulait assurer la sécurité de l’opposant. Le Gabon était-il déjà en guerre ? Pas du tout.

Ensuite et à en croire certains médias crédibles que nous avons lu, Ali Bongo aurait même difficilement accepté que la voie constitutionnelle normale se mettre en branle. La présidente par intérim, “Rose Francine Rogombé aurait d’ailleurs reçu des menaces de mort de la part de certains acteurs politiques” peut-on lire dans le quotidien camerounais “Le Jour” du 25 Juin 2009. Là aussi, difficile de ne pas voir la main du patron des forces de sécurité.

L’on peut enfin relever le climat de suspicion et de doute qui a regné lors de la désignation du candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG). Au lieu de passer par les primaires, le PDG a choisi un mode de désignation “par consensus” où l’on a observé la désignation de Ali Bongo à la grande surprise des barons du parti qui avaient pourtant préséance sur lui dans la hiérarchie du parti. Cette désignation de type dictatoriale a eu pour conséquence, l’explosion du PDG qui est désormais affaibli non seulement parce que les partis de la majorité présidentielle ont quitté la barque du pouvoir, mais, les personnalités de poids comme Casimir Oyé Mba, André Mba Obame, Jean Eyeghe Ndong et bien d’autres ont choisi de faire dissidence.

Tout cela n’aurait pas vraiment d’incidence dans le jugement de la démocratie gabonaise si tous les candidats s’engageaient à combattre à armes égales (tout au moins en n’abusant pas des ressources institutionnelles et administratives du pays) et à respecter le verdict des urnes. Mais, chez Ali Bongo plane depuis toujours un sérieux doute. Pourquoi ne quitte t-il pas le ministère de la Défense? Poste éminemment stratégique qui fait penser à tous qu’il pourrait perpétrer un coup d’Etat comme l’a indiqué le père Paul Mba Abessolè s’il venait à être en difficulté lors du scrutin du 30 Août prochain.

Même si rien ne l’oblige à quitter son poste ainsi que ressasse les autorités et hier encore l’ambassadeur du Gabon au Cameroun, Michel Madoungou ; il y a que, par éthique et décence démocratiques, il aurait pû démissionner pour se donner l’image d’un légaliste et d’un démocrate qui sortira le Gabon d’une quarantaine d’années d’oppression politique.

Il ne fait rien car le sait-il, il ne pourra pas gagner une élection démocratique au Gabon. Flanqué de l’image du fils à papa dont l’élection porterait la marque d’une successionde type monarchique, biafrais supposé ne s’exprimant dans aucune langue locale, n’étant pas Fang, l’ethnie majoritaire du Gabon qui estime que son heure est venue de prendre le pouvoir, Ali Bongo incarne jusqu’à la caricature, l’image même du leader que les gabonais rejettent absolument. D’ailleurs, tous les confrères ou presque qui se sont rendus au Gabon pour y faire des reportages dressent un portrait presque saignant de l’impopularité marquante du candidat du PDG. “Même son père ne l’aurait pas souhaité” a t-on souvent rapporté des propos de certains gabonais.

Les prochains mois pourraient donc être très agités en raison d’un Ali Bongo qui semble prêt à opérer un passage en force par la voie des urnes ou par la voie des armes et aussi à cause d’une population gabonaise qui n’entend pas se laisser faire comme en témoigne ces milliers de gabonais qui sont sortis dans la rue pour dire non à la volonté du candidat du PDG de maintenir son emprise sur les leviers de la force et de la violence dite légitime.
Que ce soit la France ou les pays de la CEMAC, personne n’a d’intérêt à ce qu’une guerre civile ou qu’un génocide éclate au Gabon. La position stratégique de ce pays ne l’autorise pas et un seul homme n’en vaut pas la peine. Surtout lorsqu’il a contre lui presque tous les poids lourds de la scène politique de son pays.
L’Afrique et même la France doit prendre garde à préserver le seul acquis pertinent que l’on peut concéder à Omar Bongo Ondimba : la paix

#33 Comment By BagDad On 10 Août 2009 @ 18:12

Nouvelle ARME en cas de CORPS-A-CORPS avec les chiens de garde d’Ali :

Un fruit de piment dans la poche (très nécessaire !).
Une fois que la police commence à disperser les manifestants, il faut toujours se tenir près afin d’écraser le fruit du piment dans sa bouche sans pourtant l’avaler et au cas ou l’on se sent en danger, ne pas hésiter à tout cracher sur le visage des flics qui tentent de vous appréhender.

ce qu’il faudrait pour réussir cette tactique de self-défense c’est une bonne dextérité et une capacité à courir vite et très vite par la suite.

je reviendrai pour donner la suite des méthodes que le MAMBA devra utiliser lors de l’insurrection contre le régime de YAYA Omar.
Actuellement, nous sommes entrain de faire des tests sur la fabrication de bombes artisanales avec les produits ménagers.

