- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Paul Mba Abessole, «Ali Bongo ne peut pas être élu président»

Le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité), Paul Mba Abessole, ancien vice-Premier ministre en charge de la Culture et candidat à l’élection présidentielle du 30 août, est revenu sur ses positions d’opposant pour dénoncer les failles du système en place et promouvoir son projet de société. Dans une interview accordée le 24 août à RFI, que nous publions in extenso, Paul Mba Abessole réfute en bloc l’hypothèse d’une victoire du candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, arguant qu’il n’a aucun crédit auprès des populations, même dans son village de Bongoville.

© D.R. – Paul Mba Abessole, président du Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité)

Qu’est-ce qui changera si vous êtes élu ?
«Si je suis élu, tout va changer dans la mesure où l’homme gabonais est couché. Quand je parle de l’homme, naturellement je parle de sa formation, da sa santé, de son environnement. Le système sanitaire et le système éducatif vont changer. Je dirais du tout au tout, parce que je veux donner à ces deux domaines un statut particulier. Ma priorité c’est d’abord mettre l’homme debout, l’enseignement et la santé, et la construction de l’unité nationale par la rencontre de toutes les communautés culturelles pour que les gens se connaissent pour que les préjugés tombent.

Vous parlez d’unité nationale, mais comme vous appartenez à la principale communauté du pays, les Fang, un certain nombre de Gabonais des autres communautés craignent une hégémonie fang si vous êtes élu ?
Non si je suis élu, je ne suis pas élu en tant que fang, je suis élu en tant que Gabonais. Et si je suis au pouvoir ce ne sont pas les fang qui sont au pouvoir, c’est un individu auquel tous les Gabonais auront fait confiance. Et je ne regarderais pas de quelle ethnie les individus sont, je regarderais leur potentialité et leur capacité à participer au changement que je voudrais instaurer dans le pays.

Vous prônez le changement mais depuis 10 ans vous êtes rallié au régime, vous sortez à peine du gouvernement, quelle est votre crédibilité comme candidat du changement ?
Et alors ? Précisons les mots. Je ne me suis jamais rallié au régime. Je me suis associé, j’ai fait une coalition avec le régime, et cela veut dire que je gardais mon identité, mon projet de société qui est toujours le même, vous avez pu le constater depuis1990.

C’est vrai que vous êtes l’opposant historique, vous avez été plusieurs fois candidat à la présidentielle, mais à la dernière élection en 2005, vous n’étiez pas là, est-ce que vous ne craignez pas que les électeurs vous aient oublié au profit d’un Pierre Mamboundou ou d’un Zacharie Myboto ?
Non je ne pense pas que les électeurs m’aient oublié étant donné que j’ai le parti le mieux organisé. En fait nous étions toujours présents dans l’opinion, même si je ne parlais pas dans les meetings, mais je parlais avec le président, je lui parlais quand on était à deux pour lui dire que son système éducatif était complètement un échec, parce que la plupart des hauts fonctionnaires vont mourir à l’étranger, en France notamment. Cela veut dire que le Gabon, l’Etat gabonais, est incapable de soigner ses citoyens et je vous assure que si Bongo était encore vivant, je lui dirais monsieur le président vous-même vous êtes allé mourir à l’étranger, c’est la preuve que le système sanitaire au Gabon est un échec.

Oui, mais Paul Mba Abessole, tout cela ne vous a pas empêché de voter Bongo en 2005, alors est-ce que vous n’êtes pas moins crédible qu’un Mamboundou ou q’un Myboto ?
Ne me comparez pas aux autres, ils font ce qu’ils ont à faire. Je ne me compare pas aux autres, les autres n’ont pas eu des responsabilités d’Etat pour Mamboundou et monsieur Myboto a eu ses responsabilités, chacun sait comment ils ont assumé. J’ai été maire de Libreville, on a vu ce que j’ai réalisé, à chacun il faut demander les traces qu’il a laissées dans les fonctions qu’il a exercées dans le passé.

Pourquoi avez-vous fait alliance avec le parti au pouvoir (PDG) du temps d’Omar Bongo et pourquoi rompez-vous avec le PDG du temps de son fils Ali Bongo ?
Mais parce que le PDG n’existe plus. Faire alliance avec Ali sur quel point. Il n’y a rien, il n’y a aucun projet. Quelqu’un qui dit je prend la place parce que mon père était là, cela ne constitue pas un projet pour moi. Ali Bongo n’a pas de projet, je sais que même avec son père il n’avait pas de projet, et je sais ce que son père lui avait même dit. Son père ne l’a jamais vu comme quelqu’un qui devait lui succéder. Maintenant il voit comment le peuple gabonais l’accueille. Pour l’instant, je ne pense pas qu’il puisse être élu comme président de la République, parce que de partout on le rejette. Lui-même il le sait parfaitement.

