Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le BDP-Gabon Nouveau ne reconnaît pas Ali Bongo Ondimba comme président du Gabon

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Politique

Chers compatriotes,

Du Gabon où je me trouve, je voudrais, au nom du BDP-Gabon Nouveau et du peuple gabonais, dire que notre mouvement ne reconnaît pas et ne reconnaîtra jamais Ali Bongo Ondimba comme président du Gabon.

Ali Bongo Ondimba, comme jadis son père, a démontré qu’il est non seulement disposé à frauder pour gagner, mais aussi à créer au Gabon un état policier et répressif. Mais plus que son père, Ali Bongo sera forcément la personne qui finira de jeter le Gabon dans le gouffre de la guerre civile, de la pauvreté et de la violence. Les 300 milliards tirés du trésor public avec lesquels il a financé son arrogante campagne de gaspillage sont la preuve que cet homme et sa famille sont prêts à tout pour tuer le Gabon. L’imposture politique d’Ali Bongo prouve à suffisance combien il est illusoire d’espérer au Gabon un changement autre que par la violence. La répression policière de ce jour en est la démonstration la plus flagrante vu que, même quand le peuple s’assemble pour des manifestations pacifiques, le régime en place n’hésite aucunement à user de violence et de répression contre un peuple qui n’en peut plus d’attendre.

Cet énième viol du vote du peuple par la famille Bongo, décidée plus que jamais à maintenir son hégémonie monarchique et despotique sur le Gabon, devrait montrer aux Gabonais, comme je l’ai toujours dit, que ce n’est plus par les urnes que le changement arrivera au Gabon.

Tout en apportant son soutien aux candidats Pierre Mamboundou et André Mba Obame, et tout en condamnant les violences physiques exercées contre eux par le régime Bongo, le BDP-Gabon Nouveau appelle plus que jamais les Gabonais à la résistance par tous les moyens possibles. L’insurrection comme outil de changement est désormais obligatoire au Gabon. Cette élection n’aurait jamais dû se tenir.

Parce que Pierre Mamboundou et André Mba Obame sont aujourd’hui dépositaires de la volonté majoritaire du peuple, c’est cette volonté du peuple qu’il faut défendre et affirmer avec tous les moyens que le peuple peut se donner pour se rétablir dans ses droits, et ce même quand on était opposé à la tenue de cette élection comme le fut le BDP. Il ne s’agit plus aujourd’hui de soutenir tel ou tel autre candidat, mais de défendre le vote du peuple tel qu’il s’est majoritairement exprimé contre Ali Bongo le 30 août. Du moment qu’il n’y a aucun moyen idéologique, sociologique ou arythmétique par lequel Ali Bongo peut gagner une élection transparente au Gabon, toute déclaration de victoire de sa part constitue une imposture. A ce titre, il faut la combattre avec la dernière énergie.

Vu que les Bongo ne connaissent que l’animalité et les comportements animaliers, que ceux qui, malgré les nombreux avertissements du BDP depuis 11 ans, et malgré la recommandation du BDP de bloquer cette élection en amont pour en obtenir le report, croyaient encore en la possibilité du changement par les urnes se rendent comptent aujourd’hui que tant qu’un Bongo sera au pouvoir au Gabon, le pays n’avancera pas et le changement ne viendra pas par des moyens de paix, mais par des moyens insurrectionnels. Il faut donc que le peuple gabonais se convainque désormais que le Gabon n’échapera pas à la violence pour se débarasser des Bongo.

Le combat pour un Gabon Nouveau ne peut donc, désormais, que prendre un contour insurrectionnel par tous les moyens possibles et la résistance, la subversion, la désobéissance civile, l’ingouvernabilité et le coup d’état les seules voies vers le salut national.

Plus que jamais, chers compatriotes, Bongo Doit Partir. Au nom du BDP-Gabon Nouveau, j’appelle le peuple à se mettre dans un état de résistance permanente. Ali Bongo ne doit pas finir ses 7 années de mandat usurpé. Faisons de ce mandat l’enfer politique par lequel il regrettera de s’être présenté à cette élection.

Vive le Gabon.
Vive la résistance.

