Socialisez

FacebookTwitterRSS

Au Gabon, les candidats font de mirifiques promesses

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Ali Bongo Ondimba, mardi lors d’un meeting à Libreville le 23 août. Le candidat a notamment promis de combattre la corruption, d’améliorer les écoles, le salaire des professeurs et les transports. Crédits photo : AFP
REPORTAGE – Les prétendants à la succession d’Omar Bongo font campagne auprès d’une population démunie et méfiante

C’est une route défoncée et poussiéreuse comme il y en a tant dans les quartiers périphériques de Libreville. Un petit chemin qui longe des baraques de tôles et de planches surpeuplées, bordé de canalisations d’eau mal rafistolées. Il suffit pourtant juste de lever la tête pour apercevoir les hauts immeubles du cœur de la capitale gabonaise. «Le centre est tout près. Mais dans les têtes et les réalités c’est très loin. Les gens de là-bas viennent juste de se rappeler que l’on existe», résume Albert.

Ce carrossier de Kinguélé a vu son quartier plonger dans la campagne électorale en un claquement de doigts. Dimanche, les Gabonais doivent se rendre aux urnes pour désigner un successeur à Omar Bongo, mort en juin. Ici, en une nuit, il y a tout juste douze jours, les murs et les réverbères se sont constellés des slogans des principaux prétendants à la victoire. Il est vrai que ce IIIe arrondissement, populaire et multiethnique, rebelle aussi, est considéré comme une zone test par tous les états-majors. Les anciens ministres André Mba Obame et Casimir Oyé Mba, l’opposant Pierre Manboundou sillonnent les lieux. Les affiches d’Ali Bongo, le fils de l’ancien président et favori autoproclamé de l’élection, sont partout. Elles clament juste : «Ali’9.»

Le nom de Bongo est soigneusement oublié. Sans doute ne fait-il plus recette. Les 42 ans de règne du défunt président terminés, les langues se délient. «On en veut à Bongo. Que Dieu ait son âme, mais le désastre du Gabon est de sa faute», glisse Béranger, un jeune chômeur. La foule reproche en vrac au Père de la nation «une politique clientéliste, la gabegie et la corruption des élites» qui ont maintenu le Gabon parmi les pays les moins développés du monde.

Les successeurs potentiels de feu Bongo n’ignorent rien de ce désir de changement. Tous ont donc multiplié les promesses et les excuses pour un passé dans lequel tous ou presque ont joué un rôle significatif. «Nous devons assumer notre histoire et nos erreurs afin d’en tirer des leçons», confesse Ali Bongo. L’homme a promis de combattre le fléau de la corruption, d’améliorer les écoles décrépites, le salaire de professeurs, les transports… André Mba Obame s’est engagé à construire des classes pour tous, à verser des allocations familiales aux pauvres, et mettre en place une sécurité sociale dès le 1er janvier. «C’est tout à fait possible avec le budget actuel si on arrête les cadeaux politiques», martèle l’ancien ministre de l’Intérieur.

«Ils racontent des mensonges depuis 42 ans», sourit Alex. Son épouse, Daniela, qui tient une petite échoppe où elle vend tout et rien, est aussi sceptique. «La sécurité sociale ? Cest quoi ? De toute façon ils disent tous des choses pour avoir nos votes», explique-t-elle, rapidement. Ses préoccupations sont ailleurs. Kinguélé est presque totalement privé d’eau depuis une semaine. Elle doit se battre chaque matin pour en trouver. Pourtant, comme ses voisines elle se passionne pour la campagne. «Si on ne choisit pas, on n’a aucune chance.» Mais elle tient à garder son choix secret. Des heures durant, elle a fait la queue pour obtenir sa carte d’électeur.