Donc pour vous, Ali Bongo ne part pas favori, malgré la machine électorale de son parti PDG ?
Mais non ! Ne me parlez pas du PDG ! Les vrais responsables du PDG ont été marginalisés, il s’agit d’un groupuscule de monarchistes, qui croient que la République est une affaire de famille.

Et si au lendemain de l’élection les institutions déclarent que le scrutin a été transparent et qu’Ali Bongo est élu. Comment réagirez-vous ?
Monsieur c’est une hypothèse totalement impossible. Ali Bongo ne peut pas être élu président de la République avec une élection transparente. Il n’a même jamais été capable d’être élu à Bongoville. Puisque le président et moi on s’entendait bien, il me disait «retire-moi ton candidat, sinon mon petit va avoir des difficultés». Il n’a jamais pu être élu normalement à Bongoville dans son village, c’est pas au Gabon qu’il peut être élu. Nous disons ceci, si nous gagnons, si quelqu’un essaie encore de voler notre victoire nous saurons défendre notre victoire.

Et si nécessaire la défendrez-vous dans la rue ?
Nous la défendrons par les moyens démocratiques dont nous disposerons. Si cela s’impose, descendre dans la rue, c’est-à-dire faire des manifestations, c’est aussi démocratique, c’est prévu. Quand on est pas content d’une position on manifeste dans la rue, on montre son mécontentement, mais ce que nous refusons naturellement, c’est la violence et la violence ne viendra sûrement pas de notre côté. Je vous dis qu’il est impossible qu’Ali Bongo soit élu président de la République gabonaise avec des élections transparentes. C’est impossible ! Si on dit qu’Ali Bongo est élu président de la République, on sait déjà que c’est de la magouille, puisqu’il y a même déjà des pourcentages de sa victoire éventuelle qui courent à gauche et à droite. Mais moi je ne tiens pas compte de cela, nous allons aller aux urnes et puis nous allons gagner».
 


SUR LE MÊME SUJET
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”
Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l'ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Les Manifestants ont ...
Lire l'article [1]
(Par PR BIYAMBOU) Et si, loin de l’abattre, la défaite à la dernière élection législative anticipée du 6 juin avait requinqué le père Paul Mba Abessole ? Si cette épreuve l’avait endurci, remotivé pour d’autres combats politiques? S’il avait décidé de rebondir plus haut, à Kango, par exemple, où même au premier siège du 2è arrondissement de Libreville, voire au 5è arrondissement où il s’était déjà essayé? L’intéressé, qui s’est muré dans la méditation, le laisse penser et plusieurs de ses proches y croient dur comme fer. La mue sera progressive, parce que dans l’opposition, ses détracteurs ont toujours dépeint ...
Lire l'article [2]
Le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu ce mardi au palais de la présidence, le leader du Rassemblement Pour le Gabon (RPG, opposition) Paul Mba Abessole, en présence du Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, dans la logique annoncée par le Chef de l’Etat, au sortir de l’élection présidentielle du 30 août 2009, c'est-à-dire de garder la main tendue en direction de tous. L’économie de la rencontre entre les deux hommes a été faite par Faustin Boukoubi qui a indiqué que « le Président Mba Abessole, en bon compatriote, s’est montré disponible, ...
Lire l'article [3]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [4]
LIBREVILLE, (AGP) - Le président camerounais Paul Biya, dans un message parvenu ce dimanche à la Rédaction de l'AGP, a félicité le président gabonais Ali Bongo Ondimba, pour sa brillante élection à la tête de son pays au terme du scrutin à un tour de dimanche 30 août 2009. Au terme d'un scrutin âprement disputé, écrit Paul Biya, vous venez d'être porté à la présidence de la République gabonaise. La confiance dont vous êtres ainsi investi est assurément porteuse de nouveaux espoirs pour votre peuple, mais elle est aussi chargée de grands défis, ceux de la paix, du développement et du ...
Lire l'article [5]
L’ancien ministre de l’Intérieur est candidat : interview Les candidatures à l’élection présidentielle du Gabon se multiplient depuis le 17 juillet, tant au sein de la majorité présidentielle que de l’opposition. André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur et de la Coordination et du suivi du gouvernement, a révélé ses ambitions vendredi. Bien que son parti, le PDG (Parti démocratique gabonais, au pouvoir), ait fait d’Ali Bongo Ondimba, fils du président défunt, son candidat officiel, il a décidé de se présenter lui aussi. André Mba Obame se veut le digne et véritable héritier d’Omar Bongo Ondimba dont il entend poursuivre l’œuvre. ...
Lire l'article [6]
La présidente de la République Gabonaise par intérim, Chef de l’Etat, Rose Francine Rogombé, invitée ce jeudi matin de Radio France Internationale (RFI), n’a pas exclu la présence des candidatures « indépendantes » au sein du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la présidentielle à venir. Répondant à RFI depuis la ville de Syrte, en Libye, où elle prend part depuis mardi au 13ème sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), Madame Rogombé a déclaré que « tout le monde pourra se présenter, il y aura plusieurs candidats, peut être des indépendants au sein du ...
Lire l'article [7]
Le député PS André Vallini a estimé, mardi 9 juin, que le président gabonais Omar Bongo, décédé la veille, avait financé en France des campagnes électorales pour le compte de la droite comme "peut-être" de la gauche."Nous savons tous précisément qu'Omar Bongo a financé de nombreuses campagnes électorales à droite mais aussi à gauche, parfois, peut-être. On l'a entendu dire. Je crains hélas que cela soit un peu vrai, y compris concernant la gauche", a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale. M. Vallini était interrogé sur les propos de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, selon qui Omar Bongo a financé la ...
Lire l'article [8]
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article [9]
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article [10]
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit
Paul Mba Abessole peut-il rebondir ?
Paul Mba Abessole, président du RPG (opposition) chez le Président de la République Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon-Cameroun: Paul Biya félicite le président Ali Bongo Ondimba
André Mba Obame : l’élection présidentielle au Gabon « ne peut être une affaire de famille »
Libye: Présidentielle au Gabon : « Peut – être des indépendants au sein du PDG », (Rose Francine Rogombé, président de la République)
Bongo a financé des campagnes à droite et “peut-être” à gauche
Commentaires
Pétition Honneur et Dignité