Fait à Libreville, le 3 septembre 2009

Dr. Daniel Mengara
Président
BDP-Gabon Nouveau


SUR LE MÊME SUJET
Ali Bongo Ondimba demande aux « Panthères » de prendre chaque match comme une finale
Le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, dans un entretien avec le consultant d’Orange sport, Claude Leroy, a demandé hier aux « Panthères » du Gabon de prendre chaque match de la CAN comme une finale. « Nous devons prendre chaque match comme une finale et rugir à chaque rencontre. Dans le passé, le moral a toujours été notre faiblesse, mais pour cette CAN on vient de prouver que nous sommes forts », a déclaré le numéro un gabonais, Ali Bongo Ondimba. Pour Ali Bongo, l’objectif a été atteint pour le Gabon et la Guinée Equatoriale en gagnant leur deuxième match de la ...
Lire l'article
Le nouveau sélectionneur des Panthères du Gabon, le Franco-Allemand, Gernot Rohr a été officiellement présenté au Président de la République Ali Bongo Ondimba à Port-Gentil par le ministre des Sports, René Ndemezo’o Obiang et du président de la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT).  Il s’est agit au cours de cette visite de présenter le nouveau sélectionneur qui a succédé à Alain Giresse à la tête des Panthères avec pour objectif de former une équipe véritablement compétitive, avec toutes les qualités physique, morale, technique, afin d’être capable d’affronter et même de vaincre les équipes les plus coriaces et surtout de remporter ...
Lire l'article
Le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu ce mardi au palais de la présidence, le leader du Rassemblement Pour le Gabon (RPG, opposition) Paul Mba Abessole, en présence du Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, dans la logique annoncée par le Chef de l’Etat, au sortir de l’élection présidentielle du 30 août 2009, c'est-à-dire de garder la main tendue en direction de tous. L’économie de la rencontre entre les deux hommes a été faite par Faustin Boukoubi qui a indiqué que « le Président Mba Abessole, en bon compatriote, s’est montré disponible, ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Le chef de l’Etat centrafricain, le général François Bozizé a félicité jeudi Ali Bongo Ondimba pour son élection à la tête de l’Etat gabonais à l’issue de la présidentielle du 30 août dernier, indique un communiqué officiel lu à la télévision nationale (RTG1). ‘’A cette occasion, je voudrais vous assurer au nom du peuple centrafricain tout entier de son gouvernement et à mon nom propre, nos vives et sincères félicitations, indique le communiqué. Je formule à votre endroit ainsi qu’à votre auguste famille les vœux de bonheur, de prospérité et de succès personnel dans la très haute et noble ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président burundais, Pierre Nkurunziza a félicité Ali Bongo Ondimba pour son élection à la magistrature suprême du Gabon le 30 août dernier, indique un communiqué officiel parvenu mercredi à l’AGP. ’’Votre élection à la magistrature suprême nous offre l’agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement burundais et notre nom propre, nos vives et chaleureuses félicitations’’, écrit le président Nkurunziza. Ce choix poursuit le numéro un burundais, est l’expression par excellence de la confiance du peuple frère gabonais qui a cru en votre sagesse et en vos qualités d’homme d’Etat pour conduire ses destinées ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président burundais, Pierre Nkurunziza a félicité Ali Bongo Ondimba pour son élection à la magistrature suprême du Gabon le 30 août dernier, indique un communiqué officiel parvenu mercredi à l’AGP. ’’Votre élection à la magistrature suprême nous offre l’agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement burundais et notre nom propre, nos vives et chaleureuses félicitations’’, écrit le président Nkurunziza. Ce choix poursuit le numéro un burundais, est l’expression par excellence de la confiance du peuple frère gabonais qui a cru en votre sagesse et en vos qualités d’homme d’Etat pour conduire ses destinées ...
Lire l'article
Libreville, 9 septembre (GABONEWS) – Les messages de félicitations, à l’instar de celui du président Burundais, Pierre Nkurunziza, parvenu ce mercredi à GABONEWS, continuent d’affluer à l’adresse du président gabonais élu le 30 août dernier, Ali Bongo Ondimba. Actualité du :09/09/2009 Texte intégral: « Excellence Monsieur le Président et cher Frère. Votre électron à la Magistrature Suprême nous offre l'agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du Gouvernement burundais et en notre nom propre. Nos vives et chaleureuses félicitations. Ce choix est l'expression par excellence de la confiance du peuple frère gabonais ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba a condamné ce mercredi, l’assassinat du chef de l’Etat bissau-guinéen, Joao Bernardo Vieira ainsi que celui du chef d’état-major de l’armée, le général Batista Tagma Na Waié à travers une note publiée dans le quotidien national « L’Union » paru ce jour. « Pour cet attentat qui porte un nouveau coup à la démocratie dans votre pays et suscite l’émotion et l’indignation de tous, le Gabon condamne avec vigueur et fermeté, tout comme il condamne l'assassinat du chef d'état-major de l'armée le général Tagmé Na Waié », a écrit Bongo Ondimba. « Je souhaite que l'ordre ...
Lire l'article
Non! Monsieur Albert Bernard Bongo,   La France qui est une démocratie mûre de plusieurs siècles ne veut plus se faire manipuler par les mensonges d'une dictature fossilisée comme la vôtre. Vous êtes devenu pour les nouvelles générations africaines un embarrassant fossile d'un autre temps. Et la France ne veut plus traîner à ses pieds le boulet encombrant que vous représentez. Vous aurez donc beau vous baigner dans la boue mensongère de vos gris-gris et aligner vos tours de prestidigitation mal pensés, les Français ne sont plus dupes; ils ont la liste des dictatures d'Afrique à faire choir et vous en faites partie. ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba demande aux « Panthères » de prendre chaque match comme une finale
Gernot Rohr, le nouveau sélectionneur gabonais présenté au Président Ali Bongo Ondimba
Paul Mba Abessole, président du RPG (opposition) chez le Président de la République Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon/RCA : Le président Bozizé félicite Ali Bongo Ondimba
Gabon/Burundi : Le président Nkurunziza félicite Ali Bongo Ondimba
Gabon/Burundi : Le président Nkurunziza félicite Ali Bongo Ondimba
Gabon: Message du président burundais, Pierre Nkurunziza à Ali Bongo Ondimba
Gabon: Le président Omar Bongo Ondimba condamne avec « vigueur et fermeté » l’assassinat du président Viéira
Réaction du Porte parole politique du BDP-Gabon Nouveau: Un roitelêt négrillon comme Omar Bongo n’a pas la capacité de diriger un pays comme le Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Sep 2009
Catégorie(s): Communiqués BDP,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

