Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : A quoi servent les missions d’observateurs des élections ?

Auteur/Source: · Date: 29 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Dans le cadre des élections présidentielle du 30 août prochain, plusieurs organisations internationales et sous régionales ont mandaté des missions d’observation pour veiller au bon déroulement des élections et garantir la fiabilité et la crédibilité du scrutin. Alors que de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’illégalité du processus électoral, les observateurs internationaux semblent tous d’accord pour annoncer un scrutin fiable et transparent.

© D.R. Les observateurs internationaux ont annoncé la fiabilité et la transparence du processus électoral

Depuis l’ouverture de la campagne électorale le 15 août dernier, plusieurs missions d’observation ont été accueillies sur le sol gabonais, notamment celles de l’Union africaine (UA), de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour veiller au respect de la démocratie et de l’Etat de droit.

Ces missions de moins d’une dizaine de personnes ont initié des séances de travail avec les représentants des institutions en charge de la transition politique et de l’organisation des élections, notamment le chef de l’Etat, le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), le ministre de l’Intérieur ainsi que les différents candidats à l’élection présidentielle du 30 août.

Cet «oeil ouvert» de la communauté internationale avait suscité de nombreux espoirs de la part de nombreux candidats qui dénoncent depuis la fin du mois de juillet l’«illégalité» du processus électoral et la partialité des autorités.

«Après tous les entretiens que j’ai eu avec les officiels gouvernementaux, tout est en train d’être fait pour assurer la fiabilité, la transparence et la crédibilité du scrutin du 30 août prochain», rapportait le chef de mission de l’OIF, Gérard Latortue, au sortir de son entretien le 24 août dernier avec le ministre de la Communication.

Même son de cloche du côté des représentants de l’Union africaine, Albert Tévoédjrè et Moustapha Niasse, ou du chef de la mission d’observateurs de la CEEAC, l’Abbé Malu Malu. Tous semblent s’accorder sur la «transparence» et la «fiabilité» du processus électoral.

Pourtant la majorité des candidats dénoncent les entorses à la loi électorale. «Le gouvernement n’a pas mis en place le décret qui convoque le collège électoral, un décret qui devait être pris en Conseil des ministres et publié dans un journal d’annonces légal ; il n’y a pas eu d’ordonnances signé par le chef de l’Etat ; les listes électorales n’ont pas été publiées à temps ; des milliers d’électeurs qui voulaient voter ne se sont pas isncrits ; de même il y a tous ces doublons sur les listes affichées», avait notamment énuméré le candidat indépendant Bruno Ben Moubamba.

Toutes ces entraves au Code électoral son bel et bien vérifiables, ne serait-ce que par rapport aux retards et manquements accusés sur le calendrier électoral proposé par le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, et approuvé par la CENAP. Ces institutions étaient d’ailleurs les premiers interlocuteurs des observateurs.

Avec plus de 2 800 bureaux de vote sur l’étendue du territoire national et près de 200 à l’extérieur, la petite dizaine d’«experts» mandatée par chaque organisme devraient par ailleurs avoir du mal à avoir une vision globalement juste et objective de la fiabilité du scrutin du 30 août prochain.

Dans ces conditions, à quoi servent réellement ces missions, sinon à entériner les failles démocratiques pourtant dénoncées par le peuple ?


