Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Violences lors d’une manifestation «anti-Ali Bongo»

Auteur/Source: · Date: 8 Août 2009
Catégorie(s): Divers

Des affrontements violents ont opposé, hier, à Libreville, au Gabon, plusieurs milliers de manifestants aux forces de l’ordre. Ces heurts ont éclaté après la dispersion d’un rassemblement – interdit par les autorités – de plusieurs centaines d’opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense, Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30août. «Le Gabon n’est pas une monarchie. C’est le peuple qui doit décider. Ali, va-t-en», a lancé un étudiant. «L’ère du PDG (Ndlr: Parti démocratique gabonais fondé par le président Bongo) est révolu. L’ère du Parti des ?détourneurs? gabonais est terminé», a souligné un quadragénaire. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants, qui ont répliqué par des jets de projectiles. Plusieurs milliers de personnes ont alors rejoint les opposants pour affronter les forces de l’ordre. Plusieurs blessés ont été dénombrés.

A Paris, près de 70 manifestants se sont également rassemblés près de l’ambassade du Gabon en France, pour demander un processus électoral «transparent» et la démission d’Ali Ben Bongo.  


SUR LE MÊME SUJET
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Deux manifestants sont morts vendredi au Caire, asphyxiés par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des sources médicales alors qu'une nouvelle flambée de violences traverse l'Egypte après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. Ces deux victimes ont été transportées à l'hôpital inconscientes après s'être jointes aux manifestants dans la capitale, près du ministère de l'Intérieur, où la police anti-émeutes tirait des gaz lacrymogènes et les protestataires ripostaient par des jets de pierres. Les affrontements ont repris vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une nouvelle flambée de violences après le drame du match ...
Lire l'article
Retour des violences au Caire
Des affrontements opposent pour le deuxième jour consécutif manifestants et forces de l'ordre dans le secteur de la place Tahrir. Au moins huit personnes ont péri vendredi. Le premier ministre égyptien dénonce une «contre-révolution». La tension ne retombe pas au Caire. Pour le deuxième jour consécutif, la place Tahrir et ses abords sont le théâtre ce samedi de violents affrontements entre opposants au pouvoir militaire et forces de l'ordre. Les heurts se sont étendus de la place, d'où s'élève un épais nuage de fumée, à un pont sur le Nil à proximité. Les protestataires, qui sont armés de pierres, sont eux-mêmes ...
Lire l'article
Jeudi noir et un collectif anti-colonial manifestent contre Ali Bongo Ondimba, à Paris
Les forces de l'ordre ont repoussé lundi sans ménagement une trentaine de militants du collectif "Jeudi Noir" et du réseau "Sortir du colonialisme", qui tentaient d'occuper un bâtiment à Paris appartenant, selon les manifestants, à l'Etat du Gabon. Tous les manifestants été interpellés pour une "vérification d'identité", selon la préfecture de police. Cette action a été menée alors que le président Nicolas Sarkozy recevait lundi son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba. Les forces de l'ordre ont pénétré dans les lieux, un ancien hôtel particulier situé 51 avenue de l'Université, dans le VIIe arrondissement de Paris, lundi peu avant 13h, a-t-on constaté sur ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - La France a estimé lundi que les violences de ces derniers jours au Gabon ont été exagérées, tout en continuant d'appeler les ressortissants français à la prudence, rapporte l’AFP. "Les événements ont été un peu grossis (…), à Libreville la situation est normale et à Port-Gentil, à quoi a-t-on à faire? A des pillages", a-t-on souligné à l'Elysée. "Un peu de confusion" n'est pas surprenant "dans un pays qui depuis quarante ans n'a pas connu une élection aussi libre que celle-ci", ajoute la même source. "Le plus inquiétant, ce n'est pas les quelques incidents qu'il y a eu mais plutôt ...
Lire l'article
Suite au coup d’état électoral perpétré au Gabon par Mr Ali Bongo, tous les gabonais résidants en Grande Bretagne, partisans du changement et amis du Gabon sont conviés à une manifestation devant l’ambassade de France en Grande Bretagne situe au 58 Knightsbridge London SW1X 7JT metro South Kensington station. La manifestation aura lieu le Lundi 7 Septembre 2009 à partir de 12h30. Par ailleurs, le collectif responsable de ladite manifestation se rendra à l’ambassade du Gabon en Grande Bretagne ce même Lundi 7 Septembre 2009 à 12h00 pour remettre à monsieur l’ambassadeur du Gabon en Grande Bretagne une lettre ouverte dudit ...
