Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Reporters sans frontières dénoncent le black out sur les élections

Auteur/Source: · Date: 29 Août 2009
Catégorie(s): Nation

Dans un communiqué diffusé le 28 août dernier, l’Organisation internationale de protection de liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a violemment dénoncé les mesures entérinées par le gouvernement gabonais pour restreindre notamment l’accès des journalistes aux bureaux de vote le jour du scrutin de l’élection présidentielle du 30 août prochain.

«Accès restreint des journalistes aux bureaux de vote, sévères mises en garde, intimidations, refus d’accréditations pour certains médias étrangers : le pouvoir en place à Libreville utilise tous les moyens à sa disposition pour s’assurer un contrôle strict sur l’information», dénonce RSF.

«Les autorités gabonaises doivent comprendre que, par leur attitude, elles font elles-mêmes planer le doute sur le bon déroulement de la future élection. Nous prenons acte des promesses de la ministre de la Communication et espérons que les journalistes pourront travailler librement, sans être inquiétés. Si tel n’est pas le cas, l’événement historique que constitue le scrutin présidentiel de dimanche sera en partie gâché», poursuivi l’organisation.

Le Conseil des ministres du 27 août dernier avait notamment décidé que le jour du scrutin, les bureaux de vote ne seraient accessibles aux journalistes «que de manière passagère», à l’occasion du vote de certaines personnalités.

Les journalistes ne pourront pas «y séjourner de manière permanente», précise la disposition entérinée par le gouvernement.

Les autorités avaient notamment ajouté que «seuls les médias publics [seraient] autorisés à communiquer, de façon officielle, les résultats à partir des données fournies par le ministère de l’Intérieur».

Il était encore précisé que le dépouillement serait public, mais que les journalistes ne pourront y assister qu’en se tenant à l’extérieur des bureaux de vote et que les résultats de l’élection ne seront pas affichés.

«On nous a notifiés que tout commentaire sur des résultats qui ne proviendraient pas du ministère de l’Intérieur serait considéré comme une projection ou un sondage, et entraînerait automatiquement notre expulsion du territoire», rapporte un journaliste étranger.

L’Observatoire gabonais des médias (OGAM), instance d’auto-régulation regroupant tous les organes de presse du Gabon, a également dénoncé une «décision inique du gouvernement» et s’inquiète d’«agissements qui bafouent la liberté de la presse et bâillonnent le droit du peuple à l’information».

RSF signale aussi que Virginie Herz et Nicolas Germain, journalistes de la chaîne de télévision française France 24, Gervais Nitcheu de l’Agence internationale d’images et de télévision AITV/RFO et Vincent Hugeux, de l’hebdomadaire français L’Express, ont vu leurs demandes d’accréditation refusées et ne pourront donc pas couvrir le scrutin du 30 août.

Interrogées par RSF, plusieurs sources locales auraient par ailleurs expliqué que «les intimidations et menaces par téléphone sont fréquentes».

Le 23 août, l’équipe de campagne de l’ex-ministre André Mba Obame, candidat indépendant, a annoncé que son site Internet avait été «bloqué» par des hackers pendant 48 heures. Par ailleurs, le bimensuel Tango a été interdit de diffusion, au début du mois d’août, sur ordre du secrétaire général du ministère de la Communication, parce qu’il contenait une série d’articles qui n’étaient pas favorables au Parti démocratique du Gabon (PDG, au pouvoir), explique le communiqué de RSF.

L’organisation considère à cet effet que cette décision constitue une entrave à la liberté d’expression, et appelle qu’elle équivaut à un abus de pouvoir puisque seul le CNC est habilité à mettre en demeure ou à suspendre une publication.

«Si les journalistes sont avant tout victimes des restrictions que leur imposent les autorités, le comportement des médias gabonais n’est pas toujours exempt de tout reproche. Bien trop souvent les professionnels des médias, notamment privés, se laissent instrumentaliser et servent de porte-voix à tel ou tel candidat, au détriment d’une information indépendante et équilibrée. Nous rappelons les journalistes à leur devoir d’objectivité et de respect de l’éthique professionnelle», conclu RSF.


