Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique-présidentielle: Fin du scrutin présidentiel dans le calme Par Jean Rovys DABANY

Auteur/Source: · Date: 30 Août 2009
Catégorie(s): Politique

LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel de dimanche s’est achevé à 18H (17H GMT) dans un calme relatif sur l’ensemble du territoire national. Scrutin devant désigné le futur chef de l’Etat pour les sept ans à venir.

La majorité des bureaux a fermé à l’heure prévue par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap). Plusieurs centres ayant démarré avec 2h ou 3h de retard ont du prolongé les opérations de vote. Le dépouillement des bulletins a débuté après la fermeture des bureaux, peu après 18H00, à ‘’issue d’une journée sans incidents mais ayant enregistré une très grande affluence d’électeurs aux urnes.

A Owendo, une banlieue sud de Libreville, le dépouillement, a été entamé après un vote qui s’est déroulé dans le calme et a été marqué par une timide participation en matinée, ont indiqué plusieurs observateurs dépêchés par l’Organisation internationale la francophonie (OIF). La situation était similaire à Port-Gentil (sud-ouest) et à Franceville (sud-est), selon des témoins, contactés depuis Libreville en fin de soirée.

Tôt le matin, les électeurs avaient déjà pris d’assaut les centres de vote de Libreville pour accomplir leur devoir de citoyen, mais les opérations n’ont démarré que quelques heures plus tard en raison notamment de l’arrivée tardive des urnes et autre matériel électoral, ainsi que des représentants des candidats qui arrivaient au compte goutte dans les bureaux de vote.

Au centre de jardin d’enfant CNSS, situé dans le 3ème arrondissement de Libreville, par exemple, la première personne a voté à 9H 30 (8H 30), alors que l’heure fixée par la Cénap était 7H 00 (h GMT). C’était aussi le cas au centre social d’Akébé, situé à quelques mètres de là, où plusieurs électeurs s’étaient massés à 9H 45 devant le portail, en attendant l’arrivée des représentants des candidats de l’opposition.

’’Je crois avoir fais un bon choix. C’est pour ça que je me suis levé depuis 6h’’, affirme Rodrigue, un électeur, après avoir glissé le bulletin de son candidat dans l’urne qui trônait sur un banc au milieu de la salle. ’’J’ai soutenu mon candidat depuis plusieurs jours et il fallait que je vienne le confirmer’’, abonde son copain d’en face, en montrant l’encre indélébile sur son pouce.

A l’école publique de l’OPT, le premier électeur a voté vers 10h locales (09H00 GMT). Plusieurs centaines d’électeurs faisaient la queue dans ce centre où le matériel électoral est arrivé en retard et où certains agents électoraux étaient arrivés eux aussi en retard. Dans un bureau de vote, certains électeurs reprochaient au président dudit bureau de ne pas avoir fait signer les bulletins, comme leur avait recommandé la Cénap.

Interrogé sur ces absences de signatures, le président a promis que tous les nouveaux bulletins seront signés et au dépouillement, le président et les assesseurs signeront ceux qui ne le sont pas.

A Kinguélé, bastion réputée de l’opposition, plusieurs centaines de personnes étaient visibles dans des interminables filles d’attente en milieu d’après midi. Un important dispositif militaire était mis en place pour surveiller les opérations de vote qui se sont déroulées en définitif dans le calme, en dépit de quelques appréhensions des électeurs qui craignaient à tort où à raison des troubles.

Par ailleurs, à certains endroits, on a relevé quelques incidents dans certains bureaux de vote. A l’exemple de trois personnes identifiées comme des Congolais, Nigérians au centre de vote d’Akébé OPT. Les trois individus disposaient de la carte nationale d’identité.

Au centre de l’école catholique St Michel de Nkembo, un ressortissant Ghanéen a été pris dans la nasse, alors qu’il tentait de voter. Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des policiers. Au cours de ces discussions tendues, le vice-président du bureau aurait été blessé, suite à un malentendu entre ce dernier et le représentant de la Cénap.