Voter «pour de l’argent»

Jeudi, devant les bureaux de vote, de longues de files de citoyens patientaient encore pour obtenir le sésame. Des gens énervés. «Ils nous font attendre en pensant qu’on va se lasser. Mais on restera. Ils ne tricheront pas dans cette élection», lance Pierry. Ce plombier est persuadé, comme beaucoup, qu’une fraude se prépare. Une tricherie inhérente, selon lui, «au système». «Nous ne sommes pas une monarchie. On ne peut pas nous imposer Ali. On se battra avec des armes ou avec une grève.» La publication d’une liste électorale pléthorique, plus de 800 000 électeurs pour 1,5 million d’habitants souvent jeunes, n’a rien fait pour calmer les esprits. Libreville regorge de rumeurs. Chacun est certain qu’un bateau plein de mercenaires croise déjà au large. Des mercenaires européens. On se méfie aussi des étrangers africains, nombreux au Gabon, accusés d’être prêts à voter «pour de l’argent». On accuse les francs-maçons d’envoyer de mauvais sorts…

Assis dans un coin, Anse sourit timidement devant ces grondements. Lui a choisi de donner sa voix à Ali Bongo. Avec un argument massue. «Il est déjà riche. C’est l’homme qu’il nous faut. Il n’a pas besoin de nous voler.»

Tanguy Berthemet, envoyé spécial à Libreville
Article paru dans l’édition du 28.08.09.


