Socialisez

FacebookTwitterRSS

La méfiance plane sur la présidentielle au Gabon

Auteur/Source: · Date: 18 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Des proches d’Omar Bongo rendent un dernier hommage au président éfunt lors de ses obsèques, le 16 juin. Les Gabonais redoute le scrutin du 30 août prochain pour sa succession.

Les Gabonais redoutent que la succession d’Omar Bongo, en théorie très ouverte, se fasse dans la violence le 30 août prochain.

Les gabonais sont circonspects. Trois jours après le début officiel de la campagne électorale pour désigner un successeur à Omar Bongo, mort début juin, le pays demeure étrangement calme. «Il y a une psychose qui se répand dans la population, une vraie peur que tout le processus tourne au désastre et à la violence», explique un observateur local.

Le scrutin prévu le 30 août prochain suscite encore de nombreuses interrogations. À commencer par la capacité pour le Gabon d’organiser une élection vraiment libre. La présence d’Ali Bongo dans la liste pléthorique des candidats – 23 en tout -, fils du défunt président et favori autoproclamé du vote, n’y est pas pour rien. Au Gabon, comme dans tant d’autres pays africains, la tentation d’une succession dynastique est bien réelle.

«Passage en force»

Peu populaire, Ali Bongo possède en revanche des moyens financiers sans rapport avec ceux de ses rivaux et de puissants leviers de pression sur les administrations et les médias locaux. Sa démission à contrecœur vendredi du poste de ministre de la Défense, sous la pression de ses opposants et de la présidente par intérim Rose Francine Rogombé, n’a pas vraiment rassuré. «On redoute un passage en force du clan Bongo», souligne l’observateur.

Les rumeurs de fraudes sont également nourries par le mode de scrutin à un seul tour et surtout par des listes électorales peu fiables – toujours pas arrêtées à deux semaines du vote. De l’aveu même du premier ministre, elles compteraient 120 000 doublons. Et on y trouverait au moins 700 000 électeurs, un chiffre étonnamment élevé pour un pays de 1,5 million d’habitants.

Les questions s’accumulent aussi sur la position de la France dans ces élections. La rue imagine volontiers l’ex-métropole, très présente au Gabon au cours des quatre décennies de règne d’Omar Bongo, accordant un soutien actif à Ali Bongo. Les dénégations de Nicolas Sarkozy lors de son passage à Libreville, affirmant que «la France n’avait pas de candidat», n’ont pas levé les soupçons. Ni surtout les déclarations de Robert Bourgi, un avocat franco-libanais très influent, conseiller officieux du président français, ayant assuré «qu’à titre personnel» il soutenait Ali Bongo.

Risque de troubles

Les grands rivaux du candidat du pouvoir, les anciens ministres Casimir Oye Mba et Jean Eyéghé Ndong, ou les opposants Pierre Mamboundou Zacharie Myboto et Paul Mba Abessole tirent depuis lors à boulets rouges sur Ali Bongo et sur cette Françafrique qui manipulerait le Gabon. Tous s’accordent aussi pour dénoncer le risque de troubles si l’élection devait laisser la place à la contestation. Un danger que personne ne sous-estime.

Le mode de scrutin à un tour semble en effet garantir un éparpillement des voix. L’élu, quel qu’il soit, sera-t-il mal élu ? L’absence de véritable passé politique à l’aune duquel juger les prétendants complique tout pronostic sur les lendemains de l’élection. «On peut redouter que certains n’acceptent pas la défaite, surtout si le vote est entaché de fraudes», souligne un diplomate.

Dans cette atmosphère de méfiance, la campagne pourrait devenir plus tendue. Lundi, lors d’un discours à l’occasion de la fête nationale, la présidente par intérim a tenté de calmer les esprits. Elle a prévenu que «les fauteurs de troubles, où qu’ils soient et quels qu’ils soient, seront punis conformément à la loi».
 