#34 Comment By PICON On 11 Août 2009 @ 03:24

salut bagdad

Nous aussi nous sommes là dessus.la technique de fabriction de la bombe artisanale.

Bon vent mon cher

Nous vaincrons

#35 Comment By Yann On 11 Août 2009 @ 08:51

Bonjour à tous,

Conseil prémonitoire ? Vision ? Repentance ou, acte de contrition par rapport à un constat? Dans tous les cas, ce message profond est lourd de sens et, s’adresse à nous tous, gabonais… Que nous soyons du pouvoir ou de l’opposition, que nous soyons tout simplement gabonais, il nous appartient d’y méditer.

Regardez la vidéo

[12]

#36 Comment By Yann On 11 Août 2009 @ 08:52

Bonjour à tous,

Conseil prémonitoire ? Vision ? Repentance ou, acte de contrition par rapport à un constat? Dans tous les cas, ce message profond est lourd de sens et, s’adresse à nous tous, gabonais… Que nous soyons du pouvoir ou de l’opposition, que nous soyons tout simplement gabonais, il nous appartient d’y méditer.

Regardez cette vidéo

[12]

#37 Comment By Chingy On 13 Août 2009 @ 10:09

ah ah ah ah ah ah!!!Je ris pasque c’est nul de demander qu’Ali soit exilé!Mais pourquoi avez vous peur tous nous allons en campagne et preparons la meme presidentielle Ali est candidat comme tout le reste et quant à toi MENGARA reste tranquil tu voulais etre president et c’est comme ca que t’agis?Ali BONGO restera au Gabon et sera president!nous ferons le bon choix pour un Gabon meilleurs en votant Ali BONGO c’est le candidat de notre choix!

#38 Comment By MVOME On 13 Août 2009 @ 13:39

Oh quel honte, quelle gène… Je me rappelle de la grande Clémence MEZUI MBOULOU, l’inoxydable Jeanne D’arc de MYBOTO qui à l’époque des élections présidentielles de 2005 donnait à OBO des cauchemars àchacune de ses interventions.
Voilà la mème mégère, corrompue jusqu’à l’os, qui se pointe devant une tribune à Paris pour clamer haut et fort qu ‘OBI, pardon, Ali bongo ne démissionnera pas. Et que mème s’il le veut, les militaires ne l’accepteraient pas car ils l’adoptent.

Qu’est ce que l’on peut ètre aussi versatile. Es ce que les maux que dénonçait à l’époque notre soeur Clémence ont disparus. Les gabonais ont-ils subitemment retrouver leurs marques après plus de quarante ans de misère.
Je demanderais à la chaine télésud de nous rediffuser l’emission ou notre soeur s’était illustrée en vedettariat pour acculer le clan Bongo qu’elle vénère trois ans plus tard.
Honte à toi, à ta famille, à ton pays.

#39 Comment By david On 14 Août 2009 @ 08:54

qui vous etes pour demander ali ben bongo odimba d aller en exil?il est gabonais comme vous et moi il est libre de vivre dans son pay comme d etre candidat aus election presidentielle donc mr mengara ne venez pas demander ali bongo de quiter son pay natal il restera au gabon quant il voudra et vivra jusqua la fin de sa vie

#40 Comment By Pierre Kiroule On 14 Août 2009 @ 20:27

Nous on a besoin de vos adresses aussi Picon et Bagdad, noms, prénoms, identité, pour vous la fermer une bonne fois pour toutes. Ceux que vous citez ont des domiciles et des lieux de travail connus de tous les gabonais, vous vivez où? dans la cybersphère? et bien restez y et fermez là, bande de nases!

