Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : de quoi sera fait demain ?

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2009
Catégorie(s): Divers

C’est demain samedi, 15 août, que devrait commencer la campagne pour la présidentielle du 30 août prochain. 23 candidats dont trois femmes sont sur la ligne de départ. A l’arrivée, occuper le fauteuil présidentiel laissé vaquant par Omar Bongo Ondimba. L’homme qui régna en maître absolu sur ce pays d’environ un million d’habitants pendant 42 ans. La mort l’a finalement détrôné et terrassé le 8 juin dernier.
Parmi les 20 candidats masculins en lice figure son propre fils Ali Ben Bongo, 59 ans. Il en avait 12 lorsque son père prit les rènes du pays à la mort de Léon Mba, le tout premier président de la République gabonaise. Dans cette course figurent également d’autres caciques du parti démocratique gabonais (Pdg), parti créé par le président défunt. Il s’agit de Jean Eyeghe Ndong, ancien Premier ministre et ancien vice-président du parti, occupant les deux fauteuils à la mort du président. Il y a un autre ancien Premier ministre, ministre du Pétrole lors du dernier gouvernement de Omar Bongo. Il y en a d’autres qui, comme ces deux-là, ont dû, par dépit, quitter le navire Pdg, pour nager à leur propre compte vers le fauteuil tant convoité. Le parti ayant porté son choix sur le fils du président, ministre de la Défense jusqu’à ce jour.
Une position de force que la plupart des candidats ne voient pas d’un bon œil et exigent sa démission du gouvernement. L’opposition exige par ailleurs le report de cette élection ainsi qu’un toilettage des listes électorales qui, selon elle présente des irrégularités susceptibles de favoriser la fraude au profit du candidat gouvernemental Ali Ben Bongo.

Au-delà de ces querelles gabonaises, c’est l’ensemble des pays de la sous-région Cemac dont le Cameroun qui ont les yeux et les oreilles rivés sur le Gabon. Voisinage oblige. Ainsi que la sourde rivalité qui oppose depuis longtemps Libreville et Yaoundé. Aussi, pour des raisons diverses dont géopolitiques, Paul Biya et bien sûr les autres chefs d’Etat de la région dont le Congolais Denis Sassou Nguesso beau-père de Omar Bongo. Ce dernier, comme doyen des chefs d’Etat de la région, très actif sur le terrain politique et diplomatique dans la sous-région et au-delà, a laissé des actifs et des passifs chez ses voisins. La longévité aux affaires en a fait un interlocuteur privilégié de Paris dans la nébuleuse Françafrique. Même si les autorités françaises se déclarent publiquement « neutres » dans la succession d’Omar Bongo, cette neutralité n’est que du bout des lèvres. Tant les intérêts français au Gabon, comme dans la sous-région sont nombreux et colossaux. Paris entend bien tirer son épingle du jeu du 30 août. A ces intérêts se greffent des connexions maffieuses.
L’homme qui sera appelé à gouverner le Gabon à l’issue de cette élection fera-t-il le consensus entre Yaoundé, Brazzaville, Malabo et Paris ? Bien malin celui qui peut avancer la moindre réponse. Au-delà du choix des Gabonais, ceux de ces quatre capitales devraient compter aussi. D’ores et déjà, les spéculations vont bon train sur les choix éventuels de Paul. Pendant que certains lui attribuent le soutien à Jean Eyeghe Ndong, d’autres avancent que Casimir Oye Mba serait son candidat. Deux candidatures de l’aire géographique fang dont Paul Biya est aussi originaire comme Teodoro Obiang Nguema. Or au Gabon, les régions ne voudraient pas d’un Fang au pouvoir. La-bas, on jurerait que « tout, sauf un Fang ». Alors ? Qui sera l’homme du consensus à la fois pour les Gabonais, Yaoundé, Brazzaville, Malabo et Paris.
L’autre équation à résoudre pour Paris est celle de leader de la Françafrique. Paul Biya interpellé sur cette question à Paris se dit disposé. Il faut encore compter avec les ambitions de Denis Sassou Nguesso qui vient de se faire reélire à la tête de son pays avec les méthodes frauduleuses bien connues dans la sous-région Afrique centrale. D’où les incertitudes qui pèsent sur cette élection présidentielle gabonaise et après. 


