Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Ali Bongo, candidat du pouvoir à la présidentielle, démis du gouvernement

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba et candidat à la présidentielle du 30 août au Gabon, a été déchargé de ses fonctions de ministre de la Défense, selon une déclaration de la présidente intérimaire vendredi, à la veille de l’ouverture de la campagne

“Pour faire bonne mesure et mettre l’ensemble des candidats sur un (…) pied d’égalité, j’ai tenu à ce que ceux d’entre eux anciennement membres du gouvernement de la République soient déchargés de leurs fonctions”, a déclaré la présidente Rose Francine Rogombé dans un message à la Nation diffusé vendredi soir par la télévision publique RTG1.

Mme Rogombé n’a pas cité de nom, mais le seul candidat jusqu’alors membre du gouvernement était Ali Bongo, ministre de la Défense sans discontinuer depuis 1999 et investi par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Joints par l’AFP, la présidence et le cabinet du Premier ministre n’étaient pas immédiatement en mesure de dire qui remplaçait M. Bongo à la tête de ce ministère stratégique.

Dans le gouvernement formé le 22 juillet, Ali Bongo avait été reconduit à son poste en même temps que Pierre-Claver Maganga Moussavou (Enseignement technique), candidat d’un parti de la majorité, alors que trois autres candidats avaient été remerciés.

Leur maintien au gouvernement avait été régulièrement dénoncé par de nombreux la plupart des candidats, des hommes politiques et membres de la société civile, alors que le parti au pouvoir a fait état d’un faux débat, en indiquant qu’aucune loi n’exigeait la démission d’un ministre candidat.

M. Maganga Moussavou a annoncé le 6 août sa démission pour se consacrer à sa campagne. Le lendemain, le 7, une marche visant à protester notamment contre la présence d’Ali Bongo au gouvernement avait été marquée par des affrontements entre manifestants et policiers à Libreville, faisant plusieurs blessés.

Dans son message à la Nation, Rose Francine Rogombé a exhorté ses compatriotes à aller “dans la sérénité et la concorde nationale” à cette présidentielle anticipée, après le décès en juin, en cours de mandat, d’Omar Bongo qui a dirigé le Gabon pendant 41 ans.

“Comme arbitre, garant des institutions, j’ai oeuvré pour que cette échéance électorale soit préparée le mieux possible. (…) Le respect scrupuleux de la loi électorale revient à se conformer à de véritables obligations juridiques dont la violation expose leurs auteurs à de graves sanctions”, a affirmé Mme Rogombé.

“Je le redis afin que cela soit clair pour tous et que nul n’ignore: le temps de l’élection n’est un temps de non-droit pour personne, ni pour les électeurs, ni pour les candidats. Les fauteurs de troubles, où qu’ils soient et quels qu’ils soient, seront punis conformément à la loi”, a-t-elle prévenu.

La campagne électorale s’ouvre samedi pour deux semaines sur fond d’appels au report du vote de plusieurs candidats. 


