Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : A qui profite le black-out médiatique ?

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Alors que la tension monte à l’approche de la proclamation des résultats officiels, les autorités ont encore accentué la pression sur les médias en demandant à la chaîne d’information internationale Africa 24 de quitter le territoire national. Après la coupure de la chaîne privée TV+, appartenant à André Mba Obame, l’un des trois favoris de l’élection du 30 août, et la radio Top Bendjé, de Séraphin Ndaot, allié de Pierre Mamboundou, un autre favori, cette décision renforce encore le «black-out médiatique» entretenu autour de cette élection cruciale de l’histoire politique du pays.

© gaboneco ; Africa 24 aurait été sommé de quitter le territoire national

L’équipe déléguée par la chaîne d’information internationale Africa24 au Gabon pour couvrir l’élection présidentielle du 30 août, aurait reçu l’ordre ce 1er septembre de quitter le territoire national par les autorités gabonaises pour «couverture inéquitable de l’élection présdientielle».

«Les autorités gabonaises ont demandés aux journalistes d’Africa 24 de quitter le territoire national dans les toutes prochaines heures», défilait en bandeau ce 1er septembre sur la chaîne internationale.

Joints par téléphone par notre rédaction, l’équipe d’Africa 24 a affirmé avoir reçu cet ordre du secrétaire général du ministère de la Communication, Christophe Othamot, qui aurait invoqué le «traitement inéquitable de l’information relative à l’élection présdientielle».

Dans l’après midi du 30 août, le jour du scrutin, la chaîne nationale privée TV+, appartenant à André Mba Obame, un des trois favoris dans les suffrages des Gabonais, avait été coupée pour des raisons encore non élucidées. Or, peu avant cette coupure, le présdient du CNC s’était rendu en personne au siège de cette chaîne pour donner un avertissement à TV+.

La télévision avait diffusé un film d’archive montrant le défunt président Omar Bongo à l’émission “Le Débat” lors de la présidentielle 2005. Dans l’extrait concerné, Omar Bongo Ondimba répond à une question du journaliste Jean Clair Total Békalé sur la plausibilité d’un dauphin ou d’un successeur. Omar Bongo répond, schématiquement, qu’il n’a jamais désigné un successeur et que le Gabon n’est pas une monarchie.

Le président du CNC a expliqué qu’il s’agissait là de propagande politique, alors que, selon le code électoral, la campagne électorale devrait s’achever la veille à minuit.

Durant sa croisade électorale, l’ex-ministre de l’Intérieur avait, à maintes reprises, annoncé que ses adversaires politiques préconisaient de couper sa télévision le jour du scrutin.

Les chaînes de radio et de télévision Top Bendjé, de Séraphin Ndaot, allié de Pierre Manboundou, un autre favori à l’élection présidentielle, ont également été coupées le 30 août et toute la journée du lendemain.

Le Conseil des ministres du 27 août dernier avait également décidé que le jour du scrutin, les bureaux de vote ne seraient accessibles aux journalistes «que de manière passagère», à l’occasion du vote de certaines personnalités.

Les journalistes ne pourront pas «y séjourner de manière permanente», précisait la disposition entérinée par le gouvernement.

Les autorités avaient notamment ajouté que «seuls les médias publics [seraient] autorisés à communiquer, de façon officielle, les résultats à partir des données fournies par le ministère de l’Intérieur».

«On nous a notifiés que tout commentaire sur des résultats qui ne proviendraient pas du ministère de l’Intérieur serait considéré comme une projection ou un sondage, et entraînerait automatiquement notre expulsion du territoire», précisait un journaliste étranger.

Or Africa 24 a diffusé dans la soirée du 31 août une émission au cours de laquelle elle a communiqué les premières tendances des résultats fournis par les trois favoris des suffrages des Gabonais.

Est-ce pour cette raison que la chaîne d’information internationale a été sommée de quitter le territoire national ? Possible. Toutefois, le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a démenti au cours d’une conférence de presse qu’elle vient de tenir à 15H30 à Libreville, que son département, le seul habilité à expulser des ressortissants étrangers, ait donné l’ordre aux journalistes de cette chaîne de quitter le territoire national.

Il a par ailleurs indiqué que l’autorisation de séjour d’Africa 24 est arrivé à terme ce 1er août, affirmant qu’ils peuvent poursuivre leur converture médiatique jusqu’au terme du processus électoral.