#41 Comment By KOUA NZOK On 15 Août 2009 @ 08:54

A Shingy
cela ne m’étone pas que tu soit : soit un pédé, soit un con soit un parvenue
ALI sera président dans pour toi qui surement donnera tun arrière train pour obtenir on sais quelle faveur de lui, qui surement que tu respire grace à lui et aussi que tu ne serais pas comme lui gabonais biafrai francais ? c’est nul de savoir un jeunne homme normal et digne de ce nom parler de mengara comme tu le fais, je vois que tu n’a nullement un espris d’analyse. tu imagine que le gabon un pays aussi petit soit il ? tu réalise que 80% de la population ne l’accepte pas comme président? même si il prenais le pouvoir par la force sache qu’il ne le gardera pas pour longtemps mais là ce n’est qu’un rêve apprend déja à te cacher car si on met la mùain sur toi tu va le regrêter même ALI alias FRIZER ne pourra te protéger c’est dommage. tu as décide d’etre un con reste s y et tout les partisant de frizer.

#42 Comment By lynchoo On 29 Août 2009 @ 04:40

je ne comprends pas votre demarche , BONGO est parti et vous êtes toujours chez OBAMA qui vous empêche d être ici comme tous les autres pour le combat idéologique tel mr MAMBOUNDOU que je n’apprecie pas mais respecte en tant que leader de l opposition et il le prouve par son comportement
mr si vous vous êtes exilé tous seul comme un grand mr ali BONGO est libre d être au GABON chez lui , chez nous et de plus je rie quand je vois retour du dr , mais je suis content pour vos parents qui revoit mais on s en fous de votre retour là ou pas là
le GABON RESTE ET EST LE GABON et vous un simple citoyen et non le MESSIE DOCTEUR AVEC VOS DIPLOMES DES STATES

#43 Comment By camtchek On 9 Sep 2009 @ 18:28

les gabonais sont trop betes. Ils seront a jamais GABOMA=Gabonais Maboules !!! L’Election d’Ali Ben Bongo est la punition de Dieu pour la haine et la xenophobie des gabonais. Savez vous combien d’Etrangers sont maltraites dans votre pays? Savez vous combien d’innocents ont ete pilles, battus, aggresses, tortures, parce qu’il sont Etrangers??????? AUJOURD’HUI C’est votre tour. Un Etranger vous dirige. Quelle Honte??? Votre maboulisme est confirmee!!! Vous allez faire comment? le “naiigier” (Nigerian) comme vous aimez a le dire vous preside…il vous gere. Comme si cela ne suffisait pas au lieu de calmer votre honte et reflechir a un plan de secours, vous vous engagez dans la rue vous acharner sur la population Etrangere. Quels malheureux !! Vous cassez les boutiques des Etrangers qui vous nourrissent chaque jour. Et en plus vous mangez a credit!!!!!! je vous assure qu’un de ces quatres, ils vont vous faire manger votre propre chair dans un plat (A bon entendeur). Vous allez le payer, tot ou tard. D’ailleurs je me demande s’ils ne le font deja pas??? Ca a commence a Port gentil, vous avez casse les magasins des Etrangers, ces memes Etrangers vous vendent le pain a 250Frs, et vous allez acheter, est ce que vous avez le choix??? Arretez d’etre tant Maboules, sans l’Etranger vous n’etes rien !!! Si tous les Etrangers s’en vont, qu’allez vous manger??? Comment allez vous vivre??? Triste sort pour une population denuee de raison. En passant, si tous les Gabonais etaient pareils….je ne vous compteraient pas parmis l’espece humaine…Gloire a Dieu, il ya des exceptions !!! J’ose esperer que toi lecteur en fais partie.

Un Camtchek.