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE — Les Gabonais choisissent dimanche parmi 18 candidats le successeur de leur président Omar Bongo, décédé en juin après 41 ans au pouvoir et dont un fils, Ali Bongo, est considéré comme un favori du scrutin. Au total, 813.164 électeurs sont appelés aux urnes de 07H00 à 18H00 locales (06H00 à 17H00 GMT) dans quelque 3.000 bureaux de vote au Gabon et à l'étranger. Le scrutin se déroulant sur un seul tour, c'est le candidat qui aura obtenu le plus grand nombre de voix qui sera élu pour sept ans. La commission électorale avait retenu 23 candidats - un record - ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le soutien qu’auraient apporté ce vendredi matin 11 candidats à l’élection présidentielle de dimanche prochain autour de la candidature de l’ex-ministre gabonais de l’intérieur André Mba Obame semblait ‘’voler en éclat’’, a constaté l’AGP après les démentis en cascade de certains de ces candidats. Dans un point de presse, tenu en fin de matinée au quartier général du dernier Premier ministre du président Omar Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong, le camp des pro-Mba Obame a tenu à faire la lumière sur les mobiles qui ont abouti à la désignation d’André Mba Obame comme candidat de cette coalition de ...
Lire l'article
Georges Bruno Ngoussi, homme d'église et candidat à l'élection présidentielle anticipée du 30 août, a réaffirmé, mercredi à Libreville, qu'il maintient sa candidature à ce scrutin, rejetant les allégations selon lesquelles il serait à la solde d'un ''super candidat'' également en course pour ce scrutin. ''Je le dis, je le répète, le révérend pasteur Georges Bruno Ngoussi n'est pas le candidat d'Ali Bongo Ondimba (candidat du parti au pouvoir, ndlr), je ne suis pas un suppositoire, je suis un homme avec grand H'', a affirmé M. Ngoussi dans une déclaration à la presse. ''Je suis candidat à l'élection présidentielle ( ) que ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), va présenter jeudi à la ’’Cité de la Démocratie’’ à Libreville son état-major de campagne, a annoncé à l’AGP une source proche du parti. Y sont invités à prendre part à cette rencontre, les militants du parti, les associations et les partis alliés au PDG. Depuis son investiture comme candidat du PDG, Ali Bongo a déjà rencontré des jeunes et les femmes qui ont réaffirmé leur ’’soutien jusqu’au bout’’ au candidat du parti pouvoir. Lors de la dernière rencontre avec les femmes, Ali Bongo a annoncé qu’il allait augmenter le Salaire ...
Lire l'article
Le nouveau gouvernement gabonais rendu public mercredi soir par le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, est caractérisé par la sortie de trois candidats à la présidentielle du 30 août 2009, le maintien de deux d’entre-deux au moment où les observateurs affirment qu’ « aucun texte ne prévoit le départ ou la sortie du gouvernement d’un candidat au scrutin présidentiel ». La « loi est silencieuse sur la question de la présence ou le retrait d’un membre du gouvernement en course pour la présidentielle », affirme-t-on, à Libreville. Ce qui laisse la possibilité aux personnalités « disponibles » d’être maintenues et aux autres ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, 50 ans, fils aîné du défunt président, Omar Bongo Ondimba, ministre de la Défense, a été investi par acclamations ce dimanche à Libreville par le Congrès extraordinaire du Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir), candidat de cette formation à la présidentielle du 30 août 2009.
Lire l'article
Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession, a annoncé mercredi le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ministre de la Défense, Ali Ben Bongo est donné favori pour succéder à ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, 50 ans, a été désigné candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) à la prochaine élection présidentielle par le Bureau politique de cette formation dont la réunion s’est tenue ce mercredi à Libreville. Ali Bongo Ondimba, l’un des vice-présidents du PDG, par ailleurs ministre de la Défense, qui sera investi lors du Congrès extraordinaire de ce parti convoqué finalement dimanche 19 juillet, a été choisi parmi les dix (10) candidats à la candidature.
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir "entérinera" mercredi le choix de son candidat au scrutin présidentiel qui doit avoir lieu à la suite du décès d'Omar Bongo, après recensement des prétendants, a-t-on appris samedi auprès de cette formation. Le recensement des "candidats à la candidature", entamé le 1er juillet, devait prendre fin à 19H00 (18H00 GMT) samedi. Mais le secrétaire général du PDG Faustin Boukoubi a affirmé dans la soirée à l'AFP que l'instance chargée de recueillir les dossiers était disposée à en recevoir après ce délai "pour éviter qu'on nous fasse des procès". "Ca peut aller jusqu'à minuit. Là, nous sommes ...
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Présidentielle au Gabon après 41 ans de pouvoir d’Omar Bongo
Politique-présidentielle: Le soutien autour du candidat André Mba Obame semble ‘’voler en éclat’’
Gabon: Un pasteur candidat à la présidentielle dément être à la solde d’un ”super candidat”
Gabon: Ali Bongo, candidat du parti au pouvoir, va présenter son état-major de campagne, jeudi
Gabon: « Aucun texte ne prévoit le départ du gouvernement d’un candidat à la présidentielle », selon les observateurs
Gabon: URGENT / Ali Bongo Ondimba investit candidat du PDG à la présidentielle d’août 2009
Ali Ben Bongo, candidat du parti au pouvoir au Gabon
Gabon: URGENT / Ali Bongo Ondimba candidat du PDG à la présidentielle (Officiel)
Présidentielle au Gabon: le candidat du parti au pouvoir connu le 8 juillet