SUR LE MÊME SUJET
Dans la perspective de l’arrivée des observateurs internationaux dans le cadre des Législatives du 17 décembre prochain, le président de la Commission Spéciale chargée de l’accueil et de l’encadrement des observateurs internationaux, le Professeur Daniel Franck Idiata a, au cours d’un entretien accordé à notre consœur « L’Union », donné quelques précisions sur la façon dont les choses s’organisent à ce niveau. « L’Union » : A quelques heures de la tenue du scrutin, y-a-t-il un réel engouement des observateurs internationaux pour ce vote qui va marquer le renouvellement de l’Assemblée Nationale ? Pr Daniel Franck Idiata : « Oui, le Gabon ...
Lire l'article
Par Ursula Soares La décision est sans appel. La Cour constitutionnelle a décidé de ne pas introduire la biométrie pour le prochain scrutin législatif. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba l’a confirmé mardi soir 16 août. L’opposition, qui avait demandé cette mesure pour une meilleure transparence du processus électoral parle de « mise en scène ». Dans son discours à la Nation, à la veille de la fête nationale, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a confirmé, mardi 16 août 2011, que les législatives se dérouleraient sans biométrie. « La Cour a procédé à son arbitrage », a-t-il souligné « et je ...
Lire l'article
Réunis le 1er septembre dernier à Libreville pour faire un point préliminaire sur le déroulement de l'élection présdientielle du 30 août, les observateurs internationaux se sont tous accordés à dire que le scrutin s'était déroulé sans anicroches, dans le respect de la démocratie et de la transparence. Pourtant, aucune délégation n'a manqué d'offrir une large place dans son rapport pour appeler les Gabonais au calme, au respect du verdict des urnes et à la tolérance. Des appels dont l'insistance tranche avec la prétendue transparence du vote. © AFP ; L'abbé Appolinaire Malumalu, chef de la ...
Lire l'article
Libreville, 28 août (GABONEWS) – Les observateurs internationaux accrédités à Libreville pour l’élection présidentielle du dimanche prochain, ont été en séminaire d’information et de formation ce vendredi dans la capitale gabonaise, organisé par le ministère de l’Intérieur à travers la Commission spéciale pour le déroulement de scrutin du 30 août prochain, a constaté un reporter de GABONEWS. « L’objectif principal de cette formation est de présenter aux participants le respect du code électoral en République gabonaise ainsi que les outils qui seront mis à leur disposition sur le terrain », a déclaré Franck Idiata, président de la Commission ...
Lire l'article
L’Observatoire national de la démocratie (OND) vient d'organiser une formation à laquelle ont pris part 200 observateurs qui seront déployés le 30 août prochain à travers les bureaux de vote sur l'ensemble du territoire national. Face aux 3000 observateurs annoncés lors de la création de l'OND, le 24 juillet dernier, la formation de 200 agents semble insuffisante pour couvrir les 2801 bureaux de vote sur l'étendue du territoire national et les 200 bureaux de vote mis en place à l'étranger. © D.R. - L’Observatoire national de la démocratie (OND) vient d'organiser une formation à laquelle ont ...
Lire l'article
La mission d'observateurs des élections mandatée par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) depuis le 21 août dernier à Libreville, a été reçue le 24 août dernier par le ministre gabonais de la Communication, Laure Olga Gondjout, pour faire le point sur l'organisation du scrutin du 30 août prochain. De nombreux candidats ont dénoncé depuis le début de la campagne le 15 août dernier la partialité des médias publics en faveur du candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba. © D.R. Dans le cadre de son programme de renforcement de ...
Lire l'article
Dans le cadre de son programme de renforcement de l'Etat de droit et de la démocratie des pays membres, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a mandaté du 21 août au 7 septembre prochain une mission d'observateurs pour surveiller l'organisation de l'élection présidentielle du 30 août. 

Conduite par l'ancien Premier ministre haïtien, Gérard Latortue, accompagné notamment par le diplomate sénégalais Ibrahim Caba, ancien doyen des ambassadeurs au Gabon, la délégation a été reçue le 24 août dernier par la ministre gabonais de la Communication, Laure Olga Gondjout. 

«Nous ne sommes pas ici en donneurs de leçon, mais en observateurs pour ...
Lire l'article
L'ancien premier ministre d'Haïti, Gérard Latortue, vient d'être désigné par le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) comme chef de mission et porte-parole de la délégation francophone d'observation des élections du 30 août prochain. La mission d'observateurs de l'OIF doit séjourner du 22 août au 7 septembre prochain au Gabon pour surveiller la crédibilité et la fiabilité du processus électoral en cours. L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a mandaté du 22 août au 7 septembre prochain une mission d'obsevateurs pour surveiller le déroulement de l'élection présidentielle du 30 août. C'est l'ancien Premier ministre d'Haïti, Gérard Latortue, qui ...
Lire l'article
L'Union africaine (UA) a envoyé des observateurs au Gabon pour l'élection présidentielle anticipée du 30 août prochain, a affirmé à l'AGP mardi une source porche de la présidence de la République gabonaise à Libreville. La délégation est conduite par le Pr. Albert Tévodjéré, a indiqué encore cette source, qui a ajouté que leur présence au Gabon consiste à ''évaluer le niveau de préparation'' de cette présidentielle et de ''plaider en faveur d'une élection libre et transparente'' pour garantir la régularité du scrutin. Ces observateurs ont rencontré lundi Rose Francine Rogombé, chef de l'Etat intérimaire, pour discuter des conditions d'organisation de ce scrutin ...
Lire l'article
Tsir?Ella-Nguéma BDP-Bordeaux Le droit peut-il devenir illégal' La réponse est oui ! Depuis Aristote dans ?Politique? jusqu'à J.J. Rousseau dans ?le contrat social' en passant par Montesquieu et 'L?Esprit de loi', la sémiologie du droit et l'acception de la politique en prennent un coup. Elles qui qualifient le droit comme étant l'essence même ou l'ascendant de la légalité pour asseoir la force du politique dans la cité. Oui, le droit peut devenir illégal. Car dans une communauté où règnent l'arbitraire au nom de la loi et un déficit immanent des intellectuels libres, les institutions et les valeurs fondamentales de la république peuvent avoir un autre sens et ...
Lire l'article
Législatives 2011 au Gabon : Les Etats-Unis en première ligne des missions d’observation
Gabon : les élections législatives se tiendront en octobre et sans contrôle biométrique
Gabon : L’alerte en filigrane des observateurs internationaux
Gabon: Présidentielle 2009 / Les observateurs internationaux en séminaire d’information et de formation à Libreville
Gabon : 200 observateurs de l’OND prêts pour le 30 août
Gabon : Les observateurs de l’OIF font le point avec Gondjout
Gabon : Les observateurs de l’OIF font le point avec Gondjout
Gabon : Gérard Latortue mènera les observateurs de l’OIF
Gabon: Des observateurs de l’UA à Libreville pour la présidentielle anticipée du 30 août
Elections Présidentielles en République manioc, pour quoi faire ?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*