Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ali, le nouveau Bongo du Gabon

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2009
Catégorie(s): Politique

Tanguy Berthemet, envoyé spécial à Libreville – Trois vainqueurs pour une élection. Alors qu’aucun résultat définitif n’a été publié, les trois candidats favoris pour l’élection présidentielle gabonaise revendiquent lundi leur victoire pour succéder à Bongo, décédé en juin après 41 ans au pouvoir.Quelques heures après la clôture du scrutin, qui s’est déroulé sans incident majeur, l’opposant historique Pierre Mamboundou a ainsi évoqué une «victoire finale». Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo, s’est dit lundi «largement gagnant».L’ancien ministre de l’Intérieur André Mba Obame, qui a bénéficié du désistement de cinq candidats en sa faveur, a lui aussi affirmé qu’il serait «proclamé président de la République» sur la foi de résultats recueillis par son équipe de campagne. La France, ex-puissance coloniale, s’est félicitée lundi du «bon déroulement» du scrutin présidentiel au Gabon et a déclaré faire confiance aux institutions gabonaises pour que le processus se poursuive «dans le calme». Les résultats complets devraient être annoncés mercredi.

PORTRAIT – Sur une vaste scène, dans la chaleur d’une fin d’après-midi gabonaise, Ali Bongo attaque son dernier discours de campagne. Polo blanc et cheveux comme toujours soigneusement gominés, le fils du président défunt Omar Bongo, qui brigue sa succession, arpente la scène visiblement à l’aise, haranguant la foule, se risquant à une ou deux blagues. Puis il lance encore une promesse sur l’avenir radieux qui attend le Gabon. Sur le football cette fois. Avec lui, il en est certain, les Panthères, l’équipe nationale, se rendront à la prochaine Coupe du monde. Les supporteurs, le plus souvent venus de quartiers populeux dans l’espoir de glaner les gadgets offerts pour l’occasion, applaudissent poliment.

La campagne éclair de ces deux dernières semaines n’a que partiellement levé le mystère qui entoure Ali. Jusqu’alors, «M. Fils» n’était pour les Gabonais qu’un nom. Une silhouette mafflue et maladroite, engoncée dans un costume sombre, aperçue lors des funérailles d’Omar Bongo. Un visage austère, vu à la télévision pour annoncer la mort du président, appeler au calme. Et, déjà, se poser en successeur.

Une jeunesse dorée

Mais il en faudra plus pour faire de Bongo junior un président accepté par la population rétive à une succession «monarchique». À 50 ans, Ali n’a pas le charisme hâbleur de son géniteur, pas plus que le charme éruptif de sa mère, la chanteuse Patience Dabany. Son français parfait cache mal son incapacité à parler le téké ou une autre langue locale et le gouffre qui le sépare du Gabon des mapanes, les bidonvilles de la capitale. Malgré tout, Ali se rêve depuis longtemps en président. Que son père ne lui ait jamais donné l’onction officielle ne semble pas l’avoir gêné. Né en 1959 au Congo-Brazzaville, alors que son père y était, de son propre aveu, «petit espion pour la France», Ali a connu la jeunesse dorée de la nomenklatura gabonaise. Des écoles huppées en France – une pension, le lycée Sainte-Croix de Neuilly – et des études de droit à la Sorbonne. À son retour au pays, le jeune homme s’illustre surtout dans les night-clubs et sur les scènes musicales. Il enregistre même quelques disques : La Nuit, Bongo, l’ami de Giscard…

C’est précisément cet «ami de Giscard» qui mettra fin à sa bohème d’enfant gâté. En 1982, le fils est appelé au cabinet présidentiel et, comme son père avant lui, se convertit à l’islam. Alain-Bernard Bongo devient Ali Ben Bongo. «Ça a provoqué une métamorphose», explique le politologue Jean-François Obiang. «J’ai pris goût à la politique», affirme Ali Bongo. Il entre au Parti démocratique du Gabon (PDG), alors parti unique, pour faire ses armes. Avec les jeunes Turcs, il milite pour l’ouverture au multipartisme. En 1990, le pays explose. La France envoie ses paras rétablir l’ordre et le paysage politique se diversifie. Papa Bongo propulse son rejeton, âgé d’à peine 30 ans, ministre des Affaires étrangères. La greffe de celui qu’on surnomme «Baby Zeus» ne passe pas. Il doit démissionner. Bongo junior devra attendre 1999 pour retrouver un maroquin, celui de la Défense, un poste clef qu’il ne quittera plus.