SUR LE MÊME SUJET
Par Ursula Soares La décision est sans appel. La Cour constitutionnelle a décidé de ne pas introduire la biométrie pour le prochain scrutin législatif. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba l’a confirmé mardi soir 16 août. L’opposition, qui avait demandé cette mesure pour une meilleure transparence du processus électoral parle de « mise en scène ». Dans son discours à la Nation, à la veille de la fête nationale, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a confirmé, mardi 16 août 2011, que les législatives se dérouleraient sans biométrie. « La Cour a procédé à son arbitrage », a-t-il souligné « et je ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
Reporters sans frontières(RSF) a demandé, ce jeudi, la « remise en liberté immédiate de Jean-Yves Ntoutoume, directeur de publication du journal indépendant Le Temps, incarcéré à Libreville depuis le 26 octobre 2010, pour non paiement de l’intégralité d'une amende », selon un communiqué, signé d’Ambroise Pierre du Bureau Afrique de RFS, reçu à Gabonews. « Le journaliste est privé de sa liberté pour n'avoir jamais pu s'acquitter de l'intégralité d'une amende qui lui avait été infligée, il y a six ans », explique RSF qui note : « «cet incident relance le débat sur la dépénalisation des ...
Lire l'article
Alors que la tension monte à l'approche de la proclamation des résultats officiels, les autorités ont encore accentué la pression sur les médias en demandant à la chaîne d'information internationale Africa 24 de quitter le territoire national. Après la coupure de la chaîne privée TV+, appartenant à André Mba Obame, l'un des trois favoris de l'élection du 30 août, et la radio Top Bendjé, de Séraphin Ndaot, allié de Pierre Mamboundou, un autre favori, cette décision renforce encore le «black-out médiatique» entretenu autour de cette élection cruciale de l'histoire politique du pays. © gaboneco ; Africa ...
Lire l'article
L'Observatoire gabonais des médias (OGAM) a violemment fustigé ce 27 août les dispositions adoptées la veille par le gouvernement pour limiter l'accès des journalistes aux bureaux de vote lors du scrutin de l'élection présidentielle du 30 août prochain. Dans le communiqué que nous publions in extenso, l'OGAM dénonce une atteinte à la liberté de la presse et aux barrières à l'information érigées par les autorités pour cette période cruciale de la vie politique du pays. © D.R. «Le Conseil des Ministres en sa séance du 26 Aout 2009,a interdit aux journalistes, ...
Lire l'article
Reporters sans frontières est consternée par la décision arbitraire de la vice-ministre de l'Information, Purita Opo Barila, rendue publique le 19 janvier 2009, de licencier quatre journalistes de la radio-télévision d'Etat RTVGE, pour "insubordination" et "manque de zèle". "La Guinée équatoriale est l'un de ces pays africains dont on ne sait rien, ou presque, cer les autorités font tout pour cacher la triste réalité. Depuis des années, le président Teodoro Obiang Nguema s'y comporte en despote tandis que son gouvernement, méprisant la population, étouffe toute tentative d'expression indépendante, sans que la communauté internationale ne s'en émeuve. L'incident de la RTVGE ...
Lire l'article
Reporters sans frontières exprime sa très profonde inquiétude après l'interpellation et la détention prolongée, au siège de la Police judiciaire (PJ) de Libreville, de deux journalistes et de plusieurs membres éminents de la société civile gabonaise. Tous sont détenus depuis une semaine, au-delà de la durée légale d'une garde à vue au Gabon, sans qu'aucun motif n'ait été fourni pour justifier leur arrestation. Ces derniers jours, plusieurs journalistes ont été convoqués et entendus à la PJ dans la même affaire. "Ce climat de peur, dont l'ampleur et la gravité sont sans précédent au Gabon depuis plusieurs années, est le signe qu'une ...
Lire l'article
Gabon: sans surprise, large victoire du parti d’Omar Bongo aux élections municipales
Le Parti démocratique gabonais (PDG) du président Omar Bongo a remporté, sans surprise, une large victoire aux élections municipales et départementales du 27 avril, raflant 1.154 des 1.990 sièges et la majorité relative à Libreville, selon le ministre de l'Intérieur. "Le PDG sort grand vainqueur de ce scrutin. Il est conforté dans sa politique. Il va diriger la majorité des communes et département du pays", a affirmé à l'AFP le ministre André Mba Obame, également membre du PDG. "Les électeurs confirment leur attachement à la mise en oeuvre du projet politique du Président de la République", a ajouté le ministre. Ces résultats sont ...
Lire l'article
L’Organisation de défense de la liberté de la presse dénommée «Reporters sans frontières (RSF), a condamné lundi au cours d’un communiqué de presse, les violences et bavures policières commises par les forces de l’ordre sur les communicateurs gabonais, ce depuis quelques temps sur le territoire national, a constaté GABONEWS. « Parce qu’elles se multiplient dangereusement au Gabon, les violences physiques à l’encontre de journalistes en reportage doivent finir, un jour, par être sanctionnées», souligne le communiqué, dénonçant par la même occasion «le climat d’impunité» qui conduit « les forces de sécurité à multiplier les agressions contre la presse». En effet, ...
Lire l'article
Les partis politiques de l'opposition ont introduit le 21 janvier dernier auprès de la Cour Constitutionnelle un recours contre l'arrêté portant sur l'ouverture de la période de révision des listes électorales. L'opposition réclame toujours l'introduction de la biométrie dans la confection du fichier électoral.    Dans un communiqué rendu public à Libreville le 21 janvier dernier, les partis de l'opposition dénoncent la mauvaise volonté du pouvoir en place d'organiser des élections justes, crédibles, transparentes et démocratiques en refusant l'apport des modifications nécessaires à la fiabilité du fichier électoral. A travers ce communiqué, les partis de l'opposition fustigent entre autres ''l'arrogance du ministre gabonais ...
Lire l'article
Gabon : les élections législatives se tiendront en octobre et sans contrôle biométrique
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Média : Reporters sans frontières demande la « remise en liberté immédiate de Jean-Yves Ntoutoume
Gabon : A qui profite le black-out médiatique ?
Gabon : L’OGAM cri au baillonnage de la presse
Quatre journalistes licenciés pour “manque de zèle”: Reporters sans frontières dénonce les méthodes absurdes d’un régime despotique
Gabon: Plusieurs journalistes et membres de la société civile détenus depuis une semaine : Reporters sans frontières dénonce un climat de peur
Gabon: sans surprise, large victoire du parti d’Omar Bongo aux élections municipales
Gabon: Reporters sans frontières (RSF) condamne les violences policières de Libreville
Gabon : L?opposition dit non aux élections sans la biométrie

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Août 2009
Catégorie(s): Nation
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*