SUR LE MÊME SUJET
Contentieux législatives: Le verdict attendu demain
Les délibérations des audiences publiques issues du contentieux né des législatives du 17 décembre dernier pourraient être connus ce mardi à la Cour Constitutionnelle. Ces délibérations de la gardienne des lois, interviennent après un processus d’auditions des différentes parties et leur comparution en audience publique. Il faut dire que sur les 45 dossiers de demande en annulation, la Cour Constitutionnelle pourrait juger une quarantaine irrecevable, les mobiles de cette irrecevabilité sont contenus dans l’article 72 de la loi organique de la Cour Constitutionnelle d’une part et dans l’absence de preuves d’autre part.
Lire l'article
Le Championnat d’Afrique des nations, qui se déroule actuellement au Soudan (4-25 février), ne déchaîne pas les passions. Jeuneafrique.com a demandé à trois sélectionneurs leur avis sur cette compétition. Robert Nouzaret (RD Congo) y est favorable, Gernot Rohr (Gabon) donne un avis mitigé et Alain Giresse (Mali) préfèrerait quant à lui qu’elle soit consacrée aux moins de 23 ans. Mais tous se rejoignent sur le même constat : il faut plus médiatiser ce championnat. Ils observent, de près ou de loin, ce tournoi réservé aux Africains évoluant sur le continent, et qui n’en n’est qu’à sa deuxième édition après celle remportée ...
Lire l'article
Dans un article intitulé:"Omar Bongo Ondimba serait-il mort empoisonné?", le journal Orety du Vénérable Jean Boniface Assélé remue le couteau dans la plaie sur le décès du Chef de l'Etat. Et comme on pouvait s'y attendre, on peut en effet lire ceci: "la seule personne restée à ses côtés était la nouvelle femme qu'il avait dotée à Oyem, après la disparition de la très regrettée Edith Lucie Bongo Ondimba. C'est elle qui essayait de l'alimenter avec du lait et du thé, entendu que le Président ne mangeait presque plus. La curiosité vient du fait que lorsque l'état de santé du ...
Lire l'article
Dans le cadre des élections présidentielle du 30 août prochain, plusieurs organisations internationales et sous régionales ont mandaté des missions d’observation pour veiller au bon déroulement des élections et garantir la fiabilité et la crédibilité du scrutin. Alors que de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'illégalité du processus électoral, les observateurs internationaux semblent tous d'accord pour annoncer un scrutin fiable et transparent. © D.R. Les observateurs internationaux ont annoncé la fiabilité et la transparence du processus électoral Depuis l'ouverture de la campagne électorale le 15 août dernier, plusieurs missions d’observation ont ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
Activités et News de la Coalition
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus. Info Coalition Résolutions et Meetings News et Activités Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Voir Communqué de presse de lancement de la Coalition. Résolutions du Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009 Programme Meeting de Bruxelles Résolutions de la Réunion de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Programme Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Articles, Vidéos, Audios et Communiqués Pour voir le programme des réunions du 20, 21 et 22 février 2009 à Paris, Cliquez ici Pour voir ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment été reçu à Paris par le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, et le chargé des Affaires africaines, Bruno Joubert, pour faire le point sur la coopération militaire entre les deux pays. Cette séance de travail a notamment permis de faire le point sur le renforcement de la coopération française pour la formation des effectifs gabonais, à travers les différents centres et écoles à vocation sous-régionale mis en place dans le cadre de cette coopération. Le suivi de la coopération militaire entre la France et le Gabon était ...
Lire l'article
Le Ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux, est attendu le 16 septembre prochain à Libreville dans le cadre d’une tournée africaine restreinte destinée à l'élaboration des lois concertées sur l'immigration vers l'Union européenne. La France et le Gabon avaient conclu en marge d’une visite éclair du président Sarkozy à Libreville en juillet 2007, un accord sur la gestion concertée des flux migratoires et du co-développement. Libreville sera la première escale du séjour africain du ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux, dans le cadre des concertations relatives aux dossiers sur l’immigration vers l’espace commun européen, notamment la controverse actuelle autour du projet ...
Lire l'article
La conférence des Nations Unies sur la biodiversité a été lancée le 19 mai à Bonn où sont réunis près de 200 gouvernements pour coordonner la lutte contre l'extinction des espèces dans le monde. D’ici une semaine, les participants devront juger s’ils sont parvenus à mettre en place les moyens nécessaires à l’objectif fixé en 2002 qui visait à ralentir le taux de disparition de la biodiversité d’ici 2010. Réunis depuis le 19 mai à Bonn, en Allemagne, pour la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, près de 200 gouvernements devront déterminer la semaine prochaine s’ils réussiront ou non ...
Lire l'article
Initialement Publié le 29 mai 2005. L?idée d'un statut institutionnalisé de Chef de l'opposition donné au candidat arrivé en seconde position de l'élection présidentielle est certainement l'idée la plus ridicule et la plus dangereuse de l'histoire politique gabonaise. Nous nous expliquons. Idée ridicule Ridicule parce que cette idée dénote de la surprenante légèreté politique de Pierre Mamboundou qui, à ce niveau, fait montre d'une naïveté politique inattendue. D?abord parce que, de son propre aveu, l'idée vient d'Omar Bongo lui-même et non de lui, ce qui veut dire que finalement, c'est Omar Bongo qui contrôlait la direction de ces négociations, et qu'il a su ...
Lire l'article
Contentieux législatives: Le verdict attendu demain
Polémique : à quoi sert le Chan ?
De quoi est-il mort Omar Bongo Ondimba?
Gabon : A quoi servent les missions d’observateurs des élections ?
Meetings de la Coalition
Activités et News de la Coalition
Gabon : Ali Bongo fait le point sur la coopération militaire avec le président français
Gabon : Hortefeux attendu demain à Libreville pour des concertations sur l’immigration vers l’UE
Environnement : Comment sauvegarder la biodiversité pour assurer les ressources alimentaires de demain’
Des conneries politiques de Pierre Mamboundou et d’Omar Bongo: Un statut de chef de l’opposition, pour quoi faire ?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2009
Catégorie(s): Divers
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