La face répressive du pouvoir

Dans l’ombre de ce père tout-puissant, il ronge son frein et manœuvre. Il écarte d’abord Idriss Ngari, son puissant prédécesseur à la Défense. Puis il choisit des chefs des armées acquis à sa cause pour se préserver dans le futur, place des pions sûrs un peu partout au sein du parti. «Ali n’est pas pour autant un homme de réseau. Il n’en a aucun», assure un membre du PDG. Pour ses adversaires, cette relative solitude est le fruit de la brutalité qu’on lui prête. Aux côtés André Mba Obame, «le frère», compère de toujours, il va même finir par incarner la face répressive du pouvoir.

À la mort d’Omar Bongo, en juin dernier, sa désignation comme candidat du PDG n’est donc plus qu’une formalité. Maître du parti, il devient de fait le nouveau dirigeant du pays. «La présidente par intérim ne fait presque que de la figuration», affirme un ministre. Dès lors, la famille tait ses querelles. Pascaline, sa demi-sœur, grande argentière du régime avec laquelle il entretient des rapports difficiles, se rallie. Bien des caciques suivent. Tous font bloc autour du nom de Bongo. André, lui, se cabre : le choc des ambitions va entraîner la brouille avec Mba Obame, devenu son premier adversaire lors de l’élection présidentielle.

Seulement, le nom de Bongo est aussi un handicap sérieux. Après quarante et un ans de règne d’Omar, il peut susciter un rejet épidermique des Gabonais. Beaucoup soupçonnent Ali de ne chercher qu’à préserver les énormes intérêts d’une classe politique prête à tout pour assurer la pérennité du système qui a fait sa richesse, quitte à maintenir le Gabon dans le sous-développement. Une accusation «ridicule et stupide», dit Ali Bongo.

Une réponse un peu courte pour un homme que la vox populi dit immensément riche. Sa vie à Libreville n’est certes pas ostentatoire. Il sort peu et sa femme, Sylvia Valentin, une Française épousée en 2000, est discrète. Mais une enquête en France a révélé qu’Ali possède à Paris un appartement avenue Foch et deux voitures de sports. Dès lors, la rumeur se fait certitude pour la rue. Tout comme celle qui veut qu’Ali soit en fait un orphelin du Biafra adopté par Omar Bongo.

Pour diriger, il peut compter sur l’aide des pays du Golfe, notamment le Koweït, sensibles à sa présence à la tête du Conseil national islamique. On lui prête aussi de puissants appuis en France. Sa réception à l’Élysée par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant en 2008 a fait l’effet d’un adoubement. En campagne, Ali Bongo a soigneusement gommé toutes les références à ces soutiens étrangers et même à ceux gagnés dans l’appareil. Le candidat n’a revendiqué que les leçons apprises auprès de son père. Et du bout des lèvres. Après cinq décennies d’attente, «M. Fils» rêve maintenant de marcher seul.


