Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture” (Paris)

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

LIBREVILLE, (AGP) – La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer “un mandat de rupture” après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi, rapporte l’AFP.

“Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture,” a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien.

“Avec (l’ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C’était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d’engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les richesses de façon plus équitable,” a-t-il ajouté.

“Dans cette élection la France n’avait pas de favori”, a-t-il répété, alors que Paris a été soupçonné, notamment au Gabon, de favoriser la candidature d’Ali Bongo, le fils du président décédé en juin après 41 ans au pouvoir.

“Je ne suis pas inquiet”, a encore affirmé le secrétaire d’Etat, alors que les trois candidats favoris — Ali Bongo, l’opposant historique Pierre Mamboundou, et l’ex-ministre de l’Intérieur André Mba Obame — ont revendiqué la victoire sans attendre les résultats officiels.

André Mba Obame a dénoncé lundi la menace selon lui d’un “coup de force” après le déploiement de forces de sécurité dans les rues de Libreville.

“Il faut attendre la publication des résultats par la commission électorale, aujourd’hui ou demain. Les candidats qui n’ont pas gagné devront reconnaître leur défaite,” a souligné M. Joyandet.

“Il semble que les opérations électorales se sont tenues dans un climat qui n’appelle pas de contestation particulière”, a-t-il estimé.

La France, ex-puissance coloniale, s’était félicitée lundi du “bon déroulement” du scrutin présidentiel au Gabon, déclarant faire confiance aux institutions gabonaises pour que le processus se poursuive “dans le calme”.