10 Réponses à Gabon : de quoi sera fait demain ?

  1. Guevara

    15 Août 2009 a 08:33

    La médiocrité et la bassese du système pédé-giste profitent à Alain,c’est pourquoi il a interet à ce que ca perdure.Si ca change il repartirait dans son village cultiver les tubercules et tirer son vin de palme…le pauvre n’aurait pas de place dans un systeme basé sur le merite et la competence.

    Chaque votant est à l’image de son candidat,n’est ce pas alino???

  2. Oufff !

    15 Août 2009 a 07:00

    Voila qui est bien dit Essigang, je venais dans le même ordre d’idée pour fermer sa bouche à Alain

  3. oka

    15 Août 2009 a 06:10

    tout sauf un ancien chanteur de cabaret a la tête de notre pays.

  4. wanshitong

    15 Août 2009 a 03:05

    URGENT !!! URGENT !!! URGENT !!!

    Le candidat a la presidentielle Jean Eyéghe Ndong se desiste au profit de Casimir Oye Mba ! Annonce prévue pour lundi matin.

    Source: Non confirmee.

  5. wanshitong

    14 Août 2009 a 17:37

    Gabon: Ali Bongo, candidat du pouvoir à la présidentielle, démis du gouvernement.

    LIBREVILLE — Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba et candidat à la présidentielle du 30 août au Gabon, a été déchargé de ses fonctions de ministre de la Défense, selon une déclaration de la présidente intérimaire vendredi, à la veille de l’ouverture de la campagne

    “Pour faire bonne mesure et mettre l’ensemble des candidats sur un (…) pied d’égalité, j’ai tenu à ce que ceux d’entre eux anciennement membres du gouvernement de la République soient déchargés de leurs fonctions”, a déclaré la présidente Rose Francine Rogombé dans un message à la Nation diffusé vendredi soir par la télévision publique RTG1.

    Mme Rogombé n’a pas cité de nom, mais le seul candidat jusqu’alors membre du gouvernement était Ali Bongo, ministre de la Défense sans discontinuer depuis 1999 et investi par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

    Joints par l’AFP, la présidence et le cabinet du Premier ministre n’étaient pas immédiatement en mesure de dire qui remplaçait M. Bongo à la tête de ce ministère stratégique.

    Dans le gouvernement formé le 22 juillet, Ali Bongo avait été reconduit à son poste en même temps que Pierre-Claver Maganga Moussavou (Enseignement technique), candidat d’un parti de la majorité, alors que trois autres candidats avaient été remerciés.

    Leur maintien au gouvernement avait été régulièrement dénoncé par de nombreux la plupart des candidats, des hommes politiques et membres de la société civile, alors que le parti au pouvoir a fait état d’un faux débat, en indiquant qu’aucune loi n’exigeait la démission d’un ministre candidat.