SUR LE MÊME SUJET
La menace d'une attaque planait lundi sur Bani Walid, au sud-est de Tripoli, devenue selon les nouvelles autorités un repaire pour des proches de Mouammar Kadhafi en fuite, après l'échec de négociations pour sa reddition pacifique. Les forces pro-CNT attendaient une décision des nouvelles autorités pour entrer ou pas à Bani Walid inquiètes que des civils soient utilisés comme "boucliers humains" par les pro-Kadhafi. "Nous attendons toujours la décision du Conseil national de transition (CNT). Ils ne veulent plus de sang", a déclaré à la presse Abdelrazzak Naduri, commandant opérationnel sur ce front, interrogé au poste de Chichan, situé à 70 km ...
Lire l'article
Après 13 journées de compétition, le championnat national de football D1 entame cette semaine la phase "retour" décisive pour les places qualificatives en coupes d'Afrique et la relégation en D2 qui plane sur le Racing sporting club et union sportive Oyem (13ème et 14ème, 8 points). Classés respectivement 13ème (Union sportive Oyem) avec 8 points-13 et 8 points-18 (Racing sporting club) au compteur, les deux équipes ont le commun de posséder la plus faible attaque (5 buts pour Rsc) et la défense la plus poreuse du championnat (24 buts encaissés pour l'Uso), 23 buts encaissés pour le Racing. C'est dire l'ampleur du ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle gabonaise va procéder mardi au "recomptage des suffrages" du scrutin présidentiel du 30 août, dans le cadre des recours de plusieurs candidats qui contestent les résultats du vote, a appris l'AFP samedi soir auprès de l'opposition. Une source à la Cour constitutionnelle jointe par l'AFP n'était pas immédiatement en mesure de confirmer cette information, annoncée par le porte-parole de l'opposant historique Pierre Mamboundou, classé 3e au scrutin. Ce recomptage a toutefois été confirmé sous couvert d'anonymat dans l'entourage d'un autre candidat battu. Aucune indication n'était immédiatement disponible sur le nombre de voix concernées. "Le recomptage des suffrages" est prévu "le mardi ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président du Parti social démocrate (PSD), Pierre Claver-Maganga Moussavou, qui a obtenu 2.576 des voix (0,76%) lors du scrutin présidentiel du 30 août dernier, a appelé mercredi les candidats malheureux à reconnaître les résultats officiels, proclamés par la Cour constitutionnelle. ’’Je vous invite à faire table rase sur le passé afin d’œuvrer pour un Gabon plus émergent’’, a déclaré M. Maganga Moussavou lors d’une conférence de presse à Libreville. Ex-ministre de l’Enseignement technique, le leader du PSD, autrefois ancré dans la majorité, n’était plus apparu en public depuis l’annonce des résultats. La déclaration de M. Maganga Moussavou intervient alors ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Initialement prévue pour mercredi à 10H 00 (09 GMT), l’assemblée plénière de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap), a été repoussée pour 15H 00 (14H GMT) à son siège de la Cité de la démocratie, selon un communiqué de la Cénap. Le communiqué ne donne pas les raisons de ce décalage horaire. La réunion de mercredi a pour objet d’éplucher tous les 3.000 procès-verbaux issus du scrutin présidentiel de dimanche dernier. Le convoyage et la centralisation de ces résultats ont débuté depuis dimanche après le scrutin. Peu après le scrutin, les candidats Ali Bongo, André Mba ...
Lire l'article
LIBREVILLE, (AGP) - A la veille du scrutin, qui doit désigner le successeur d’Omar Bongo décédé en juin dernier, la guerre des nerfs a éclaté dans la nuit de dimanche à entre trois des principaux candidats, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) Ali Bongo Ondimba et les deux candidats indépendant Pierre Mamboundou et André Mba Obame qui se disent chacun en tête du scrutin. Le secrétaire du PDG, Faustin Boukoubi, l’ancien ministre de l’intérieur André Mba Obame et le candidat indépendant Mamboundou de l’Union du peuple gabonais (UPG) Pierre Mamboundou se disent en tête du scrutin en se ...
Lire l'article
Libreville, 31 août (GABONEWS) - Ali Bongo Ondimba , candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) à la présidentielle a déclaré ce lundi, dans une conférence de presse au quartier général de sa formation politique que « des informations issues des provinces et de l’étranger me donnent largement gagnant ». Actualité du :31/08/2009 Toutefois, le champion du PDG qui sera le « président de tous les Gabonais », s’exprimant pour la première fois depuis la clôture du scrutin, n’a pas voulu « gêner les institutions compétentes » en avançant un pourcentage ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Plus de 813.000 électeurs gabonais sont inscrits pour la présidentielle anticipée du 30 août prochain, a indiqué mardi une source du ministère gabonais de l'Intérieur. "La liste électorale vient d'être remise à la Cénap", la Commission électorale nationale autonome et permanente qui organise les scrutins, a déclaré Jean Eric Nziengui Mangala, conseiller en communication de ce ministère chargé de la préparation des élections. Le fichier des inscrits a été révisé et actualisé. "Il y a 813.164 électeurs, Gabon et étranger compris. Il est possible qu'il y ait encore des doublons" en raison notamment de la présence de défunts, mais aucune ...
Lire l'article
Les différents candidats à la prochaine élection présidentielle anticipée affichent leur intérêt pour les technologies de l’information et de la communication (TIC) qui les aident à ratisser large lors du scrutin du 30 août prochain. Ali Bongo Ondimba (la cinquantaine, ministre de la Défense nationale et porte-étendard du PDG) et Casimir Oyé Mba (67 ans, ministre d’Etat, en charge des Mines et Pétrole, par ailleurs candidat indépendant), ont déjà annoncé les couleurs, en usant de ces technologies – courriels électroniques et messages téléphoniques - pour amorcer la propagande électorale. Lesdits messages invitent à adhérer au programme de ...
Lire l'article
Le personnel gabonais de l'Agence pour la sécurité et la navigation aérienne en Afrique et Madagascar (ASECNA) a partiellement levé son mouvement de grève le 22 juillet dernier, suite aux négociations avec le ministère de l’Aviation civile. Mais le spectre de la paralysie des interfaces aéroportuaires du pays, qui persiste encore à Port-Gentil, est aussi vivace que restent aléatoires les règlements des primes réclamées. Un consensus bancal a été trouvé le 22 juillet entre les agents de l’antenne locale de l’Agence pour la sécurité et la navigation aérienne en Afrique et Madagascar (ASECNA) et le ministère de l’Aviation civile. Gelant le trafic ...
Lire l'article
Libye: la menace plane sur Bani Walid possible repaire de proches de Kadhafi
Sport / National Foot : Le spectre de la relégation plane sur le Racing sporting club et l’Union sportive d’Oyem
Présidentielle au Gabon: “recomptage des suffrages” mardi , selon l’opposition
Présidentielle : Maganga Moussavou appelle les candidats malheureux à reconnaître le verdict des urnes
Présidentielle : La plénière de la Cénap repoussée pour 15H 00 (14H GMT)
Gabon/Présidentielle: guerre des nerfs à la veille des résultats
Gabon: Présidentielle 2009 / « Des informations issues de toutes les provinces et de l’étranger me donnent largement gagnant », Ali Bongo Ondimba
Présidentielle : Plus de 813.000 électeurs inscrits pour la présidentielle (Intérieur)
Gabon: Les candidats à l’élection présidentielle anticipée férus des technologies de l’information
Gabon : Le spectre de la grève plane toujours sur l’ASECNA


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*