Au total, 813.164 électeurs, sur une population évaluée officiellement à 1,5 million d’habitants, étaient appelés à choisir sur 17 candidats leur nouveau chef d’Etat. 2.801 bureaux de vote au Gabon et près de 200 à l’étranger ont été prévus par les autorités.

Ils étaient 23 au départ, mais ce sont 17 candidats qui ont finalement brigué le siège présidentiel après le désistement de 5 en faveur du candidat indépendant, André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur et le retrait en dernières minutes de Casimir Oyé Mba, candidat indépendant et ex-ministre des Mines et du Pétrole, qui dit n’avoir pas donné de consignes de vote.

Plusieurs observateurs ont estimé que l’issue du scrutin se jouera entre André Mba, ancien ministre de l’Intérieur et dissident du PDG, l’opposant Pierre Mamboundou et Ali Bongo Ondimba, candidat investi par le parti au pouvoir.


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE (AGP) – Depuis plusieurs jours, l’opposition gabonaise semble avoir déplacé le débat sur un autre terrain. Alors que leurs militants attendent toujours que leurs leaders introduisent un recours chez le juge constitutionnel, l’opposition elle appelle à des ’’villes mortes’’. Une recette qui n’a pas fait ses preuves lundi au premier des 3 jours prévus pour cette opération. Déposera, déposera pas de recours ? Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre et aujourd’hui porte-parole de l’opposition a affirmé la semaine dernière qu’ils (chefs d’opposition) vont publier ’’le moment venu ’’les procès-verbaux dont ils détiennent les copies. Pourtant, le président élu Ali Bongo ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Personnage à part de la scène politique gabonaise, que ses adversaires disaient volontiers impopulaire, l’ancien ministre de la Défense, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, aura marqué la campagne présidentielle gabonaise par ses discours enflammés et soutenus par des arguments concrets. Il a connu une consécration lors de son passage à l’émission ’’Débat’’ en étant invité à débattre devant les caméras de télévision de la RTG 1 sur ce qu’il entendait faire du Gabon. Exercice réussi, selon ses fans et même ses détracteurs. Avec un premier objectif: redistribution des richesses du sous-sol à tous. Ali Bongo Ondimba s’est ...
Lire l'article
Port - Gentil, 31 août (GABONEWS) - La capitale économique gabonaise ne connaît pas ce lundi matin l’ambiance des jours ouvrable observant un calme plat depuis les premières heures de la matinée au lendemain de l’élection du président de la République dont les résultats sont attendus dans les prochains jours. Actualité du :31/08/2009 Les rues sont dessertes. Du centre ville en passant par les quartiers périphériques, le constat est identique. Les transporteurs urbains (Taxi) se font rares. Les grandes surfaces commerciales et les épiceries de quartiers sont encore fermées. Seuls quelques bureaux ...
Lire l'article
Ali Bongo, fils aîné du défunt resté 41 ans au pouvoir, le candidat du parti officiel (le Parti démocratique gabonais, PDG), a mis de son côté toutes les chances pour se faire élire : campagne tous azimuts, promesses de rupture d’avec les pratiques de l’ère Bongo père. A l’occasion du scrutin, les frontières terrestres et maritimes du Gabon ont été fermées vendredi soir et le demeureront jusqu’à jeudi, selon un arrêté du ministre de l’Intérieur. Autre mesure gouvernementale, la décision d’interdire aux journalistes l’accès aux bureaux de vote, sauf le temps du vote d’un candidat ou d’une personnalité politique de haut rang. ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le scrutin présidentiel a débuté dimanche matin avec un léger retard en raison de l’arrivée tardive des urnes et autres matériels électorales, ainsi que les représentants des candidats qui arrivaient au compte goutte dans les centres de vote, notamment à Libreville, la capitale du pays, ont constaté des journalistes de l’AGP. Au centre de jardin d’enfant CNSS, situé dans le 3ème arrondissement de Libreville, les opérations de vote ont démarré à 9H 30 (8H 30), alors que l’heure fixée par la Commission électorale était 7H 00 (h GMT) Il y avait une grande affluence à ce centre depuis ...
