Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Mamboundou : «toutes les conditions de la contestation sont réunies»

Auteur/Source: · Date: 21 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Le tête de file de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou, candidat à l’élection présidentielle pour le compte de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) qui réunit cinq partis politiques, a fustigé le 19 août dernier sur France 24 l’illégalité du processus électoral en cours et des institutions chargées de la transition. Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG) a notamment dénoncé le mandat «illégal» de l’actuelle présidente de la Cour Constitutionnelle, avant de présenter des mesures prioritaires pour réformer l’Etat et l’administration publique.

«J’ai depuis quelques années intenté une action auprès de la Commission des Droits de l’Homme de l’UA, pour dire que madame Mbourastouo et son équipe n’étaient plus compétentes pour connaître les affaires de la Cour Constitutionnelle. Personne n’en a entendu raison et cette violation de la Constitution continue jusqu’à ce jour», a dénoncé Pierre Mamboundou.

«Ceci doublé du fait que madame Mbourantsouo a fait des enfants avec le défunt chef de l’Etat gabonais, donc ses enfants sont les frères de monsieur Ali Bongo. Dans un pays normal, madame Mbourantsouo serait simplement désaisie de ce dossier et déclarée incompétente compte tenu des relations de famille entre un candidat et elle, puisque qu’elle va connaître les contentieux électoraux», a-t-il poursuivi.

Il a également affirmé que «la Cour Constitutionnelle a pris un certain nombre de décisions qui n’ont pas été respectées par le gouvernement. Notamment l’article 74 de la loi qui dit que le collège électoral devra être convoqué par un décret pris en Conseil des ministres au moins trente jours avant l’élection, cette disposition n’a pas été respectée et nous sommes en totale illégalité».

«Mais l’illégalité au Gabon est un sport national», a fustigé le candidat de l’ACR.

«Je me suis présenté deux fois aux élections en 1998 et en 2005, et les deux fois j’ai gagné les élections. Mais le fait du prince a fait que je n’ai pas été déclaré vainqueur. Qu’en sera-t-il de cette fois ci ?», a lancé le président de l’Union du peuple gabonais (UPG), l’un des principaux partis de l’opposition.

«Le dispositif de fraude qui a été mis en place il y a quelques années a été formaté sur Omar Bongo, celui-ci n’est plus. La situation aujourd’hui est que le Parti démocratique gabonais (PDG) a implosé, il y a plusieurs candidats, et je crois que cette mutuelle neutralisation donne des chances à l’opposition de l’emporter», a pronostiqué Mamboundou.

Mais «toutes les conditions de la contestation des résultats sont réunies», a-t-il lancé.

«Il y a eu des bureaux de vote pirates, on découvre des urnes bourrées, doublées du fait que quelles que soient les prouesses du président qui nous a quittés, 42 ans, il y a ne fusse que l’effet de lassitude. Si tout ceci est doublé de la misère ambiante qui s’est développée pendant ces années là, je ne vois pas comment le candidat du PDG pourrait espérer être troisième», estime encore le chef de file de l’opposition. «Ali Bongo n’est le favori de personne ici», a-t-il affirmé.

Concernant ses priorités s’il est porté à la présidence, Pierre Mamboundou a insisté sur l’importance de «restaurer l’autorité de l’Etat, qui a disparu depuis 42 ans. La deuxième chose c’est de débourser bien pour redistribuer pour tout le monde».

A cet effet, il a annoncé un certain nombre de mesures comme «la suppression du Sénat ; la réduction du nombre de députés ; la suppression du poste de vice-président dont on ne sait pas à quoi il sert ; faire en sorte que l’équipe qui gère l’Etat gabonais soit une équipe restreinte, que les Gabonais puissent se retrouver dans ce gouvernement, que les techniciens de l’administration puissent se retrouver dans la décision», dénonçant «le nombre important de ministres qui fait que la décision se perd en chemin».

Concernant la gestion des ressources naturelles, Pierre Mamboundou a abordé les contrats d’exploration et de partage de production, fustigeant le fait que «la partie gabonaise se perd en chemin». Une partie «qui n’est pas perdue pour tout le monde puisqu’il y a des milliardaires au Gabon, il faut qu’ils trouvent l’argent quelque part», ajoute-t-il.

«Contre cela, ma première préoccupation c’est de rationaliser la collecte de tous les fonds qui rentrent relativement à l’avance de la partie gabonaise. Non seulement diminuer le nombre d’intermédiaires mais nous créer très rapidement une interface entre les pétroliers et l’Etat gabonais qui s’appelle la Gabonaise des Pétroles et qui aura quatre fonctions : des fonctions d’exploration, d’exploitation, de distribution et de crédits. De cette façon, la part gabonaise sera mieux utilisée et les réultats de cette vente iront dans le développement», propose le candidat de l’ACR.