SUR LE MÊME SUJET
Ali Bongo Ondimba inaugure le nouveau siège de l’ASECNA à Libreville
Le président gabonais, Ali Bongo Odimba, a procédé jeudi à l’inauguration de la nouvelle représentation de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) à Libreville. Cet édifice, financé sur fonds propre, est construit sur un terrain d’une superficie de 15.000 m2 est composé de 3000m2 de voirie avec un parking ouvert, 9000 m2 d’espaces paysagés avec une zone destinée à la construction d’une salle polyvalente de 500 m2 de surface hors œuvre. L’immeuble livré est fait de deux étages posé sur une de surface de 2100m2. Outre le rez-de-chaussée (850 m2), le premier niveau ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba est de nouveau attendu dans la province de l’Ogooué-Martime, qui a pour chef-lieu Port-Gentil, la capitale économique gabonaise, où il a démarré en mars 2010, le cycle des conseils des ministres délocalisés, afin de se rapprocher des préoccupations des populations de l’intérieur du pays. Depuis lors, les conseils des ministres délocalisés se sont tenus dans sept autres chefs-lieux de provinces, dont Oyem, dans le Woleu-Ntem (nord), Tchibanga, dans la Nyanga (sud), Makokou, dans l’Ogooué-Ivindo (nord-est), Lambaréné, dans le Moyen-Ogooué (centre), Koula-Moutou, dans l’Ogooué-Lolo (sud-est). Les 7ème et 8ème conseils des ministres délocalisés se sont tenus à ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a suggéré jeudi, à New York, à l’Ouverture de la 65ème session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU, un nouveau mode opératoire pour relever les défis auxquels l’organisation planétaire est confrontée. « Pour relever ces nouveaux défis, le conseil se doit de repenser son mode opératoire. J’invite le conseil à mettre un accent particulier sur la prévention, car, vous en conviendrez, il vaut mieux prévenir les crises et conflits que d’en chercher le règlement », a déclaré Ali Bongo Ondimba dans son discours. Dans cette perspective, le président gabonais a exhorté le secrétaire général ...
Lire l'article
A l’issue du 10e congrès du Parti démocratique gabonais (PDG) qui s’est achevé le 14 mars à Libreville, Ali Bongo a été élu président du parti et succède ainsi à son père, le président fondateur Omar Bongo décédé le 8 juin dernier au pouvoir. Ali Bongo est devenu le 14 mars le second président de l’histoire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). Ancien vice-président du parti, il a été adoubé par des milliers de militants à l’occasion du 10e congrès qui s’est déroulé du 12 au 14 mars à Libreville. Le Congrès a permis de procéder à la révision ...
Lire l'article
Le BDP-Gabon Nouveau condamne la violente « émergence » du régime Bongo
Ayant pris acte des énièmes attaques policières que le régime dynastique des Bongo a perpétrées contre le peuple gabonais le 11 février courant, notamment contre des étudiants en grève pour réclamer des bourses impayées, le mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) condamne cet acte de violence inqualifiable qui a fait 18 blessés innocents parmi les étudiants. Le BDP-Gabon Nouveau déplore que la fameuse « émergence » d’Ali Bongo ne reflète, en ses méthodes comme en ses manières, rien d’autre que la continuité des attitudes bongoïstes qui ont gangréné le développement économique, politique et culturel du pays, et compromis le devenir de toute une ...
Lire l'article
Une centaine de personnes a manifesté ce samedi à Paris, pour contester l'élection d'Ali Bongo et le soutien que lui accorde la France. Une fillette s’avance au-dessus de la barrière, une rose blanche à la main, et la tend au gendarme qui lui fait face. Les manifestants de ce samedi, Gabonais pour la plupart réunis à Paris, ont fait dans le symbole. Pour certains vêtus de costumes et de lunettes noires, les quelque 150 manifestants ont joué un cortège funéraire, celui de la mort de la Françafrique - ces relations troubles entre la France et les pouvoirs africains-, dix jours après ...
Lire l'article
Décidément, le fantasme de la famille Bongo vis-à-vis de Daniel Mengara et du BDP-Gabon Nouveau continue. Cela faisait déjà 11 ans que l'acharnement de Bongo le père a vainement visé à la destruction de ce mouvement et de son leader, sans succès. Maintenant, c'est le fils adoptif Ali Bongo qui s'y met. Eh bien, qu'Ali Bongo sache que les Gabonais ne laisseront pas s'installer dans leur pays la monarchie du clan Bongo. Pas dans ce Gabon-ci. Pas cette fois. A ce titre, Le BDP-Gabon Nouveau dément fermement les impostures et les rumeurs colportées et orchestrées par Ali Bongo depuis le 25 juillet ...
Lire l'article
Le nouveau Premier ministre du Gabon, Paul Biyoghé Mba, a annoncé mercredi soir la composition d'un gouvernement dans lequel est reconduit Ali Bongo, candidat à la présidentielle, mais pas les barons dissidents du parti au pouvoir André Mba Obame et Casimir Oyé Mba. Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba, est ministre de la Défense sans discontinuer depuis 1999. Il a été choisi comme candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) parmi dix candidats à l'investiture de cette formation, parmi lesquels figurait Casimir Oyé Mba, précédemment ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, qui, lui, quitte le gouvernement. André ...
Lire l'article
Arrestation de Marc Ona Essangui: Le BDP-Gabon Nouveau condamne cet énième acte de forfaiture du régime Bongo
Il est parvenu au BDP-Gabon Nouveau ce jour même, à 15h25 heure côte Est des Etats-Unis (20h25 heure du Gabon), la nouvelle de l’arrestation de Marc Ona Essangui par le régime Bongo. Marc Ona et toute son équipe de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez auraient été pris par les services de la DGR et emportés vers une destination inconnue. Marc Ona a, selon nos informations, eu à peine le temps d’appeler l’étranger pour informer ses contacts de son arrestation imminente que nous confirmons comme effective à l’heure où nous publions cet article. Cette arrestation est sans aucun doute faite ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba inaugure le nouveau siège de l’ASECNA à Libreville
Ali Bongo Ondimba de nouveau attendu dans l’Ogooué-Maritime
Assemblée générale de l’ONU : Ali Bongo Ondimba suggère un nouveau mode opératoire
Gabon : Ali Bongo nouveau «camarade président» du PDG
Le BDP-Gabon Nouveau condamne la violente « émergence » du régime Bongo
Bongo Doit Partir
«Ali Bongo, le nouveau-né de la Françafrique »
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau dément tout soutien à Ali Bongo Ondimba et dénonce l’imposture des malfrats à la solde d’Ali Bongo
Nouveau gouvernement au Gabon: Ali Bongo reconduit, pas les barons dissidents du PDG
Arrestation de Marc Ona Essangui: Le BDP-Gabon Nouveau condamne cet énième acte de forfaiture du régime Bongo

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Août 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*