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

19 Réponses à Gabon: Ali Bongo, candidat du pouvoir à la présidentielle, démis du gouvernement

  1. john

    15 Août 2009 a 15:58

    Ali na pas ete demis de ses fonctions commes vous le dites car ce dernier a tout simplement demisioner de son plein grer donc arreter de banaliser la chose car nous,nous voulons un vrai debat sur l’avenir du gabon eu un seul candidat a la solution ces pourkoi nous disons tout simplement oui a Ali bongo pour un gabon peace

  2. Alerte Rouge

    15 Août 2009 a 14:36

    Mbolo !
    Ali Bongo s’exilé pour quelle (s) raison(s) ?
    Sa démission est la preuve pour ceux qui en doutait de sa grande maturité politique.
    Maintenant qu’il n’est plus ministre de la défense qu’allez vous trouver à dire encore une fois qu’il sera élu président de la république Gabonaise ?

    De Manito

  3. god

    15 Août 2009 a 12:54

    Ali bongo a demssioner du gouvernement comme souhaitaient les 22autres candidat en coursse pour la presidencielle.
    Etant donner que le candidat du parti democratique gabonais les impressionnait.c’est pour dire qu’il l’afait sillament;de peur de chanter au soir du 30 aout qu’Ali a été élu parceque ceuci,cela
    soyons realiste Ali bongo a deja gagné.

  4. ben

    15 Août 2009 a 10:54

    ali bongo odimba hier soir a accepter sa demission du gouvernement comme vous le voulier dapre vous vous etes au meme pied degalite mais moi je ne croi pas ali bongo odimba est toujours plus fort que vous et les elections presidentielle il va les renporter avec le soutiens de la jeunesse gabonais vous voulez le detruir avec vos attaque mais vous avez perdu d avance ali bongo odimba est le meilleur

  5. Raid

    15 Août 2009 a 08:27

    Ali n’a pas démissionné,comme certains tentent de le dire,il a été viré du gouvernement,n’assayez pas de mettre du beurre là-dessus pour que ça ait bonne impression.Il a montré qu’il est le pire dicateur qu’il puisse y avoir dans ce monde.n’assayez pas de manipuler les gens ou de dire des contre vérité.

  6. www

    15 Août 2009 a 06:48

    c’etait prevu qu’il demissionne le 14aout,cette nouvelle etait connue par ses proches,l’un deux avait meme deja laché la doc a media d’afrik pour ceux qui suivent l’actualité.
    le fait pour rogombé de le decharger de ses fonction est une facon de restaurer a cette derniere son autorité.
    c’est la politique,ne soyez pas dupes,rien n’a changé au point de vue strategique,ndongou est en ce moment l’allié le plus sur et inconditionnel d’ali bongo.
    le meme ndongou qui declarera la victoire d’ali est le meme qui mettra l’ordre et pourquoi pas un couvre feu le 30 aout au soir.

  7. WEN

    15 Août 2009 a 06:33

    Il était temps que rose rélise qu”en dépit de tout elle reste au dessus de tout pour le moment, et puis quoi encore elle est la présidente ou pas? alors ALI BABA DEHORS ALIS ABO FRIZER, tout est possible lorsque DIEU pose sa main divine dessus et en ce moment DIEU par des multiples demandes des uns et des autres protège le gabon comme frizer père l’avait demander. maintenat sachez que ABO va vouloir nous montrer à quel point les anangos sont bètes croiyé moi il va vouloir regler des comptes a rose alors vigilance svp

  8. Oufff !

    15 Août 2009 a 06:21

    ALI,
    on dit qu’il vaut mieux quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent. Aujourd’hui c’est le poste de ministre sur lequel tu t’es agrippé et demain ce seront les biens mals aquis et le pays auquel tu dis appartenir qui te quitteront…

    Je te dédie cet extrait de poême, d’un digne fils du pays

    Quand sonnera l’heure: TU PARTIRAS!
    Couvert d’opprobe et de honte: TU PARTIRAS!
    Quand les dignes fils du pays, asservis et mutilés
    diront enfin NON: TU PARTIRAS!

    ET c’est à ce moment que toutes les personnes qui font semblant de te soutenir et qui te poussent à prendre le pays, juste pour préserver leurs biens et leurs avantages, te quitteront. Tu seras seul ALI, tu entends? TU SERAS SEUL.

    En bon entendeur…SALAUD!!!

  9. latif

    15 Août 2009 a 06:08

    Qui l’eût cru

  10. myself

    15 Août 2009 a 05:51

    c’est bon comme il a demissionner, au moins comme ca les “super-anges” n’auront plus a organiser des marches!! gagnez maintenant!!