Pierre Mamboundou a enfin souligné que «ce qui est important c’est de mettre les Gabonais dans des conditions moins difficiles que celles qu’ils ont connues pendant 42 ans. J’ai entendu un chiffre de 50 000 logements par an mais il faudrait que vous sachiez que pour un gouvernement responsable, il ne peut pas donner plus de 6 000 logements par an, qui ont une valeur de 200 milliards de francs CFA, dont il faut trouver le financement».
 


SUR LE MÊME SUJET
Après l’annonce du décès du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou dans la nuit du samedi 15 octobre à Libreville, l’agence de presse GABONEWS a sillonné les différents quartiers de la capitale gabonaise afin de recueillir les impressions du citoyen lambda. « Tout d’abord le président de l’UPG était réputé pour sa sagacité juridique, sa prolixité et bien évidemment pour sa rigueur morale et intellectuelle. Il était doté d’une culture politique et d’un sens de la dialectique qui en faisait un redoutable débatteur et un communiquant de bon niveau. La classe politique gabonaise perd là l’un des plus brillants de ses ...
Lire l'article
La Famille de Pierre Mamboundou Mamboundou, a officialisé, ce dimanche sur la télévision nationale (RTG1), son décès par un communiqué dont en voici l’intégralité : Les Clans Badjema et Dibamba , les familles de feu Mamboundou Jean et de Mboumba Elisabeth ont la profonde douleur d'annoncer aux parents, amis, connaissances, aux militants de l'Union du Peuple Gabonais, au Peuple gabonais, aux autorités gabonaises, aux autorités diplomatiques accréditées au Gabon, au peuple africain et au monde le décès de leur fils Pierre Mamboundou Mamboundou, Président de l'Union du peuple Gabonais et Député à l'assemblée nationale. Décès survenu dans la nuit du ...
Lire l'article
De retour au Gabon en provenance de Paris en France il y a quelques semaines, le leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou, a promis de rendre public dans les prochains jours sa nouvelle approche politique, en disant espérer le soutien du peuple et de ses alliés politiques, citant notamment sa formation politique, l’Union du Peuple Gabonais (UPG), et la plate forme qui l’a soutenu lors de la présidentielle du 30 août 2009, l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR). La question que d’aucuns se posent est de savoir si Pierre Mamboundou serait tenté par une nouvelle aventure ? Est-il prêt ...
Lire l'article
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Le mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) condamne l’imposture, la dictature et le banditisme d’état d’Ali Bongo et note que les conditions d’une insurrection révolutionnaire, sous forme de guerre civile, de coup d’état et/ou de soulèvement populaire en bonnes et dues formes, sont désormais réunies au Gabon. C’est le constat qui s’impose suite à l’annonce du régime bongoïste du Gabon de renforcer, par une énième modification de la Constitution, les pouvoirs déjà excessifs et dictatoriaux du Président de la République gabonaise tels que définis par la Constitution actuelle du pays, une Constitution devenue chiffon après avoir ...
Lire l'article
Alerte rouge, les syndicats menacent d’une grève généralisée, la cour constitutionnelle vient d’invalider les recours des candidats malheureux, le climat politique est tendu entre la majorité quelque fois arrogante et l’opposition toujours agressive et passive,… Toutes les conditions sont réunies. La lecture du paysage politique est un exercice qui se fait sans passion et nécessite beaucoup d’objectivité. La morosité du climat politique actuelle au Gabon laisse entrevoir la faisabilité d’un coup d’état. Toutes les conditions étant réunies à cet effet. D’abord, il y a lieu d’affirmer que ce coup d’état ne serait point un coup d’état militaire. Car, les officiers gradés, capables ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou s’est exprimé ce 13 février sur la perte par le Gabon du poste de Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Mettant la perte de ce poste à l’actif d’une « diplomatie digne d’amateur », le Chef de file de l’UPG a demandé que soit organisée sans délai une réunion extraordinaire pour rediscuter les nouvelles conditions de fonctionnement et de répartition des responsabilités au sein de la BEAC puisque la nomination d’un gouverneur équato-guinéen rend de fait caduc toutes les autres dispositions arrêtées à Fort Lamy. L’organisation de cette réunion permettra selon Pierre Mamboundou de clarifier ...
Lire l'article
Port-Gentil (Gabon), envoyé spécial Regards fuyants et hostiles, bruits étouffés, rues jonchées d'ordures et de carcasses de voitures calcinées, ruines de bâtiments encore fumantes : Port-Gentil s'est réveillée hagarde, dimanche 6 septembre, après sa troisième nuit d'émeutes postélectorales qui ont causé la mort de trois personnes, selon un nouveau bilan officiel. La capitale pétrolière du Gabon, petite ville aux allures coloniales avec son secteur européen et ses quartiers "indigènes" séparés par un boulevard, a des allures de cité fantôme. "D'un côté, la ville qui bouge, de l'autre la ville qui souffre", résume un Gabonais. Entre révolte politique et pillage crapuleux, les violences ...
Lire l'article
Libreville, 30 août (GABONEWS) – Le politologue Wenceslas Mamboundou, l’un des nombreux invités à l’émission la « Grande nuit électorale », diffusée actuellement sur les chaînes nationales de la radio et télévision (RTG1 et 2), est revenu ce dimanche soir sur le désistement du candidat indépendant, Casimir Oyé Mba, à l’élection présidentielle. Pour le politologue Wenceslas mamboundou, cette attitude peut s’expliquer par le fait que « les comportements politiques sont changeants au cours d’une élection ». « On l’a compté parmi les favoris à cette élection présidentielle », a –t-il déclaré au sujet de M. Oyé Mba. D’autre part, s’interrogeant ...
Lire l'article
Le candidat de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) par ailleurs président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition) Pierre Mamboundou, a devisé vendredi avec la presse sur la neutralité des présidents de Commissions électorales locales et consulaires, le traitement équitable des candidats sur les médias publics, la révision des listes électorales, en vue de l’élection du 30 août 2009. Ainsi, « les Gabonais veulent des élections libres et transparentes. Les militants éminents du Parti démocratique gabonais, du Cercle des Libéraux Réformateurs, tous les membres de la coalition soutenant le candidat du PDG ...
Lire l'article
Dans une interview accordée vendredi dernier au journaliste de la Voix de l'Amérique Ferdinand Ferella et diffusée aujourd'hui lundi 12 septembre, le Dr. Daniel Mengara fustige ce qu'il appelle les "listes électorales préfabriquées par le régime" et appelle non seulement à un report pur et simple de l'élection de décembre au mois de juin 2006 afin d'établir les conditions de la transparence électorale avant l'élections. Pour écouter la totalité de l'interview, cliquez ici. (format Real Player). Pour télécharger le fichier de l'interview, cliquez ici. (format ZIP).
Lire l'article
Décès Pierre Mamboundou/ Micro-trottoir: « Pierre Mamboundou laisse un grand vide dans le système politique gabonais » selon de nombreux Librevillois
La famille de Pierre Mamboundou Mamboundou annonce officiellement son décès
Gabon / Remaniement gouvernemental : Pierre Mamboundou Mamboundou, l’heure du choix
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Les conditions du coup d’état sont effectives au Gabon
Gabon : Pierre Mamboundou demande de nouvelles conditions de fonctionnement et de répartition des responsabilités au sein de la BEAC
Ali Bongo recourt à la force à Port-Gentil, foyer de la contestation
Gabon: « Les comportements politiques sont changeants d’une élection à une autres », (Wenceslas Mamboundou, politologue)
Gabon: Pierre Mamboundou a devisé avec la presse sur les conditions d’organisation de l’élection présidentielle
Interview du Dr. Daniel Mengara sur VOA: “Il faut reporter l’élection car les conditions de transparence ne sont tout simplement pas réunies”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Gabon : Mamboundou : «toutes les conditions de la contestation sont réunies»