#44 Comment By camtchek On 9 Sep 2009 @ 18:29

les gabonais sont trop betes. Ils seront a jamais GABOMA=Gabonais Maboules !!! L’Election d’Ali Ben Bongo est la punition de Dieu pour la haine et la xenophobie des gabonais. Savez vous combien d’Etrangers sont maltraites dans votre pays? Savez vous combien d’innocents ont ete pilles, battus, aggresses, tortures, parce qu’il sont Etrangers??????? AUJOURD’HUI C’est votre tour. Un Etranger vous dirige. Quelle Honte??? Votre maboulisme est confirmee!!! Vous allez faire comment? le “naiigier” (Nigerian) comme vous aimez a le dire vous preside…il vous gere. Comme si cela ne suffisait pas au lieu de calmer votre honte et reflechir a un plan de secours, vous vous engagez dans la rue vous acharner sur la population Etrangere. Quels malheureux !! Vous cassez les boutiques des Etrangers qui vous nourrissent chaque jour. Et en plus vous mangez a credit!!!!!! je vous assure qu’un de ces quatres, ils vont vous faire manger votre propre chair dans un plat (A bon entendeur). Vous allez le payer, tot ou tard. D’ailleurs je me demande s’ils ne le font deja pas??? Ca a commence a Port gentil, vous avez casse les magasins des Etrangers, ces memes Etrangers vous vendent le pain a 250Frs, et vous allez acheter, est ce que vous avez le choix??? Arretez d’etre tant Maboules, sans l’Etranger vous n’etes rien !!! Si tous les Etrangers s’en vont, qu’allez vous manger??? Comment allez vous vivre??? Triste sort pour une population denuee de raison. En passant, si tous les Gabonais etaient pareils….je ne vous compteraient pas parmis l’espece humaine…Gloire a Dieu, il ya des exceptions !!!

Un Camtchek.

#45 Comment By lapanthere On 10 Sep 2009 @ 06:16

il n’y a qu’un camerounais pour être aussi arrogant!!! je ne te dirais qu’une chose commence par penser à ce qui se passe chez toi avant de venir parler des pbs des gabonais!!!Au fait, sais-tu que Paul Biya est d’origine gabonaise??? dc un gabonais vous dirige depuis kala kala, qu’avez vous fait??? vous êtes dc aussi maboule que nous les gabonais!!!

#46 Comment By Camtcheck On 12 Sep 2009 @ 00:53

Cher ami…je sais que tu racontes que Paul Biya est gabonaispour calmer votre humiliation. ARROGANT tu as dit…Notre arrogance est due à notre compétence et notre connaissance. Sur quoi basez vous la votre??? je regrette que mes parents m’aient entrainé dans ce pays. Ce pays m’a appris la haine, et le mépris…je ne le maudis pas…je n’ai pas le droit…mais prennez au moins la peine de connaitre votre XENOPHOBIE, vos INJUSTICES et votre MABOULISME contre les Etrangers. le peu de temps que j’ai passé au GABON a été l’un des moments les plus amers de ma vie. Tu peux faire la grande gueule!! Je te comprends tu es GABOMA, ce qu’ils ont de plus beau, c’est leur grande gueule qu’ils ouvrent à raconter ce qu’ils savent faire et ce qu’ils peuvent faire. QUESTION: A part votre regab et vos doses de pastis que savez vous faire de bon?? et pour Paul Biya, il fait ce qu’il fait, mais est ce qu’on t’a dit que les étrangers geraient le Cameroun????? Pour ça tu attendras longtemps!! parce que nous sommes entrepreneurs et efficaces! ça tu le sais!!! et vous autres le savez! d’où votre slogan: « l’homme Cam est fort »!!! et c’est logique on est fort. malgré l’argent que vous avez au gabon, vous miserez et vous accusez le gouvernement! Vos revenues finissent entre les jampes des gamines dépucelées, et les bars…si vous étiez dans la situation des camerounais, vous serez tous MORTS de famine, vous serez les plus misérables!!! En parlant du Cameroun, mesure tes mots cher ami, nous sommes à près de 16 millions d’habitants et on s’en sort tant bien que mal…mais vous êtes à peine un million et tu oses établir une comparaison??? Je vois, tu confirmes à nouveau que vous êtes Maboules !!!!

#47 Comment By brazié On 24 Sep 2009 @ 07:27

les jours de gloire sn devan gabon ho gabon mn cher gabon je serai tn épé ta kalashnikof fusil d assau bouclié j serai tn mortié kit a perdre ma vie et j vai la perdre to ou tard alor ofrir ma vie au gabon les annés noir c raproche me j tien les rangs j n romp pas rien ne me fera courbé les chine meme pas la déclaration de marie madelaine la prost car kel jugement peu tel donné en faveur du peuple j croi plu a la democratie au gabon il n leur reste que a reinstalé la peine de mort a toutes personne ki n kif pas leurs parti au francais de france vos dirigents von nous poussé a fair a vos resortissent c que leur on fai les ivoiriens dite a sarkosi kil est enkor temp de rectifié le tir car le gabon a de forte mal chance de fair boom et l onde de choc touchera la france car le gabon est le pays ki lui fourni moitié de de consomation en matier d energie bay