4 Comments (Open | Close)

4 Comments To "Gabon : Paul Mba Abessole, «Ali Bongo ne peut pas être élu président»"

#1 Comment By onganga On 26 Août 2009 @ 03:29

Et c’est toi qui peut être president ? hier tu étais pseudo opposant la famine t’a attrapé OBO t”a appellé de venir manger, maintenant tu veux cracher dans la soupe qui t’a sauvé. t’es hypocite mon ” père” la bible refuse ça tu sais ? laisse l’affaire aux autres toi tu ne peux pas.ta mission est ailleurs.

#2 Comment By galffano vitalys On 26 Août 2009 @ 04:15

Onganga la politique ce n’est pas l’igname. Retourne au village.

#3 Comment By galffano vitalys On 26 Août 2009 @ 12:09

Si tu ne sais pas ce qu’à fait Mba ne dis rien et observe. Parce qu’on dirait que ce sujet n’est pas à ton niveau. MBA C’est un grand, si tu ne l’a pas encore compris c’est ton probleme.

#4 Comment By Tate mafoumb On 27 Août 2009 @ 06:29

ATTENTION CHRONIQUE D’UNE FRAUDE ANNONCEE

Au sortir de la réunion de ce mercredi 26/08/09 avec la CENAP il a été mis à jour l’existence pour la France d’une liste électorale correspondant à un 6è centre de vote.

Ce centre dont on ignore la localisation géographique est constitué de 3 bureaux accueillant respectivement 396, 398 et 397 électeurs. Soit près de 1200 personnes.

De plus une liste électorale similaire existe à Lille.

Quelle est l’origine de cette liste supplémentaire ?

Comment alors qu’on estime à 7000 personnes environ le collège électoral en France, peut-on avoir plus de 1000 électeurs sur une nouvelle liste ?

Est-ce que ce sont des électeurs en plus ou des redites de noms déjà présents par ailleurs ?

Où vont voter ces personnes quand on constate que cette liste couvre toute la France ?

Autant de questions ouvertes qui entretiennent la suspicion et laissent planer le doute.

Pour ce qui nous concerne il a été décidé de communiquer sur cette “nouvelle” liste et d’en faire large écho. Nous attirons donc l’attention des uns et des autres afin que chacun maintienne la vigilance.

• DES ENFANTS NÉS EN 1995 à 2004 sont inscrits sur les listes électorales (200 NOMS RECENCES RIEN QUE SUR PARIS)
• Ces listes sont consultables au Consulat

Cordialement