Lire l'article
Des dizaines de Gabonais ont manifesté vendredi à Paris pour réclamer un processus électoral "transparent" et la démission du poste de ministre de la Défense d'Ali Bongo, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle du 30 août. Près de 70 manifestants étaient rassemblés à quelques centaines de mètres de l'ambassade de Gabon et brandissaient des pancartes": "Ali Ben Bongo, démission", "Non au vol de nos urnes", "Non à la fraude massive" ou encore "Le Gabon mérite la démocratie". "Nous voulons la transparence électorale. Cette fois-ci, les Gabonais ne veulent pas qu'on leur vole leurs urnes", a déclaré Yolande Bazegue, organisatrice ...
Lire l'article
Des incidents ont eu lieu aujourd'hui au Gabon lors de la dispersion d'une manifestation d'opposants interdite par les autorités, faisant plusieurs blessés, a constaté un journaliste de l'AFP. Les incidents se sont produits lorsque les forces de l'ordre ont dispersé à Libreville plusieurs milliers d'opposants qui s'étaient rassemblés pour protester notamment contre le maintien au gouvernement d'Ali Ben Bongo (Défense), candidat à l'élection présidentielle du 30 août. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui ont répliqué par des jets de projectiles. Plusieurs blessés ont été dénombrés. Hier, une coalition d'une dizaines de candidats à la présidentielle avait annoncé ...
Lire l'article
Les forces de police et de la gendarmerie ont interdit samedi une manifestation d’un mouvement d’opposition ’’Bongo doit partir’’ (BDP), qui allait tenir un meeting à Rio, pour réclamer la démission du président Omar Bongo Ondimba, hospitalisé en Espagne. La manifestation n'a pas eu lieu, les forces de l’ordre ayant quadrillé ce quartier chaud, lieu très réputé des manifestations de l’opposition. La gendarmerie et la police ont investi le 23 mai dernier les lieux du meeting et installé des camions militaires sur les terres-plein, et les unités spéciales d’intervention procédaient à des fouilles de voitures sur ce grand carrefour. Le lendemain, ...
Lire l'article
Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville
LIBREVILLE (AGP) – Les forces de police et de la gendarmerie ont interdit samedi une manifestation d’un mouvement d’opposition ’’Bongo doit partir’’ (BDP), qui allait tenir un meeting à Rio, pour réclamer la démission du président Omar Bongo Ondimba, hospitalisé en Espagne, a constaté un journaliste de l’AGP sur place. Les membres de ce mouvement, qui n’existe que sur internet, n’ont pas pu tenir leur meeting, les forces de l’ordre ayant quadrillé ce quartier chaud, lieu très réputé des manifestations de l’opposition. La gendarmerie et de police ont investi samedi les lieux du meetings et installé des camions militaires sur les terres-plein, ...
Lire l'article
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Retour des violences au Caire
Jeudi noir et un collectif anti-colonial manifestent contre Ali Bongo Ondimba, à Paris
Bongo Doit Partir
Gabon-France-violences : Paris minimise les violences tout en appelant à la prudence
Manifestation anti Ali Bongo en Grande Bretagne
Manifestation à Paris pour des élections “transparentes” au Gabon
Gabon: heurts lors d’une manifestation
Gabon : Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville
Les forces de l’ordre interdisent une manifestation anti-Bongo à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Août 2009
Catégorie(s): Divers
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

8 Réponses à Gabon: Violences lors d’une manifestation «anti-Ali Bongo»

  1. kritikk

    9 Août 2009 a 05:23

    A “Attention” et aux autres defenseurs de la cause des candidats ministres sous le couvert du vide juridique,
    Je ne sais pas si vous êtes Rody ou pas, mais cette réaction à la con de “Rody” que j’ai déjà lu sur le site du RDPG et que vous reprenez ici est dénudé de toute objectivité et de toute honnêteté. Vous lancez des réactions comme celle ci sans vouloir voir plus loin que le bout de votre nez ou des intérêts qui guident votre seule famille, elle qui aura largement bénéficié des largesse et du désordre crée par le Clan Bongo.

