Socialisez

FacebookTwitterRSS

Un Gabon en pleine rupture

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Le 2 septembre doivent être proclamés les résultats de la présidentielle gabonaise. Jamais un scrutin n’aura été aussi serré. Mais à la fin des élections, au Gabon, on tire toujours le Bongo…

Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part d’un ministre du président de la rupture, Nicolas Sarkozy…

Mais à croire que les Gabonais ont ces derniers temps perdus leur sens de la dérision. Trop de changements en si peu de temps !

Habitués 41 ans durant à se lever sous la présidence d’Omar Bongo, ils ont dû composer avec son absence depuis le 11 juin dernier. Tout comme la France, dont le « mollah Omar » savait si bien garder les secrets.

Et ont craint comme elle, le scrutin présidentiel du 30 août. Une élection à tout point étonnant pour un pays d’1,5 millions d’habitants. 800 000 électeurs, 23 candidats déclarés dont six qui se désistent durant le week-end électoral. Pour finalement se réveiller mardi 1er septembre au matin avec pas moins de 3 présidents auto-proclamés élus, et toujours une présidente intérimaire.
Le fantôme de 1993

Un record de chefs d’Etats dont peu se réjouissent. De Libreville à Franceville en passant par Port-Gentil, ressurgit un lointain souvenir. 1993, annus horribilis et traumatisme latent pour tout le pays. A ce seul moment, le Bongoland a vacillé et tutoyé la guerre civile. Les ingrédients ? Une élection présidentielle contestée, et deux hommes qui revendiquent la victoire. A l’époque Paul Mba Abessole et Omar Bongo. Seuls les accords de Paris en 1994 et la malice de feu Bongo avaient évité au pays de se déchirer. Avec, bien entendu, le concours de l’armée et de la France pour maintenir l’ami Omar au pouvoir.

16 ans après, la recette se révèle encore plus pimentée. André Mba Obame, ami de 20 ans d’Ali Bongo et ex ministre de l’Intérieur et Pierre Mamboundou, opposant historique, revendiquent le trône suprême.

Ali Bongo, fils de son père, également. En s’appuyant sur la machinerie du PDG, l’ancien parti unique. Mais « sans avoir le savoir faire politique de son père, ni même de sa soeur Pascaline », regrette une vieille barbouze des palais africains, assez pessimiste sur l’issue du vote, dont les résultats doivent être annoncés le 2 septembre au soir.

Le son de cloche diffère à peine dans le premier cercle de André Mba Obame (AMO). « Ali va passer en force », soupire l’un de ses proches à l’oreille de Bakchich. « Les résultats qu’il a obtenus dans certaines régions comme le Haut Ogooué sont tout bonnement impossibles. Il aurait eu 52 000 voix sur 57 000 votants ».
L’armée veille, Ali aussi

Des connaisseurs. Ancien ministre de l’Intérieur, AMO connaît parfaitement la machinerie électorale, et ses ratés très calibrés…

Seul le clan Bongo reste de marbre face à la situation. « Ali fait autour de 51 à 53 % dans l’ensemble du pays. Sa victoire n’est pas contestable, prédit un proche de l’héritier désigné du clan. Mais bien entendu les opposants vont envoyer leurs faux-chiffres en France pour faire du bruit ».

Heureusement, au Gabon, l’armée veille. Déjà soigneusement déployée dans Libreville. Et nettoyée de ses mauvaises têtes en novembre dernier par l’alors ministre de la Défense, Ali Bongo.

« Il a eu 72h pour rectifier le tir, il met en place le tout sécuritaire, décrit une barbouze de la place. Les mois qui vont suivre seront agités socialement… »

