Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Violences politiques à Libreville et Port-Gentil

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Dans la matinée précédant la proclamation du scrutin du dimanche 30 août, les forces de l’ordre ont brutalement dispersé les partisans des candidats à la présidence Pierre Mamboundou et André Mba Obame, rivaux d’Ali Bongo Ondimba. La prison de Port-Gentil, capitale économique du pays, a été détruite et ses prisonniers libérés par des manifestants.

© Static/gaboneco – Les forces de l’ordre face aux manifestants devant la Cité de la Démocratie.

Les partisans des deux rivaux d’Ali Bongo dans la course à la présidentielle gabonaise, Pierre Mamboundou et André Mba Obame, ont été brutalement dispersés par les forces de l’ordre qui ont tiré grenades de gaz lacrymogène. Ils campaient depuis mercredi aux abords de la Cité de la Démocratie, qui abrite notamment le siège de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP).

Selon le chargé de la communication de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) qui s’est confié au correspondant de “L’Express”, lors de cette charge, Pierre Mamboundou, le leader de l’Union du Peuple gabonais (UPG), aurait été sérieusement blessé. “Notre président a reçu un projectile au niveau de la poitrine. Il a été embarqué aussitôt à bord d’une voiture pour être acheminé vers un hôpital susceptible de le soigner.”

Certaines rumeurs font état de l’interpellation de André Mba Obame alors que selon “L’Express”, Franck Nguéma, PDG de TV+, aurait indiqué que l’ex-ministre de l’Intérieur a été “exfiltré et placé en lieu sûr”.

Ayant compris, à ce stade de l’encadrement de la manifestation, que le ministère de l’Intérieur s’apprêtait à annoncer la victoire d’Ali Bongo, les contestataires ont cassé la prison de Port-Gentil. Les détenus se sont éparpillés dans la foule et à travers la ville.

Tout comme à Libreville, les partisans de l’opposition acquis à la cause du candidat Pierre Mamboundou, observaient depuis mercredi à 15 heures un sit-in au carrefour Château, lieu mythique des manifestations de l’opposition dans la capitale économique du Gabon. On les évaluait à plusieurs centaines de personnes, vêtues de rouge pour la plupart.

« Nous restons ici jusqu’à la proclamation des résultats du scrutin du dimanche 30 août dernier. Nous sommes là depuis hier à 15h et nous avons passé la nuit à la belle étoile pour revendiquer notre victoire. Les entreprise ayant fermé hier à 15 heure par mesure de sécurité demandant à leurs employés de rentrer chez », a expliqué le directeur communal de la campagne du ACR, joint au téléphone. «Nous risquerons de vivre une ville morte à Port-gentil. Les populations sont avec nous. Depuis le matin rien n’est ouvert dans la ville. Tout se passe dans le calme», a-t-il ajouté dans la matinée, avant que n’intervienne la destruction de la prison de Port-Gentil.

Il est à craindre que d’autres manifestations se déclarent dans la journée, après l’officialisation de la victoire d’Ali Bongo Ondimba. Dans la journée du mardi, la ville d’Oyem, dans le Nord du pays, a été le théâtre de manifestations politique relatives à une controverse autour des procès-verbaux électoraux.

Ouverte hier avec neuf heures de retard, la réunion plénière de la CENAP, organisme devant valider les résultats du scrutin du 30 août, s’est prolongée toute la nuit et a donné lieu à des débats houleux. Un désaccord de fond, portant sur le traitement des procès-verbaux électoraux et leur validité, aurait opposé les représentants d’Ali et les émissaires de ses deux opposants.

Aux dernières nouvelles, le consulat de France à Port-Gentil a été incendié par les manifestants.
 