SUR LE MÊME SUJET
Depuis peu, de nombreux quartiers, communément appelés sous - intégrés de Libreville, la capitale gabonaise, se dotent progressivement de cybercafés, littéralement pris d'assaut notamment par des jeunes qui profitent aussi bien de cette proximité géographique que des tarifs désormais pratiqués. De Bellevue II en passant par Avéa, derrière la Prison, Atsibé -Tsos, Akébé-Plaine, les PK- 7, 8, 9, 12 ou Beau-Séjour, la création des cybercafés connait une nette évolution dans ces zones pourtant mal-loties, exposées aux coupures récurrentes d'électricité et à tort ou à raison, infestées de ‘’crapules’’. CLIENTS DE PLUS EN PLUS JEUNES '' Le risque était à prendre pour y investir'', ...
Lire l'article
Radio Black FM n’émet plus normalement depuis le 11 mai après la détérioration de son matériel suite aux délestages de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). En négociation depuis cet incident, les deux parties n’arrivent pourtant pas à trouver un terrain d’entente sur les modalités de dédommagement. Entre temps la radio se meurt. La radio Black FM aurait été coulée le 11 mai par les délestages de la Société d’Energie et d’eau du Gabon (SEEG). Cette radio émettant à Libreville a perdu l’ensemble de son matériel de fonctionnement, soit un émetteur de 1000W, un onduleur, une console de ...
Lire l'article
Dans un communiqué diffusé le 28 août dernier, l'Organisation internationale de protection de liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a violemment dénoncé les mesures entérinées par le gouvernement gabonais pour restreindre notamment l'accès des journalistes aux bureaux de vote le jour du scrutin de l'élection présidentielle du 30 août prochain. «Accès restreint des journalistes aux bureaux de vote, sévères mises en garde, intimidations, refus d’accréditations pour certains médias étrangers : le pouvoir en place à Libreville utilise tous les moyens à sa disposition pour s’assurer un contrôle strict sur l’information», dénonce RSF. «Les autorités gabonaises doivent comprendre que, par leur ...
Lire l'article
La première chaîne de radio télévision nationale (RTG1), par le biais d’un communiqué émanant de sa Direction Générale, a appelé dans son édition du journal de 20 heures, ce dimanche, les candidats à l’élection présidentielle anticipée à communiquer sur leur planning médiatique « dans le souci d’équité » du temps d’antenne accordée à chacun d’entre eux sur ladite chaîne. Certains candidats à la présidentielle, dont l’ex premier ministre, chef du gouvernent, Jean Eyéghé Ndong, avaient déjà interpellé les responsables de ce media public en souhaitant « l’égalité » du traitement de l’information relatif aux prétendants à l’élection présidentielle du 30 ...
Lire l'article
l’ « acharnement médiatique » en occident, autour de la santé du chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, hospitalisé près de Barcelone en Espagne, a suscité au Gabon, non seulement, la désapprobation dans les milieux politiques et religieux, mais aussi des commentaires dont celui de Lazo Lazare Habourneur de la Presse Présidentielle qui a estimé , ce début de semaine, sur les antennes de la télévision privée TéléAfrica, que « « Et les Tam-tams se sont tus ! ». Selon notre confrère dont GABONEWS a obtenu le texte livré ici dans son intégralité : « Et les Tam –tamas ...
Lire l'article
L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières a accusé mercredi les autorités gabonaises "d'imposer un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo", après la suspension notamment de deux publications gabonaises. Le Conseil national de la Communication (CNC) gabonais a adressé samedi une mise en demeure à Canal Overseas et RFI, a suspendu pour six mois la publication satirique Ezombolo et pour un mois l'hebdomadaire satirique Nganga. Le CNC a invoqué "l'acharnement (...) des médias internationaux (...) contre la personne du président (...) en diffusant des informations non officielles et alarmistes sur son état de santé", ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu’à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l’hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l’état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n’existe aucune raison suffisante, à ...
Lire l'article
Le 26 mai 2009, dans une lettre adressée à la ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, et au président du Conseil national de la Communication (CNC), Emmanuel Ondo Methogo, Reporters sans frontières a fait part de sa préoccupation suite à la mise en demeure adressée au bouquet Canal Overseas Africa et à la station Radio France Internationale (RFI), ainsi qu'à la suspension infligée au journal à parution irrégulière Ezombolo et à l'hebdomadaire Le Nganga, pour leur couverture de l'état de santé du président Omar Bongo. "Cette décision est à la fois incompréhensible et injustifiée. Il n'existe aucune raison suffisante, ...
Lire l'article
Après le gouvernement et la classe politique gabonaise, les élèves du lycée technique Omar Bongo, regroupés au sein du fan club « Omar Bongo Ondimba », sont, eux –aussi, montés au créneau ce vendredi en fin de matinée pour dénoncer la « campagne de dénigrement » orchestrée par les « médias tant publics que privés « contre la personne du président de la République, chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté sur place un journaliste de GABONEWS. « Nous condamnons avec vigueur les agissements visant à déstabiliser le président de la République et appelons leurs auteurs à ...
Lire l'article
Les rues de Libreville étaient en liesse ce soir pour fêter la nette victoire des Panthères du Gabon sur les Black Stars du Ghana pourtant au grand complet sur le score de deux buts à zéro. Le premier but a été marqué par Roguy Meye peu avant la pause et Stéphane Nguéma a aggravé le score à la reprise de la seconde manche pour le bonheur de tout un peuple. Une victoire qui replace les Panthères sur la bonne direction dans cette phase des éliminatoires CAN-Mondial 2010, après leur courte défaite en Libye 1-0 la semaine dernière. Les ...
Lire l'article
Nette progression d’Internet dans les quartiers sous – intégrés de Libreville, la jeunesse en profite
Gabon : Vers la mort de Black FM ?
Gabon : Reporters sans frontières dénoncent le black out sur les élections
Gabon: La RTG1 appelle les candidats à la présidentielle anticipée à communiquer sur leur planning médiatique
Gabon: « Et les tamtams se sont tus » selon la Presse Présidentielle face à l’«acharnement médiatique » autour de la santé du président Bongo
RSF dénonce un “black out médiatique” imposé sur la santé du président Bongo
Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon: Les autorités imposent un black-out médiatique sur la santé du président Omar Bongo
Gabon: Campagne médiatique contre le président Bongo: les élèves du Lycée Technique réagissent
Gabon : Les Panthères battent les Black Stars du Ghana 2-0

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : A qui profite le black-out médiatique ?

  1. mutuelle

    22 Juin 2010 a 01:39

    merci pour cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*