  11. ABINKHABAT

    15 Août 2009 a 05:48

    A voir son insistance au gouvernement, ce biafra était décidé à racler le fond de nos marmittes.ce gorille se permet de se déplacer avec la présidente de la republique lors de sa visite à Oyem. il se prends pour qui ? il n’est pas rassasié de tout les biens mal acquis par son tuteur de pére ? qu’il aille au diable.Je ne comprends pas comment, un parvenu peu arriver dans notre pays et faire trembler tout le monde, c’est lui qui baise nos filles, nos seaurs,nos mamans,et même nos femmes,c’est encore lui qui s’accroche au gouvernement, c’est encore lui qui empêche les authentiques Gabonais de voyager. Je vous assure si ce voyou et ancien chanteur de cabaret vole les élections du 30 août n’allez pas au Stade omnisport président bongo le 05 AOÜT pour assister à la rencontre Gabon- Cameroun comptant pour les eliminatoires du mondial SUD – AFRICAIN, parceque c’est làbas que tout va commencer. A bon entendeur salut !!!!

  12. ali9 repond à stef

    15 Août 2009 a 03:47

    franchement frère je me demande si rellement tu est gabonais tant tu as nourri une haine aussi endurcie à l’égard de ton prochain.
    ALI est certe parti mais permet moi de te dire que nous ne sommes à l’abri de rien car les hommes qui ont gouverné au temps bongo sont toujours bien devant nous tous

  13. ali9

    15 Août 2009 a 03:40

    maintenant qu’il est parti présenter désormais les gabonais vos projets! et si vous même vous perdurez ds vos choses sachez que ça ira très mal pour vous car ALI ben bongo est dorenavent bien placé pour vous battre.

  14. NKOUL AKONG

    15 Août 2009 a 01:56

    Oui pour le depart de M Ali Bongo du ministere de la defense nationale.

    Vivement l’arrivée de quel bongovillois?de quel altologovéen?ou plus directement de quel personne pensée protéger les intérêts du clan bongoien au ministère de la défense:
    Mbaye Samuel?Oyini?Odja Nnéré?ou le retour du “bravissime” général Firmin Idriss Ngary?Mvou pol?

  15. Bhenen

    15 Août 2009 a 01:44

    C’est trop facile… Pourquoi Mme Rogombé accompagne t’elle la sortie d’Ali Bongo du gouvernement de menaces qui, pour moi, visent l’opposition ? Si c’est un ressortissant du Haut-Ogouée qui remplace Ali à la Défense Nationale, son départ ne serait qu’une pure mascarade visant à crédibiliser le geste de Mme Rogombé qui aurait agi, pourtant, sur ordre dans le but de légitimer l’utilisation de la force publique en cas de contestation, par l’opposition, des résultats de l’élection présidentielle.

    Le Ministère de la défense nationale n’est pas réservé aux seuls ressortissants du G2. Il faut aussi appliquer à ce département ministériel le principe de la fameuse théorie de la géopolitique bongoïste.

  16. kritikk

    15 Août 2009 a 00:25

    C’est trop facile ca! Ca sent le piege. C’est trop facile de croire qu’Ali ne va plus diriger le ministere de la defense alors qu’a peine quelques heures le PDG se defendait encore de sa position.

  17. Raid

    14 Août 2009 a 19:24

    Ali, il est tant que tu ailles en EXIL.Laisses nous réparer tous les dégats que tu as causés avec ton père.permets nous d’organiser les élections sans toi, car ta présence sur le territoire est plus que nuisible en ces temps.

    HONTE à Laure Olga gondjout (le premier ministre ne pouvait pas se passer d’une telle valeur)ses propos pour justifier le maintien d’Ali au gouvernement.Le piège n’oublie pas l’animal,mais c’est plutôt l’animal qui oublie le piège.Le mal que vous faites au peuple vous rattrapera un jour.

  18. steph

    14 Août 2009 a 18:54

    Donc il attendait vraiment qu’on le foute a la porte comme un chien au lieu de partir de lui meme???..
    c’est ça les presidents que vous voulez élire….je suis convaincu que ce sal idiot n’est pas gabonais…

  19. mbil foual

    14 Août 2009 a 18:37

    Enfin!!! Mais, la pression et la vigilance doivent se poursuivre!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*