SUR LE MÊME SUJET
Très heureux que sa ville ait été choisie pour abriter le premier Conseil des ministres de l’ère Ali Bongo Ondimba à l’intérieur du pays, le Maire de Port – Gentil, André Jules Ndjambé a exprimé toute sa joie du fait que « Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, tienne parole en honorant sa ville».  « C’est à la fois un honneur et une fierté pour moi-même et pour tous les Porgentillais d’être les premiers à accueillir pour ce grand rendez – vous, où pendant trois jours, la République va se déplacer au niveau de la ville de Port – ...
Lire l'article
Près de quatre mois après les émeutes post électorales de Port-Gentil du 3 au 6 septembre dernier, le gouvernement gabonais vient d'annoncer la levée du couvre-feu sur la capitale économique, où les déplacements des populations avaient été restreints après 20 heures. Mises à l'essai avec les suspensions du couvre-feu à Noël et au Nouvel An, les populations de Port-Gentil ont semble-t-il réagi favorablement puisque les autorités ont décidé lors du Conseil des ministres du 14 janvier dernier de lever complètement le couvre-feu qui pesait sur la ville. Le gouvernement «note avec satisfaction le comportement exemplaire dont les ...
Lire l'article
Le gouvernement a décidé de restreindre le couvre-feu décrété sur la ville de Port-Gentil depuis le 4 septembre dernier pour la fête du nouvel an. Les habitants de la capitale économique pourront ainsi librement circuler du mercredi 30 décembre à minuit au samedi 2 janvier à minuit. Comme pour la fête de Noël, les habitants de Port-Gentil pourront célébrer le nouvel an sans couvre-feu. Réuni en Conseil des ministres, le gouvernement a décidé le 29 décembre dernier de réitérer l'allègement du couvre-feu sur la capitale économique. «Au regard du comportement exemplaire observé par les compatriotes résidant à Port-Gentil à l’occasion des ...
Lire l'article
Le rapport de la mission d’évaluation des violences post-électorale diligenté par plusieurs Organisations non gouvernementales (ONG) gabonaises a été remis au gouvernement le 29 décembre à Libreville. Ce rapport très attendu lève notamment le voile sur le nombre de décès officiels lors des manifestations, finalement porté à 5 alors que l’opposition en dénonçait plus d'une quinzaine. Près de quatre mois après les violences post électorales à Port-Gentil, le rapport de la mission d'évaluation des Ong dans la capitale économique était très attendu pour lever le voile sur le bilan des émeutes. Synthèse de l’enquête diligentée par plusieurs ONG gabonaises, ce rapport ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Quatre prévenus, jugés pour ’’évasion’’, ’’pillage’’ ou ’’destruction des biens publics et privés’’, lors des violences post-électorales qui ont secoué Port-Gentil (ouest), capitale économique, ont été condamnés jeudi par le tribunal de Port-Gentil. Parmi les quatre condamnés, trois d’entre eux ont écopé des peines allant de 5 ans à 6 mois de prison pour ’’évasion’’ de la prison de Port-Gentil et ’’destruction’’ des biens, a expliqué le procureur du tribunal de Port-Gentil, André-Patrick Roponat. Un autre prévenu d’origine étrangère a été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, selon le procureur. En revanche, le tribunal a relaxé 42 ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La situation revenait progressivement à la normale lundi matin à Port-Gentil (sud-ouest), après des violences post-électorales qui ont fait officiellement trois morts à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle, selon des sources concordantes sur place. ’’Les taxis et autres véhicules ont commencé à circuler dans la ville. Tout semble calme ici’’, a affirmé Marlyse, une habitante de Bac aviation, quartier populaire ayant été touché par ces violences qui ont duré 3 jours. ’’Certains magasins ont rouvert leurs portes, mais la plupart d’entre eux sont restés fermés aujourd’hui (lundi)’’, a ajouté Marlyse jointe par téléphone par ...
Lire l'article
LIBREVILLE, 5 sept. (AGP) - Les compagnies aériennes desservant Port-Gentil (sud-ouest) ont suspendu leurs vols à destination de cette ville en proie depuis jeudi dernier à des violences post-électorales, a-t-on appris ce samedi de source autorisée. Selon la source, les compagnies aériennes ne desservent plus Port-Gentil depuis jeudi, date à laquelle le ministre de l'Intérieur a proclamé les résultats du scrutin présidentiel de dimanche. Depuis lors, les voyageurs sont contraints de ne prendre que le bateau parce que la ville est inaccessible par voie terrestre, a poursuivi la même source. Air Service, l'une des compagnies les plus régulières à destination de Port-gentil a ...
Lire l'article
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir pour la troisième nuit consécutive à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon. Dans cette ville où un couvre feu a été instauré de 20 heures à 6 heures, l'armée a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser des pillards à Matanda, un quartier populaire situé au sud de la cité. D'autres pillards, ont été signalés à Salsa, un quartier à l'est de la ville. Ces groupes très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l'ordre de circuler. Des affrontements ont aussi ...
Lire l'article
Port-Gentil, 4 septembre (GABONEWS) - Le maire du 2ème arrondissement de Port-Gentil, capitale économique, JOËl Pono Opapé, a lancé un appel au calme face aux violences qui gagnent en intensité dans cette cité et ayant déjà causé la mort de 2 personnes suivies de 200 arrestations parmi les émeutiers, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes. Monsieur Pono Opapé, dans cet appel lancé dans la soirée sur les antennes de la chaîne provinciale de la Radiodiffusion gabonaise, s’est inquiété de l’ampleur des débordements qui pourraient dépasser l’insurrection que la deuxième ville pays avait connue en 1993, date de ...
Lire l'article
Port-Gentil, 4 Septembre (GABONEWS) - Routes barrées, surfaces de commerce pillés, stations service saccagées,…c’est le triste visage que la capitale économique, Port-Gentil, présente après les actes de violence et de vandalisme enregistrés dans l’après-midi et toute la nuit de jeudi à vendredi, dans l’ensemble des quatre arrondissements de la commune. Actualité du :04/09/2009 Ce qui était à craindre s’est ainsi produit dans la nuit de jeudi à vendredi à Port-Gentil: des actes de violences inouïs qui ont, en l’espace de quelques temps, transformés la ville de Port-Gentil en un théâtre de chaos, ...
Lire l'article
« Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, tient parole en honorant la ville de Port-Gentil », André Jules Ndjambé (Maire de Port – Gentil)
Gabon : Libreville fait la paix avec Port-Gentil
Gabon : Le nouvel an sans couvre-feu à Port-Gentil
Gabon : Publication du rapport sur les violences post-électorales à Port-Gentil
Justice/violences : 4 personnes condamnées dans le procès des émeutiers à Port-Gentil
Présidentielle/violences : Retour progressif lundi des activités à Port-Gentil après des violences post-électorales
Gabon-vol-suspension: Suspension des vols à destination de Port-Gentil en raison des violences post-électorales
Gabon: troisième nuit de violences à Port-Gentil
Gabon: Le Maire du 2ème arrondissement de Port-Gentil appelle au calme
Gabon: Port-Gentil, théâtre de violences depuis l’annonce des résultats de la présidentielle