    En vérité, tous ceux qui défendent Ali Bongo sous un quelconque prétexte que ce soit, le font pour leurs propres avantages. S’ils y a des gens qui font campagne pour lui, c’est juste parce qu’ils ont un parent proche dans les hautes sphères bongoistes et qui ne veulent pas perdre leur intérêts.
    C’est bête et idiot de votre part de souligner les cas des députés et ministres sous d’autres cieux qui participent aux élections alors même qu’ils sont premier ministres….

    Dans votre logique, vous avez oublié de demander la démission du président de la République avant toute nouvelle élection à laquelle la loi autorise de participer. Ce que je veux dire, c’est vous avez oublié les cas de Clinton, Chirac, Bush…et autres présidents qui n’ont jamais démissionné avant de briguer le second mandat que leur loi leur autorisait. Dans la foulée, demandez à Obama, Sarko, et autres chefs de gouvernement des autres pays occidentaux de démissionner avant de briguer un second mandat. Quelle logique!!!!

    Vous êtes aveugle parce que vous voulez l’être ou parce que le ventre que vous vous êtes taillé sur mesure avec l’aide du camp PDG et du Clan Bongo est l’obstruction même de votre visibilité.

    Ce que vous ne voulez pas dire en prélude c’est que le Gabon n’est pas une démocratie. Et si le Gabon avait été une démocratie, le problème de la candidature d’Ali ministre de la défense ne se poserait même pas. Ali pourrait bien être candidat à l’élection présidentielle même étant ministre de l’intérieur. Mais ici, ce n’est pas possible, parce que le Gabon n’est pas une démocratie, encore moins un exemple de transparence électorale!!!!! Et ca vous le savez!!!!! La machine PDG est assez huilée dans la fraude.
    Je vous accorde le fait de condamner les gens comme Mba Obame qui ont contribué à cet état de chose et qui aujourd’hui se passent pour opposant a un système qu’ils ont consolidé jusqu’a ce qu’il se pose un problème d’intérêts dans le clan Bongo et le camp PDG. Et en ce qui me concerne, Mba Obame n’est pas un opposant, c’est vrai, mais s’il peut aider le peuple gabonais à se sortir des griffes du système qui l’a nourrit, alors tant mieux pour le Gabon et les gabonais! Si ces barons du PDG peuvent contribuer à l’alternance à la tête du pays, alors, c’est le Gabon qui gagne.
    Je ne vois donc aucun mal à ce qu’un Casimir Oye Mba, Mba Obame, Mba Abessolo, Myboto, Mayila, contribuent à ce qu’un JABO ou un Mamboundou soit à la tête des affaires du Gabon tant que cela est pour le bien de la majorité des gabonais.

    Si donc le Gabon était un Etat démocratique, où le “parti démocratique gabonais” ne prendrait pas en otage la démocratie, si le Gabon était un Etat légaliste où la Loi serait scrupuleusement appliquée, où la justice serait indépendante d’un clan ou d’un camp, nous n’aurions pas eu à exiger la démission d’un acteur majeur dans l’organisation des élections, et ça vous le savez!!!!
    Si la justice était neutre et légaliste, Marie-Madeleine Mbourantsuo, la mère d’Ali Ben Bongo, qui est chargée de valider ou d’invalider une élection, ne serait pas à la tête de la cour constitutionnelle et ne s’y agripperait pas pour valider “l’élection” de son fils Ali.

    Vous parlez de la démission des maires et autres députés, mais que vous refusez de reconnaitre qu’ils n’influencent pas directement le vote de par leur positions!!! Les élections au Gabon sont organisées par l’Etat et le gouvernement, et non pas par une municipalité ou un député, encore moins par l’assemblée nationale!!! Les ministères de l’intérieur et de la défense sont charge d’organiser les élections et d’assurer la stabilité du pays avant, pendant et après les élections.
    Comment comprendre que ce soit Ali qui puisse mettre des militaires au service de la sécurité de ses rivaux? Comment comprendre que c’est le même Ali qui voudra taire la révolte populaire après les élections si sa “victoire” est contestée? Comment comprendre que ce soit sa maman Madeleine qui puisse décider de valider son “élection” juste pour protéger les intérêts de ses demi-frères?