    M. Maganga Moussavou a annoncé le 6 août sa démission pour se consacrer à sa campagne. Le lendemain, le 7, une marche visant à protester notamment contre la présence d’Ali Bongo au gouvernement avait été marquée par des affrontements entre manifestants et policiers à Libreville, faisant plusieurs blessés.

    Dans son message à la Nation, Rose Francine Rogombé a exhorté ses compatriotes à aller “dans la sérénité et la concorde nationale” à cette présidentielle anticipée, après le décès en juin, en cours de mandat, d’Omar Bongo qui a dirigé le Gabon pendant 41 ans.

    “Comme arbitre, garant des institutions, j’ai oeuvré pour que cette échéance électorale soit préparée le mieux possible. (…) Le respect scrupuleux de la loi électorale revient à se conformer à de véritables obligations juridiques dont la violation expose leurs auteurs à de graves sanctions”, a affirmé Mme Rogombé.

    “Je le redis afin que cela soit clair pour tous et que nul n’ignore: le temps de l’élection n’est un temps de non-droit pour personne, ni pour les électeurs, ni pour les candidats. Les fauteurs de troubles, où qu’ils soient et quels qu’ils soient, seront punis conformément à la loi”, a-t-elle prévenu.

    La campagne électorale s’ouvre samedi pour deux semaines sur fond d’appels au report du vote de plusieurs candidats.

    Source: AFP

  6. wanshitong

    14 Août 2009 a 16:40

    URGENT !!!! URGENT !!! URGENT !!!

    Ali Bongo démis de ses fonctions au

    La Présidente de la République par intérim Madame Rose Francine Rogombé a annoncé dans un discours à la nation prononcé il y a quelques minutes que le candidat Ali Bongo est démis de ses fonctions au gouvernement afin qu’il soit sur le même pied d’égalité que les autres candidats. La Présidente de la République par intérim a donc finalement cédé à la pression du collectif des candidats à l’élection présidentielle qui avait organisé une marche à laquelle prirent part plus de 10 000 personnes afin de demander la démission du ministre de la Défense qui est candidat à l’élection présidentielle.

    La marche pacifique de l’opposition fut sévèrement réprimée par la police et les éléments de la gendarmerie sous les ordres d’Ali Bongo. Après ce désaveux des populations de Libreville, le ministre Ali Bongo s’était empressé de passer dans les médias de service public pour faire savoir que pour rien au monde il ne démissionnerait. Il vient de connaitre sa première défaite.

    Source: http://www.upg-gabon.org/
    Auteur : Alfred MBA ASSEKO

    ——————

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  7. chocoline la poupée noire

    14 Août 2009 a 16:17

    Peine perdue…Je sens que c’est memê pas la peine…je voulais un peu y croire mais je sens bien que nous allons entamer 42 autres années de trahison, tromperie et décadence

  8. PICON

    14 Août 2009 a 15:34

    Ngari a promi refaire la meme chose à fcv contre les partisans de l’upg.
    Je voulais dire ceci à Ngari et à tous ceux qui feront encore ceci:

    http://www.youtube.com/watch?v=t8TIv34YgEc

    ca c”etait 2005,javais bien gardé cette video .j’en ai d’autres du meme jour.tu sais bien ce que tu as fait à franceville
    nous sommes en 2009 et nous savons maintenant comment fabriquer les coktailmolotov et la bombe artisanale.on te poursuivra jusqu’à ton dernier retranchement à ngouoni.

  9. ESSIGANG

    14 Août 2009 a 14:59

    CHer Alain… je constate que tu as des dificultes a ecrire correctement en francais… Ne penserais tu pas que cela est une consequence logique de l’etat dans lequel ton Ali et sa famille ont mis le Gabon… je voudrais dire; le niveau scolaire du gabonais commun est tres faible, et tu sembles en etre un bon exemple… Alors cher frere, fais toi le plaisir de rever de quelqu’1 d’autre a la tete du Gabon, qui ne soit pas un BONGO. Un autre conseil a ton egard: “Pense deux fois avant de parler”. tu sembles manquer de BON-SENS !

  10. Alain

    14 Août 2009 a 12:34

    demain sera meilleur que aujourdh’ui car le gabon aura a sa tete un homme remplie d’ider construitive pour un developement armonieux pour le plaisir et l’avenir de tout les gabonais;ces pourquoi j’invite tout les gabonaises et gabonais a voter massivement pour le candidat des jeunes Monsieur Ali ben bongo ondimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*