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Gabon : Violences politiques à Libreville et Port-Gentil

  1. OBANE

    4 Sep 2009 a 19:26

    MAUDITS SOIENT TOUS CEUX QUI DE PRES OU DE LOIN ONT CAUTIONNE L’INSTABILITE CHRONIQUE QUI S’ANNONCE AU GABON PAR LE REGIME QUI SE MET SUR PIED.

    CE REGIME PERIRA ATTROCEMENT COMME CELUI DE BEBE DOC A HAITI POUR QUE LE GABON RETROUVE SA VERITABLE SITUATION DE PAYS BENI POUR SES HABITANTS-GABONAIS ET ETRANGERS!!!!!!!!!!!!!!

  2. Apocalypse

    4 Sep 2009 a 14:25

    ali bongo, batard, tu es président du haut ogoué lolo, tu n’as droit à aucun respect. tu vivras cacher derrière une armée, le peuple ne veut pas de toi.
    sale batard….

  3. Mong y'adzè

    3 Sep 2009 a 14:15

    A partir de ce jour, Ali BONGO et ceux qui cautionnent ce “vol” du droit de vote des gabonais; viennent de tuer l’âme des gabonais.
    Dès aujourd’hui, chaque gabonais a perdu toute confiance en notre gouvernement et toutes les institutions qui s’y rattachent. Moi, je suis en guerre contre ceux qui ont oser encore une fois voler la victoire du peuple contre les impérialistes à la gomme des blancs. ALI bongo, cache-toi bien, car si j’ai l’occasion de t’atteindre je n’hésiterai pas une seconde …pour le sang de chaque gabonaisque tu as versé.
    OEIL POUR OEIL!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*