SUR LE MÊME SUJET
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Depuis l'annonce tambour battant du projet Bélinga en 2006, avec un contrat minier record de 1600 milliards de francs CFA, l'auréole du «messie» chinois s'est sérieusement effritée et les belles promesses tournent au mirage. Alors que la partie chinoise vient seulement de remettre aux autorités gabonaises l'étude de faisabilité et d'impact environnemental, Libreville n'exclut plus ni la révision du contrat, ni l'attribution du marché à un partenaire plus sûr. Plus de trois ans après la signature du contrat d'exploitation du gisement de fer de Bélinga, c'est seulement le 21 décembre dernier que la partie chinoise a remis aux autorités gabonaises les ...
Lire l'article
L’attribution du prix Nobel de la paix à un président américain qui est encore au début de son mandat a suscité critiques et encouragements. "La Croix" analyse la portée de cet événement et donne la parole à treize grands témoins Surprise, incompréhension, joie et doutes se sont mêlés, vendredi matin 9 octobre, à l’annonce du lauréat 2009 du prix Nobel de la paix. À l’initiative de La Croix, treize personnalités reviennent sur le débat que ce prix suscite et disent ce que l’élection de Barack Obama, il y a moins d’un an, a déjà provoqué comme évolution dans le monde. « Depuis ...
Lire l'article
Les jeunes filles économiquement faibles ont récemment lancé un appel au nouveau président élu, Ali Bongo, pour la mise en oeuvre des points de son programme de société ayant trait à la lutte contre la pauvreté et le soutien aux Gabonais économiquement faibles (GEF). Lors de sa campagne menée tambours battant à travers les neuf provinces, Ali Bongo avait promis une plus juste répartition des richesses pour lutter contre la pauvreté et assurer aux Gabonais un «avenir en confiance». © static'/gaboneco - Les jeunes filles économiquement faibles attendent de pied ferme les promesses électorales d'Ali Bongo ...
Lire l'article
15 des 18 candidats à l'élection présidentielle du 30 août se sont réunis le 7 septembre à Libreville pour dénoncer la fraude électorale massive ayant conduit à la proclamation de la victoire d'Ali Bongo Ondimba, et la violente répression des autorités envers la population et les leaders de l'opposition. Dans un communiqué, que nous publions in extenso, les candidats appellent au recomptage des voix et à la mise en place d'une enquête internationale pour déterminer la gravité de la répression des émeutes post-électorales, dont ils affirment qu'elle serait bien plus importante que ne le relaient les informations officielles. ...
Lire l'article
Réunis le 27 juillet dernier à Libreville, huit candidats à l'élection présidentielle, emmenés par l'opposant Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, ont exigé la démission des ministres de la Défense nationale, Ali Bongo Ondimba, et de l'Enseignement technique, Pierre Claver Maganga Moussavou, maintenus au gouvernement malgré leurs candidatures à l'élection du 30 août prochain. Issus des rangs de l'opposition ou candidats indépendants, ils dénoncent particulièrement le maintien du contrôle par un candidat des forces de sécurité et des services de renseignements. Née le 22 juillet dernier suite à la composition du nouveau gouvernement par le Premier ministre Paul Biyoghe Mba, c'est le ...
Lire l'article
Suite à la création le 15 avril dernier à Paris du Fonds d’investissement pour l’agriculture africaine (FIAA), l’ONG française de développement CCFD-Terre Solidaire a dénoncé le fonctionnement de ce nouvel organe, qui ne serait pas adapté aux enjeux actuels de la sécurité alimentaire en Afrique. L’ONG explique que le mode de financement du FIAA devrait privilégier l’industrie agroalimentaire et les monocultures, qui produisent peu d’emplois et luttent moins efficacement contre la pauvreté et l’exode rural. L’ONG française de développement CCFD-Terre solidaire a estimé le 15 avril dernier que la création du Fonds d’investissement pour l’agriculture africaine (FIAA) ne répondait pas aux ...
Lire l'article
Crise oblige, la production du manganèse marque le pas au Gabon. La Comilog qui exploite le métal destiné à la sidérurgie s’adapte à la baisse de la demande de ses principaux clients, les Etats-Unis, et surtout la Chine. Cela ne remet pas en cause l’ambition de la filiale du groupe français Eramet : faire du Gabon le premier producteur mondial de manganèse. Pour y parvenir, la Comilog a besoin d’une meilleure fourniture en électricité, elle compte pour cela sur l’extension du barrage de Poubara. C’est maintenant acquis, samedi le président du Gabon était sur place pour inaugurer le chantier. Et dès ...
Lire l'article
La Grande Nuit de la musique, festival de toutes les musiques au Gabon, a tenue toutes ses promesses dans la nuit de samedi au stade annexe de Libreville, avec plus de 60 artistes nationaux et internationaux qui ont presté sur la même scène pour le plaisir de plus de 30.000 spectateurs. Démarré en débuté de soirée, le spectacle s’est étalé sur toute la nuit jusqu’aux environs de 6 heures du matin. Pour les spectateurs qui ont fait le déplacement du stade annexe, à l’instar de Carla, jeune Librevilloise de 18 ans « c’est un podium de rêve », assure –t- ...
Lire l'article
Le développement de l’Afrique a occupé l’axe central des travaux du G8 qui ont débuté hier après-midi, à Toyako Lake, sur l’île de Hokkaido. Les chefs d’Etat et de gouvernement pays riches du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Russie) et ceux des pays africains invités (Afrique du Sud, Algérie, Ethiopie, Ghana, Nigeria, Sénégal, Tanzanie plus l’Union africaine) se sont retrouvés autour de la même table pour discuter de la situation de l’Afrique et des moyens nécessaires pour aider à son développement. Les pays africains attendent toujours que les grandes puissances respectent leurs engagements. Celui de concrétiser les ...
Lire l'article
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Gabon : Les chinois tiendront-ils les promesses de Bélinga ?
Barack Obama, un Nobel plein de promesses
Gabon : Les jeunes filles démunies rappellent Ali Bongo à ses promesses de campagne
Gabon : 15 candidats font bloc contre le “coup de force électoral“
Gabon : 8 candidats exigent la démission des ministres candidats
Sarkozy esquive ses promesses de soutien à l’agriculture
Manganèse, fer et uranium : les promesses du Gabon
Gabon: La Grande Nuit de la musique tient toutes ses promesses à Libreville
SOMMET DU G8: l’Afrique se nourrit encore des promesses occidentales

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*