Une jolie rupture pour un pays stable depuis les indépendances…

par Xavier Monnier 


SUR LE MÊME SUJET
Les biafreries d’Ali: En pleine télévision nationale, Ali Bongo ment sur le taux de chômage des jeunes au Gabon
Décidément, Ali Bongo n'en finit pas avec ses biafreries. Notre biafre national vient carrément de mentir aux Gabonais en pleine télévision nationale en affirmant que le chômage des jeunes au Gabon ne s'élèverait qu'à 30%, alors même que ce taux se situe à 60% aux dires de son propre ministre du travail. Dans un article Web d'Europe 1 en collaboration avec AFP, Ali Bongo est ainsi cité annonçant que “Les conclusions des travaux de la commission sur l’emploi des jeunes conduite par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale montre clairement que si le taux de chômage avoisine ...
Lire l'article
Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs. Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale. Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à ...
Lire l'article
Lors de sa visite au Gabon, le chef de l'Etat a apporté ce mercredi son soutien au nouveau président Ali Bongo, le fils d'Omar Bongo, tout en affirmant que la politique de la France avait changé. Franceville, fief de la famille Ali Bongo, gros bourg africain flanqué d'un aéroport international, accueille Nicolas Sarkozy en début de matinée. "Un ami", peut-on lire sur les banderoles tendues sur la façade en béton du terminal. La rupture avec la "Françafrique", annoncée par le président français au début de son quinquennat, semble loin. C'est sa troisième visite depuis son élection. Dans un univers africain instable, ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle du Gabon a validé lundi soir la victoire d’Ali Bongo, fils de l’ex-président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin après 41 ans passé au pouvoir, à l’élection présidentielle du 30 août dernier. Il devrait être investi avant la fin de la semaine. La validation de l’élection d’Ali Bongo a été confirmée après plusieurs semaines de débats. Les « insuffisances » apparues lors du scrutin du 3 septembre avaient provoqué un fort mouvement de contestation, notamment à Port-Gentil, capitale pétrolière située dans l’ouest du pays, qui avait fait plusieurs victimes (3 selon les autorités, au moins cinq d’après ...
Lire l'article
Le verbe politique est d’un maniement délicat. Secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet vient d’en administrer, fut-ce à ses dépens, une preuve éclatante. Qu’a donc dit sur TV5 Monde le maire UMP de Vesoul, au lendemain de la confirmation par la Cour constitutionnelle gabonaise de l’élection d’Ali Bongo Ondimba, fils aîné et successeur du défunt Omar ? Ceci : « Il faut maintenant lui laisser le temps de démontrer qu’après le père, le fils peut être un président de rupture et répondre à l’attente des Gabonais. » Diable…On a beau examiner la phrase sous toutes ses coutures, elle finit toujours par ...
Lire l'article
Le nouveau président de la République, Ali Bongo Ondimba, a battu campagne à travers les 9 provinces du 15 au 29 août dernier en promettant notamment la rupture avec le système en place au peuple gabonais. Dans une interview accordée à RFI le 4 septembre dernier, que nous publions in extenso, Mélanie Soiron, professeur assistante d'anthropologie à l'Université de Lille I en France, et auteur d'une thèse sur «La longévité politique ou les fondements symboliques du pouvoir politique au Gabon», explique notamment que la rupture promise par Ali Bongo ne sera pas si évidente à concrétiser en raison de l'enracinement ...
Lire l'article
LIBREVILLE, (AGP) - La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi, rapporte l’AFP. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et ...
Lire l'article
PARIS — La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les ...
Lire l'article
Deux ans après l’élection de Nicolas Sarkozy, les espoirs de justice qu’il a suscités pour l’Afrique se sont envolés. La Françafrique est toujours bien présente et Omar Bongo, toujours en cour. Le président français, Nicolas Sarkozy, fête ses deux ans de présence à l’Elysée. Déjà ! Le temps passe si vite ! Car on se souvient comme d’hier de la cérémonie d’investiture, du brillant discours qu’il a prononcé pour l’occasion, dans lequel il affichait sa ferme volonté de changement, d’innovation et de rupture. A l’époque, et vu d’Afrique, il forçait l’admiration. Mais, deux années plus tard, les Africains n’affichent plus ...
Lire l'article
Les habitants de la capitale gabonaise recherchent en vain à s'approvisionner en gaz domestique depuis plus d'une semaine et la pénurie risque de s'éterniser. Le secrétaire général de la Société gabonaise d'entreposage des produits pétroliers (SGEPP) a tenu une conférence de presse le 11 septembre à Libreville pour donner les raisons de cette raréfaction, qui serait due à un manque de bouteilles sur le marché. La SGEPP a rompu le silence sur la pénurie de gaz domestique à Libreville, en mettant en avant les difficultés des distributeurs à renouveler le stock de bouteilles pour la commercialisation du gaz butane. Face à ...
Lire l'article
Les biafreries d’Ali: En pleine télévision nationale, Ali Bongo ment sur le taux de chômage des jeunes au Gabon
Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Sarkozy au Gabon, entre tradition et rupture
« Baby Zeus » confirmé vainqueur au Gabon : un « président de rupture » ?
Gabon: Eloge de la rupture par Vincent Hugeux
Gabon : Ali Bongo peut-il incarner la rupture ?
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture” (Paris)
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture”
L’Afrique attend toujours la rupture
Gabon : Libreville en rupture de gaz domestique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

4 Réponses à Un Gabon en pleine rupture

  1. PICON

    2 Sep 2009 a 12:59

    quelqu’un peut il me dire quelle est la couleur du cerveau d’un francais?
    .je veux le decouvrir d’ici demain soir en ouvrant le crane d’un francais en plein lbv.

    Que le plan B s’active

    le gabon va etre pire que la cote d’ivoire

  2. Mario

    2 Sep 2009 a 11:19

    Ce type de commentaire est indigne. Je ne comprends pas comment on peut laisser de tels messages sur un site. Que tous ceux qui prônent la violence se mettent en première ligne, et on verra jusqu’où va leur courage. Le gabonais est un Peuple pacifique et il n’acceptera jamais de réduire son pays en champ de bataille.
    J’ai l’impression que des barbares et sauvages veulent prendre le pouvoir au Gabon. Quelle tristesse!

  3. papoun

    2 Sep 2009 a 05:40

    Reponce à anonyme et pourquoi pas un porte-avions ?

  4. anonyme

    2 Sep 2009 a 03:03

    oui vous les français vous allez souffrir si vous tentez de percher ALI au pouvoir, le Gabon va devenir le tchad, le soudan la RCA où le la RDC , il y aura autant de rebellion que de partis politiques, en tout cas si ce fénéant est élu,nous allons lui donner des insomnies, les bombes vont exploser ici même à LBV, c’est le triste destin de notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*