21 Réponses à Le BDP-Gabon Nouveau ne reconnaît pas Ali Bongo Ondimba comme président du Gabon

  1. citoyen

    15 Oct 2009 a 14:46

    CEUX QUI SAVENT AU GABON…

    Depuis un certains temps, force est de constater que l’opposition tourne en derision.Ils ont longtemps posé des actes qui s’avèrent malheureusement sans puissance.Ils n’ont pas compris que l’acte relève plutôt des causes formelles et finales (Nous en parlerons plus ene details prochainement).
    C’est cette ignorance qui a fait en sorte que tous leurs differents agissements les ont rendu sans « dunamis ».En grec, dunamis signifie puissance et il est très souvent associé à la matière de telle façon que l’on comprenne qu’il influe sur quelque chose.N’ayant donc plus aucun acte à poser il leur reste une seule alternative : le suicide.
    Le monde est cependant fait de dualité. Cette dualité s’explique par le fait que pendant que certains seront en larmes, d’autres seront dans la joie.
    Le vendredi 16 octobre sera pour un homme, le vendredi 16 octobre sera pour un peuple, le peuple gabonais, qui, ayant posé des actes à cause d’une cause, recevra sa recompense : un avenir en confiance.
    Un homme, Ali BONGO ONDIMBA accompagné de son peuple aura toute la puissance nécessaire de pouvoir agir dans le but de realiser un rêve : celui que les gabonais ont choisi le 30 août dernier.
    Alor cet homme Président parlant toujours au moment favorable, parce qu’il est connu que ceux qui savent au GABON ne parlent pas, mais ceux qui ne savent rien parlent à tout bout de champ et ne recoltent rien sinon que l’echec.

  2. Stanislas

    5 Sep 2009 a 03:05

    Franchement, ce n’est pas à Mengara d’aller défendre la victoire des opposants. Si eux-mêmes ne sont pas foutus de le faire, tant pis.