    Vous parlez de loi qui soit muette à ce sujet, mais non, réfléchissez un instant!!! La loi n’est pas muette sur la question des ministres candidats, sinon plus loin des présidents et chefs de gouvernement candidats! On a vu dans aucun pays occidental un président en exercice ou un ministre en fonction démissionner (sauf pour des raisons personnelles), juste pour participer à une élection comme la constitution du pays lui autorise!!
    Non! Je ne suis pas juriste, mais a mon avis, La loi n’est pas muette, mais elle sous-entend qu’il ya transparence électorale! Cette loi que nous avons calqué des français sous-entend qu’il y a pas fraude massive, et que les élections sont organisées dans la légitimité, la transparence et l’indépendance totale des organes concernés.

    Mais le cas du Gabon n’est pas une démocratie!
    – La présidente par intérim est PDGiste, ce qui est normale vu que c’est le PDG qui a eu la majorité des sièges dans des élections que nous savons aussi là truquées (il ya des sénateurs qui le sont devenus par la force des choses et non pas parce qu’ils ont été élus, et je sais de quoi et de qui je parle).
    -Le président de l’assemblée nationale est PDGiste, ce qui est aussi normale dans le même contexte des élections que nous connaissons, et à ce titre, nous n’ignorons pas comment Ali Ben Bongo est devenu député et à quel prix!
    -Le premier ministre qui bat campagne pour Ali est PDGiste, ce qui est aussi normal!
    -Les ministres de l’intérieur et de la défense sont PDGistes, ce qui est normal et discutable
    -La présidente de la cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsuo, qui est non seulement hors-la-loi et illégale, est PDGiste naturelle, PDGiste par les liens des enfants et de la parente Bongoiste créatrice du parti unique, PDGiste par conviction, ce qui n’est plus normal quand on sait quel rôle elle joue dans les élections (Mengara aura fait les frais de l’illégalité de cette dame)
    -Le président de la CNE est PDGiste quoi qu’on en dise, ce qui n’est pas normal
    -Les présidents des différentes commissions électorales sont PDGistes, ce qui n’est pas normal.

    Donc arrêtez avec vos conneries qui consistent à rendre la Loi silencieuse où son silence en dit plus long! Si le Gabon était un pays démocratique, si la biométrie et le bulletin unique étaient a l’ordre du jour, le départ d’Ali ne serait pas a l’ordre du jour. Donc arrêtez de jouer à l’aveugle juste pour défendre vos intérêts personnels et pensez à Gabon d’abords si vous vous réclamez en tout âme et conscience Gabonais!!!

    Qu’Ali saute! Et il ya dans son gouvernement une bonne cinquantaine de postes, quit à muter vers un poste indépendant comme le ministère de l’agriculture. Le cas de Maganga n’est qu’un Alibi vu que cet opportuniste n’a aucun pouvoir de décision dans ce bal de vampire même s’il y demeurait 50 ans!

  2. wannawintché

    8 Août 2009 a 19:01

    Ali ben Bongo doit Partir!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. wannawintché

    8 Août 2009 a 18:48

    Ali touche moi-pas! casse toi, pov’con! tu sais sincerement, les Bongo on en veut plus! alors la plus du tout. T’as eu la chance de te faire un nom, si tu veux etre président sans soucis, change de nom, prends celui de Ali Dabany, peut être ke là, certains sympatisants te trouverons credible, ta candidature ne sera peut être plus genante. et puis franchement, le Goldys à 50 ans, toi aussi, j’aimerai pas avoir un président avec une tête pareil!

  4. attention

    8 Août 2009 a 16:36

    Notre pays le Gabon est régi par des lois constitutionnelles qui ne prévoient aucune disposition légale interdisant le maintien en fonction d’un candidat à l’élection présidentielle. Le cas de figure s’est déjà présenté en France, d’où nous calquons la majorité de nos lois, avec la participation à l’élection présidentielle de 1995 de monsieur Édouard Balladur, alors premier ministre Français.