Lire l'article
Port-Gentil, le 30 août (GABONEWS) - Les 55920 électeurs attendus dans les bureaux de vote de Port-Gentil ne se bousculent pas encore ce dimanche matin pour accomplir leur devoir civique, a constaté GABONEWS. Les bureaux de vote des quatre arrondissements de la commune de Port-Gentil ne connaissent pas encore d’affluence ce matin, une grande affluence. Pour cause, les électeurs traînent les pieds pour accomplir leur devoir civique. Pour ceux qui se sont déplacés très tôt pour accomplir leur devoir civique, ils ont attendu une heure avant le démarrage de l’opération de vote. « Je suis là depuis 6 heures 30, ...
Lire l'article
Libreville, 26 août (GABONEWS) – Le chef de l’Etat, madame Rose Francine Rogombe, lors du Conseil des ministres de ce jeudi, a lancé un appel à tous les électeurs « à voter dans le calme afin que le scrutin se passe dans sérénité », a annoncé jeudi le porte parole du gouvernement, René Ndemezo’Obiang, rendant public le communiqué final. Actualité du :26/08/2009 Le porte parole du gouvernement a également indiqué que le Conseil a exhorté les « électeurs ayant accompli leur devoir électoral à s’éloigner des lieux de vote », d’autant que ...
Lire l'article
Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain. La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection. Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs ...
Lire l'article
L’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a 20 ans ce 14 juillet. A sa création, en 1989 en France, sous le règne du monopartisme ‘’triomphant’’, le parti a connu des fortunes diverses, notamment la condamnation de son leader Pierre Mamboundou par contumace pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat’’. Expulsé de France en 1990 vers le Sénégal, où il passera trois années d’exil, son parti, considéré clandestin, ne prendra pas part aux premières élections législatives multipartites de 1990. Durant son exil dakarois, des tractations s’engagent entre lui et le régime de feu le président Omar Bongo Ondimba pour son retour au ...
Lire l'article
Parmi les ''enfants biologiques'' que compte le président Omar Bongo Ondimba, Ali est sans doute, l'un des plus influents. Physique de rappeur, Ali Bongo Ondimba est ministre gabonais de la Défense depuis 1999, et sa nationalité n'est pas sa préoccupation. Représentant personnel du chef de l'État, puis ministre des Affaires étrangères (1989-1991), Ali Bongo Ondimba s'est constitué un réseau relationnel très solide aussi bien à l'étranger qu'au Gabon, même dans les casernes où soldats, officiers et généraux lui font confiance. Au sein de la galaxie du pouvoir, il est soupçonné par ''ses ennemis'' de se positionner dans la course à la succession ...
Lire l'article
Politique : Déséquilibrée, l’opposition gabonaise en quête des stratégies ? Par Jean Rovys DABANY
Politique: Ali Bongo confirme sa place au milieu des trublions politiques (PORTRAIT) Par Jean Rovys DABANY
Gabon: La capitale économique affronte dans le calme son premier jour après le scrutin présidentiel
Politique/présidentielle : Les gabonais votent en masse dans le calme à Libreville
Politique: Le scrutin présidentiel débute avec un léger retard à Libreville
Gabon: Démarrage timide du Scrutin présidentiel à Port-Gentil
Gabon: Rose Francine Rogombe appelle à « voter dans le calme afin que le scrutin se passe dans la sérénité »
Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)
Politique : La difficile marche de l’UPG qui fête ses 20 ans d’existence Par Jean Rovys DABANY
Politique : ”Etre Nigérian ? Cela ne me préoccupe pas, affirme Ali Bongo (Par Jean Rovys DABANY)

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*