  3. alio

    5 Sep 2009 a 01:55

    vous pensez koi?
    Ali Bongo a gagné il a gagné. Vous avez un pbs avec un nom de Famille ” Bongo”. ça n’a rien a avoir avec la démocratie

  4. Papillon

    4 Sep 2009 a 19:14

    Les patriotes devraient paralyser toutes les activités des français : le port pour Bolloré, Total et toutes les compagnies pétrolières françaises y compris les sous-traitantes. Sabotage depuis la source au large ou dans tous les puits de pétrole. Si Sarkozy n’a plus une seule goutte de pétrole qui coule pendant plusieurs semaines on va voir la gueule qu’il va avoir. Qu’il apprenne à respecter les gabonais.

    Les gabonais peuvent tout détruire mais tant qu’ils ont toujours le pétrole ça n’a pas le même effet. Parce que, qu’on le veuille ou non, le pétrole continue de couler et au profit des français.

  5. danielle

    4 Sep 2009 a 17:48

    Le Gabon mon pays n’est pas un ROYAUME et ce qui vient de se passer par rapport aux élections laisse comprendre qu’il existe encore au Gabon des éléments corruptibles à l’exemple de l’actuel ministre de l’intérieure, tous les PDGistes ainsi que le semblant de président que ces menteurs de français ont comme d’habitude, mis en place. Je sais que le pays est conscient et la vérité est là, saisissons donc cette opportunité qui nous est offerte pour arrêter définitivement ce jeu; fesons le au moins pour nos enfants…..

  6. Tout saut ce biaffra

    4 Sep 2009 a 16:01

    Premierement on nous a dit que tu étais du camps d’ali, mais jamais tu n’a réagi pour démentir, sans t’avoir vu les gens t’aimais car du vivant de bongo tu lui avais fais çà dur, pourquoi avoir désisté à la candidature? pourquoi ne t’exprime tu que maintenant?
    en plus tu es au USA, si tu veux vraiment ce changement, reviens au gabon et arrête de nous blaguer, apporte nous les armes, les consels ont en veut pas, on veu les armes et rien de plus pour confronter les millis qu’ali ben ce démon a fait entrer au gabon. Nous attendons que tu vienne au gabon, c’est trop facile de te cacher au usa et d’inciter nous qui sommes ici, on sai ce qui nous reste a faire, mais on a besoin des armes, car sans cela on ne peut rien. tu as mon email pour m’expliquer pourquoi on a di que tu avai rejoin le camp ali

  7. Un vrai Gabonais

    4 Sep 2009 a 15:42

    Les Fangs d’un cote(Mba Obame, 25%), les bapunus d’un autre(Mamboudou,25%) et au milieu le reste des bilobs ( Ali, 41%). C’est ca le Gabon que vous voulez?

  8. evellyn

    4 Sep 2009 a 14:20

    Monsieur Mengara, l’heure n’est plus au diagnostic, car nous le connaissons tous , nous savons aussi qu’Ali a volé la victoire. la question est de savoir quel stratégie mettre en ^place pour récupérer la victoire du peuple. Je suis d’accord avec vous pour l’insurrection , port gentil montre d’ailleurs l’exemple. pour ma part il faut incendier toutes les maisons des pdgistes , les sapeurs pompier ne peuvent pas circonscrire plus de trois incendies avec les moyens dont ils disposent. et il ne peut y avoir un garde du corps pour chaque pdgiste. puisqu’ils ne respectent pas la loi , ne la respectons pas non plus. lynchons chaque pdgiste , nous savons ou ils habitent. pas de pitié.

  9. ane-gabon

    4 Sep 2009 a 11:13

    donc … tu vas faire koi maintenant ?
    continuer de bavarder (comme d’habitude) ?
    ppppppppffffffffffffffffffff

  10. Sébastien, Port-Gentil

    4 Sep 2009 a 09:19

    Je suis entièremement d’accord avec ce message. je pense qu’on a assez joué avec les Bongo. le peuple gabonais a éxagérement cru en la Cenap, oubliant que ce n’était qu’instrument crée par le clan bongo pour se maintenir à tout prix au pouvoir.
    Nombre de gabonais viennent enfin de comprendre que le vote ne sert à rien tant que le pdg aura les rennes du pouvoir; seules les armes, la désobéissance civile, les journées villes mortes peuvent faire refléchir ce régime despotique.
    ils sont prêts à tuer les gabonais pour perpetuer leur régime prédateur. il est temps de se débarasser d’eux par la violence. on attend un discours dur et ferme de nos leaders. oublions la légalité. si eux ne la respectent pas, nous ne sommes pas obligés de la respecter non plus.