    Dans le même ordre d’idée, nous pouvons constater que ni Omar Bongo, Président de la république, ni Pierre Mamboundou député et maire de Ndendé, ni Zackarie Myboto n’avaient démissionné de leurs fonctions lors de l’élection Présidentielle de 2005.

    Le cas de figure reste d’actualité vu que les candidats :

    * Pierre Mamboundou, candidat (Député et maire de Ndendé),

    * Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé (Président du conseil d’administration de la SOGARA)

    * Zacharie Myboto (Président du conseil d’administration de la COMILOG et député et maire de Mounana)

    pour ne citer que ceux-là, n’ont pas démissionné de leurs postes depuis l’annonce de leurs candidatures.

    Or, nous savons que les procès d’intension prêtés à Ali peuvent également être transportés aux niveaux locaux quand on sait que le maire d’une ville ou le PDG d’un conseil d’administration peuvent faire du trafic d’influence.

    Donc cela amène concrètement à questionner la pertinence de se servir de la démocratie comme prétexte pour défier les lois de la république et exiger la démission d’un ministre qui n’a fait aucune faute grave!

    Le plus curieux est que ces candidats qui se montrent consensuels quand il s’agit de programmer le désordre et la casse, sont les mêmes qui sont incapables de faire taire leurs soifs individuelles de pouvoir pour présenter un porte étendard aux gabonais qui pourrait augmenter les chances de l’opposition dans cette élection à un tour. Ils préfèrent crier à la fraude électorale au lieu de prendre le temps de se donner des chances de gagner ensembles!

  5. fla-meur

    8 Août 2009 a 14:23

    slt la populas.je suis vraiment navrée de vpoir à quel le gabonais peux avoir des idées banales sur des evenements quelconques.il n’a jamais ete dit que le GABON etait une monarchie ce qui veut dire que si Ali BONGO devient president ce sera forcement par la voix du vote alors laissons le battre campagne et decidons finalement de qui sera notre prochain president dans le calme et la quietude

  6. JulienM

    8 Août 2009 a 10:21

    Des remontées du Gabon m’informent que Ben Moubamba aurait fait preuve d’un courage exceptionnel hier et qu’il était en direct sur toutes les chaines du pays. On ne me parle que de lui, même au village ! Ce type quand même, on y croit ou pas, mais quel cran ! Allez voir son site, il est dans la population, on le voit au milieu des militaires, avec des blessés ensanglantés. Je dis bravo. Quand même, ce type est un vrai leader et il est honnête. Il est vraiment prêt à donner sa vie pour le Gabon. Les autres ne sont venus qu’après la bataille…

  7. Dominique Annie

    8 Août 2009 a 07:30

    je suis fière d’avoir participé à la manifestation anti bongo le 7/08/2009 à paris.
    Nous ne seront pas muselés, nous ne voulons plus d’un Bongo au pouvoir trop c’est trop.
    le GABON est à tous les gabonais.
    Je ne veux plus d’un Gabon dans lequel les gabonais meurent parce qu’il ne peuvent pas s’acheter des médicaments alors qu’il y a des médecins compétents, des hôpitaux publics, un pays riche avec une si petite population.
    je suis gabonaise fière de l’être et je demande un Gabon meilleur pour nos enfants avec une bonne l’éducation, une santé pour tous, une autosuffisance alimentaire, une vraie démocratie et une liberté de pensé

  8. ben

    8 Août 2009 a 04:44

    Ali Ben doit comprendre que la sagesse est une vertu.Et pourtant il doit bien s’imaginer que les barons du PDG ne sont la que pour son argent(argent du pays) et que dans les coulisses ils se moquent veritableeeeeeeeeeeeementment veritablement de lui.Soit sage mon frere les gabonais ne veulent plus seulement que tu demissionne mais aussi qu’aucun BONGO BONGO BONGO BONGO ou MBONGO? ne prennent encore le pouvoir.Salut YA ALI les memes qui assistent à tes rendez vous sont les memes que t’as vu marcher.Soit malin mon frere gabonais????????? soit malin car ce n’est qu’un apercu de ce que tu verra au cas ou un enfoiré se mettrait à citer ton nom comme le president de la republique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*