  1. hervinho

    21 Août 2009 a 20:17

    J’ai suivi son debat a la RTG1, il faut avouer que Pierre MAMBOUNDOU est celui qu’il faut pour restauré vraiment ce pays…inplacable et tres sur de lui, tres intélligent et quel charisme mon dieu! je voulais voter pour MENGARA mais etant donner les circonstances, je voterai sans failles pour MAMBOUNDOU

  2. bossougou

    21 Août 2009 a 20:12

    TU ES NOTRE PRESIDENT…PAS PARCEQUE TU ES TROP PROPRE CAR PERSONNE N’EST PROPRE DANS CE PAYS MAIS PARCEQUE TU AS AU MOINS UN DISCOURS QUI SENS LA VERITE ET SANS MODESTIE…JE PREFERE TE VOTER AU LIEU DE VOTER LES GENS COMME oye mba QUI SONT DES INCAPABLES ET DES AMORPHES…

  3. Obama barack

    21 Août 2009 a 12:46

    Parce que Le dr mengara ne plus dans la course ce pourquoi je peu peut être te donné ma voix,mais si non tu crains,les français était obligé de voté chirac pour barré la route a le pen ce ne pas pcqu’il voulait de chirac,mais par contrainte je crois que les gabonais peuvent suivre c’est exemple pour dire non a la régime démoniaque pdgiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*