  11. Sylvain NDONG

    4 Sep 2009 a 08:48

    APPEL DU 3 SEPTEMBRE 2009
    (Sylvain Ndong – En référence à l’appel lancé par le Général De Gaulle au Peuple français le 18 juin 1940)A DIFFUSER LARGEMENT

    Chers Compatriotes,

    Ce jour du 3 septembre 2009, nous dirons simplement, parce qu’il faut que quelqu’un le dise, quelle peine, quelle souffrance, quelle colère, quelle révolte, se lèvent dans le cœur de tous les Gabonais aujourd’hui !

    Inutile d’épiloguer sur les diverses conditions de la nouvelle mascarade électorale qui vient de se produire une fois de plus sous nos yeux ébahis. Elle se résume simplement en ceci : le Gabon et les Gabonais sont, pieds et poings liés, soumis à la servitude et à la merci de l’ennemi.

    Mais même si cette servitude semble encore une fois écrite sur le papier, innombrables sont chez nous les hommes, les femmes, les jeunes gens, les enfants, Gabonais, qui ne s’y résignent pas, qui ne l’admettent pas, qui n’en veulent pas.

    Car, se demandent-ils à juste titre, le dernier mot est-il dit? L’espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive ? Non !

    Le Gabon est comme un boxeur qu’un coup terrible vient de terrasser. Il gît à terre. Mais il sait, il sent, qu’il vit toujours d’une vie profonde et forte. Il sait, il sent, que l’affaire n’est pas finie, que la cause n’est pas entendue.
    Il sait, il sent, qu’il vaut beaucoup mieux que la servitude acceptée par le gouvernement de transition.
    Il sait, il sent, que, dans ses villages, dans ses villes, des forces puissantes de résistance sont debout pour sauver son honneur. Déjà, en beaucoup de points des terres gabonaises et de la diaspora, s’est affirmée la volonté de poursuivre la lutte.

    Il sait, il sent, que ses Enfants sont plus résolus que jamais à combattre et à vaincre.

    Il perçoit dans le nouveau monde mille forces immenses matérielles et morales qui, peut-être, se lèveront un jour pour écraser les ennemis de la liberté de son Peuple.

    Il faut qu’il y ait un idéal. Il faut qu’il y ait une espérance. Il faut que, quelque part, brille et brûle la flamme de la Résistance Gabonaise.

    Hommes Gabonais, Femmes Gabonaises, Enfants Gabonais, Ecoliers Gabonais, Lycéens Gabonais, Universitaires Gabonais, où que vous soyez, efforcez-vous de rejoindre ceux qui veulent combattre encore. Un jour, nous vous le promettons, nous ferons ensemble, le peuple gabonais de l’élite, des hommes, femmes et enfants, qui, en commun, rendront la liberté à notre Gabon, et la grandeur à notre Patrie.
    Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête de nos partis politiques d’opposition, ont formé une coalition. Cette coalition, véritable gagnante de ces élections présidentielles, se dit déterminée à faire définitivement triompher la volonté du peuple.

    L’engagement que vient de prendre la majorité des opposants gabonais, en demandant au peuple de ne guère se laisser voler cette énième victoire, a donc une grande importance et une profonde signification.

    Cet engagement permet aux Gabonais Libres de s’organiser pour continuer la lutte à leurs côtés.
    Cet engagement signifie que l’effort des Gabonais Libres et celui de nos Leaders ne forment plus qu’un jusqu’à la victoire finale.

    Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, financière et psychologique de l’ennemi.

    Infiniment plus que leur nombre, ce sont les armes, les munitions et les hommes de l’armée, qu’ils ont réussi à s’approprier, qui nous font reculer. Ce sont les armes, les munitions et les hommes de l’armée, qu’ils ont réussi à corrompre, qui ont surpris nos Leaders au point de les amener là où ils sont aujourd’hui : dans les urgences.

    Mais croyez-nous, rien n’est perdu pour le Gabon. Car les mêmes moyens qui nous ont fait reculer peuvent faire venir un jour la victoire.

    Car le Gabon n’est pas seul ! Il n’est pas seul ! Il n’est pas seul ! Il a un peuple déterminé derrière lui, qui peut faire bloc avec ses nombreuses tentacules éparpillées à travers le monde, desquelles peuvent provenir des ressources.

    Car cette lutte n’est pas limitée au seul territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille du peuple gabonais. Cette guerre est une guerre impérialiste, une guerre raciale, une guerre africaine, une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force hégémonique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force populaire supérieure. Le destin du Gabon est là.

    Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance gabonaise ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

    A l’heure où nous sommes, tous les Gabonais comprennent que les formes ordinaires du pouvoir ont disparu.

    Devant la confusion des âmes gabonaises, devant la liquéfaction de notre Patrie tombée sous la servitude ennemie, devant l’impossibilité de faire jouer nos institutions, nous, filles et fils de ce Pays, nous avons conscience de parler au nom du Gabon.

    Au nom du Gabon, nous déclarons formellement ce qui suit :

    Tout Gabonais qui porte encore l’espoir a le devoir absolu de continuer la résistance.

    Déposer les armes, évacuer une position insurrectionnelle, accepter de soumettre n’importe quel morceau de terre gabonaise au contrôle de l’ennemi, ce serait un crime contre la Patrie.

    A l’heure qu’il est, nous nous adressons avant tout à la Diaspora Gabonaise, cette Diaspora encore intacte.

    La main tendue par nos ennemis n’est qu’un piège grossier. Dans l’Afrique de Sankara, de Mandela, de Lumumba, de Mandza Ngoukouta, tout ce qui a de l’honneur a le strict devoir de refuser l’exécution des conditions ennemies.

    Il ne serait pas tolérable que la panique du Rond Point de la Démocratie ait pu traverser la mer.

    Patriotes du Gabon, où que vous soyez, debout !

    L’opposition gabonaise, après avoir accepté de participer à une élection frauduleuse, connaît maintenant les plans qu’avait déjà prévus l’ennemi.

    Il résulte de ces plans, que le territoire gabonais serait, pour plusieurs décennies encore, exploité sans relâche, et que le Peuple gabonais sombrerait dans la misère et dans la servitude la plus animalière.

    On peut donc dire que ces élections ont non seulement été une machination, mais mieux encore, un asservissement.

    Or, beaucoup de Gabonais n’acceptent plus la machination ni la servitude, pour des raisons qui s’appellent: l’honneur, le bon sens, l’intérêt supérieur de la Patrie.

    Nous disons l’honneur! Car le Gabon s’est engagé à ne porter à sa tête, qu’un homme ou une femme issu des aspirations profondes de tout son peuple.

    Nous disons le bon sens ! Car il est absurde de considérer la lutte comme perdue. Oui, nous avons subi, comme il fallait s’y attendre, un coup d’état électoral. Un système électoral mauvais, les fautes commises dans la conduite des opérations, l’esprit d’amnésie euphorique des mécanismes de tripatouillage du système bongoiste tout au long de la campagne, nous ont fait perdre la bataille finale. Mais il nous reste un vaste électorat, encore fiévreuse de voir sa volonté de changement aboutir. Il nous reste des alliés, de par le monde, qui soutiennent notre cause, et dont les ressources sont immenses et qui dominent les grandes institutions de ce monde. Il nous reste les gigantesques possibilités des différents gouvernements démocratiques. Les mêmes conditions de fraude qui nous ont fait perdre de 1993 à 2005 peuvent donner, demain, la victoire par une parfaite organisation des moyens et des hommes qu’il nous faut consacrer à cette lutte.

    Nous disons l’intérêt supérieur de la Patrie! Car cette lutte contre la servitude et le pillage systématique de nos ressources n’est pas une guerre spontanée qu’une bataille puisse décider. Cette lutte est une guerre impérialiste, une guerre raciale, une guerre africaine, une guerre mondiale. Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres aujourd’hui le resteront demain, ni si les alliés de nos ennemis intérieurs d’aujourd’hui resteront toujours leurs alliés demain. Si les forces de la liberté triomphaient finalement de celles de la servitude, quel serait le destin d’un Gabon qui se serait soumis à l’ennemi?

    L’honneur, le bon sens, l’intérêt de la Patrie, commandent à tous les Gabonais libres de continuer la lutte, là où ils seront et comme ils pourront.

    Il est, par conséquent, nécessaire de grouper partout où cela se peut une force Gabonaise aussi grande que possible. Tout ce qui peut être réuni, en fait d’éléments insurrectionnels et de capacité de nuisance du système insidieusement perpétué, doit être organisé partout où il y en a.