SUR LE MÊME SUJET
Washington conseille au président sénégalais de renoncer à briguer un nouveau mandat
Les Etats-Unis ont déclaré vendredi que la décision du président sénégalais Abdoulaye Wade de briguer un troisième mandat risquait de "compromettre" les nombreuses réalisations qu'il avait lui-même accomplies au cours de ses deux derniers mandats. La porte-parole du Département d'Etat américain, Victoria Nuland, a tenu ces propos alors que le Conseil constitutionnel du Sénégal statuait sur la candidature controversée du président Wade à l'élection présidentielle de février. Le Conseil constitutionnel devrait rendre son verdict plus tard dans la même journée. "Bien entendu, nous respectons le processus politique et juridique du Sénégal, nous n'allons évidemment pas prendre une décision à la place de ...
Lire l'article
Le Gabonais Jean Ping va briguer un nouveau mandat à la tête de la commission de l’UA
Le Gabonais Jean Ping va briguer lundi un nouveau mandat à la tête de la Commission de l’Union Africaine (UA) mais devra faire face à la candidature de la candidate sud-africaine Nkosazana Dlamini Zuma. A Libreville, le quotidien L’Union titre à sa une : " Le duel Ping Dlamini-Zuma" et écrit que Jean Ping à la tête de la Commission de l’Union africaine joue une partie pas simple dimanche 29 et lundi 30 janvier à Addis-Abeba, face à la sud-africaine. L’Union rappelle une déclaration de Phil Clark, professeur à la London School of Oriental and African Studies : « Jean Ping n’a ...
Lire l'article
Paul Biya se prépare à un nouveau mandat au Cameroun
Le président camerounais Paul Biya, dont la victoire à l'élection de dimanche ne fait guère de doute, consacrera le nouveau mandat qui se profile à peaufiner son héritage politique par de grands projets d'infrastructure et à désigner un successeur, déclarent des analystes. En près de trente années de pouvoir, Paul Biya a maintenu le Cameroun sur une voie relativement stable dans une région agitée, parfois aux dépens de la démocratie, selon ses adversaires. Le scrutin présidentiel à un tour de dimanche intervient quelques semaines après une alternance politique sans accrocs en Zambie, qui a montré que l'Afrique pouvait connaître des changements pacifiques ...
Lire l'article
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), le Docteur Jean Ping, fera le bilan du mandat 2008 - 2011 de l'institution dont il à la charge, au cours d'une conférence de presse sur le thème « Union africaine : les défis de l'avenir », ce mercredi après-midi au Grand Palais Cours la Reine-Perron Alexandra III, dans le 8è arrondissement de Paris, indique un communiqué dont une copie est parvenue à GABONEWS - Paris. Selon le communiqué, l'ex ministre gabonais des Affaires étrangères fera également le point sur la place de l'Afrique sur la scène internationale (revendication des sièges permanents ...
Lire l'article
Le président du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), le Rwandais Donald Kaberuka, vient d’être maintenu pour son deuxième mandat à la tête de la banque panafricaine à l’occasion des 45e assemblées annuelles qui se tiennent depuis le 27 mai à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Les administrateurs ont également entériné le triplement du capital de la banque. Seul candidat en lice, c’est sans surprise que le rwandais Donald Kaberuka a été réélu à la tête de la Banque africaine de développement pour un second mandat à l’occasion des 45e assemblées annuelles qui se sont tenues les 27 et ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle du Gabon a validé lundi soir la victoire d’Ali Bongo, fils de l’ex-président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin après 41 ans passé au pouvoir, à l’élection présidentielle du 30 août dernier. Il devrait être investi avant la fin de la semaine. La validation de l’élection d’Ali Bongo a été confirmée après plusieurs semaines de débats. Les « insuffisances » apparues lors du scrutin du 3 septembre avaient provoqué un fort mouvement de contestation, notamment à Port-Gentil, capitale pétrolière située dans l’ouest du pays, qui avait fait plusieurs victimes (3 selon les autorités, au moins cinq d’après ...
Lire l'article
Le 2 septembre doivent être proclamés les résultats de la présidentielle gabonaise. Jamais un scrutin n’aura été aussi serré. Mais à la fin des élections, au Gabon, on tire toujours le Bongo… Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part ...
Lire l'article
PARIS — La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle a annoncé, jeudi soir, la reconduction de René Aboghé Ella à la présidence de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), l'institution chargée de l’organisation et de l’administration des élections au Gabon, pour un nouveau mandat. L’article 8 nouveau de l’Ordonnance qui le nomme stipule que l’institution est «chargée notamment de la mise à jour permanente du fichier électoral, de l’établissement des listes électorales et de la distribution des cartes d’électeurs, avec la participation des contrôleurs désignés par la CENAP». Cette commission est composée d'une structure centrale (Bureau) qui siège en permanence, et des Commissions électorales locales, chaque ...
Lire l'article
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article
Washington conseille au président sénégalais de renoncer à briguer un nouveau mandat
Le Gabonais Jean Ping va briguer un nouveau mandat à la tête de la commission de l’UA
Paul Biya se prépare à un nouveau mandat au Cameroun
Jean Ping fait le bilan du mandat de la Commission de l’UA ce mercredi à Paris
BAD : Un nouveau mandat et le triplement du capital pour Kaberuka
« Baby Zeus » confirmé vainqueur au Gabon : un « président de rupture » ?
Un Gabon en pleine rupture
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture”
Gabon: CENAP: René Aboghé Ella rempile pour un nouveau mandat
Programme Meeting de Paris

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture” (Paris)

  1. Ambalo

    1 Sep 2009 a 22:24

    France : Communiqué de la diaspora Gabonaise

    Le collectif des gabonais de l’étranger annonce à la communauté nationale et internationale qu’une rencontre secrète s’est tenue hier à Libreville entre le président de la république, Mme Rose Francine Rogombé, M.Ali Bongo Ondimba et l’ambassadeur de France au Gabon.
    Sans doute qu’il a été question des résultats sortis des urnes.
    Aussitôt après cette rencontre, on apprend que les fiches de renseignements de la république sont désormais destinées au seul Ali Bongo et plus au président de la république. Le collectif s’étonne d’une telle décision si elle est exacte.
    De plus le collectif dénonce les propos de M. Joyandet, qui a expliqué, dans une interview, que le nouveau président gabonais devra « exercer un mandat de rupture » et qu’il est temps de « répartir les richesses de façon plus équitable au Gabon ».
    Ces propos ont pour seul but de brouiller les pistes et de fermer les yeux au Gabonais sur le coup d’Etat électoral en préparation au Gabon.
    Le plan de la France est démasqué. Les gabonais sont vigilants et appellent la communauté internationale à contraindre la France à laisser le vainqueur de l’élection du 30 Août 2009 accéder au pouvoir selon le choix du peuple.
    Les gabonais n’ont que faire de la miséricorde de M.Joyandet.

    Le cabinet du secrétaire exécutif

    Source : http://www.unifang.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*