    Fait en Exil, le 3 septembre 2009

    Sylvain NDONG
    http://sndong.free.fr

  12. MOUKETOU

    4 Sep 2009 a 08:19

    JE SUIS ENTIEREMENT DACCORD AVEC VOUS LE DOC,NOUS DEVONS RENDRE LE GABON INGOUVRENABLE,NOUS NOUS ORGANISERONS PAR QUARTIER,PERSONNE NE DOIT, TRAVAILLER,NI ALLER A L’ECOLE,NI AU LYCEE,AUCUN TRANSPOT EN COMMUN,TAXI,CLANDO ETC…..
    AU RISQUE DE VOIR SA MAISON BRULEE,POUR CELUI QUI N’EST PAS AVEC LE PEUPLE,LE MOT D’ORDRE EST:IL FAUT QUE SA BRULE TOUS LES JOURS.

  13. tali

    4 Sep 2009 a 04:05

    Monsieur Megara. J’ai un fusil que j’ai achete, et je suis pret. j’habite dans un quartier de Libreville. je suis a votre ecoute. je n’attend que des consignes soi de vous ou de Mamboundou ou de Mba Obame.

  14. emane etole

    4 Sep 2009 a 03:41

    URGENT-URGENT
    merci docteur pour votre implication dans le processus de liberation de notre pays. la revolution est la seule arme qui reste au peuple gabonais pour se liberer. je voudrais à ce titre donner mon plan de liberation. 1) boycott economique et social du pays, que personne ne se rende au travail, que les infrastructures economiques port d’owendo, terminal petrolier du cap lopez soient sabotés. destruction à différents endroits du territoire national du reseau ferroviaire pour que le manganese ne sorte pas, incendie des stations services.
    2) destruction et pillage des biens français ambassade et ccf, avec pris en otage de certains ressortissants français. 3) prise en otage des parents proches (enfants, femmes ou maris) des tueurs du gabon : ndoungou, aboghe ella,gondjout etc. pour qu’ils ressentent la memme douleur que celle de plusieurs familles touchées par les atrocités des crimes rituels.

    le peuple vaincra,

    le peuple vaincra,

  15. wanshitong

    4 Sep 2009 a 03:34

    Il faudrait que le Daniel Mengara/BDP Gabon Nouveau serve de M-E-D-I-A-T-E-U-R entre les deux partis: celui de Andre Mba Obame et celui de Pierre Mamboundou qui continuent jusqu’alors a REVENDIQUER CHACUN la victoire de la PSEUDO-election qui a eu lieu le 30 aouut 2009. Si chacun d’eux revendique a lui tout seul sa victoire, c’est que leurs resultats seraient egalement “TRAFIQUES”. Donc, il faut qu’ils se mettent d’accord sur UN RESULTAT UNIQUE et l’un doit reconnaitre l’autre comme “vainqueur” et combattre AVEC LUI la RECONNAISSANCE du SCRUTIN du PEUPLE GABONAIS.

    Tant que ceux-la ne seront pas encore en mesure de PARLER D’UNE MEME ET UNIQUE VOIX, ils ne pourront pas UNIFIER et RASSEMBLER le peuple autour d’un meme et UNIQUE CAUSE, d’um meme OBJECTIF: L’ACARTEMENT D’ALI BONGO et de TOUT SON CLAN, de TOUTE SA CLIQUE et de TOUS SES porteurs de valises, pour permettre un DEVELOPPEMENT socio-ecomique et politique du Gabon.

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  16. Erick

    4 Sep 2009 a 02:10

    La proposition de resistance est bonne. mais avec quoi le peuple va t’il resister? ou est la force du “Mamba Vert”? je pensais qu’a ce niveau des choses, la force de liberation du BDP devait intervenir.

  17. Le peuple

    4 Sep 2009 a 01:36

    Oui Mr Mengara a raison,depuis tout le monde vous ecoute.Mais une chose le peuple c’est comme une armee il faut un leader,une strategie d’attaque.Le peuple ne peut pas se lever comme ca sans objectif precis.Aller vers des militaires armes les mains nues est un suicide infructieux.Or si on organise des commandos organises peut-etre que l’on verrait des resultats concrets et progressifs.Je repete Mr Mengara VOUS AVEZ RAISON,mais votre vision il faut la transmettre en tant que leader,donc avc des consignes d’attaques.Ali N’EST PAS PRESIDENT car les opposants n’ont pas signe les P.V… Soutenant tous nos leaders car on en a tjrs attendu,le grand jour est arrive PLUS JAMAIS,PAS MAINTENANT,PAS CETTE FOIS…ali baba toi et tes 40 voleurs vous etes condamnes a mort pour trahisant contre le peuple gabonais

  18. Judith-Prisca

    4 Sep 2009 a 01:33

    Je dis oui, que les gabonais fassent front devant cette imposture d’Ali Bongo Ondimba il n’est pas et il ne sera jamais le président du Gabon, l’imposture a été démasquée au grand jour et on veut nous faire croire le contraire.Les gabonais ont choisi et par tous les moyens nous le ferons reconnaitre et respecter.Monsieur Pierre Mamboundou , Président de la République Gabonaise nos voeux de prompt rétablissement vous accompagnent, de tout coeur avec vous pour le rétablissement de la vérité.Vivre ou mourir nous vaincrons!!!!!

  19. Papillon

    3 Sep 2009 a 22:57

    Amen !

  20. Pyromane

    3 Sep 2009 a 22:47

    Je pense qu’il est temps pour les gabonais de se poser une seule et unique question:
    veulent-ils d’ali ben bongo? Si le gabonais qui vit dans les mapanes, l’étudiant qui trime à l’université, le retraité qui a été spolié de sa pension,
    le malade qui ne peut bénéficier de soins de santé corrects, si toutes ces personnes pensent que leur salut passe par ali ben bongo ondimbus, un individu qui a dilapidé l’argent du pays dans des futilités; alors je ne dirais qu’une chose: un peuple a les dirigeants qu’il mérite. Par contre s’il ne veut pas de lui, je pense qu’il est temps que nous lui montrions à lui et aux amoureux de la françafrique, que nous sommes plus déterminés qu’eux. Quels moyens possédons-nous pour montrer notre désapprobation au coup d’état électoral qui vient de se produire? Il y a la cour constitutionnelle mais personnellement je ne vois pas mboratsuo contester la victoire du demi-frere de ses enfants. Personnellement je pense que la contestation doit passer par l’insurrection. Pour ce faire, il faut mettre en place des techniques qui ont fait recette dans le passé. Il faut savoir que lors de toute insurrection, il est primordiale que les insurgés ne concentrent pas l’ensemble de leurs actions au même endroit. Il est préférable de constituer des petits groupes mobiles pour obliger les forces de l’ordre à se disperser. Eviter les affrontements directs avec les représentants de la loi car ils sont armés et nous nous ne le sommes pas. Donc d’après moi je répète, la tactique de destabilisation doit s’appuyer sur des petits groupes mobiles qui devront tout brûler pour que le monde entier voit notre détermination, car seul un homme déterminé est prêt à perdre tout ce qu’il possède pour ses opinions, ses droits et sa liberté.
    J’exhorte donc tous les gabonais qui sont contre ondimbus fils le nimbus à se soulever et à commettre des incivilités par petits groupes, comme par exemple brûler le lycée Leon Mba, brûler le lycée d’Etat, l’université Omar Bongo, l’ENS, RIO, Kinguélé, etc…..si possible simultanément, de cette façon les forces de l’ordre ne pourront pas contenir la rébellion. Pour ceux, nostalgiques, qui pourraient regretter ces endroits,
    je leur dis que de toute façon, ce sera un mal pour un bien car le nouveau président, quelqu’il soit, aura alors l’obligation de réconstruire à la place, des infrastructures dignes de ce nom.

  21. Le peuple

    3 Sep 2009 a 22:13

    Oui Mr Mengara a raison,depuis tout le monde vous ecoute.Mais une chose le peuple c’est comme une armee il faut un leader,une strategie d’attaque.Le peuple ne peut pas se lever comme ca sans objectif precis.Aller vers des militaires armes les mains nues est un suicide infructieux.Or si on organise des commandos organises peut-etre que l’on verrait des resultats concrets et progressifs.Je repete Mr Mengara VOUS AVEZ RAISON,mais votre vision il faut la transmettre en tant que leader,donc avc des consignes d’attaques.Ali N’EST PAS PRESIDENT car les opposants n’ont pas signe les P.V… Soutenant tous nos leaders car on en a tjrs attendu,le grand jour est arrive PLUS JAMAIS,PAS MAINTENANT,PAS CETTE FOIS…ali baba toi et tes 40 voleurs vous etes condamnes a mort pour trahisant contre le peuple gabonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*